Emeline la filleule de la diva
Offrir cet ebook
 / 

Emeline la filleule de la diva

À propos

Extrait   Chapitre I Le retour de Cassandre Le navire L'Heureuse de Bayonne en partance de La Rochelle accosta à Québec en juillet 1721. À l'arrivée de la diva, la population de Québec ne parlait que de l'incendie majeur du 19 juin précédent, qui s'était déclaré à la place du Marché à Montréal, et qui avait détruit cent soixante et onze maisons, soit la moitié de la ville1. L'intendant Bégon venait de recommander que les maisons des villes soient dorénavant construites en pierre, pour la sécurité des citadins, tout en incitant les cultivateurs qui habitaient en ville à aller se bâtir sur leur champ. Aussitôt le pied sur le quai, Cassandre se dépêcha d'aller offrir ses condoléances à sa cousine Charlotte Frérot Estèbe et à son mari Guillaume, qu'elle n'avait pas revus depuis huit ans, pour la mort de leurs parents, Anne et Manuel. Les deux cousines s'embrassèrent avec émotion, évoquant des souvenirs d'enfance à Charlesbourg. Puis, elle s'empressa de rendre visite au chanoine Jean-François Allard, au Grand Séminaire de Québec. Lorsqu'il alla la rejoindre au parloir, il fut contrarié de la voir dans son accoutrement excentrique, mais il n'en dit rien. Si Cassandre voulut l'embrasser, l'ecclésiastique commença plutôt par la bénir. Après, il l'accueillit plus chaleureusement. - Marie-Chaton, que je suis heureux de ton retour! Ça fait si longtemps. Raconte-moi tous les détails de ton séjour et de ta carrière à Paris. Cassandre en profita pour lui expliquer un des motifs de sa visite, c'est-à-dire les circonstances de l'horrible marchandage du régent, qui impliquait sa carrière ecclésiastique. - Je sais bien que ç'aurait pu être une occasion unique pour toi de gravir les échelons de l'Église à une vitesse fulgurante. Toutefois, le tribut à payer était trop lourd de conséquences. Me pardonnes-tu? - Te pardonner? Mais tu n'as rien à te faire pardonner, Marie-Chaton. Je te rends grâce de ne pas être tombée dans le piège de ce Satan! Si le rêve de maman était ma nomination comme évêque de Québec, elle n'aurait jamais donné son aval pour que ta vertu soit compromise. Maman était une femme droite, une femme d'honneur.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles de genre > Roman historique

  • EAN

    9782894855683

  • Disponibilité

    Disponible

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    1 662 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty