Prairies Ordinaires

  • Depuis les années 1970, les économies riches ont connu un développement accéléré des opérations financières.
    La crise de 2007-2008 et la longue récession dans laquelle l'économie mondiale est engluée depuis ont brutalement exposé le coût économique et social exorbitant de cette financiarisation. Pourtant, rien n'indique que nos sociétés soient en train de s'émanciper de l'emprise de la finance. Les velléités de réglementation se sont cantonnées à la remise en cause d'innovations financières parmi les plus récentes, sans toucher aux rapports entre la finance et les autres sphères économiques tels qu'ils se sont noués au cours des dernières décennies. Il y a là une résilience qui doit être expliquée : la financiarisation n'est pas un épiphénomène, elle touche au coeur de l'organisation du capitalisme contemporain. L'hypothèse qui sous-tend cet ouvrage est qu'elle constitue le produit de contradictions économiques, sociales et politiques qui restent irrésolues.
    Comme l'écrit joliment Fernand Braudel, la financiarisation, « c'est le signe de l'automne ».
    L'auteur construit un cadre théorique pour interpréter les racines de ce phénomène, les tensions qu'il génère, ainsi que les solutions temporaires qu'il a apportées aux contradictions de l'accumulation. Il examine les principales explications dont la financiarisation a fait l'objet : s'agit-il d'une déviation perverse par rapport à une dynamique capitaliste brimée et déstabilisée par des politiques réglementaires, budgétaires et monétaires inappropriées ? Ou doit-on la considérer comme une traduction pathologique de dysfonctions systémiques ?
    L'éruption financière ne serait alors que la manifestation d'un épuisement du capitalisme dont pourrait témoigner la succession de crises de plus en plus violentes que le monde a connues depuis le début des années 1980.
    Le propos est pessimiste. Si la financiarisation est le signe de l'automne, elle est déjà lourde des frimas de l'hiver. La sophistication financière a permis un temps de masquer la déconnexion croissante entre l'épuisement de la dynamique productive, les exigences du capital et les aspirations des populations mais la crise de 2007- 2008 a fait tomber le voile, mettant à nu la grande régression dans laquelle nous sommes engagés. Pour interrompre la transition en cours vers un postcapitalisme prédateur, le pouvoir de la finance doit être brisé.
    L'ouvrage se conclut sur des propositions de politiques économiques qui rendraient possible une bifurcation émancipatrice.

empty