Jean-Claude Rochigneux

  • Au début du XVIIIème siècle, les maçons se réunissaient dans un local profane, le plus souvent des arrière-salles de tavernes. Ces locaux ne pouvaient posséder de décoration fixe. Pour que la salle d'auberge se transforme en temple maçonnique, il suffisait que les principaux symboles soient présentés aux maçons afin qu'ils nourrissent leur méditation. Ainsi, à l'ouverture des travaux, un officier traçait le tableau de loge à la craie au centre de la pièce, à même le sol. A la clôture des travaux, ce même officier devait l'effacer soigneusement avec une éponge mouillée. Mis en ordre par les rites pratiqués, les symboles restent alors des signes évocateurs qui recréent en chacun de nous une identité profonde et particulière. Supports de méditation, mais aussi réservoirs d'énergie par leur valeur suggestive, ils prennent ancrage dans l'inconscient collectif, en maintenant les mythes.

    Sur commande
  • La Franc-maçonnerie a, entre autres, pour but l'étude de la morale, le perfectionnement de l'homme et de la société. C'est pourquoi en France, depuis plus d'un siècle, les obédiences ont mis en place une procédure dite « questions à l'étude des loges » pour réfléchir collectivement sur des sujets touchant à l'éthique, à la justice sociale, aux libertés et toutes questions visant à améliorer la condition humaine... C'est ainsi que nombre de progrès sociaux ont d'abord fait l'objet de débats dans le secret des loges avant d'être concrétisés dans des textes de loi. L'ouvrage recense l'ensemble des sujets qui ont été débattus dans les loges françaises depuis la création de cette procédure. Ainsi apparaît, loin de l'image parfois négative, la facette la plus méconnue de la Franc-maçonnerie : celle d'une société de pensée où, loin du tumulte de la cité, des femmes et des hommes « de bonne volonté » se rassemblent pour penser les conditions d'amélioration de l'humanité, favoriser l'émergence d'un mieux-vivre ensemble et l'évolution de notre société, en ayant comme repères les principes de Liberté, d'Égalité et de Fraternité.

  • Née d'une fondation anglaise dont elle s'est très vite affranchie, la franc-maçonnerie française a su développer une identité originale et multiple. Empreinte de l'esprit des Lumières, pour l essentiel très attachée à l'humanisme laïque, elle a très tôt contesté la prétention anglaise à être la loge-mère du monde.

    Sur commande
empty