Benoit Glaude

  • La bulle paraît emblématique de la bande dessinée. Pourtant, depuis près de deux siècles, les auteurs expérimentent toutes sortes de procédés, pour rapporter les répliques de leurs personnages. À quoi voit-on que Blake et Mortimer ou Spirou et Fantasio dialoguent ? La dimension visuelle du média suffit souvent, même en l'absence de discours rapporté, à repérer une interaction verbale. Le dialogue caractérise aussi bien la bande dessinée muette que les histoires en images légendées.

    Cet essai reconsidère la bande dessinée comme un média fondamentalement dialogal. Deux questions, intimement liées, sont envisagées. Comment analyser les interactions verbales dans un média visuel, en tenant compte de ses multiples dimensions : corps dessinés, répliques écrites, bulles, etc. ? La réponse privilégie l'étude d'un "âge d'or franco-belge", allant de la naissance du journal Spirou (1938) jusqu'à celle de Pilote (1959). Afin d'éviter de figer artificiellement un média artistique qui n'a jamais cessé de se redéfinir, la seconde question étend la période étudiée. Comment les formes du dialogue instituées par la "BD franco-belge" se sont-elles façonnées, du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle ? Comment la bulle, par exemple, est-elle devenue un emblème du média ? Quel impact le contact d'autres médias (sonores, visuels, audiovisuels) a-t-il eu sur la bande dessinée francophone ? Des microlectures d'oeuvres esquissent une histoire des interactions verbales, de Töpffer à Franquin.

    À travers l'analyse de la voix et des corps en interactions, cette relecture de l'histoire d'un média pourtant dépourvu de propriétés acoustiques contribue à une histoire de la modernité sonore.

    Sur commande
  • Rares sont les études sur la bande dessinée qui considèrent celle-ci pour ce qu'elle est vraiment, à savoir un mixte séquentiel complexe d'images et de mots.
    L'étude de Benoît Glaude peut prétendre à cette distinction par sa prise en compte des trois composantes narratives de toute B.D. : l'iconique, le plastique et le textuel. Mérite supplémentaire de cette recherche : elle évite le piège d'une fermeture du sens sur lui-même, immanent et forclos dans les limites formelles de l'oeuvre. Pour apprécier correctement les résultats de ses analyses internes, l'auteur les confronte aux implications signifiantes du contexte de création, identifié pour la circonstance à la collection " Aire libre ", qui a marqué l'histoire de la bande dessinée franco-belge contemporaine et y occupe désormais une position stratégique.
    Combinant perspective interne (sémiotique) et perspective externe (sociologique), Benoît Glaude construit une méthode d'analyse volontairement transdisciplinaire qui emprunte à la critique B.D., mais aussi aux théories sur le cinéma, la littérature et le théâtre. Cinq albums issus de la production franco-belge contemporaine font l'objet d'une vérification nuancée des hypothèses théoriques. Celle-ci confirme la très bonne maîtrise qu'a l'auteur du fonctionnement du champ de la bande dessinée en ce début de troisième millénaire.

  • Joseph Gillain, dit Jijé, peut être considéré comme le second « père fondateur » de la BD franco-belge, après Hergé. Grand animateur du Journal de Spirou à ses débuts, et il a formé dans son atelier des dessinateurs tels que Franquin ou Morris.
    Cet ouvrage rend hommage à une oeuvre fondatrice du 9e art.
    Écrit à deux mains, il combine des analyses historiques avec des analyses littéraires ou esthétiques, démontrant s'il en est encore besoin l'intérêt de considérer la bande dessinée comme une source documentaire de première main.
    Richement illustré, cet ouvrage propose des documents peu connus ou inédits. Il fournit par ailleurs quelques instruments de travail utiles, comme une bibliographie des travaux universitaires déjà menés sur l'oeuvre de Jijé.
    />

  • "Cet ouvrage collectif aborde les transpositions littéraires, à destination de la jeunesse, d'oeuvres issues d'autres médias que la littérature : romans et albums transmédiatiques, du xix au xxie siècle, qui proviennent de médias aussi divers que le film et le dessin animé, la série et le jeu télévisés, le manga et la bande dessinée, la peinture et la carte géographique."

empty