Paul Kawczak

  • Ténèbre

    Paul Kawczak

    Un matin de septembre 1890, un géomètre belge, mandaté par son Roi pour démanteler l'Afrique, quitte Léopoldville vers le Nord. Avec l'autorité des étoiles et quelques instruments savants, Pierre Claes a pour mission de matérialiser, à même les terres sauvages, le tracé exact de ce que l'Europe nomme alors le « progrès ». À bord du Fleur de Bruges, glissant sur le fleuve Congo, l'accompagnent des travailleurs bantous et Xi Xiao, un maître tatoueur chinois, bourreau spécialisé dans l'art de la découpe humaine. Celui-ci décèle l'avenir en toute chose : Xi Xiao sait quelle oeuvre d'abomination est la colonisation, et il sait qu'il aimera le géomètre d'amour. Ténèbre est l'histoire d'une mutilation.

    Kawczak présente un incroyable roman d'aventure traversé d'érotisme, un opéra de désir et de douleur tout empreint de réalisme magique, qui du Nord de l'Europe au coeur de l'Afrique coule comme une larme de sang sur la face de l'Histoire.

    1 autre édition :

  • Un long soir

    Paul Kawczak

    Six heures du soir sur la colline, et l'été s'endort sur la ville paisible : le temps s'arrête, comme il le fait dans cette série de courts textes en prose. Chacun est un roman contenu en quelques phrases, réduit à son coeur précieux de désir et de rêve. Il en émane un sentiment indicible d'absolu et de perte, une nostalgie d'exil auréolée d'un érotisme diffus, perçant toujours à l'horizon de ces saynètes et paysages fantasmés. Paul Kawczak peint les moments d'un exotisme intérieur - des tigres et des enfants, des serpents et des chevaliers, Asie ou Amazonie -, suit les chemins d'une fuite en soi à travers jungles, villes et campagnes organisées « en petits creux, caves ou alcôves intimes ». Le soir est tendre, éternel, en lui se figent les instants, le temps qu'on leur dise adieu.

empty