Julliard (réédition numérique FeniXX)

  • André Kostolany, Français d'origine hongroise, distille avec esprit et sagacité dans ce livre de chevet, romanesque et anecdotique du parfait boursier, son expérience de grand spéculateur. Alternant les évocations de l'historien et les souvenirs personnels du financier, il nous trace un tableau vivant de la spéculation boursière à travers le monde et même à travers l'Histoire. En particulier, une brillante revue des grands krachs boursiers depuis le premier : celui de Philippe II d'Espagne, jusqu'au fameux "Vendredi noir" de Wall Street en 1929, permet à l'auteur qui, chemin faisant, n'a pas négligé ses propres aventures, de dégager les lois générales et les mécanismes particuliers des transactions financières.

  • Quelles histoires raconte-t-on, quels mots, quelles trouvailles font rire en 1960 ? Les mots changent. Les bons mots vont encore plus vite. Certes ni Chamfort, ni Labiche, ni Sacha Guitry, ni Alphonse Allais ne risquent de se démoder. Sans revendiquer des patronages aussi écrasants, disons au moins que ce livre se place résolument sous le signe de l'humour. Les histoires n'y sont pas classées par ordre alphabétique mais par familles. Chacune appartient à un genre : histoires classiques, folkloriques, mots d'auteur, histoires absurdes, histoires d'animaux, de snobs, d'argent, histoires au « second degré ». Elles s'adressent aussi bien aux élèves consignés qu'à tous les autres prisonniers et qu'aux gens que leur métier attriste. Ces histoires se dédient également aux boute-en-train professionnels qui pourront les relire avant d'aller dîner en ville.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ministre des relations extérieures et intérieures d'un navire, le commissaire de bord assure la liaison entre l'équipage et les passagers, il veille discrètement à l'observance des rites de la courtoisie et de la bonne humeur, organise les réjouissances, dose les éléments d'une ambiance : bref, il est le bon génie du voyage. Qui mieux que lui se trouve à même d'observer ce microcosme social réuni par hasard et pour quelques jours dans le monde clos du navire ? Les auteurs de ce livre charmant nous montrent que chaque traversée a son histoire, son caractère, ses péripéties, ses intrigues ; chaque traversée est une petite comédie humaine entre ciel et mer. Ils ont cinglé vers les cinq continents, navigué avec nombre de célébrités, surpris à leur bord des bagnards en fuite... Lire leur livre, c'est donc goûter les plaisirs et les émotions de la plus animée et de la plus belle des traversées.

  • L'étoile fulgurante qui se désintègre sur la couverture de « Surhommes et Surmondes » est l'agrandissement d'une émulsion photographique obtenue au moment où un méson frappe le noyau d'un atome de carbone. Symbole lyrique du Cosmos, cette image étrange montre quel est le dessein de l'auteur dont les séries d'articles dans « Paris-Match » ont une audience immense et font sensation en illuminant d'un jour absolument nouveau le monde exaltant de la course aux étoiles. Ici, dans son livre, Marc Heimer qui, à 28 ans, appartient à la génération de ceux pour lesquels la conquête cosmique sera une réalité quotidienne, dresse un tableau général des révélations, des problèmes et des perspectives parfois hallucinantes de la science actuelle, moins sur le plan matériel que sous un angle à la fois philosophique et humain. Ainsi, les dernières découvertes biologiques inaugurent une révolution comparable à la révolution atomique. Un homme nouveau va naître et il sera à la démesure de l'Infini qu'il sera appelé à conquérir. Quelle étonnante odyssée va être cet ensemencement du Cosmos par l'Humain ! C'est elle que l'ouvrage de Marc Heimer annonce et c'est le monde fantastique où nous avons la chance d'évoluer qu'il décrit. En cela, il est un témoignage pour les hommes à venir.

  • Christophe Colomb traversa l'Atlantique Sud en 70 jours. Lindbergh, l'Atlantique Nord en 33 h 30. Il ne savait pas qu'il ouvrait la voie aux avions à réaction, plus puissants que douze locomotives et qui mettent New York à 7 heures de Paris. Jean Mézerette retrace l'histoire prodigieuse de l'Atlantique Nord. Des conquérants tenaces y ont inscrit leur nom en lettres d'or : Nungesser, Coli, Chamberlin, Byrd, Assolant, Lefèvre, Costes, Codos... sans oublier Amelia Earhardt. Tant d'autres y ont laissé leur vie : 95 pilotes depuis la folle équipée de Nungesser et Coli. Le roman de cette conquête qui est l'un des grands événements du siècle, s'achève dans le poste de pilotage d'un « jet » : les lecteurs y vivront les minutes saisissantes d'un Paris-New York actuel.

empty