Annie François

  • A ceux qui demandent " dis-moi ce que tu lis... ? ", l'auteur répond par " comment je lis ". couchée ? assise ? au bureau, à la maison, à l'hôtel, au restaurant, dans le métro, à l'hôpital ? pourquoi ci ? pourquoi ça ? avec ou sans marque-page ? sur les conseils d'un ami, d'un critique, d'un libraire ? des gros volumes, des opuscules ? comment classer, empiler, ranger, ne pas ranger, déranger ses livres ? déménager à cause des livres ? quel plaisir prend-on au velouté ou à la finesse du papier, à la souplesse ou à la rigidité des reliures, au bruit des pages qu'on feuillette, à leur odeur ? quel rapport avec la mémoire ou l'oubli, la culture et l'inculture ? au fil d'une cinquantaine de chapitres drôles ou émouvants se dessinent une sorte d'autobiobibliographie, de portrait d'un couple, d'une tribu amicale, d'une confrérie de lecteurs dont on aime à se sentir proche.

    Sur commande
  • 181 rubriques sur le ménage (dans tous les sens du terme) sur le propre, le sale, l'ordre, le désordre, chez soi, dans la rue, sur la terre comme au ciel, hier et aujourd'hui, ici et ailleurs.
    « Poussière, tu redeviendras poussière » : on a beau savoir, depuis Adam et Ève, le premier couple des Écritures, que le ménage est un des grands problèmes de l'humanité, Annie François le démontre. Après nous avoir fait partager les plaisirs ambigus de la lecture (Bouquiner) et de la cigarette (Clopin-clopant), elle s'attelle, enfin, à un sujet sérieux. Une nouvelle occasion de donner la mesure de son imagination (il en faut pour tirer parti d'un sujet si ingrat), de sa perspicacité, de son goût de l'observation. Ironique, peu vertueux, critique - ou bienveillant -, ces scènes de ménage sont décapantes. De ce florilège jubilatoire, retenons cet exemple sur le jeu des amours et du placard :
    « La pelle et la balayette, longtemps désolidarisées, forment aujourd'hui un couple indissociable : les soies de la balayette caressent le creux de la pelle, leurs manches s'imbriquent étroitement avec un clic qui claque comme un baiser. Désormais, on se roule des pelles dans les placards à balais ».

  • Dans ce nouvel épisode de l'autobiographie d'une pas grand-chose, Annie François continue de se raconter par le biais d'éléments qu'elle connaît bien : hier les livres, avec Bouquinier ; aujourd'hui la cigarette, avec Clopin-clopant.
    Deux habitudes, l'une réputée noble pour l'esprit, l'autre dangereuse pour le corps, deux sortes de toxicomanies auxquelles elle s'adonne, conjointement, avec délectation. Du berceau aux dispositions testamentaires, des événements graves aux plus futiles, de l'ère pépère du clope au bec aux années antitabac qui transforment le fumeur en quasi-délinquant et en pestiféré, tout est observé ici à travers le filtre des cigarettes.
    Si Bouquinier fut considéré comme une sorte d'hymne à la lecture, Clopin-clopant n'invite pas au prosélytisme. Mais encore moins à la mélancolie. Le danger de ce livre est ailleurs : son autodérision, son style, son goût des mots risquent de faire des adeptes.

    Sur commande
  • Petits mots sucrés-salés que l'on dit aux enfants qui ont mangé du gratin de chou-fleur, de la frisée aux lardons et goûté de la moutarde. Ainsi, les grandes personnes jettent des mots en l'air, que les enfants rattrapent au bond, pour jouer avec et se raconter des histoires à leur façon.

  • Sous le règne du roi Henri IV, les richesses que les Portugais et les Espagnols rapportent des pays éloignés poussent les Français à suivre leur exemple. En 1601, une Compagnie des marchands formée entre des négociants de Saint-Malo, de Laval et de Vitré entreprend de chercher la route des Indes. Cette première association obtenant des privilèges arme de deux navires, le Croissant et le Corbin, qui partent de Saint-Malo le 18 mai 1601 avec le concours d'un pilote hollandais. C'est sur ce dernier bateau que François Pyrard embarque.
    Après avoir fait naufrage aux Maldives. Il y est retenu prisonnier cinq ans, avant de gagner la côte indienne et les comptoirs portugais. Après un long séjour dans la ville de Goa, les Portugais l'emmènent pour être jugé comme espion à Lisbonne, mais les tempêtes les détournent sur le Brésil. François Pyrard embarque finalement vers la Galice d'où il rejoint La Rochelle le 5 février 1611.
    Ce premier récit d'un Français qui a gagné les Indes est un grand classique de la littérature de voyage.

  • Le livre du professeur Colibris 3e contient :

    Toutes les réponses aux questions, exercices et activités du manuel.
    Des pistes pour les sujets d'écriture, d'oral, « le coin du philosophe ».

    Sur commande
  • Dans quelle mesure les dynamiques sociales de réseaux, si ancrées dans les cultures africaines, suscitent-elles des processus d'adhésion et de participation à la mondialisation ? Les réponses de chercheurs d'équipes d'horizons divers sont multiformes, à l'image de la richesse des processus d'appropriation ou de réappropriation par les Africains, ouverts aux diasporas, de tout ce qui peut accompagner les solidarités : associations de femmes ou de jeunes, à dimensions locales ou internationales, réseaux professionnels ou ludiques, le tout à l'heure des dures lois des marchés, du tourisme concerté ou subi, de l'avion et de l'internet.
    Les liens sociaux ainsi renouvelés servent-ils de vecteurs aux modèles de développement, de pensée, de culture de système-monde au moment où la Chine et l'Inde sont en train de prendre une place de plus en plus importante à défaut d'imposer des modèles ? A contrario, produisent-ils des formes d'autonomie, voire de résistance à la mondialisation débouchant sur de véritables replis identitaires au nom de l'authenticité, de la négritude, du self reliance, du nationalisme ou de l'indépendance ? Cette réflexion a été lancée au début de 2001 dans le cadre d'une recherche expérimentale sur les " dynamiques locales de la mondialisation les Afriques en perspectives " pour le nouveau contrat d'objectifs de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine.
    Les contributions émanent d'approches de ces questions par différentes disciplines des sciences humaines et sociales : géographie, sciences politiques, anthropologie, sociologie ou information-communication.

    Sur commande
  • Pourquoi la vie devrait-elle basculer quand on se sait condamné ? Annie François, elle, a décidé de ne pas lâcher prise, de passer outre la douleur, le regard des autres, la peur qu'inspirent le cancer et la mort, pour rester telle qu'elle est. Ce n'est pas si facile de faire mine de rien, c'est même un véritable combat. S'acharnant à voir toujours le bon côté des choses, elle nous livre un témoignage poignant - et auquel nous ne sommes pas habitués - de la maladie : hôpital, médecins et personnel médical, instruments de torture et médicaments, chimiothérapie, séances d'opération... C'est là tout un monde, qui tourne autour de la mort et qu'elle regarde avec distance et incrédulité. Cet oeil presque candide, mais aussi les jeux de mots et les quiproquos qui parsèment le récit, construisent au fil des chapitres, et à la suite de ses précédents livres, un petit hymne à la vie sans prétention mais plein d'humour.Elle succombera à son cancer mais elle n'aura pas perdu contre lui. C'est avec beaucoup de courage qu'elle aura su profiter jusqu'au bout des petites choses de la vie. Véritable leçon d'optimisme, mais aussi petit bijou de prestidigitation littéraire, Annie François nous transmet une autre maladie, celle de la passion des mots.Suivi de "De guerre lasse", signé de François Chaslin, son compagnon.Annie François, éditrice au Seuil récemment disparue, est désormais l'auteur d'une mémorable trilogie: Clopin-Clopant, Autotabacographie (2002), Bouquiner, Autobibliographie (2004) et le présent texte, sous-titré Autobobographie, tous parus dans la même collection.

  • L'occupation militaire multiplie, dans la recherche d'une accommodation entre les deux camps, les tensions et les combinaisons possibles entre fonctions ou statuts publics, sociabilités et influences locales, opinions et besoins. De même, le rôle joué par les occupants ne se réduit pas à la brutalité de la soldatesque et à l'exploitation économique. Ainsi, occupants et occupés peuvent aussi être amenés à jouer, même dans un contexte conflictuel, le rôle de passeurs culturels « malgré eux ».

    Sur commande
  • Cet ouvrage propose une présentation synthétique et complète des principaux caractères de la Terre, étudiés à différentes échelles, de celle de la planète à celle de ses différents milieux.

    Il permet de comprendre la géographie physique :
    - La structure et l'activité de la Terre, - la distribution des climats et leur dynamique, - la diversité des milieux, notamment aquatiques.

    Le lecteur découvrira la nature des roches et des matériaux terrestres, les principales étapes de l'histoire de la Terre et l'exploitation des ressources par l'Homme.

    Cet ouvrage concerne :
    - Élèves des lycées.
    - Étudiants en formations universitaires dans les domaines des géosciences et de la biologie (DUT, licences, licences professionnelles, masters, masters professionnels).
    - Étudiants en BTS dans les domaines des géosciences et de la biologie.
    - Étudiants préparant les concours de l'enseignement ou des grandes écoles.
    - Tous ceux qui souhaitent compléter leurs connaissances en géographie physique.

  • Cet Abrégé a l'ambition de permettre à la fois l'apprentissage de l'hématologie pratique pour le non-spécialiste et l'apport des connaissances de base nécessaires pour suivre l'évolution de la discipline dans les années à venir.Il conserve dans ses grandes lignes les principes qui avaient fait le succès des précédents abrégés d'hématologie, notamment la description des processus logiques permettant d'aller des symptômes révélateurs au diagnostic en se fondant, autant que possible, sur un raisonnement physiopathologique.
    Sa présentation est pratique et didactique, avec notamment la mise en exergue des points forts et l'identification des points de débat. Il inclut aussi l'indication des « connaissances minimales » considérées comme nécessaires en fin de 2e cycle par la Société française d'hématologie et celles des éléments de programme du 2e cycle retenus par la Commission nationale des études médicales en 2000-2001.
    Enfin, une partie « Pratique », composée de cas cliniques corrigés, offre un véritable outil d'entraînement et d'auto-évaluation.

  • Voie maritime aux dimensions gigantesques, le Saint-Laurent constitue le trajet naturel entre les Grands Lacs et l'océan Atlantique.
    Simple débit d'eau douce à sa source, il recueille en chemin les eaux vives de nombreux affluents avant de poursuivre et d'achever son parcours de géant là où il va s'unir intimement à la mer. Il est le lieu de toutes les naissances : plusieurs milliers d'espèces de plantes, d'invertébrés, de poissons, d'oiseaux et de mammifères ont élu domicile en son sein ou autour de ses rives. Entre ses vagues dansantes et ses abysses silencieux, on y découvre un monde qui ne cesse de croître, de se renouveler et de ravir les sens et l'esprit.
    Cet ouvrage soigné rend hommage à l'un des plus riches patrimoines d'Amérique du Nord. Il nous permet d'explorer une succession harmonieuse d'habitats dulcicoles e marins au milieu desquels évolue une diversité phénoménale de végétaux et d'animaux. Les nombreuses photographies révèlent des paysages contrastés, des animaux familiers ou méconnus, une flore terrestre et aquatique luxuriante.

    Sur commande
empty