Marceline Loridan-Ivens

  • « Charlotte m'appelle d'Israël. Nous étions dans la même classe à Montélimar. Elle a été arrêtée après moi, mais je ne l'ai pas croisée à Birkenau. Qu'est-ce que tu fais en ce moment ? demande-t-elle. Je travaille sur l'amour.Un silence alors, comme si le mot amour s'égarait, se cognait dans sa tête. L'amour au camp ou quoi ? Après les camps. Ah, c'est mieux. L'amour au camp, j'en n'ai pas vu beaucoup. Moi non plus. »Comment aimer, s'abandonner, désirer, jouir, quand on a été déportée à quinze ans ? Retrouvant à quatre-vingt-neuf ans des lettres échangées avec les hommes de sa vie, Marceline Loridan-Ivens se souvient...Une incomparable leçon de vie. Thierry Charpentier, Le Télégramme.Marceline est un concentré d'énergie flamboyante. Anne Sinclair, Le JDD.Un livre intime et puissant. Loup Besmond de Senneville, La Croix.Une femme rebelle, à jamais insoumise à son passé. Électrisant. Ariane Singer, Transfuge.

  • Le matin de ses soixante-dix-huit ans, marceline loridan-ivens, née rozenberg, calcule que 7 et 8 font 15 : quinze ans, son âge lors de sa déportation au camp d'auschwitz-birkenau.
    Elle contemple les objets de sa maison, qui réveillent en elle des fragments de sa vie faite de désordres, de révoltes, de provocations et d'engagements sur les marges du monde. 1945 : revenue d'auschwitz détruite à mort, marceline se lance dans la vie comme si elle n'avait plus rien à perdre. elle hante les nuits bleues des caves de saint-germain-des-prés, entre au pc, claque la porte, porte les valises pour le fln, s'engage pour l'avortement - elle est de tous les combats.
    Et rencontre le grand cinéaste joris ivens ; la voilà avec lui au vietnam sous les bombardements, à pékin pendant la révolution culturelle. une grande histoire d'amour et de cinéma commence. simone veil, son amie pour la vie, se rappelle que même à auschwitz marceline racontait des histoires drôles. une façon pour elle de survivre à la souffrance omniprésente du souvenir. ainsi se reconstruit à la première personne, sur une mémoire fuyante et une force de vie contagieuse, la légende intime de marceline loridan-ivens, que le feu des nazis n'a pas pu anéantir.

  • « J'ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l'ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T'écrire m'a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m'enserre le coeur.
    Je voudrais fuir l'histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »   Le 29 février 1944, Marceline Loridan-Ivens a quinze ans lorsqu'elle est arrêtée avec son père lors d'une rafle. Déportée à Birkenau, elle subit l'horreur des camps et parvient à survivre. Son père, lui, ne reviendra jamais d'Auschwitz. Soixante-dix ans plus tard, elle lui adresse une lettre, rédigée avec la journaliste et écrivain Judith Perrignon, où elle raconte sa captivité, son retour, sa vie d'après.
      Plus qu'un témoignage, c'est une oeuvre littéraire. Des pages qu'on lit en retenant son souffle. François Busnel, L'Express.

    Une lettre poignante. Nicolas Ungemuth, Le Figaro magazine.

  • « J'ai perdu la vue à Jérusalem. Ça n'a rien à voir avec Dieu, je n'y crois pas. Mais c'est arrivé là-bas, comme ça, d'un coup. Et je n'ai pu m'empêcher d'y chercher un sens ». Condamnée « au noir jusqu'à la fin de ses jours », Marceline Loridan-Ivens regarde en elle, se souvient et se livre. Avec son amie et complice d'écriture Judith Perrignon, elle ouvre sa « valise d'amour » - où, depuis 1946, à son retour des camps, Marceline range, cache, oublie des mots passionnés, des petits papiers tendres, des pensées pour un homme, des lettres douloureuses, des dessins... Une vie d'amour et de sentiments, tandis que le passé ne se laisse jamais enfouir. Peut-on aimer, désirer et jouir après les camps ? Ou reste-t-on à jamais la « fille de Birkenau » ?

    Au fil des pages, merveilleusement libres, sensuelles et âpres, on plonge dans le Paris d'après-guerre, où les femmes se cherchent une liberté de corps et d'esprit. On découvre un mari, Francis, aimé puis delaissé aux anciennes colonies ; des amants joyeux, en colère, pleins d'espoir, tel Georges Pérec, dont le portrait trône chez Marceline ; des hommes de passage ; le plus cher et le plus tendre des amis, Jean-Pierre ; et bien sûr le grand documentariste Joris Ivens, qui partagea trente ans de sa vie, rue des Saints-Pères.

  • A breathtakingly beautiful memoir by a survivor of Auschwitz-Birkenau and an astonishing addition to the library of literature on the Holocaust Marceline Loridan-Ivens was just fifteen when she was arrested along with her father in the Vichy-ruled part of France. Her mother and siblings managed to escape arrest. On their arrival at the camps, the two were separated--her father sent to Auschwitz, she to the neighboring camp of Birkenau. The three kilometres that separated them were an insurmountable distance, and yet her father managed to send her a short note, addressed to "My darling little girl". In But You Did Not Come Back, Marceline writes a letter responding to the father she would never know as an adult, to the man whose death enveloped her whole life. As a documentary film-maker in the 1970s and '80s, working in China and Vietnam, Marceline ultimately found purpose in her life, but the loss of her father never diminished in its intensity. And now, as anti-Semitism resurfaces in many parts of the world, Loridan-Ivens's testimony is a haunting and challenging reminder of one of the worst crimes humanity has ever seen. It is a deeply affecting personal story of a woman whose life was shattered and gradually rebuilt, and an irrefutable example of how memory survives and shapes everything. From the Hardcover edition.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty