François Blanchetière

  • Formé à la Petite école de dessin et d'architecture à la fin des années 1850, Rodin travailla tout d'abord dans des ateliers d'ornemanistes, puis produisit aussi bien de petites figures décoratives que des décors monumentaux (façade du théâtre des Gobelins, 1869 ; Académie et Bourse de Bruxelles, 1874.). Entré à la Manufacture de porcelaine de Sèvres en 1879, il produisit des décors de vases très originaux. La commande de la Porte de l'Enfer, en 1880, marque le tournant de sa carrière : avant d'être le chef-d'oeuvre autonome que l'on connaît aujourd'hui, elle était initialement conçue comme un ensemble de bas-reliefs, et devait orner la façade du musée des Arts décoratifs. A partir des années 1880, Rodin put choisir ses commandes et réserver à quelques mécènes sa production décorative (projets de cheminées, tympans sculptés.). Il put aussi se lancer, en collaboration avec plusieurs spécialistes de techniques telles que le grès ou la pâte de verre, dans des expérimentations visant à donner de ses oeuvres une vision renouvelée.

  • Allemand Rodin

    Francois Blanchetiere

    Réalisée en collaboration avec le musée Rodin, cette introduction de référence aborde les oeuvres principales d'Auguste Rodin, sculpteur français précurseur, créateur du Baiser et du Penseur. Grâce à de riches illustrations et des textes éclairants, elle explore la façon concrète de sculpter de l'artiste et ses idées influentes sur le mouvement, l'expression du corps et les effets du hasard.

  • Réalisée en collaboration avec le musée Rodin, cette introduction de référence aborde les oeuvres principales d'Auguste Rodin, sculpteur français précurseur, créateur du Baiser et du Penseur. Grâce à de riches illustrations et des textes éclairants, elle explore la façon concrète de sculpter de l'artiste et ses idées influentes sur le mouvement, l'expression du corps et les effets du hasard.

  • Récusant la thèse de l'école de Tübingen qui fait encore loi dans l'historiographie juive des origines chrétiennes, reprenant les travaux les plus récents qui aboutissent à une reconsidération fondamentale du judaïsme palestinien, avant et après la destruction du Temple en 70, sans oublier l'apport des manuscrits de la mer Morte, s'appuyant sur des travaux exégétiques récents autour des Actes, aussi bien que des Evangiles canoniques, Matthieu surtout, ou de la littérature apocryphe, l'auteur a voulu dans une démarche d'historien tenter de comprendre et de reconstruire autant que possible et dans ses multiples aspects l'évolution du mouvement suscité par la personnalité hors du commun de Jésus de Nazareth.
    La première partie s'attache à inventorier les données disponibles relatives aux " Nazaréens " - récusant le terme inadéquat et cependant reçu de judéo-chrétien - tout en fournissant une réflexion méthodologique et historiographique pour se situer par rapport à ses devanciers.
    Dans une seconde partie, on a tenté de retrouver la démarche intellectuelle de ces " Nazaréens ", leurs idées et leurs croyances, leurs pratiques, enfin de déceler le processus d'estrangement et de rupture du lien à la matrice judéo-palestinienne.
    Cette Enquête sur les racines juives du mouvement chrétien (30-135) entend constituer une base de travail et de réflexion, un instrument de travail sur un moment de l'histoire du christianisme trop souvent oblitéré et pourtant, étymologiquement, fondamental.
    Son propos apparaît donc différent et surtout plus large que celui de nombre de ses prédécesseurs.

empty