Pluie d'or ; pour une théorie liquide du plaisir
Offrir cet ebook
 / 

Les mots clés

Erotique Société

Pluie d'or ; pour une théorie liquide du plaisir

À propos

Proposant " une théorie liquide du plaisir ", Serge Koster aborde avec Pluie d'or le traitement par les artistes du thème de l'urine, fantasmes et représentations esthétiques. En effet, nombreux sont les écrivains, peintres, cinéastes et psychanalystes, de Rembrandt à Antonioni en passant par Ferenczi, qui ont abordé ce sujet dans leurs oeuvres. En plus de ce tour d'horizon artistique, l'auteur déduit de l'association des zones urinaire et sexuelle une théorie originale du plaisir, où l'excitation se mêle au tabou. Dans un style flamboyant, l'ouvrage de Serge Koster offre une vision particulièrement joyeuse et lumineuse de la " pluie d'or ".

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences & Techniques > Médecine > Santé > Sexualité

  • EAN

    9782842716301

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    126 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    498 Ko

  • Distributeur

    Editis

  • Support principal

    ebook (ePub)

Serge Koster

Agrégé de grammaire, il enseigne pendant trente ans la littérature français au Lycée Voltaire à Paris.ÿIl a longtemps été l'un des critiques de l'émission radiophonique Le Panorama de France Culture ainsi que du Mondet de la e Quinzaine littéraire. Révélé par Maurice Nadeau, il a notamment publié :ÿLe Soleil ni la mor(Denoël, 1975), t Une femme de si près tenu(Flammarion, 1985), e Racine, une passion français(PUF, « Perspectives critiques », 1998. Grand prix de l'essai de la Société des gens de lettres, e 1998), Adieu grammaire ! (PUF « Perspective critique », 2001. Ouvrage couronné par l'Académie Française, 2001), Trou de mémoire (PUF « Perspective critique », 2003. Ouvrage couronné par le Prix Wizo 1991) ou encore Montaigne sans rendez-vous (Leo Scheer, 2015).

empty