Judith Perrignon

  • Detroit : le vacarme des usines, le son Motown sur lequel on chaloupe, les choeurs d'une communauté que l'on sacrifie sur l'autel du capitalisme... C'est aux bruits de cette ville que Judith Perrignon offre un écho dans ce roman choral fort et bouleversant.

  • " La nouvelle court les rues, les pas de porte et les métiers, on entend l'autre dire qu'il est mort, le poète. Vient alors cette étrange collision des mots et de la vie, qui produit du silence puis des gestes ralentis au travail. L'homme qui leur a tendu un miroir n'est plus là. Tout s'amplifie, tout s'accélère. On dirait qu'en mourant, qu'en glissant vers l'abîme, il creuse un grand trou et y aspire son temps, sa ville... " La mort de Victor Hugo puis les funérailles d'Etat qui s'annoncent déclenchent une véritable bataille. Paris est pris de fièvre. D'un évènement historique naît

  • « J'ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l'ai appris là-bas,
    en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même.
    T'écrire m'a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce
    qui m'enserre le coeur. Je voudrais fuir l'histoire du monde, du siècle, revenir à la
    mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »
    M.L.-I.
    © et (P) Audiolib, 2016
    © Éditions Grasset Fasquelle, 2015
    Durée : 1h50
    Récompensé par le Prix des Lectrices ELLE.

  • Un best-seller au rayon maternité, unique sur le sujet.
    Enfin disponible dans une nouvelle édition.

    René Frydman, le célèbre obstétricien, s'adresse dans une longue lettre à une jeune femme qui attend un enfant. Lors de leurs rendez-vous neuf mois durant, il lui raconte le bébé qui grandit en elle, et son émotion devant le miracle de la vie. Un texte intimiste, rare et bouleversant.

    CE QU'EN DIT L'AUTEUR « J'ai aidé des milliers de femmes à devenir mères.
    Je connais leur force, leur lumière et leurs inquiétudes.
    Je continue de m'émerveiller de ces moments-là.
    Profitant de ce face-à-face privilégié que j'ai avec elles lors de ces neuf mois d'attente, j'ai choisi de leur écrire une lettre, pour leur parler de ce moment unique dans leurs vies de femmes. » L'AUTEUR Le professeur René Frydman est mondialement connu pour ses travaux sur la stérilité. En 1982, il a donné naissance à Amandine, le premier bébé-éprouvette français. Après trente-six ans à l'hôpital Antoine- Béclère de Clamart, il a rejoint l'hôpital Foch de Suresnes, où il poursuit son activité de gynécologieobstétrique et de médecine de la reproduction. Il défend activement les projets de loi bioéthique. Plus qu'aucun autre, il est confronté au désir de maternité.
    Plus de 50 000 lecteurs plus de 50 000 lecteurs EXTRAITS « Je me suis posté au début de la vie, c'est là que l'on a la plus belle vue. Paysage féminin tout en rondeurs et en courbes apaisantes, où je regarde le possible, l'enfant pas encore né, la femme pas tout à fait mère. Je me réchauffe à ces existences en devenir. » - « Il y a quelques jours, j'ai fait un accouchement à mains nues, parce que lorsque je suis arrivé, je n'avais plus le temps de mettre les gants. C'était chaud. Le bébé est sorti très facilement, encore enveloppé de son liquide. C'était sensuel. Lorsque votre enfant naîtra, il vous offrira cette douce, si douce, sensation du commencement. » SES LIVRES René Frydman est l'un des auteurs stars au rayon maternité. Il a publié de nombreux ouvrages : guides pratiques pour le grand public (Hachette, Que Saisje ?), essais scientifiques (O. Jacob, PUF) ou manuels de médecine (Masson). Pour la première fois, il quitte l'habit de médecin, et choisit une forme très personnelle, pour confier ses sentiments d'homme, de père et de médecin. Ce livre est un joyau littéraire, unique dans son oeuvre.

  • French uranium

    ,

    Un puissant thriller politique sur trois continents Un ministre se suicide le soir du premier tour de l'élection présidentielle. Les secrets de famille ne demandent qu'à sortir. Mais pas seulement... les mensonges de la vie politique aussi. Ces circuits d'un monde globalisé où l'on tue, on spécule et on pille avec l'accord des États. Tout est à nu. Bientôt les morts s'accumulent. Le compte à rebours électoral s'emballe et les services de renseignement sont sur le qui-vive. À Paris, Lagos et New York, les puissants affrontent ce qu'ils détestent le plus : l'incertitude. Leur toile se déchire. Peut-on ralentir la machine criminelle qui nous gouverne ? Il faut être aveugle, fou, prêt à tout perdre. S'appeler Lira Kazan par exemple. Après Les Yeux de Lira (Les Arènes, 2011), leur premier polar en duo qui a connu un succès international, Eva Joly et Judith Perrignon signent un roman noir de haute intensité, à l'intrigue puissante, nourri par une connaissance intime de la politique et de la criminalité financière.

empty