Jean-Roch Coignet

  • Cahiers

    Jean-Roch Coignet

    Parus pour la première fois en 1851, les Cahiers du capitaine Coignet ont connu à chacune de leur édition un succès comparable à celui des Mémoires du sergent Bourgogne. Ils figurent parmi les témoignages le plus souvent cités sur les guerres de l'Empire.

    À l'occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon, cette édition de poche des Cahiers du capitaine Coignet vient apporter un témoignage saisissant sur ces épisodes marquants de l'histoire de France.

  • En 1799, Jean-Roch Coignet a tout juste 24 ans. Il est conscrit pour la première fois et assiste à la fin de la Révolution alors que le général Bonaparte revient d'Egypte défait, mais couvert de gloire et s'apprête à mettre fin au Directoire. De condition modeste, né dans l'Yonne, celui qui deviendra officier de la Légion d'honneur rédige en 1848 ses mémoires. Le capitaine Coignet, affirmant avoir appris à écrire « en 1808, entre Friedland et Wagram », confie une vie militaire entièrement attachée au service de Napoléon, du coup d'État du 18 Brumaire à Waterloo. On traverse la France et l'Europe à travers batailles et mobilisations, au contact de simples officiers qui admiraient avec enthousiasme l'Empereur. L'ouvrage fut un grand succès de librairie à partir de 1883 quand le bibliothécaire et conservateur Lorédan Larchey révisa le style de l'auteur, l'érigeant en véritable mémorialiste du Consulat et de l'Empire. Cette édition de 1912 est dirigée par François Castanié dans le cadre de la collection « Petits mémoires de la Grande Armée » et s'inscrit dans la lignée de plusieurs ouvrages sur Napoléon Ier, avec peut-être pour intention de raviver la flamme d'une armée triomphante à la veille de la Première Guerre mondiale.
    D'un style lapidaire, agrémenté de phrases courtes et d'une certaine gouaille militaire, ce document d'archive est un précieux témoignage et une suite sincère d'histoires qui composent l'Histoire.

    Sur commande
  • Les Cahiers du capitaine Coignet (1776-1850), publiés d'après le manuscrit original, par Lorédan Larchey...
    Date de l'édition originale : 1896 Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Parus pour la première fois en 1851, les cahiers du capitaine coignet ont connu à chacune de leur édition un succès comparable à celui des mémoires du sergent bourgogne.
    Ils figurent parmi les témoignages le plus souvent cités sur les guerres de l'empire. jean-roch coignet (16 août 1776-11 décembre 1865) commence sa carrière militaire à vingt-trois ans. campagne d'italie, admission dans la garde, austerlitz, iéna, friedland. chevalier de la première promotion de la légion d'honneur (15 juillet 1804), caporal en 1807, sergent en 1809, lieutenant pendant la campagne de russie, il est nommé capitaine en 1813.
    Retiré à auxerre après la première abdication, il rejoint l'aigle lors de son retour triomphal de l'île d'elbe. il se battra encore à fleurus, et enfin à waterloo. le 31 octobre 1815, il est renvoyé comme " demi-solde " dans ses foyers, à auxerre, oú il mourra dans son lit, après avoir participé à quarante-huit batailles sans jamais recevoir une seule blessure. l'édition établie scrupuleusement sur le manuscrit et présentée par jean mistler, que nous reprenons ici, est la plus complète et la plus fidèle de toutes celles parues à ce jour.

  • Les cahiers du capitaine Coignet (1799-1815) / publ. par Lorédan Larchey http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k107258g

    Sur commande
empty