Tordu
Offrir cet ebook
 / 

À propos

Extrait 1 Lorsque Jean-Marc Caron immobilisa son véhicule pour y faire monter Carl Néron, il le regretta aussitôt. L'autostoppeur montrait une figure de tueur. D'ailleurs, c'en était un. L'automobiliste eut envie de redémarrer sans accueillir le visiteur, mais il se dit que ça ne se faisait pas. Il allait vivre avec sa décision, il n'en mourrait pas. Une heure plus tard, il gisait, le corps dégoulinant d'hémoglobine, dans son auto stationnée le long d'une route secondaire de Saint-Agapit, près de Québec. On lui avait tranché la gorge et le sexe, et ajouté 78 entailles dans la peau. La nouvelle fit grand bruit. On ne comprenait pas qu'un honnête père de famille à qui on ne prêtait aucun vice particulier pût se faire tuer de façon aussi barbare. La chose choqua d'abord, inquiéta ensuite, puis finit par entrer dans la légende. Au début, il y en eut, bien sûr, de ceux qui ne croient qu'en l'esprit tordu des gens, qui élaborèrent des théories selon lesquelles la victime ne pouvait avoir la conscience en paix. Parmi ceux-ci se trouvait Élaine Borduas, une coiffeuse experte en commérages qui affirmait à ses clientes qu'elle était une parente de Paul-Émile du même nom, le célèbre artiste dont la majorité des femmes qui fréquentaient son salon n'avait jamais entendu parler. Élaine Borduas avait épousé en secondes noces un fabricant de portes et fenêtres qui l'avait amenée à déménager à Saint-Romuald, sur la Rive-Sud de Québec. Elle avait ouvert un salon à même le sous-sol de sa nouvelle demeure, située dans un tranquille quartier résidentiel. Grâce aux contacts de son époux, elle avait rapidement développé une clientèle fidèle, qui s'était agrandie au fil des confidences et des fous rires, car Élaine Borduas avait la qualité d'être drôle. Parmi celles qui, pour rien au monde, n'auraient raté leur rendez-vous bimensuel, on retrouvait une vieille femme de 76 ans qui avait pour nom Agathe Poirier. Outre le luxe de s'offrir une nouvelle coiffure aux deux semaines, la septuagénaire avait pris l'habitude de fréquenter les salons mortuaires. Si elle ne connaissait pas toujours le défunt ou la défunte, voire un ou une endeuillé(e), elle avait au moins le mérite, la plupart du temps, d'être l'amie d'une amie, ce qui lui permettait de socialiser lors des obsèques. Agathe Poirier avait un passé mystérieux. Quiconque eût porté attention à son discours aurait remarqué que sa vie ne commençait jamais avant 40 ans. Lorsqu'elle évoquait son enfance, ce n'était jamais de la sienne dont il était question, mais de celle de nombreuses autres femmes, dans l'histoire desquelles elle avait pigé des bribes éparses qu'elle émiettait selon le besoin, avec le souci de paraître la plus commune possible.

Rayons : Policier & Thriller > Policier

  • EAN

    9782894855324

  • Disponibilité

    Disponible

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    1 622 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty