Cécile Ladjali

  • Chère ; la gourmandise Nouv.

    Les sept péchés capitaux, ce n'est pas seulement de la théologie, c'est aussi de la littérature. Il fallait Cécile Ladjali, l'autrice de Corps et âme, pour nous raconter les délices et les délires mortifères de la gloutonnerie.

    «Marie se délecte d'admirer les participants en train de pétrir les pâtes, fouetter les crèmes, battre les oeufs, effiler les légumes, confire les fruits, concasser les noix, piler les poivres, cuire les sirops, griller les viandes, pocher les oeufs, paner les poissons, blanchir les sucres. Ce ballet la réjouit. Ce concert des goûts l'enchante. La concurrence entre les cuisiniers est rude. Et toujours déloyale.»

  • Ordalie

    Cécile Ladjali

    Après la mort de ses parents, Zakharian grandit dans l'immédiat après-guerre, en Autriche. Nostalgique du Reich, il adule la beauté de sa cousine Ilse, poétesse et romancière promise à la renommée. Mais il exècre ses engagements généreux, sa foi en la possibilité d'une autre Allemagne. De la passion orageuse de la jeune femme pour Lenz, poète juif rescapé de l'holocauste, il devient malgré lui le témoin.

    1 autre édition :

  • La quête des origines et l'origine de la création se confondent dans la vie de Luce Notte, étudiante berlinoise partie sur les traces d'un père fantôme. À la faveur de "coïncidences supérieures", elle croise ainsi le chemin de Franz Kafka, à Prague, puis bien des années plus tard, de Sadeg Hedayat, à Paris. Des écrivains aux fortes affinités électives, oppressés tous deux par la tentation du suicide et la destruction de leurs textes. Devenue l'héritière fortuite de deux inédits des maîtres, Luce incarne la puissance de rêve du lecteur pour faire exister les livres. Son vertige, devant la beauté de cette esthétique spectrale, est aussi celui de l'oeuvre au noir qui nourrit tout écrivain.

  • Illettré

    Cécile Ladjali

    Conte moderne au regard acéré, centré sur le combat de Léo contre l'illettrisme, le roman de Cécile Ladjali ouvre une voie imprévue et poétique sur l'invisible déficience d'un jeune homme d'une grande pureté, sensible au monde et aux autres, qui tente de renouer avec l'infinie et prodigieuse conquête du langage.

    1 autre édition :

  • Se faisant la narratrice de sa propre histoire, Cécile l'enfant adoptée, acculée au silence et à la nuit, assume et explore, dans un méticuleux travail de reconstitution, la recherche d'une unité originelle perdue. Roman d'une triple quête : celle des origines, d'une vérité, et du langage à travers l'oeuvre à faire pour enfin pouvoir dire le monde et se dire.

    1 autre édition :

  • Aral

    Cécile Ladjali

    Aux franges du désert kazakh qui s'étend dans le lit de la mer d'Aral asséchée, un jeune violoncelliste sombre dans la surdité à mesure que son pays devient de sable, et tente de construire malgré tout sa vie familiale, amoureuse et artistique.

  • Soldat dans les tranchées de la guerre de 14, Louis écrit à sa famille, à ses proches, à ses "marraines de guerre", pour maudire ou travestir la réalité, rassurer ceux qu'il aime ou conjurer un peu de son épouvante. Apprentie dactylo à Saint-Germain-des-Prés dans les années 1950, Lorette s'ingénie à taper des lettres : pour des vieilles dames du quartier, pour son père toujours absent, pour son beau fiancé lointain, et pour elle-même, malade de la tuberculose.
    Deux vies parallèles, que sépare un demi-siècle, et dont nous ne connaissons que ces écrits, semblent mystérieusement résonner et se rejoindre en un point imaginaire ou d'une éventualité minuscule. À moins que le lecteur n'ait seul le pouvoir de faire se répondre les mots de cette partition qu'a inspirée le fameux quatuor schubertien La Jeune Fille et la Mort.

    1 autre édition :

  • Bénédict

    Cécile Ladjali

    À l'Université de Lausanne en hiver, comme à Téhéran, où se poursuivent les cours au printemps, l'enseignement singulier et la mystérieuse personne de Bénédict Laudes, professeur de littérature comparée, inspirent troubles passions et sentiments contradictoires aux étudiants, filles et garçons confondus. La densité du noir et blanc, entre Orient et Occident, donne ses «couleurs» au nouveau roman de Cécile Ladjali, romancière d'origine iranienne qui renoue ici avec les motifs fondamentaux qui jalonnent son oeuvre : la terre des origines, la fusion des contraires et la transmission.

  • Electre est palestinienne, hamlet est israélien.
    Tous deux pleurent leurs pères, assassinés respectivement par egisthe et par nathan, à présent gouverneurs, du quartier arabe pour l'un, du quartier juif pour l'autre. a caïna, sur la terre du fratricide, ham-let et electre vont s'aimer et échanger leurs rôles : hamlet tuera egisthe et electre vengera hamlet. les destins jumeaux des personnages inversent la logique infernale : tout devient possible à caïna, à commencer par l'amour entre les enfants de deux maisons ennemies.

  • Pour la collection Essences, Cécile Ladjali a accepté de se prêter au jeu des réminiscences olfactives. Pour elle, celui-ci part dun tableau de George de La Tour : La Madeleine à la veilleuse. Puis se dévoile au fil des trois autres tableaux représentant cette courtisane si singulière. Corps et âme est le voyage dans limaginaire dune femme qui a parfumé le corps du Christ.

  • Entre journal de bord d'une prof de banlieue et réflexion humaniste, Mauvaise langue tire le signal d'alarme, s'en prend aux attitudes démagogiques et affirme qu'un jeune qui parle mal est en danger, qu'une société qui laisse sa langue se déliter court le risque de la barbarie. L'auteur part d'un constat fait sur le terrain, dans les classes où elle enseigne : la langue des jeunes s'appauvrit de jour en jour, tant sur le plan du vocabulaire que de la grammaire. Pour un nouveau mot qui rentre dans le dictionnaire (par exemple le verbe « kiffer »), c'est douze verbes qui sont condamnés à ne plus être prononcés par les adolescents, douze nuances qui passent par pertes et profit. Car, la grammaire est un système de lois et de règles et qui les ignore, les malmène, les recompose au petit bonheur, menace le socle commun qui permet aux êtres humains de communiquer et de se comprendre. Le barbarisme est toujours une menace de barbarie. Encouragés par la « mode banlieue » et des supports de communication qui demande rapidité et laconisme (emails, SMS, MSN...), les adolescents parlent une langue appauvrie doublée d'une orthographe minée par la transcription phonétique et s'en vantent car « mal parler fait bien ». Mais c'est si inventif, disent certains, écoutez leurs néologismes, entendez leur musique ! Certes, on peut apprécier, encore faut-il être « bilingue », connaître les règles pour pouvoir s'en écarter, s'évader, inventer à partir d'elles. Mauvaise langue est donc une invitation polémique et constructive au bilinguisme, à ce bilinguisme des jeunes qui ne peuvent pas faire l'économie de la syntaxe et du vocabulaire, sous peine de le payer très cher. Nourri d'anecdotes et de réflexion, ce texte dénonce la démagogie ambiante qui consiste à voir dans toute initiative et dans toute rébellion un acte créatif. Attention, prévient Cécile Ladjali, certaines rébellions ne sont que poses et duperies.

  • Les souffleurs

    Cécile Ladjali

    Les jumeaux Candice et Nathan se sont aimés charnellement à quinze ans et ne se sont plus revus depuis la nuit de leur union coupable.
    Mais ils ont suivi un parcours similaire, fondé chacun une troupe, adopté chacun en guise de souffleur une tête sans corps qu'ils emportent partout dans un panier d'osier, et qui auprès d'eux incarne l'esprit même du théâtre. Un jour, à Venise, les voici de nouveau face à face, amoureux et ennemis, unis et brisés par l'interdit, complices et rivaux dans leur art. Car la troupe de Candice est venue jouer Othello, celle de Nathan Britannicus.
    C'est un duel et un inattendu tête-à-tête : Shakespeare contre Racine, le baroque élisabéthain contre l'académisme français... Orchestrant brillamment la confusion des genres, livrant le thème tragique de l'inceste aux fantaisies d'une comédie décadente, célébrant le souffle des esprits et savourant la déréliction des corps, le premier roman de Cécile Ladjali mêle la beauté de l'inspiration à la passion du théâtre.

    1 autre édition :

  • Cécile Ladjali, lectrice au goût traditionnel assumé, est aussi l'auteur de fictions résolument modernes : ce paradoxe, à l'origine de Ma Bibliothèque, met en mouvement sa pensée et lui permet de lire, d'écrire, de transmettre au regard de cette modernité.
    En lectrice de Kafka et en érudite, Cécile Ladjali, conduit son lecteur à travers le labyrinthe des oeuvres : elle l'attire dans l'intimité de son va et vient entre lecture et écriture et scrute avec lui Celan et Bachmann à la recherche des interactions secrètes entre ces oeuvres et le texte en cours d'élaboration.
    En professeur exigeante et généreuse, elle expose son paradoxe, permettant de déchiffrer l'extrême contemporain à travers le prisme des textes fondateurs, invitant à interroger continuellement, avec Montaigne et Arendt, le temps présent à travers le langage, poussant l'étudiant, le lecteur à s'installer à son tour à la place de l'écrivain.
    En auteur contemporain, en héritière de Proust, elle oppose à notre présent d'immédiateté, de vitesse, du sens le plus littéral qui soit, la fiction qui nous oblige à déplacer notre point de vue, à nous décaler, à penser le dédale des formes et du sens.

  • La chapelle ajax

    Cécile Ladjali

    Roman de formation empreint de lumière noire, La Chapelle Ajax raconte simultanément la mort et la vie d'un chauffeur de taxi parisien qu'a un jour visité l'ange de l'Art. Aussitôt Ajax a quitté son existence banlieusarde pour devenir peintre et architecte. En Europe, en Amérique et en terre de Crimée, il est parti à la rencontre de l'inspiration, tendu vers le chef-d'oeuvre qu'il lui faut accomplir : une chapelle décorée de triptyques, sanctuaire de la beauté absolue. Mais l'ascension, la folie et la chute du peintre font - à son insu - écho à deux destins cruels : le lointain suicide de l'Ajax de Sophocle et, plus proche de nous, celui de Mark Rothko, le maître de l'expressionnisme abstrait, dont les paysages immatériels hantent ce roman.
    L'esprit du mythe et l'extrême modernité de son oeuvre confèrent à Ajax la dimension d'un contemporain tragique, libre de ses choix, de son engagement et de son suicide. Par ce livre profond et ambitieux, Cécile Ladjali explore jusqu'au vertige la nécessité artistique.

  • Les vies d'Emily Pearl

    Cécile Ladjali

    dans un manoir anglais, à la fin du xixe siècle, emily pearl a trouvé une place comme préceptrice du fils d'un lord.
    le petit maître est attachant, son père est un veuf d'une séduction puissante. emily entame avec ardeur cette existence prometteuse. mais la réalité resterait fade sans les mots dont elle la colore, et sans les lettres de sa mystérieuse soeur virginia, partie vivre en amérique. a son journal, emily confie son espérance de la rejoindre, ses bonheurs et frustrations, ses amours avec le maître des lieux, ses grands rêves et, bientôt, mille petits mensonges dont les conséquences parfois tragiques lui donnent le vertige...
    dans ce livre bruissant de confidences et de passion, cécile ladjali déploie un art consommé du trompe-l'oeil. elle compose un faux roman de genre - victorien, domestique, intime - pour mieux explorer la condition d'une jeune femme anglaise à l'aube du nouveau siècle. elle détourne, au passage, les règles et le code narratif du journal, et montre combien nos vies sont improvisées... comme nos fictions.

  • Dialogue entre ce grand humaniste qu'est George Steiner et Cécile Ladjali, enseignante confrontée à la réalité des banlieues, ce livre a gardé la vivacité d'un échange oral. Sans passer sous silence les difficultés de la posture enseignante, l'éclatement des références culturelles, les ruptures entre les générations, les auteurs s'interrogent sur notre capacité de transmettre en analysant les exigences complexes de l'enseignement aujourd'hui.
    Ni discours passéiste, ni parti-pris moderniste, ce livre est simplement un plaidoyer pour la passion de la littérature, animé de cette seule conviction : cette passion force le respect. Première publication, Albin Michel, 2003. Repris chez Pluriel en 2007.

  • « On ne les voit pas, on ne les entend pas, pourtant elles sont bien là, parmi nous.
    Qu'est-ce que d'être une femme ? Qu'est-ce que d'être une femme Sourde ?
    Ce livre vous invite à découvrir les portraits de 38 femmes Sourdes inouïes. Elles vous racontent leur histoire, leurs difficultés et le chemin vers l'accomplissement de leurs rêves, malgré les obstacles d'une société qui tend à les rendre invisibles.
    D'âges, d'origines ou de domaines divers, elles vous délivrent chacune un message, raconté au départ dans leur langue naturelle, la langue des signes française.

    À ces portraits, sublimés par les photographies de Jennifer Lescoüet, comme des arrêts dans le temps, s'ajoutent cinq extraits filmés et issus d'une pièce de théâtre :
    Sedruos, d'après Entends-moi de Cécile Ladjali, dans une mise en scène de Gwenola Lefeuvre.

    Inouïes, portraits de femmes Sourdes, mêle des femmes connues et anonymes, afin de vous présenter un panorama de la femme Sourde d'aujourd'hui. »

    Sur commande
empty