Éditions Mots en toile

  • En fin de nuit, dans l'enveloppe du sommeil, il a entendu clairement son père lui dire : « Tu as encore quelque chose d'important à faire ; tu commenceras aujourd'hui et plus tard, tu feras un grand succès. »
    Voilà qui est bien improbable, pense-t-il, pour un homme qui approche les soixante-dix ans et qui est satisfait de son quotidien tranquille.
    Mais l'amour, un amour singulier, l'attend et le poussera à revisiter les grandes lignes de sa vie, à dépasser ses propres limites. L'amour l'amènera jusqu'à Bogota, en
    Colombie, au grand désespoir de sa fille unique. L'amour le forcera à sortir de l'ombre et surtout à remettre en question certaines de ses convictions les plus profondes.

  • Rose, jeune femme atteinte du syndrome de Williams, est une violoniste accomplie. A la mort de sa mère, elle est prise en charge par la grande amie de sa mère qui s'en occupera jusqu'à ce qu'on trouve une maison pour l'accueillir.

  • Élizabeth, octogénaire, oublie de plus en plus. Elle voudrait bien qu'il en soit autrement.
    Sophie, jeune retraitée, cherche à oublier... et voudrait bien se faire une nouvelle vie.
    L'amitié offre à ces deux personnages un doux présent dans lequel chacune fait une différence pour l'autre.
    Dans les Bras de l'Oubli, un roman où l'amour et l'amitié se vivent au quotidien.

  • 1996. Lucien Dumesnil survit, depuis plus de cinq ans, tel un étranger, dans le monde fermé d'une résidence pour personnes âgées. Voilà qu'une nouvelle résidente, Antoinette, vient bousculer son petit quotidien tranquille. Antoinette ! Qu'attend-il donc pour se déclarer ?
    La même année, Maria-Angélica, une stagiaire à l'animation, arrive à la résidence. La jolie jeune femme est le sosie de Pauline, l'épouse adorée d'Armand, le meilleur ami de Lucien, morte mystérieusement cinq ans plus tôt. Par un chemin tortueux, Maria-Angélica trouvera l'amour. Qu'est-ce qui l'empêche de le vivre totalement ?
    Parlez-moi encore d'amour se déroule entre les dégâts laissés par le référendum de 1995 et ceux que fera le grand verglas de 1998, alors que l'on tremble déjà devant le spectre d'un grand inconnu, le bogue de l'an 2000.

empty