Gallimard

  • "En Sibérie, dans les glens écossais, les criques de l'Égée ou les montagnes de Géorgie, les héros de ces quinze nouvelles ne devraient jamais oublier que les lois du destin et les forces de la nature sont plus puissantes que les désirs et les espérances. Rien ne sert à l'homme de trop s'agiter dans la toile de l'existence, car la vie, même quand elle ne commence pas très bien, finit toujours mal. Et puis une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante."
    Sylvain Tesson.

  • Le jeune prince de Motordu habite un magnifique chapeau. Avec ses coussins, il y joue aux tartes dans la grande salle à danger. Un jour, une jeune institutrice, la princesse Dézécolle, l'invite à retourner en classe pour remettre le langage à l'endroit.

  • Henri est le Chef dévoué du Relais fleuri, un bistrot traditionnel qui régale ses clients de plats généreux. Sous les yeux subjugués de son fils Julien, il élabore des recettes que sa femme consigne dans un cahier. Mais un jour, celle-ci quitte la maison sans explication. Henri décrète alors que jamais Julien ne deviendra cuisinier. En cachette, le jeune homme poursuit son rêve et dans sa quête, il lui faudra démêler les secrets de famille et comprendre pourquoi Henri a laissé partir sa femme sans un mot...

  • "Ô femmes ! femmes, quand cesserez-vous d'être aveugles ? "
    Tels sont les mots d'Olympe de Gouges qui, en 1791, prend la plume pour écrire, à la suite de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.
    Un texte au sein duquel, si elle revendique des droits féminins irréductibles, elle tente aussi - loin de diviser femmes et hommes - de les penser ensemble sur le chemin d'une liberté partagée. Écoutons sa voix...

    o Une frise chronologique historique et culturelle
    o Une introduction : pourquoi lire la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne au XXIe siècle ?
    o Le texte intégral annoté

    Des sujets pour s'entraîner à l'oral et à l'écrit du bac
    o Des analyses linéaires au fil de l'oeuvre
    o Un commentaire de texte et une dissertation
    o Des exercices de grammaire avec corrections
    o Des exercices d'appropriation

    Un dossier pour situer et comprendre le texte
    o Une présentation de l'oeuvre et d'Olympe de Gouges dans son époque
    o Les mots importants de la Déclaration
    o Un groupement de textes autour du parcours du bac :
    Écrire et combattre pour l'égalité.

    Texte intégral.

  • Le coeur converti

    Stefan Hertmans

    "Je voudrais pouvoir la mettre en garde contre ce qui va lui arriver. Passe ton chemin, jeune fille, choisis un autre homme, échappe à ce sort, fuis ce qui t'attire"
    Par amour pour David, la belle Vigdis renonce à ses privilèges de jeune noble chrétienne et se convertit au judaïsme. Mais en ce début de XIe siècle en France, leur union fait scandale. Pour vivre librement, tous deux s'enfuient et trouvent refuge dans un village du Sud. Alors qu'ils se croient saufs, les croisés, de plus en plus nombreux sur la route de Jérusalem, sèment mort et destruction dans leur sillage...
    Inspirée de faits réels, cette histoire d'amour tragique est aussi un grand roman contemporain : celui d'une femme en exil guidée par l'espoir.

  • Je vais mieux

    David Foenkinos

    Un jour, je me suis réveillé avec une inexplicable douleur dans le dos.
    Je pensais que cela passerait, mais non.
    J'ai tout essayé...
    J'ai été tour à tour inquiet, désespéré, tenté par le paranormal.
    Ma vie a commencé à partir dans tous les sens.
    J'ai eu des problèmes au travail, dans mon couple, avec mes parents, avec mes enfants.
    Je ne savais plus que faire pour aller mieux...
    Et puis, j'ai fini par comprendre.

  • Jan Karski

    Yannick Haenel

    Jan Karski est un messager de la Résistance polonaise. En 1942, il entre dans le ghetto de Varsovie, puis essaie d'alerter le monde sur le sort de la Pologne et l'extermination des Juifs d'Europe.
    Pourquoi Jan Karski n'a-t-il pas été écouté ? Que s'est-il passé, à Washington, en 1943, lors de son entretien avec le président Roosevelt ? Qu'est-ce que Jan Karski veut dire lorsqu'il déclare : "Je suis un catholique juif" ?
    Ce livre, avec les moyens du documentaire, puis de la fiction, raconte la vie de cet homme exceptionnel, dont l'existence modifie l'histoire du XXe.

  • C'est l'histoire de Sliv, agent spécial du CFR (Consortium de Falsification du Réel), qui veut comprendre pour quoi et pour qui il travaille.
    C'est l'histoire d'une organisation secrète internationale, qui tente d'influer sur l'histoire des hommes, et dont l'existence est brutalement remise en cause un certain 11 septembre 2001.
    C'est l'histoire de Youssef, tiraillé entre sa foi et son amitié ; de Maga, jeune femme moderne que son mariage précipite dans une famille d'intégristes ; de Lena, dont la rivalité professionnelle avec Sliv cache peut-être des sentiments d'une autre nature.
    C'est l'histoire d'une grande nation, l'Amérique, qui trahit ses valeurs quand le monde a le plus besoin d'elle.
    C'est, d'une certaine façon, l'histoire du siècle qui vient.

    Prix France Culture/Télérama 2009

  • La brièveté de son oeuvre (3326 vers seulement) et de sa vie (il disparaît vers l'âge de trente ans, en 1463) a fait de Villon une légende. Pourquoi ses vers hantent-ils nos mémoires depuis plus de cinq siècles?
    Villon : une poésie du quotidien. Lui qui a connu la prison et côtoyé la mort, parle d'expérience. Il est temps pour lui de régler ses comptes. 'Je, François Villon' : le caractère autobiographique assumé, dans une revendication de tous les excès, nous frappe par sa modernité et son audace. A l'opposé de l'amour courtois, Villon est un amoureux de Paris, du Paris nocturne des mauvais garçons et des filles de mauvaise vie, des déambulations et des tavernes, où riches et pauvres, jeunes et vieux, hommes et femmes sont fondus dans une même mélancolie. 'Mais où sont les neiges d'antan?' Poésie de l'universel : celle du bonheur fugace et de l'amour éphémère. Poésie du corps, matérialiste et profane, qui célèbre la vie sans craindre la mort. 'Autant en emporte le vent!' Sous l'apparente simplicité de ses vers se cachent une complexité formelle et une profondeur de sens, où le lyrisme côtoie la satire, où l'ironie allège tout ce qui pèse, dans le grand éclat de rire du pendu.
    Au-delà de la légende du poète maudit, écoutons la beauté entêtante de sa poésie.

  • L'âne Cadichon a eu une vie mouvementée. Malmené par une fermière qui le charge trop lourdement pour le conduire au marché, il s'enfuit. Après avoir sauvé d'un incendie une petite fille malade, il est recueilli dans un château où il devient le compagnon de jeu des enfants. Il sera aussi âne savant et débusquera des voleurs... Qui pourrait encore, en lisant ses mémoires, dire "bête comme un âne" ?

    La comtesse de Ségur met son talent unique au service d'un héros attachant et pas comme les autres... l'inoubliable âne Cadichon. Aventure et humour sont au rendez-vous.

  • Herzog

    Saul Bellow

    "Était-il intelligent ou idiot ? En ce moment, il ne pouvait guère prétendre être intelligent. Il avait peut-être eu un jour les armes pour le devenir, mais il avait plutôt choisi d'être un rêveur et les requins l'avaient nettoyé. Quoi d'autre ? Il perdait ses cheveux. Il lisait les publicités de Thomas, le spécialiste du cuir chevelu, avec le scepticisme de celui dont le désir de croire est profond, désespéré. Spécialiste du cuir chevelu! Oui, il avait été beau autrefois. Son visage portait les marques des corrections qu'il avait reçues. Mais il l'avait cherché, encourageant ainsi ses assaillants. Ce qui l'amena à réfléchir sur son personnage. Comment le qualifier? Eh bien, selon le vocabulaire actuel, il était narcissique ; il était masochiste ; il était anachronique."

  • John Dewey (1859-1952) est un des piliers du pragmatisme. Au centre de cette tradition, il y a l'enquête, c'est-à-dire la conviction qu'aucune question n'est a priori étrangère à la discussion et à la justification rationnelle.
    Dewey a porté cette notion d'enquête le plus loin : à ses yeux, il n'y a pas de différence essentielle entre les questions que posent les choix éthiques, moraux ou esthétiques et celles qui ont une signification et une portée plus directement cognitives. Aussi aborde-t-il les questions morales et esthétiques dans un esprit d'expérimentation - ce qui tranche considérablement avec la manière dont la philosophie les aborde d'ordinaire, privilégiant soit la subjectivité et la vie morale, soit les conditions sociales et institutionnelles.
    Dans L'art comme expérience, la préoccupation de Dewey est l'éducation de l'homme ordinaire. Il développe une vision de l'art en société démocratique, qui libère quiconque des mythes intimidants qui font obstacles à l'expérience artistique.

  • L'inconsolé

    Kazuo Ishiguro

    "Arrêtez-vous, ne serait-ce qu'une seconde, et laissez parler quelqu'un d'autre, quelqu'un qui vient de l'extérieur, qui n'appartient pas à ce petit monde fermé où vous semblez tous si contents de demeurer ! Est-il étonnant, est-il le moins du monde étonnant que dans cette petite ville, la vôtre, vous ayez autant de problèmes? Que vous soyez si nombreux à être malheureux et aigris ? Est-ce que c'est une surprise ?... Non ! Absolument pas!"
    Dans une petite ville d'Europe centrale, la visite du célèbre pianiste Ryder est une aubaine. Chacun le sollicite, lui demande de l'aide pour résoudre ses problèmes domestiques. Mais cette ville est-elle véritablement inconnue de Ryder ? Et les étonnants personnages qu'il croise, de Sophie à l'ancien chef d'orchestre Brodsky en passant par le porteur de bagages Gustav, seraient-ils plus proches du narrateur qu'il n'y paraît ?
    Kazuo Ishiguro nous offre un roman foisonnant et ambitieux, réflexion drolatique sur la mémoire et le réel.

  • Johnny Trott, orphelin et groom du Grand Hôtel de Savoy à Londres voit sa vie bouleversée par l'arrivée d'une diva célèbre, la comtesse Kandinsky et son magnifique chat Kaspar. Suite à un terrible drame, il recueille le chat qui devient son inséparable compagnon et se lie d'amitié avec Lizbeth, une jeune américaine fougueuse. Mais la jeune fille doit bientôt repartir pour l'Amérique à bord d'un magnifique paquebot. Johnny est bien décidé à ne pas l'abandonner et embarque lui aussi, en passager clandestin, avec Kaspar, à bord du Titanic...

    À travers le destin épique d'un jeune héros au grand coeur, revivez la tragédie du Titanic. Un aventure émouvante et captivante superbement illustrée.

  • Edition enrichie de Dominique Barbéris comportant une préface, des articles critiques et un dossier sur le roman.

    Dans ces cinq contes, Dickens célèbre l'esprit de Noël, le partage et la charité, et dénonce l'injustice sociale qui exclut les pauvres de cette fête. C'est un portrait truculent de la vie quotidienne et une condamnation sans appel de l'exploitation et de la misère. Ce message social, Dickens nous le donne en douceur, par le détour du conte et du fantastique. Comme l'écrit Dominique Barbéris, "ces contes nous rendent un peu d'enfance à l'état pur, dans la vigueur native des sentiments : l'indignation et la pitié, le rire, la peur. Ils nous redonnent le bonheur oublié de nos premières lectures, ces lectures d'adhésion sans distance critique, sans réserve, non pas sceptiques et endurcies, mais merveilleusement sensibles et "crédules""

  • Vivre à son propre rythme, lire des auteurs oubliés, jouer au tennis sans esprit de compétition, faire la sieste au fond du jardin, contempler un vol de grues, repenser aux rêves de la nuit : autant d'expériences mystérieuses que le bruit assourdissant de la planète rend aujourd'hui presque impossibles.

    L'art difficile de ne presque rien faire aborde avec un humour délicieux l'une des questions épineuses de l'existence : comment préserver la jouissance de l'instant ? Quelque part entre la sagesse chinoise du tao et le désir d'enfance, avec un scepticisme assumé face aux délires de la consommation ou du sport-spectacle, Denis Grozdanovitch nous invite avec une poésie quotidienne et lumineuse sur des sentiers qui ne mènent nulle part.

  • L'équipée de Varennes ne figure pas dans le canon des "journées révolutionnaires" : ni foules anonymes en fureur, ni sang versé, ni exploits individuels, ni vaincus. À Varennes, un roi s'en est venu, un roi s'en est allé, avant de retrouver une capitale sans voix et une Assemblée nationale appliquée à gommer la portée de l'événement. Autant dire une journée blanche.
    Et pourtant, ce voyage apparemment sans conséquence fait basculer l'histoire révolutionnaire : il éteint dans les esprits et les coeurs l'image paternelle longtemps incarnée par Louis XVI ; met en scène le divorce entre la royauté et la nation ; ouvre inopinément un espace inédit à l'idée républicaine ; et, pour finir, projette la Révolution française dans l'inconnu.
    Le livre de Mona Ozouf reconstitue cette histoire à la fois énigmatique et rebattue. Il en éclaire les zones obscures, pénètre les intentions des acteurs et observe le démenti que leur inflige la fatalité ; avant d'interroger les lendemains politiques d'une crise qui contraint les révolutionnaires à "réviser" la Révolution. Réapparaissent ainsi des questions aujourd'hui encore irrésolues : y a-t-il une politique distincte du roi et de la reine ? Peut-on faire de Varennes l'origine de la Terreur? Quelle figure de république voit-on se dessiner dans le chaos des passions du jour ?
    Ce moment tourmenté, écrit l'auteur, ouvre une vraie fracture dans l'histoire de France. Il allonge déjà sur le théâtre national l'ombre tragique de l'échafaud. Dix-huit mois avant la mort de Louis XVI, Varennes consomme l'extinction de la royauté.

  • Pas de cadeaux à l'horizon, pas de gâteau, pas de fête... Pourtant Xavier avait entouré la date en rouge sur son agenda. Mais personne ne semble s'en rappeler, ni ses parents, ni sa soeur, ni ses copains... tout le monde aurait-il oublié qu'aujourd'hui... il fête ses dix ans ?

    D'anniversaire en anniversaire, six courtes histoires oscillant entre humour et émotion, qui capturent avec une grande justesse les joies et les peines de l'enfance.

  • Le grand quoi

    Dave Eggers

    Prix Médicis Étranger 2009.

    Valentino n'a pas huit ans lorsqu'il est contraint de fuir Marial Bai, son village natal, traqué par les cavaliers arabes, ces miliciens armés par Khartoum. Comme des dizaines de milliers d'autres gosses, le jeune Soudanais va parcourir à pied des centaines de kilomètres pour échapper au sort des enfants soldats et des esclaves. Valentino passera ensuite plus de dix ans dans des camps de réfugiés en Ethiopie et au Kenya, avant d'obtenir un visa pour l'Amérique. Dans une nouvelle jungle - urbaine cette fois - Valentino l'Africain découvre une face inattendue du racisme.
    À mi-chemin entre le roman picaresque et le récit d'apprentissage, ce livre est avant tout le fruit d'un échange. Eggers l'Américain a écouté Valentino l'Africain se raconter. Sa plume impertinente fait mouche et insuffle à cette autobiographie une dimension épique, qui rappelle celle de Mark Twain.

  • Les habitants de Bryher résisteront-ils longtemps aux tempêtes qui ravagent leur île ? Ne seront-ils pas obligés de la quitter un jour ? Laura reverra-t-elle son frère jumeau Builly, parti en mer il y a près d'un an ?

    Le journal intime, vrai et émouvant, d'une jeune fille du siècle dernier ; les peines et les joies d'une année qui bouleversera sa vie. par un grand auteur pour la jeunesse.

  • Dan Yack

    Blaise Cendrars

    Dan Yack commence comme une parabole et s'achève comme un lamento : Le Plan de l'Aiguille et Les Confessions de Dan Yack furent d'abord publiés séparément avant d'être réunis par Blaise Cendrars. Ce livre de dissonances vire sans cesse du burlesque au tragique, de la violence au rire, du drame à la pantomime. Quand à Dan Yack, ce milliardaire anglais au nom bizarre, il échappe à la saisie. D'abord présenté à la manière de Charlot, il ressurgit sous les traits d'un héros en proie au mal du siècle. Dans le tourbillon des aventures qui l'emportent à travers le monde, une question pourtant ne le quitte pas : est-il possible de changer sa vie ? Et à quel prix ?
    /> Dan Yack reste le plus secret des grands romans de Blaise Cendrars, celui qui touche au plus brûlant, au plus intime.

  • Le prince charmant et la petite Lucile ont tout pour être heureux, poils aux yeux, mais la petite Lucile, poils aux cils, s'ennuie et veut revoir le château de son papa. Le prince, très en colère, poils aux nerfs, explose alors en mille morceaux. Et à sa place, apparaît le monstre poilu...

  • La flèche du temps

    Martin Amis

    Raconter la vie d'un homme à l'envers : telle est l'idée maîtresse de ce livre. Tod, le héros, n'avale pas sa soupe ; il la recrache. Toute relation sentimentale commence par une gifle, se poursuit par un corps-à-corps passionné avant de finir par un échange de numéros dans le métro. Tod est médecin : les patients viennent vers lui souriants, en bonne santé, pour sortir de l'hôpital en sang. De quoi être fatigué d'être humain. À moins que le passé de Tod - son futur? - ne cache un secret susceptible de rendre son sens au monde...
    Au-delà de la maestria avec laquelle Martin Amis décompose nos gestes quotidiens, c'est notre morale qu'il met en question : l'absurdité de notre existence ne se résume pas au passage des ans. La drôlerie laisse place au scandale...

  • Nous sommes en 1977. Un jeune homme croise à la Gare Centrale de Copenhague une jeune femme ' dégingandée, les cheveux châtains en bataille et le visage anguleux '. Il l'héberge quelques jours avant de découvrir qu'elle lui a donné un faux nom - elle s'appelle Sonja et non Randi. Elle disparaît, laissant la clef d'un casier contenant un sac rempli de billets de banque...
    Il la retrouve quinze ans plus tard. Cette fois, Sonja accepte de lui raconter sa vie.

    Les mains rouges confirme le grand talent de Jens Christian Grøndahl, passé maître dans l'évocation des existences au carrefour de la grande et de la petite histoire.

empty