Buchet/Chastel

  • Joseph est ouvrier agricole dans une ferme du Cantal. Il a bientôt soixante ans. Il connaît les fermes de son pays, et leurs histoires. Il est doux, silencieux. Il a aimé Sylvie, un été, il avait trente ans. Elle n'était pas d'ici et avait beaucoup souffert, avec et par les hommes. Elle pensait se consoler avec lui, mais Joseph a payé pour tous. Sylvie est partie au milieu de l'hiver avec un autre. Joseph s'est mis à boire, comme on tombe dans un trou.
    Joseph a un frère, marié, plus beau et entreprenant, qui est allé faire sa vie ailleurs et qui, à la mort du père, a emmené la mère vivre dans sa maison. Joseph reste seul et finira seul. Il est un témoin, un voyeur de la vie des autres.
    Joseph est le nouvel opus de Marie-Hélène Lafon. Roman émouvant, traversé en profondeur par une rivière souterraine qui a prénom de femme et de servante : Félicité. Avec talent et humour, Marie-Hélène Lafon rend ici un magnifique hommage à son cher Flaubert...
    Marie-Hélène Lafon est professeur de lettres classiques à Paris. Tous ses romans sont publiés chez Buchet/Chastel.

  • Paul, quarante-six ans, paysan à Fridières, Cantal, ne veut pas finir seul. Annette, trente-sept ans, vit à Bailleul dans le Nord avec son fils. Elle n'a jamais eu de vrai métier. Elle a aimé Didier, le père d'Eric, mais ça n'a servi à rien. Elle doit s'en aller. Recommencer ailleurs. Elle répond à l'annonce que Paul a passée. Le roman raconte leur rencontre et leur histoire. C'est une histoire d'amour.

    Prix Page des libraires 2009

  • Claire, fille de paysans du Cantal, est née dans un monde qui disparaît. Son père le dit et le répète depuis son enfance : ils sont les derniers. Très tôt, elle comprend que le salut viendra des études et des livres et s'engage dans ce travail avec énergie et acharnement. Elle doit être la meilleure. Grâce à la bourse obtenue, elle monte à Paris, étudie en Sorbonne et découvre un univers inconnu. Elle n'oubliera rien du pays premier, et apprendra la ville où elle fera sa vie. Les Pays raconte ces années de passage.


  • Le livre

    "Je pense parfois à elle sous lui. Il est immense, anguleux, dru. Il est comme un ogre ; il doit l'avaler, la dévorer, plusieurs fois, pour la contenir, pour s'en défaire, pour s'en guérir. Parce qu'il n'est pas comme moi ; il a peur ; depuis le premier soir, le soir du chien. Il n'a pas été premier. Il sait qu'elle peut partir ; et comment elle part. Moi je ne le savais pas. Je ne savais pas comment les femmes partent."
    Le Soir du chien, premier roman de Marie-Hélène Lafon, a obtenu le Prix Renaudot des lycéens 2001.

    L'auteur

    Marie-Hélène Lafon est professeur de lettres classiques à Paris. Tous ses romans sont publiés chez Buchet/Chastel.

  • Au début du siècle dernier, Henri, un jeune artiste, parvient sur l'île de B. après un long voyage.
    Venu rendre visite à la femme qui s'est détournée de lui, il y séjournera vingt-quatre heures, le temps pour lui de déambuler dans ce paysage envoûtant, et d'y faire des rencontres singulières.
    Jusqu'à la chute finale, le lecteur chemine à la suite du héros dans cette atmosphère vibrante, rendue par une écriture impressionniste aux multiples résonances.
    De terre et de mer est le troisième roman de Sophie Van der Linden. Après La Fabrique du monde et L'Incertitude de l'aube, l'auteur confirme encore son talent et dépeint avec acuité l'expression des sensations et des sentiments.
    Sophie Van der Linden publie des ouvrages de référence sur la littérature pour la jeunesse, dont elle est spécialiste. Ses romans sont publiés aux éditions Buchet/Chastel.


  • Le livre


    Et je me vois là, dans tout ça. Une petite chinoise de dix-sept ans, une paysanne, partie à l'usine parce que son grand frère entrait à l'université. Quantité des plus négligeables, petite abeille laborieuse prise au piège de sa ruche. Enfermée là pour une éternité.

    Aujourd'hui en Chine. Mei, jeune ouvrière de dix-sept ans vit, dort et travaille dans son usine. Elle rêve aussi.
    Confrontant un souffle romantique à l'âpre réalité, La Fabrique du monde est une plongée intime dans un esprit qui s'éveille à l'amour, à la vie et s'autorise, non sans dommage, une perception de son individualité.
    L'auteur
    Née en 1973, Sophie Van der Linden vit à Conflans-Sainte-Honorine. Elle a publié des ouvrages de référence sur la littérature pour la jeunesse, dont elle est spécialiste. La Fabrique du monde est son premier roman.


  • « Un loup dans la jungle, voilà ce que je suis. Un inadapté, un solitaire avec la rage au ventre parce qu'on m'a toujours méprisé. Une gueule un peu en biais, c'est vrai, une carcasse d'oiseau de proie qu'a rien croûté depuis six mois, et alors ? Je suis né dans la mort pour résumer. »
    À Fresnes où il fait un séjour pour vol avec ruse, François partage sa cellule avec Medhi, un cador du grand banditisme. Ce Mehdi, c'est du méga lourd. D'ailleurs, il ignore superbement François qui, de son côté, joue les serviteurs zélés. Au fil des semaines, les intentions de François vont se révéler...
    Observateur attentif du genre humain, Nan Aurousseau, dans ce nouveau roman, dresse le portrait fascinant d'un meurtrier hors du commun. Humour noir garanti.

    Nan Aurousseau a passé son enfance dans le XXe à Paris. A 18 ans, il est condamné à 6 ans de prison pour braquage. En 2005, il publie Bleu de chauffe - roman où il raconte sa vie. Des coccinelles dans des noyaux de cerise est son premier roman chez Buchet/Chastel.

  • Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l'accès à l'hôtel Baker Street. Cet établissement, charmant et isolé, a été coupé du monde pendant trois jours à cause d'une avalanche. Personne n'imagine que, derrière la porte close, se trouve un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires.
    Tous sont venus là, invités par l'éminent professeur Bobo, pour un colloque sur Sherlock Holmes. Un colloque un peu spécial puisque, à son issue, le professeur Bobo devait désigner le titulaire de la toute première chaire d'holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer...
    Hommage à Sherlock Holmes et à Agatha Christie ; regard amusé sur le petit monde de l'Université ; humour et légèreté. Pour lutter contre la déprime ambiante, Le Mystère Sherlock est idéal !
    J.M. Erre est né à Perpignan en 1971. Il vit à Montpellier et enseigne les lettres et le cinéma dans un lycée de Sète. Il écrit des romans publiés par Buchet/Chastel depuis 2006.

  • Nouvelle ou roman, roman ou nouvelle, parfois on ne sait pas, je ne sais pas ce que je vais faire, où ça va aller ; je suis une piste qui s'enfonce dans le maquis textuel, j'y vais, j'avance, et ensuite ça devient quelque chose que je n'attendais pas, ça devient autre chose, ça se fait en se faisant, ça se fait autrement, ça tourne et ça bifurque, ça se retourne.'
    Histoires rassemble en un seul volume les nouvelles écrites par Marie-Hélène Lafon. Celles qui ont été publiées chez Buchet/Chastel. Et d'autres.
    Histoires est lauréat du Goncourt de la nouvelle 2016.

  • Le nouveau venu est timide. Ses voisins pourtant le prennent en grippe et, sans motifs apparents, s'acharnent sans qu'il ne puisse jamais les voir. Des rideaux s'écartent, on cogne à sa porte, les injures volent derrière les murs. Le propriétaire lui-même fait état de plaintes et le moindre bruit domestique déclenche l'hystérie. Folie de l'immeuble ? Paranoïa ? Les scènes effarantes vues dans la cour intérieure existent-elles réellement ? L'ancienne locataire, elle, c'est une certitude, a pourtant bien essayé d'en finir en se jetant par une fenêtre...
    Dans ce roman où le quotidien alimente le cauchemar, l'auteur dépeint un monde étouffant où le grotesque côtoie le drame. La description faite du piège - réel ou non - destiné à conduire un homme à sa perte, convie à une vision « panique » de l'univers.

  • Dans un no man's land, entre une décharge, une piste d'aéroport et un abattoir, un homme encore jeune habite avec sa grand-mère. Malgré le brouillard opaque, il rencontre son presqu'ami Bortch, qui lui offre des poissons pêchés dans une eau qui file des pustules, aux poissons comme aux hommes...
    Un humour corrosif dépeint cet univers abrasif où germe pourtant l'espoir d'un avenir meilleur, d'un humanisme.

    Prix du Livre Inter 2005, prix du roman des libraires E. Leclerc 2005

  • Une nuit d'hiver, enneigée et glaciale. Un village endormi. Un détective privé - le narrateur - arrive sur les lieux pour mener une bien étrange enquête. Ce détective est un timide qui n'aime pas déranger son prochain. Il n'a plus d'argent et n'a pas vraiment l'habitude de ce métier. Il ressemble plutôt à un homme qui serait aux abois...
    J'enquête est le nouveau roman de Joël Egloff. Le lecteur retrouvera avec bonheur ses personnages décalés, sa poésie et son sens de l'absurde.
    Joël Egloff a obtenu en 2005 le prix du Livre Inter pour son roman L'Etourdissement.


  • Juillet 2013 en province. Comme chaque été, Corentin retrouve, au côté de son parrain, Yvan, son emploi saisonnier de vidéaste de mariage. Chargé d'accompagner les couples des premières heures de la journée la plus importante de leur vie jusqu'au matin suivant, il recueille leurs espoirs et leurs désillusions, leurs joies et leurs détresses, parfois. Mais à vingt-sept ans, il est temps de faire des choix, amoureux tout autant que professionnels. Corentin a devant lui cinq mariages et aucun enterrement pour trouver sa voie.
    Analyse des sentiments, amertume et plaisir, empathie pour les personnages... On retrouve dans Mariages de saison tout ce qui fait le charme des romans de Jean-Philippe Blondel.

  • Max Corneloup, auteur de romans-feuilletons, vient d'aménager au 5, rue de la Doulce Belette. Pile en face de chez lui, Eugène Fluche, artiste peintre collé à sa fenêtre, l'observe à longueur de journée. Exaspéré, Max se met à espionner les moindres gestes d'Eugène et consigne le tout dans son journal intime. Pour entretenir ce climat de méfiance, il y a la concierge, Madame Brichon, un cinéaste fou, Monsieur Zamora, un auteur de romans érotiques, Lazare Montagnac, un chien, Hector, et d'autres personnages hauts en couleur...
    L'inquiétude gagne. Au premier cadavre suspect, le commissaire Taneuse, un drôle de zigue, est dépêché sur les lieux. Qui se cache derrière cette affaire ? À qui profite le crime ?
    Prenez soin du chien est un vrai film ! L'idée de l'auteur : mettre en place une structure fragmentaire permettant une succession de séquences courtes ; privilégier un récit à rebondissements ; travailler une écriture « visuelle » dans l'évocation des décors, la caractérisation des personnages, la vivacité des dialogues. Résultat : la dimension ludique est omniprésente. J. M. Erre ne nous laisse aucun répit. Comme dans un jeu de piste ou un labyrinthe, chacun cherchera les réponses, hésitera, tâtonnera, entre rire et dérision, jusqu'à l'épilogue.


  • L'action se déroule le samedi 7 juin 2042, à 20h42. Durant cette minute qui n'en finit jamais, de nombreux personnages vont se croiser dans les rues d'un petit village de la campagne française après l'apparition d'une soucoupe volante et la tentative d'enlèvement d'un villageois par des extraterrestres. Parmi eux, on suivra notamment le destin de : Alex, un réfugié monégasque qui n'aurait jamais dû se rendre avec sa future ex-fiancée à une soirée costumée pleine de culturistes ; Lucas, un auteur de science-fiction en panne d'inspiration qui n'aurait jamais dû ouvrir sa porte à Maryline Monreau ; le Grand Joël, auteur de L'Incroyable Révélation, un modeste essai qui apporte une réponse définitive aux plus grands mytères de l'univers ; Madeleine, maire du village et conceptrice d'une technique imparable pour échapper aux angoisses existentielles ; Bob et Douglas, les philosophes du bar local, qui commentent l'action avec l'ampleur lyrique d'un choeur antique (ou presque) ; et, en guest star, Alain Delon, dans un rôle inédit...
    Dans ce nouveau roman jubilatoire de J.M. Erre, c'est le monde de la science-fiction qui sert de terrain de jeu. Pour le plus grand plaisir du lecteur, voici des péripéties et des personnages décalés dans une histoire qui traite de mécanique quantique et de peur de l'autre, de paradoxe temporel et de gobage de poulpe...

  • Avoir vingt-deux ans - et plus aucune attache. Rouler sur les routes californiennes. Vivre des rêves éveillés et des cauchemars diurnes. Comprendre que l'important, désormais, c'est de continuer coûte que coûte. Et de rester vivant.


  • Le livre

    En 1936, commence l'une des purges staliniennes les plus sanglantes de l'histoire bolchévique. C'est le moment que choisit Serge Prokofiev pour revenir en URSS et s'y installer avec sa famille. C'est le moment aussi où il écrit et compose Pierre et le Loup, son célèbre conte musical pour enfants. Le Mozart russe s'est jeté "dans la gueule du loup". Il n'en sortira plus jamais jusqu'à sa mort.
    Dans ce roman drôle et cruel, l'auteur imagine les circonstances et les conséquences tragiques de cette décision. A travers le destin d'un homme, c'est l'histoire de la première moitié du XXe siècle que nous revivons. Le Paris brillant et cosmopolite, la guerre, l'implacable machine soviétique. C'est aussi le portrait saisissant d'un compositeur de génie qui traverse les flammes de l'enfer pour tutoyer le divin. Et celui d'une femme libre qui paiera cher le prix de son amour absolu.

    L'auteur

    Né à Marseille en 1961, Olivier Bellamy anime chaque jour "Passion classique" sur Radio Classique. Sa biographie de la pianiste Martha Argerich (Buchet/Chastel) est traduite dans de nombreux pays. Il est aussi l'auteur de plusieurs documentaires à la télévision dont la série "A Contretemps" sur France 3. Il possède un blog sur le Huffington Post.

  • Corps

    Fabienne Jacob

    Chaque jour, Monika arrive la première à l'institut de beauté. Elle observe, écoute, juge parfois les clientes qu'elle voit défiler dans sa cabine. Toutes lui racontent des histoires, des plus anodines aux plus intimes. Loin des chairs lisses et insipides jetées en pâture à notre imaginaire, Fabienne Jacob fouille l'opacité du corps féminin, brossant un portrait sensible de la femme contemporaine, entre enfance, âge de tous les possibles, et maturité, âge de quelques lucidités.

  • L'orphelinat de Chengdu constituait une preuve irréfutable de l'existence de Dieu. Seule une volonté surnaturelle, exercée à plein temps, pouvait maintenir debout ce tas de cailloux dénommé « Asile Sainte-Thérèse des Bienheureux ».
    Toussaint, ému et péteux, frappa trois coups à une grande porte rongée par les vers. L'être qui lui ouvrit constituait une preuve irréfutable de l'existence de Dieu. Seule une volonté surnaturelle, exercée à plein temps, pouvait maintenir debout le tas d'os dénommé « soeur Marie-Béate ».
    - Bienvenue, mon fils. Tu es ici chez toi.
    Toussaint Legoupil est préoccupé par le mystère de sa naissance. Il est persuadé de ne pas être comme les autres. Et il a raison.
    Quelle ne sera pas ta surprise, lecteur, en découvrant que Toussaint vient de Chine. Quelle a pu être la réaction de ses parents le découvrant à l'orphelinat de Chengdu ? Les Legoupil ont fait des milliers de kilomètres, ils ont attendu plus de trois mois sur place. Ils croyaient rentrer en France avec un petit Asiatique et c'est Toussaint qui apparaît.
    Or il n'a rien d'un Asiatique.
    Il est noir. Type africain évident.
    Toussaint est un Chinois noir. Et il veut savoir pourquoi.
    Made in China est un roman joyeux et ludique. Comme dans un singulier jeu de piste, les personnages - hauts en couleur - et le lecteur - amusé - chercheront les réponses jusqu'à l'épilogue.

  • Dix-neuf ans. Étudiant. Pas d'argent. Pour pouvoir remplir son frigo et s'amuser un peu, il n'y a guère de solutions. Travailler dans un fast-food. Surveiller les activités périscolaires. Ou opter pour le baby-sitting. C'est ce que choisit Alex, finalement. Mais lorsqu'il dépose son annonce à la boulangerie du coin, il est loin d'imaginer la série de personnages qu'il va rencontrer, et à quel point cet emploi va modifier sa perception du monde. Il ne peut surtout pas se douter combien sa présence va influer sur la vie de ses nouveaux employeurs. Parce que, au fond, ce que l'on confie à un baby-sitter, pour quelques heures, c'est ce que l'on a de plus précieux - ses enfants, sa maison, le coeur même de son existence.
    Un roman sur les liens que l'on tisse et sur ceux que l'on tranche - et sur cette humanité qui tente, bon an mal an, de tenir et d'avancer, en rêvant de courir et de dévaler les pentes.
    « Un texte tendre sur le glissement des années. » A.-E. L., Biba.
    « Un roman tendre, drôle et poétique. » J.-Cl. Perrier, Livres Hebdo.


  • Le livre

    Un écrivain en panne commence une analyse. Peu à peu, l'analyse va consister à analyser l'analyste ! Et à entretenir le fantasme absolu : qui est sa femme ? Un roman léger et drôle sur ce sujet si profond et grave qu'est une cure analytique. La Femme de l'analyste raconte avec jubilation ce long voyage que chacun d'entre nous doit entreprendre un jour vers la réconciliation et la sérénité.
    L'auteur

    Né à Neuilly en 1947. Etudes à Henri IV. Crée en 1973 un établissement secondaire d'inspiration "summerhillienne" installé en Seine et Marne. Abandonne tout en 1995 pour assouvir la passion d'enfance sans cesse différée d'écrire des romans. Ce qu'il fait depuis, en assurant l'ordinaire grâce à des ateliers d'écriture et des boulots de "nègre".

  • Il y a, dans Libellules, un enfant qui grandit et sans cesse s'interroge, un père qui aimerait pouvoir lui répondre, il y a cette femme qui, du matin au soir, secoue son linge à sa fenêtre, il y a Kate, là-bas, en Antarctique, et la tragique histoire d'un chapeau à la mer... Avec tendresse et bienveillance, un écrivain porte un regard sensible et drôle sur le monde qui l'entoure.

  • Elle a tout abandonné pour lui. Elle avait du talent, commençait à être reconnue comme sculpteur. Mais elle est devenue moins que sa servante. Insidieusement. S'est oubliée, reniée. Au début de ce roman intense, elle tente de prendre la fuite. Avec son style reconnaissable et poétique, Violaine Bérot sonde les zones profondes, obscures, de ses personnages. Et raconte cette tragédie que représente le fait de « devenir personne.
    Née en 1967 dans les Hautes-Pyrénées. Issue d'un milieu paysan très modeste, Violaine Bérot vit dans les Pyrénées, est ouvrière agricole et écrit.

  • Une mère, la quarantaine, divorcée, légèrement dépassée. Et ses trois gosses : deux ados et une petite fille. Situations désopilantes, moments de crise et fous rires. Le portrait sans fard d'une famille du XXIe siècle.
    À propos de l'auteur :
    Valérie Clo vit en région parisienne et travaille dans l'audiovisuel.

empty