Steinkis

  • En nous mettant face à ces situations presque impensables nous prend par la main pour nous amener à les envisager. Un anthropologue Jivaro « fait son terrain » dans la commune de Bois-le-Roi, des pinsons et mésanges définissent les nouvelles lois, Trump Merkel et Macron formant la minorité occidental à préserver. En quatre chapitres dessinés, Pignocchi nous place tantôt dans un arbre, tantôt à l'Élysée. Nous sommes oiseau qui pense militant, nous sommes présidents qui pensent indien.
    Lire pour redescendre dans le croyable et cette fois, envisager vraiment le renversement.

  • Et si le Premier ministre se prenait de passion pour les rainettes ?
    Et si écraser un hérisson par mégarde risquait de déclencher la fureur de son esprit protecteur ?
    Et si le monde et ses dirigeants adoptaient l'animisme des Indiens d'Amazonie ?
    La culture occidentale traditionnelle, quant à elle, ne subsisterait plus que dans quelques régions françaises, où un anthropologue jivaro viendrait l'étudier et militer pour sa sauvegarde.

    De ce parti pris, Alessandro Pignocchi fait émerger un monde où les valeurs s'inversent, les lignes se déplacent et où les rainettes reçoivent enfin la considération qu'elles méritent.

  • "Nous étions Q, dans James Bond. Et tellement plus." Jonna. CIA, Washington ;

    "Ils m'ont demandé de devenir quelqu'un d'autre, une Allemande du nom d'Ima Ackerman." Ludmila. KGB, Moscou ;

    "S'ils avaient découvert notre chargement, nous n'aurions pas eu d'autre choix que de les tuer." Yola. Mossa, Tel Aviv ;

    "Au début, j'ai espionné par amour. Mais après, par idéologie" Gabriele. Stasi, Munich ;

  • Au nom de la bombe ; histoires secrètes des essais nucléaires français Nouv.

    Entre 1960 et 1996, la France a fait exploser, en Algérie et en Polynésie, 210 bombes atomiques.

    Des essais nucléaires auxquels ont participé, de près ou de loin, environ 150 000 hommes. Beaucoup étaient fiers de contribuer à la « grandeur de la France... jusqu'à ce que les premières maladies apparaissent. Et les premiers mensonges d'État.

    À l'aide de récits d'appelés, d'engagés, de personnels civils, d'habitants de Polynésie mais aussi de documents estampillés « secret défense », Au nom de la bombe dessine la face cachée de la grandeur atomique française. Édifiant !

  • Naoto, le gardien de Fukushima Nouv.

    Japon, 11 mars 2011. Un tremblement de terre déclenche un tsunami, qui cause, par des réactions en chaîne, la fusion du coeur de trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima. Une catastrophe de l'ampleur de celle de Tchernobyl.
    Comme tous les habitants de la région, Naoto Matsumura est évacué. Mais ce fermier ne peut se résoudre à abandonner la ferme où sa famille vit depuis cinq générations... et ses bêtes. Prêt à tout pour sauver une vie, fut-elle animale, il retourne chez lui, en pleine zone interdite.
    Depuis, l' « homme le plus irradié du Japon » fait régulièrement entendre sa colère contre le nucléaire et manifeste sa résistance en retournant toujours sur sa terre, auprès des animaux qu'il a sauvés.
    Naoto est une promenade contemplative et onirique sur ces terres dévastées et abandonnées par l'homme. Parcouru de référence aux légendes japonaises qui sont autant d'odes à la nature, le récit rend hommage au combat d'un homme et à la beauté de la vie, qui reprend toujours ses droits.

  • Seidou ; en quête d'asile Nouv.

    Il s'appelle Seidou. Pour sauver sa peau, il a quitté son pays, la Guinée.

    À 33 ans, Seidou n'avait jamais quitté son pays et n'envisageait pas de le faire. Après des études supérieures et avec un bon boulot d'agent commercial en poche, il vivait heureux, à l'aise financièrement.

    Mais après les élections présidentielles et les persécutions dont furent victimes les Peuls, il devient l'un des meneurs d'un mouvement de protestation violemment réprimé par le pouvoir. Il apprend qu'il est devenu un homme à abattre et décide donc de s'enfuir. Il pense partir pour à Bamako, attendre que les choses se tassent puis rentrer. Mais les choses ne se passent pas comme prévu...

    Niger, Libye, Sicile... le parcours est tristement classique.
    Sur le sol européen, c'est une autre épopée qui débute, souvent passée sous silence, celle de la demande d'asile.

  • San Francisco, fin des années 1970.
    Mary Ann Singleton débarque dans la baie après avoir coupé le cordon ombilical et quitté son Ohio natal. Elle trouve refuge dans une pension familiale au 28 Barbary Lane. La propriétaire, Madame Madrigal est, disons, pittoresque mais materne ses locataires avec une inépuisable gentillesse. Et ils en ont tous bien besoin, car « s'il ne pleut jamais en Californie, les larmes en revanche peuvent y couler à flots ». Mary Ann va devoir s'adapter à cette nouvelle vie, Mona vient de perdre son emploi, Michael cherche l'homme de sa vie...

  • Annick Cojean est grand reporter au Monde.
    Au fil de sa carrière, elle a croisé Simone Veil à plusieurs reprises. Au fil de leurs rencontres, une relation singulière s'est installée entre Simone Veil et la journaliste.
    Une relation de femmes au-delà des fonctions.
    Un portrait subjectif, délicat et parfois surprenant de la femme au-delà de l'héroïne.

  • À Cateura, un quartier pauvre d'Asunción, la capitale du Paraguay, enfants et adolescents n'ont que les déchets auxquels se raccrocher. Situé à quelques mètres d'une décharge à ciel ouvert, le bidonville n'offre à ses 25 000 habitants que misère, chômage et délinquance et comme unique perspective d'avenir, le recyclage.
    Lorsque Favio Chávez entreprend de donner des leçons de musique aux jeunes de Cateura, il se heurte rapidement à un obstacle : il ne dispose pas de suffisamment d'instruments pour ses élèves. La solution à ce problème est pourtant sous ses yeux. Aidé de Nicolás Gómez, menuisier et bricoleur de génie, il va créer des instruments à partir des déchets qui s'amoncellent dans la décharge. Naît alors l'Orchestre des instruments recyclés.
    /> Depuis 2006, l'orchestre se produit partout dans le monde. En 2015 est sorti le documentaire Landfill Harmonic.
    Hua Lin Xie relate avec poésie et émotion la naissance de cet orchestre qui témoigne du pouvoir de la musique, celui de sublimer l'existence !

  • Chloé, fan de foot, de sneakers et de rap, ne connaît pas grand-chose à la musique classique. Elle va pourtant s'attaquer dans ce récit à l'un des plus grands compositeurs de l'histoire : Ludwig van Beethoven !

    A travers ce projet, Chloé nous raconte les coulisses d'une création, de ses prémices à la représentation finale au Dortmund Konzerthaus en juin 2020. En immersion avec l'orchestre, elle assiste aux répétitions et fait la rencontre des musiciens, techniciens, agents et autres musicologues qui gravitent autour de ce projet et nous plonge ainsi dans l'envers du décor.
    Au fil du récit, elle désamorce les préjugés ordinaires qui entourent ce milieu mal connu du grand public et nous livre un regard naïf et sincère sur le classique et sur Beethoven ; une figure qui ne lui est pourtant pas tout à fait inconnue, comme le montrent les stars de la pop culture, telles qu'Alicia Keys et Vitaa, qu'elle convoque çà et là dans la BD, qui s'inspirèrent du maître.

  • L'histoire se déroule au Chili. Soledad a quinze ans, Ricardo 18. C'est elle qui raconte. Il est membre du Mir, mouvement de la gauche révolutionnaire, elle est membre d'une fratrie de neuf frères et soeur issue d'un couple de paysans pauvres. Ils se rencontrent en août 1970 sur le campamento Rigoberto Zamora. Il est responsable de la toma, une occupation illégale de terrain sur laquelle se sont installées 360 familles dans l'espoir d'obtenir une maison. Elle fait partie des sin-casa, 60 000 familles vivant sous des tentes de fortune dans la périphérie de Santiago. Ils se marieront, auront deux enfants, s'impliqueront jour après jour dans les espoirs et les luttes de l'Unité populaire, mettant tout en oeuvre pour défendre ce bref interstice conquis par les humbles. Leur histoire d'amour, portée par l'enthousiasme des mille jours de la présidence de Salvador Allende, prendra tragiquement fin avec elle.

  • L'histoire rocambolesque et pourtant bien réelle d'un des plus grands scandales de la fin de l'Empire ottoman : l'évasion en 1906 de deux jeunes Ottomanes de bonne famille, lassées de leur vie cloîtrée, dans le cadre d'une supercherie littéraire dont Pierre Loti fit les frais. Une aventure haute en couleur à laquelle Alain Quella-Villéger a réussi à donner vie en puisant aux sources privées les plus inédites, et qui révèle la face cachée du best-seller de Pierre Loti, Les Désenchantées.

  • Le 21 aout 1865, le Manchester Guardian publie un article intitulé Une Étrange Histoire. À la lecture des lignes qui suivent, l'épithète relève de l'euphémisme. En effet, le quotidien révèle que le Docteur James Barry, un médecin militaire considéré par tous ceux qui l'ont côtoyé comme l'un des chirurgiens les plus brillants de sa génération, était... une femme.
    L'histoire est fascinante, mais également humiliante pour l'armée, qui s'efforcera de faire taire la rumeur et mettra sous scellées, un siècle durant, les documents relatifs au docteur Barry. Dans son élan, elle dissimule le prodigieux travail de modernisation et d'humanisation de la médecine que la chirurgienne avait effectué.
    Isabelle Bauthian et Agnès Maupré retracent l'histoire incroyable de cette personnalité unique qui parvint toute sa vie à dissimuler sa nature, séduisit des femmes, combattit en duel, réussit la première césarienne des colonies britanniques (et une des seules où l'enfant ET la mère survécurent), révolutionna les conditions sanitaires de son époque, et devint la première femme médecin européenne.

  • écumes Nouv.

    écumes

    Ingrid Chabbert

    • Steinkis
    • 11 Février 2021

    Elles s'aiment et après des années d'attente, d'espoir et de désespoir, un bébé est annoncé. Mais la grossesse est compliquée et le pire arrive. Elles vont devoir se reconstruire et lutter contre la douleur. L'amour, l'évasion sur les terres de leur enfant disparu et les carnets qui se remplissent vont les aider à sortir la tête hors de l'eau, loin des écumes.

  • Au coeur de la jungle amazonienne, les Jivaros Achuar conversent quotidiennement avec les plantes, les animaux et les esprits grâce aux anent, de petits poèmes fredonnés à voix basse ou récités mentalement.

    Du moins en était-il ainsi il y a quarante ans, lorsque l'anthropologue Philippe Descola partagea leur vie pendant trois années.

    Fasciné par son récit, Alessandro Pignocchi repart aujourd'hui sur ses traces.

  • Marie est une intrépide septuagénaire en pleine forme. Elle a envie de tout... sauf d'aller se reposer ! Malheureusement, accident oblige, cette fois-ci, elle n'a pas le choix. Pour ne pas rester seule dans son appartement, Marie accepte de s'installer dans une Maison d'Accueil et de Résidence pour l'Autonomie (MARPA). Mais l'idée de vivre dans une « maison de vieux » ne l'enchante guère.
    Marie va découvrir la vie dans la MARPA avec ses hauts et ses bas. Malgré les conditions assez idéales, il faut beaucoup d'élan pour mettre du peps et de la joie dans la vie de tous. Mais Marie ne manque pas d'entrain et d'idées pour faire bouger tout ce petit monde !

  • Entre 1962 et 1984, quelque 2 000 mineurs de La Réunion sont séparés de leur famille et envoyés en France où leur est promise une vie meilleure.

    Jean n'échappe pas à ce destin. Éloigné de sa petite soeur, il est transplanté en Creuse. De foyers en familles d'accueil, il fait la rencontre d'autres enfants réunionnais dans la même situation que lui. Une vie durant, entre errances et recherches, il tentera de comprendre pourquoi...

    Richement documenté grâce au concours de l'historien Gilles Gauvin, Piments zoizos raconte un chapitre méconnu de l'histoire de la Ve République, celui des « enfants de la Creuse ».

  • Le choix

    Désirée Frappier

    • Steinkis
    • 30 Janvier 2020

    « Désirée et Alain Frappier nous font revivre les années 1970 à 2014 sous l'angle de la conquête du droit des femmes à choisir de procréer ou non. Ils le font à leur manière sensible, mêlant le personnel et le social, l'intime et le politique pour nous rappeler comment c'était « avant », avant la loi Veil, pour montrer combien cette liberté, gagnée dans le combat le plus important du XXe siècle, reste menacée par des nostalgiques d'une société Le Choix, travail de mémoire et de vigilance, est aussi un manifeste pour une vie libre et heureuse. » Annie Ernaux « La sensibilité au discours des Frappier est sans conteste décuplée par les images, qui remuent chacun d'entre nous, parfois jusqu'aux tripes. C'est dire tout ce que la bande dessinée a à apporter aux sciences sociales, bien au-delà de ses qualités documentaires et historiques, parce qu'elle est oeuvre, tout simplement. » Gabrielle Napoli, les filles du Loire, 2015.

  • Dans un monde inversé, il est reconnu que les animaux et les plantes ont une vie intellectuelle et sentimentale similaire à celles des humains. La culture occidentale traditionnelle ne subsiste que dans quelques régions françaises où un anthropologue jivaro l'étudie et milite pour sa sauvegarde.

    Ce coffret comprend un ex-libris inédit !

  • En 1885, au Pittsburgh Dispatch, un journal de Pennsylvanie, une missive amère envoyée par une jeune femme de 21 ans. Dans un courrier signé «l'orpheline solitaire», Elizabeth Jane Cochran dézingue un article misogyne appelant les femmes à rester à la maison. La lettre est tellement bonne que le rédacteur en chef du Dispatch l'embauche, pour 5 dollars la semaine.
    L'orpheline devient alors Nellie Bly, son nom de plume. Mais les rubriques pour dames l'ennuient. Elle part s'installer au Mexique, tient six mois avant de fâcher les autorités et file à New York pour rejoindre le New York World de Joseph Pulitzer.
    Là, elle devient la pionnière du reportage clandestin, en infiltrant une usine de boîte de conserves, un cabinet de recrutement de domestiques, un asile psychiatrique, et en effectuant un tour du monde en 72 jours qui la rendit mondialement célèbre... Bref une journaliste intrépide, une femme fascinante... et un authentique modèle !

  • Hippie trail

    Severine Laliberte

    Séverine est née en Grèce en 1973, et de longues années se sont écoulées avant qu'elle ne découvre la véritable histoire de sa naissance. Ce roman autobiographique, souvent très drôle et parfois dramatique, retrace son enquête auprès des protagonistes d'un voyage en 4L jusqu'en Afghanistan, sur la célèbre Hippie Trail. Jusqu'à ce que tout dérape...

    Une aventure pas très glorieuse, souvent drôle, qui désacralise le voyage initiatique des seventies.

  • Là où se termine la terre, c'est l'histoire de Pedro.

    Là où se termine la terre, c'est l'histoire du Chili.




    À travers l'enfance et l'adolescence de Pedro, on revit le bouillonnement d'un quart de siècle d'histoire chilienne, rythmé par la Guerre froide, la révolution cubaine et les espoirs qui accompagnent l'élection de Salvador Allende.




    Avec tendresse et nostalgie, Désirée et Alain Frappier dressent le portrait d'un héros fragile et de sa terre du bout du monde.

empty