Gilles Gaetner

  • Sous forme de lettre, une interpellation adressée au Président de la République par le grand journaliste d´investigation Gilles Gaetner.

  • Pilleurs d'Afrique

    Gilles Gaetner

    Un hôtel particulier, avenue Foch, payé cent millions d'euros... Trois millions de dollars dépensés en objets ayant appartenus à Michael Jackson. Des berlines achetées sur un coup de tête, pour un million d'euros chacune... Des bijoux et des montres à des prix ahurissants. Des robes et des costumes à faire pâlir les stars. Dans l'entourage des présidents de la Guinée équatoriale, du Congo-Brazzaville, du Gabon, on dépense sans compter. Normal : on se sert dans les caisses de l'État. En vingt ans, des centaines de millions d'euros se sont ainsi évaporés, à travers des prête-noms, des comptes offshores disséminés à Dubaï, à Hong-kong, à Monaco, au Luxembourg... Gilles Gaetner, au terme d'une enquête de plusieurs années, révèle l'étendue de ces scandales inimaginables. C'est toute une galerie de personnages surprenants qui défilent alors dans ces pages très documentées. Comment tout cela est-il possible ? Impuissants, abasourdis, réprimés, les Africains assistent à cette gabegie, alors que tout le continent est à la souffrance. Ce livre est bien plus qu'un réquisitoire : c'est la révélation de l'injustice organisée par les plus hautes sphères du pouvoir. Gilles Gaetner est né en 1946. Spécialiste des affaires politicofinancières, il a été journaliste aux Échos, au Point, à L'Express, où il a travaillé pendant près de 25 ans. Auteur d'une quinzaine d'ouvrages, il a notamment publié, en 1992, l'un des premiers livres sur l'état de la corruption dans notre pays : L'argent facile. Dictionnaire de la corruption en France.

    Sur commande
  • Emmanuel Macron l'avait promis : avec lui, nous entrerons dans le Nouveau Monde. Les Français l'ont cru. Fini le copinage, les combines et les affaires. Nous aurons une République apaisée. La morale sera de retour.
    Deux ans et demi plus tard, qu'ont vu nos concitoyens ?
    Les démissions fracassantes de François Bayrou, Gérard Collomb et Nicolas Hulot, les opérations immobilières de Richard Ferrand, le ton méprisant de l'ambitieux Benjamin Griveaux, les festins de M. de Rugy et les liaisons sulfureuses d'Alexandre Benalla... Tout cela, sur fond de suppression de l'ISF, d'abaissement du rôle du Parlement, de privatisations et de future réforme des retraites aux contours de plus en plus flous.
    Mais pour Macron, le Peuple ne sait pas. Seul le président et ses amis diplômés savent. Ils ne doutent jamais. Les maires ?
    On ne s'en soucie guère. Les syndicats ? On s'en méfie. Les Gilets jaunes ? Ils se calmeront bien un jour... Les Arrogants sont au pouvoir. Jusqu'à quand ?

  • Autour de François Hollande, des élus sont épinglés par la justice, son ministre du Budget est au coeur d'une faramineuse affaire de fraude fiscale, son ami et trésorier de campagne possède des entreprises aux îles Caïman... Mais lui, le président " normal ", n'a rien vu d'anormal pendant des mois... et continue de parler de " République exemplaire " !
    Qui sont où ont été les " maîtres ès dérives " du PS ? Jean-Pierre Kucheida, l'ex-baron de Liévin, cacique de la Fédération du Pas-de-Calais, qui attend son jugement. Gérard Dalongeville, ex-maire de Henin-Beaumont, en correctionnelle en mai 2014. Jean-Noël Guérini, encore président du conseil général des Bouches-du-Rhône, mis en examen pour association de malfaiteurs. Sylvie Andrieux, députée du même département, objet de poursuites judiciaires. L'ex-sénateur de l'Hérault Robert Navarro, mis en examen, et ses 40 000 euros annuels de... pizzas. Jean-Paul Huchon, président d'Île-de-France, condamné pour prise illégale d'intérêts. Philippe Kaltenbach, sénateur-maire de Clamart, mis en examen pour corruption.
    Résultat : le PS, qui revendique le 1er prix de vertu, est en passe de doubler la droite dans la course à la corruption. Et l'opinion s'exaspère. Veut-on vraiment moraliser la vie politique ?

  • Côté face, les journalistes écrivent n'importe quoi. Ils vont trop vite. Ne vérifient pas leurs sources. Sont trop politisés. Se prennent pour des stars, croient tout savoir et supportent mal d'être critiqués. Côté pile, les journalistes percent les secrets de la République qui, sans eux, resteraient enfouis. Voir très récemment le compte suisse de Cahuzac ou l'affaire Bettencourt. Au prix d'une enquête fouillée et d'entretiens avec de nombreux journalistes français et étrangers, Gilles Gaetner nous offre une plongée déconcertante dans les arcanes d'une profession qui, il y a peu encore, fascinait.
    Il revient sur la guérilla qui a opposé les journalistes du Monde à Nicolas Sarkozy. Une guérilla très violente. Il nous emmène vers des rivages peu flatteurs : entorses à la déontologie, vénalité, connivence avec le pouvoir... ou hostilité systématique. Au total, un regard critique mais sans règlements de compte, un effort de lucidité qui éclaire les bons et les mauvais côtés du "4e pouvoir" en France.

  • Qu'en est-il aujourd'hui de la corruption en France ? Qui s'en rend coupable ?
    Qui la dissimule ? Qui la combat ? Pour répondre à cette question, Gilles Gaetner a mené une longue enquête, au terme de laquelle il révèle le vrai visage de la France : un pays plus que jamais soumis au pouvoir de l'argent.
    L'ouvrage est divisé en deux parties. La première traite de la problématique de la corruption au sens large (trafic d'influence, détournement de fonds publics, prise illégale d'intérêts), montrant son omniprésence dans la société.
    La seconde aborde la question de manière alphabétique. De A à Z, l'auteur nous offre un accès complet et inédit à la corruption : corrompus, juges, avocats, lieux, affaires les plus marquantes. Un véritable who's who de la corruption qui repose sur des documents officiels, des procès verbaux, des rapports de hauts magistrats, mais aussi sur de nombreux renseignements confidentiels et inédits. Un constat accablant.

  • Les 100 jours de Macron

    Gilles Gaetner

    • Fauves
    • 11 Août 2017

    "De sa traversée théâtrale, jupitérienne, de la cour du Louvre le 7 mai, à sa volonté de réunir droite et gauche, en passant par la phrase, « c'est moi le chef », lancée au général de Villiers et sa colère contre le gouvernement après la baisse de l' APL, Gilles Gaetner, tel un scribe méticuleux, a noté et analysé, pendant 100 jours, les décisions prises par Emmanuel Macron. Il a scruté ses faux pas et recensé ses réussites. Aujourd'hui, Emmanuel Macron est en berne dans les sondages ; ses projets, notamment la réforme du Code du travail ou la refonte de l'assurance chômage ne suscitent guère l'enthousiasme des syndicats. Pourtant, le nouveau président a réussi le dépoussiérage de la vie politique. De nouvelles têtes sont apparues. Ejectés, les élus accrochés à leur fauteuil, ne pensant qu'à leur réélection ! Macron ? On le croit Chérubin. C'est un bulldozer. Sans état d'âme. Doit-il craindre une rentrée sociale « chaude » comme le lui promet Jean-Luc Mélenchon ? D'où cette question capitale : le credo, « et à droite et à gauche », ADN de l'idéologie macronienne, inspirée par le général de Gaulle en 1945 et 1958, reprise par Rocard en 1988, puis par Sarkozy en 2007, résistera-t-il aux bourrasques éventuelles ou, au contraire, volera-t-il en éclats ?"

    Sur commande
  • Marine le pen au pouvoir - et si l'incroyable survenait ? Nouv.

  • Jamais la république n'avait connu ministre de la justice aussi déroutante.
    Elle engueule ses collaborateurs qui n'en peuvent plus et s'en vont. elle déplaît à gauche, mais aussi à l'intérieur de son propre camp. elle s'en moque. c'est une battante. elle séduit l'opinion publique. l'essentiel à ses yeux. elle pose dans les magazines. de quoi exaspérer les juges davantage habitués à la discrétion qu'à une publicité outrancière. quel est le ressort de rachida ? une soif de revanche sociale ? le pouvoir ? gilles gaetner interpelle la garde des sceaux, et grâce à des anecdotes et des révélations inédites, décrypte son itinéraire.

  • La republique des copains

    Gilles Gaetner


    Décrit et analyse la manière dont sont nommés, depuis 25 ans, les hauts fonctionnaires de l'Etat. L'auteur dénonce les pratiques basées sur les affinités avec le pouvoir en place, les remerciements pour services rendus, le copinage... au détriment des critères de neutralité, de vertu ou de compétence.


    Sur commande
  • Eric Besson. Jean-Marie Bockel. Bernard Kouchner. Ils ont été socialistes des années durant. Aujourd'hui, ils ont déserté pour rejoindre le camp Sarkozy et devenir ministres du gouvernement Fillon. Pour quelles raisons ? Par quel cheminement ont-ils franchi les portes de la trahison ? Par vengeance à l'égard du Parti socialiste qui n'aurait pas reconnu leur talent ? Par adhésion aux valeurs du sarkozysme ? Par simple opportunisme ? Au long d'une enquête fouillée, écrite dans un style alerte, parfois acide mais non dépourvu d'humour, l'auteur, évoquant aussi les grands traîtres de l'Histoire, répond à ces questions qui concernent tous les citoyens. Tout en permettant au lecteur de mieux comprendre les dessous de la fameuse stratégie d'ouverture de Nicolas Sarkozy. Une sorte de démocratie unanimiste, vouée à plus ou moins long terme à un échec inévitable.

    Sur commande
  • Le juge Renaud Van Ruymbeke est, par lui seul, à l'origine du plus extravagant scandale - l'affaire Urba - qui a fini par précipiter la débâcle électorale de la gauche au pouvoir. Or, cet homme discret a consenti à ouvrir ses dossiers à G. Gaetner et R.P. Paringaux. Il ne parle pas à la première personne, certes, puisque le secret de l'instruction l'interdit... Voici racontée par le détail la véritable histoire de la Sages, de la société Urba, des dessous des affaires Traper, Dufoix, Emmanuelli, etc. On y voit des hommes d'influence se compromettre avec des voyous, des ministres défaits par l'audace d'un petit juge qui s'efforce, par son enquête, d'en finir avec le scandale que constitue le financement actuel des partis politiques.

    Sur commande
empty