Emmanuel Pierrat

  • Fou-ballant-tompe-la-mort est le nom de guerre d'un homme sans avenir qui quitta son village des Vosges pour s'engager dans la guerre d'Algérie.
    On lui promit le soleil, des palmiers, un ciel d'azur, il découvrit la souffrance et la cruauté hyperbolique d'une sale guerre. Et un continent qu'il ne quittera plus jusqu'à la fin de sa vie. Cet homme fut de toute les guerres de Centrafrique, il fut soldat, homme de main, barbouze. Cet homme eut les pires fréquentations, commit sans doutes les pires exactions. Cet homme qui donna et trompa la mort tant de fois, finit par se pendre plutôt que de vieillir. Cet homme était le père d'Emmanuel Pierrat, qui fut aussi son avocat. Au-delà de la biographie d'un aventurier infréquentable, audelà de la peinture d'une époque, Emmanuel Pierrat examine avec courage les méandres des relations père-fils et retrace avec justesse la façon dont on se construit aussi grâce à des antimodèles.

  • Politique, colonisation, guerre, religion, moeurs : les grands enjeux de la censure sont éclairés grâce à une centaine de pièces inédites, présentées et commentées par l'auteur.
    Emmanuel Pierrat, avocat spécialisé dans le droit de la culture et grand collectionneur de livres interdits, réunit des pièces d'archives extraites des collections de l'IMEC et des documents uniques provenant de sa riche collection personnelle.
    Condamnation au silence des opposants au pouvoir comme l'écrivain Mikhaïl Boulgakov ou le poète Abdellatif Laâbi, procédures lancées contre des auteurs critiques de la religion (Salman Rushdie, Michel Houellebecq), publications expurgées ou interdites pour outrages aux bonnes moeurs... Les affaires foisonnent, avec une conséquence inattendue : les ouvrages censurés sont recensés dans des catalogues, des index édifiants. Ainsi, les fiches des livres de L'Enfer de la Bibliothèque Nationale témoignent de cette obsession bibliographique, tel un « Lagarde et Michard du sexe ».
    De l'anathème à l'autocensure, Censurés tend au lecteur le miroir d'une société bardée d'interdits, visibles et proclamés ou diablement subtils.

  • La littérature a certes tous les droits, mais pas avec la justice : censure, propriété des manuscrits originaux, faits divers et fiction à personnages réels, rapport entre oeuvre et adaptation cinématographique, etc. Dans une société en judiciarisation croissante, la figure de l'écrivain ne peut aujourd'hui plus échapper aux questions que lui pose le droit de l'édition. Cet ouvrage est un vade-mecum pour l'impétrant écrivain, le citoyen curieux des livres, l'étudiant ainsi que le praticien du droit, un outil de réflexion pratique et largement illustré d'exemples historiques. La méthode empruntée consiste à retracer tout le parcours de l'écrivain contemporain, aux prises avec les questions juridiques, depuis la reconnaissance de sa qualité d'auteur jusqu'aux litiges auxquels il peut être confronté. Dans ce guide de survie du créateur en milieu inconnu, et parfois hostile, Emmanuel Pierrat évoque les enjeux juridiques des différentes phases de l'édition d'un ouvrage comme la conclusion du contrat d'édition, la rémunération de l'écrivain, les risques de diffamation, les adaptations de romans en films, etc. Et, en parallèle, la vie des gens du livres, qu'ils soient auteurs, traducteurs, éditeurs, libraires, critiques, lecteurs. Autant de citoyens aux prises avec un objet de feuilles, de tablette et de droit.

  • Emmanuel Pierrat, avocat spécialisé dans le droit de la culture, auteur de nombreux essais et chroniqueur juridique, se passionne depuis une trentaine d'années pour l'art africain. Plus généralement, son activité l'amène à observer de près le marché de l'art, le fonctionnement des musées et la politique des États en matière de sauvegarde du patrimoine. Étant lui-même collectionneur d'art tribal, et en particulier d'art africain classique, il a arpenté la plupart des musées liés à l'art africain de France, d'Europe ou d'Afrique, continent où il se rend plusieurs fois par an.
    S'appuyant sur une documentation très complète, Emmanuel Pierrat analyse la complexité de la question de la « restitution » des oeuvres d'art africaines et invite à ne pas prendre position trop hâtivement dans un débat relancé sous forme de polémique depuis le discours d'Emmanuel Macron au Burkina Faso en novembre 2017. Celui-ci avait en effet déclaré : « Je veux que d'ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique. » avant de commander à Bénédicte Savoy et Felwine Sarr un rapport, qui a suscité de multiples réactions à travers le monde.
    Alors que le rapport Sarr-Savoy insiste sur la nécessité de « rendre » les oeuvres d'art à l'Afrique et fixe un calendrier devant s'appliquer sans tarder, Emmanuel Pierrat dresse un panorama complet de la question afin d'écarter les affirmations simplificatrices ou moralisatrices qui finiraient par entraver l'accès à la culture.

  • « Nul n'est censé ignorer la loi » rappelle un vieil adage. Chacun d'entre nous est en effet un sujet de droit, confronté quotidiennement dans sa vie courante à un enchaînement d'actes juridiques. Or, les règles de droit ne sortent pas de nulle part. Elles sont produites par un système institutionnel, qui diffère selon les pays, les époques, les croyances.

    De l'écriture des lois à leur application au sein des différents tribunaux, Emmanuel Pierrat nous éclaire avec brio sur l'organisation de la justice en France, ses acteurs, ses codes, ses symboles, offrant un panorama didactique et complet du système judiciaire français. Vous découvrirez également comment la société perçoit la justice, thème abondamment traité dans la littérature, le cinéma et les médias. D'autres sujets, plus délicats, sont abordés, comme la lenteur de la justice ou les erreurs judiciaires...

    Que vous soyez juriste chevronné, étudiant en droit ou simple citoyen curieux, cet ouvrage de vulgarisation intelligente, magni?quement illustré, vous fera comprendre les notions complexes de cet univers aussi impressionnant que fascinant...

  • Allumage des feux, attouchement, égrégore, orient éternel, voûte d'acier... Autant de termes que l'on retrouve aussi bien dans la langue courante que dans le jargon franc-maçon mais qui prennent un sens tout autre lorsqu'ils sont évoqués par les frères, au sein d'une obédience maçonnique.
    Avec ce Petit Livre, vous aurez toutes les définitions et explications sur le jargon de la franc-maçonnerie entre vos mains afin de mieux connaître cet ordre secret et mystérieux.

  • La justice, pour vous, c'est du chinois : vous pensez que le parquet est plus chic que la moquette, ou encore qu'une mise en demeure est une pendaison de crémaillère... Bref, vous êtes perdu dans le labyrinthe de la justice ! Pourtant, nous sommes tous des sujets de droit et il est impossible de l'ignorer plus longtemps. Cette nouvelle édition augmentée et à jour des dernières mesures législatives (loi relative à la procréation médicalement assistée, etc.) vous invite à découvrir les coulisses de la justice et ses multiples secrets de fabrication.
    Découvrez :
    * Les origines du droit ;
    * Les codes et le langage des acteurs de la justice ;
    * Les grands procès de l'histoire ;
    * Dix femmes de justice marquantes ;
    * Les grands disparus du monde du droit ;

  • Je crois en l'athéisme

    Emmanuel Pierrat

    • Cerf
    • 2 Juillet 2020

    Voici la confession d'un enfant du siècle sur l'impératif de la spiritualité au sein d'un monde en voie de déshumanisation. Se livrant comme jamais dans ce récit autobiographique, Emmanuel Pierrat revient sur son itinéraire qui fait écho à nombre de parcours contemporains.
    Comment a-t-il été cet enfant empli de foi qui a grandi au rythme des messes dominicales et des cours de catéchisme, et qui a servi l'autel auprès du curé qui lui a tant appris ? Pourquoi est-il devenu cet adulte se découvrant athée et recherchant la fraternité auprès de la maçonnerie, la sagesse dans diverses traditions anciennes ou lointaines, la paix dans une approche libre et ouverte de soi et des autres ? Mais, dès lors, à quelle éthique se fier ? À quelle espérance se confier ? En bref, à quel saint se vouer ?
    Avec brio et humour contre ce qu'il nomme « le blues de l'athée », l'avocat des Lettres défend la redécouverte pacifiée de la verticalité et de l'altérité dans chaque moment de l'existence quotidienne. Avec style et inspiration, le président du PEN Club français s'applique à lui-même ce discernement, rouvrant pour ce faire l'Évangile.
    Une plaidoirie vivante et vibrante pour que l'amour de la culture réveille en nous ce culte de la joie qui nous vient d'ailleurs et qui ne cesse de nous convoquer au gré des tours et détours de notre destinée.

  • Du 17 août 1792 au 31 mai 1795, la salle des Libertés, au coeur du Palais de Justice de Paris, résonna du plus tragique des épisodes de la Révolution française. Sous l'autorité de l'Accusateur public, le tristement célèbre Fouquier-Tinville, le Tribunal révolutionnaire envoya à l'échafaud plus de 2 500 personnes. En s'appuyant sur les actes des procès, les journaux d'époque et les dossiers inédits de certains accusés, Emmanuel Pierrat livre le récit terrifiant de ces années de guerre civile.
    Sous sa plume, audience après audience, prennent vie les partisans d'un retour à la paix, les tenants d'une justice implacable, mais aussi les " traîtres ". Marie-Antoinette, Danton, Olympe de Gouges, Philippe Egalité, Madame Roland, Camille Desmoulins, Jean-Pierre Brissot, Saint-Just, Robespierre. Nombreux sont ceux qui sont passés du rang de juge au box des accusés. En plongeant au coeur de la machine judiciaire révolutionnaire, Emmanuel Pierrat dresse le portrait de ce Tribunal de la Terreur, miroir d'un pays " qui ne se réforme pas " mais se juge lui-même avec ardeur.

  • L'affaire Dreyfus, en 1894, commence par l'accusation de trahison d'un capitaine juif. Le plaidoyer d'Émile Zola contre l'antisémitisme est resté célèbre. Le procès fut hors normes, ses conséquences judiciaires, politiques et sociales sans précédent.

    En 1981, Le Canard enchaîné révèle que Maurice Papon, alors ministre du Budget, aurait activement participé à la déportation de milliers de Juifs sous le gouvernement de Vichy. Seize ans plus tard, le procès a enfin lieu, l'affaire Papon réveille de vieux fantômes.

    Les Grands Procès qui ont marqué l'Histoire, racontés par Emmanuel Pierrat.

  • Profitant de l'absence des maris en pleine Première Guerre mondiale, Landru séduit et escroque de nombreuses femmes... jusqu'à tuer onze d'entre elles. En 1921, le procès du « Barbe bleue de Gambais » est spectaculaire et l'affaire Landru déchaîne les passions.

    Gaston Dominici est jugé en 1954 pour le meurtre de trois touristes anglais. Une famille de paysans qui règle ses comptes à coups d'aveux et de rétractations : la culpabilité du principal accusé de l'affaire Dominici ne sera jamais clairement établie.

  • Il faut s'en alarmer : la culture est aujourd'hui attaquée dans tous ses territoires. Arts plastiques, littérature, cinéma, musique... Au nom des bonnes moeurs, de la lutte contre le racisme ou la souffrance animale et autres nobles causes, des ligues de vertu du troisième millénaire et des citoyens ordinaires manifestent, agissent auprès des élus, pétitionnent sur les réseaux sociaux, toujours pétris des meilleures intentions.

    Sous des prétextes apparemment légitimes, le principe de liberté d'expression, avec ses limites communément admises (racisme, antisémitisme...), subit d'incessants coups de boutoir.
    Il existe pourtant des solutions médianes, permettant de concilier le devoir de mémoire, le respect de l'égalité entre les citoyens, le droit des minorités, avec l'amour de l'art et de la liberté.
    La clé est sans doute dans la pédagogie, le développement d'appareils critiques repensés.
    Il est urgent d'analyser ce que dénonce cette nouvelle morale en forme de censure, de dire par qui elle est pensée et activée, d'où elle vient, quels intérêts elle sert, de montrer ses limites et ses paradoxes. Nous devons préserver la culture de ces revendications qui fusent à la vitesse d'un tweet.

    Ce court essai n'est ni un livre de droit, ni un pamphlet, ni un cours de morale. C'est un précis concret, pratique, illustré d'exemples, objectif autant que possible, destiné à tous ceux qui veulent comprendre ce mouvement, afin de les outiller intellectuellement pour défendre la liberté d'expression et la culture menacées.

  • Il y a un peu plus d'un siècle et demi, en 1857, la censure visait trois auteurs célèbres : Flaubert, Baudelaire et Sue, poursuivis par un même homme : Ernest Pinard, appuyé par un système de censure alors à son apogée. Les circonstances sont probablement inédites dans les annales de l'histoire de la littérature, mais servent toujours de témoignage dès lors qu'Anastasie tente de brandir ses ciseaux. Le responsable de la frénésie moralisatrice de 1857 n'était ni le premier, ni le dernier de son espèce. Jeune procureur aux convictions fluctuantes, mais assez habile pour se hisser à la hauteur de ses ambitions, Ernest Pinard gravit les échelons de la magistrature à la faveur du régime autoritaire et bourgeois de Louis-Napoléon Bonaparte, selon lui parangon du gouvernement idéal.

    Qui sont, en 1857, les auteurs victimes du zèle d'Ernest Pinard, et que s'est-il joué précisément dans les procès de Charles Baudelaire, Gustave Flaubert, Eugène Sue ?

    Sur commande
  • Avocats et juges sont aujourd'hui, dans une très grande majorité, des femmes. Si les places les plus en vue sont toujours occupées par une poignée d'hommes qui portent la robe, plusieurs « femmes de loi » ont déjà marqué l'histoire de leur empreinte. Il en est ainsi des premières avocates de France qui ont su se battre pour obtenir, à l'instar de Jeanne Chauvin, au début de xxe siècle, de prêter serment. Certaines avocates ont défendu des causes retentissantes, telles Gisèle Halimi (plaidant pour les femmes ayant avorté clandestinement), Isabelle Coutant-Peyre (avocate des groupes terroristes, qui a épousé le terroriste Carlos en prison)... D'autres sont même devenues bâtonnier dès les années 1990 : Dominique de La Garanderie, Christiane Féral-Schuhl ou encore Dominique Attias. Les femmes de loi sont également des juges, de Simone Rozès, qui a siégé comme plus haute magistrate de France, à Eva Joly, longtemps juge d'instruction. Le genre féminin siège enfin, depuis bien longtemps cette fois, du côté du... box des accusées : Marie-Antoinette, Thérèse Humbert, sans oublier les soeurs Papin, Simone Weber, ainsi qu'Henriette Caillaux, ou encore Florence Rey. Dans une salle d'audience, il n'y a pas de sexe faible, mais des femmes qui sont passées du rôle d'accusées à celui d'acteurs majeurs de la justice. C'est le portrait de 18 de ces femmes que brosse Emmanuel Pierrat.

  • Dominici a-t-il «couvert» un de ses fils? Omar Raddad est-il innocent ou coupable? Qui a tué le petit Grégory? Autant d'énigmes et de drames que la justice s'est efforcée de résoudre, même si elle a tranché en faveur d'une thèse, parfois fragile dès le début de l'affaire ou malmenée par les plaidoiries et les réquisitoires.
    Dix-huit «affaires», pour certaines criminelles, sont ici retracées par Emmanuel Pierrat, depuis la découverte des corps jusqu'à, dans certains cas, l'exécution de celui que la justice a désigné comme coupable; en passant par les péripéties de l'enquête et, surtout, les rebondissements de procès à sensation.
    Le récit de ces grands procès fait revivre les affres de Dreyfus, l'horreur de l'affaire Troppmann, le scandale de l'affaire Stavisky, les répliques de Landru, les voix de Maurice Garçon et de René Floriot, le mutisme de Gaston Dominici, la mort de Brasillach ou encore les dénégations de Maurice Papon. Chacun est illustré de documents souvent inédits, rassemblés grâce au musée du Barreau de Paris : photos, gravures, dessins de presse, articles de journaux, documents de la Préfecture de police de Paris.

    Sur commande
  • En 1991, Ghislaine Marchal est retrouvée morte dans sa villa, sur les hauteurs de Mougins. Une inscription en lettres de sang désigne le coupable : « Omar m'a tuer ». Le cas semble trop simple, les incohérences sont nombreuses : l'affaire Raddad va connaître un immense écho.

    En 1869, une femme et cinq enfants sont découverts par un paysan. Deux autres membres de la famille ont eux aussi été assassinés. Le meurtrier semble sans affect, l'affaire Troppmann soulève émoi et indignation et lancera les débuts de la presse à sensation.

    Les Grands Procès qui ont marqué l'Histoire, racontés par Emmanuel Pierrat.

  • « La franc-maçonnerie, institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive, a pour objet la recherche de la vérité, l'étude de la morale et la pratique de la solidarité ; elle travaille à l'amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l'Humanité. Elle a pour principes la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience [...] Elle se refuse à toute affirmation dogmatique. Elle attache une importance fondamentale à la Laïcité. Elle a pour devise : Liberté, Égalité, Fraternité » :
    Par ces mots débute l'actuelle constitution du Grand Orient de France, obédience maçonnique fondée en 1773 par le duc de Montmorency-Luxembourg et comptant en 2018 plus de cinquante mille initiés.
    Il semble aisé, en confrontant cet idéal de liberté, d'égalité et de fraternité au pouvoir héréditaire dont jouit la monarchie, et à la notion de gouvernement de droit divin qui sous-tend sa tyrannie, de conclure que ces deux ordres sont profondément opposés et antagonistes. Pourtant, est-ce si simple ? Rien n'est moins sûr.

  • En 1944, Marcel Petiot, médecin assassin, escroc et profiteur de guerre est arrêté. À la tête d'un véritable cabinet des horreurs, il y a tué des Juifs cherchant à fuir la France occupée. L'affaire du Dr Petiot donnera lieu à l'un des procès les plus spectaculaires de l'après-guerre.

    Rédacteur en chef du journal collaborationniste Je suis partout, Robert Brasillach est jugé en janvier 1945 et condamné à mort après un délibéré de vingt minutes. L'affaire Brasillach reste l'un des exemples de justice parmi les plus expéditives dans une France en quête de rédemption.

  • En 2001, les enfants Delay témoignent contre les adultes de leur entourage. La justice pense, à tort, démanteler un vaste réseau pédophile impliquant des notables de la région. Débâcle judiciaire et emballement collectif : l'affaire d'Outreau marque l'effondrement d'un système.

    En septembre 1971, deux détenus tentent de s'évader de la prison de Clairvaux en tuant deux personnes. L'affaire Buffet-Bontems se soldera par la condamnation à la guillotine des accusés. Elle confortera Robert Badinter dans son combat contre la peine de mort.

  • En août 1962, la voiture du général de Gaulle est prise dans un guet-apens, le président en réchappe miraculeusement. Neuf hommes, fanatiques de l'Algérie française, sont arrêtés. L'affaire du Petit-Clamart amènera les conjurés à comparaître devant une cour militaire.

    En 1933-1934, Sacha Stavisky escroque le Crédit municipal de Bayonne. Sur le point d'être arrêté, il est retrouvé mort. Suicide ? Le doute plane. L'homme avait des amis haut placés. En pleine époque de défiance politique, l'affaire Stavisky est le scandale financier de trop.

  • Les moeurs ont évolué, la France a réformé son droit, mais les prétoires retentissent encore régulièrement d'anodines provocations entre époux comme des perversions les plus incroyables. On trouvera dans cet ouvrage les réponses à de multiples questions : quelle peine encourt-on à harceler sa secrétaire ? À quels tracas s'exposent les couples sadomasochistes ? Que risque-t-on pour un viol de cadavre ? etc. Quelques affaires retentissantes et beaucoup d'anecdotes illustrent des situations parfois sordides mais bien souvent rocambolesques. De sa plume ironique, Emmanuel Pierrat recense les rapports ambigus qu'entretiennent encore le sexe et la loi dans une enquête remise au goût du jour : le mariage pour tous a été autorisé, les clients de prostitués peuvent désormais être poursuivis, le débat sur la sexualité criminelle ou délictueuse s'est accru et le Conseil constitutionnel en viendrait presque à autoriser le harcèlement sexuel.

    Emmanuel Pierrat est avocat au barreau de Paris, ancien membre du Conseil de l'Ordre et membre du Conseil National des Barreaux. Essayiste et romancier, il est notamment l'auteur de nombreux ouvrages sur la censure, le droit de la culture et la sexualité, Emmanuel Pierrat est également un grand collectionneur de livres érotiques.

    Quatrième édition revue et corrigée.

  • L'omnivore

    Emmanuel Pierrat

    Dans une prison de la république de Khirghizie, un avocat globe-trotter entend parler des aventures d'un russo-vietnamien nommé Youri qui, pour satisfaire sa riche clientèle, a fait commerce de mets rares tels, par exemple, les nids d'hirondelles, les insectes ou encore les petits singes. Jusqu'à une dernière commande particulièrement étonnante.

  • En 1971, Marie-Claire, 15 ans, tombe enceinte à la suite d'un viol. Sa mère fait appel à une faiseuse d'ange. Elles sont dénoncées pour avortement illégal. L'affaire de Bobigny devient le procès politique de l'avortement, deux ans avant la loi Veil.

    Après neuf jours d'agonie, Léon Besnard s'éteint le 25 octobre 1947. Sa femme Marie est veuve pour la seconde fois. Très vite, la rumeur la soupçonne d'avoir empoisonné son mari à l'arsenic. Analyses, expertises, contre-expertises : c'est la science qui raconte l'affaire Besnard.

  • Le 16 octobre 1984, Grégory Villemin, 4 ans, est retrouvé mort dans les eaux glaciales de la Vologne. Corbeau, aveux, mensonges, accusation d'infanticide, suicide du juge : l'affaire Grégory est l'une des histoires criminelles les plus captivantes de la justice française.

    En cette nuit d'été 1933, du gaz s'échappe d'un appartement parisien. La femme respire encore, l'homme a succombé. Quelques jours plus tard, leur fille Violette avoue le parricide. La presse se déchaîne, l'affaire Nozière divise l'opinion : Violette est-elle coupable ou victime ?

empty