Myriam Leroy

  • Les yeux rouges

    Myriam Leroy

    Une jeune femme reçoit un message sur Facebook. C'est l'amorce d'un piège suffocant à l'heure du numérique, quand la fatalité n'a d'autre nom qu'un insidieux et inexorable harcèlement.

    1 autre édition :

  • Ariane

    Myriam Leroy

    Elles sont collégiennes et s'aiment d'amour dur. L'une vient d'un milieu modeste et collectionne les complexes. L'autre est d'une beauté incandescente et mène une existence légère entre sa piscine et son terrain de tennis. Elles nouent une relation furieuse, exclusive, nourrie par les sévices qu'elles infligent aux autres. Leur histoire est toxique et porte en elle un poison à effet lent, mais sûr.

    1 autre édition :

  • Certains évacuent leurs frustrations toutes les semaines chez le psy. Myriam Leroy, elle, s'en décharge à la radio. Pendant deux ans, elle a tenu une chronique hebdomadaire sur les ondes de Pure FM, où elle abordait un sujet qui la fâchait et lui démolissait la tronche à grands coups de mauvaise foi.  Intitulée « Myriam Leroy n'aime pas », cette séquence est rapidement devenue culte, s'échangeant sur les réseaux sociaux via ceux qui trouvaient ses diatribes « trop vraies » et les autres, qui se demandaient pour qui elle se prenait, « cette conne ».  Flinguant les hypes cultureuses et atomisant à la sulfateuse les produits de grande consommation supposés mettre tout le monde d'accord, ces billets vitriolés sont avant tout l'occasion de dire l'air du temps, et de prendre de la distance avec lui.
    Par l'auteur du célèbre "Bobos", plus de 3000 exemplaires vendus !

  • Les bobos

    Leroy Myriam

    Le fameux bourgeois-Bohème dont on a vu apparaître une définition il y a une dizaine d'années, est aujourd'hui au sommet de sa gloire. Archétype contemporain agaçant et attachant à la fois, il n'est pas à une absurdité près. Il mange local mais voyage lointain, il s'habille vintage mais cher, il milite pour davantage de mixité sociale mais met ses enfants à l'école Decroly...


    Via ses tics et travers, ce sont toutes les contradictions du monde moderne qui se dessinent.


    Les chroniques bobos de Myriam Leroy en proposent un abécédaire plein de fiel et de tendresse : les thématiques abordées autour du bobo sont : ses fringues, ses cheveux, son alimentation, son rapport aux réseaux sociaux, au boulot, aux vacances, à la littérature, à la photographie, au cinéma, à la musique, à la téléphonie, à la fête, à la spiritualité, au sport, à la politique, à l'amour... Bref, le BA-ba du bobo.


    Préface d'Olivier Monssens et dessins de Nicolas Vadot.

    Sur commande
  • Surannées, 1900 est une échéance, un jubilé, noces d?or du passé et de l?avenir ». C?est en orfèvre que Paul Morand célébrait 1900, trente ans après. Entre temps il aura été un des héraults des Années folles et, tout particulièrement, de l?année 1925, qui tout autant que 1900 a marqué une échéance et s?est vite imposée à la mémoire collective comme une année mythique.
    Étonnante et durable fortune ! Entre l'armistice de 1918 et la crise de 1929, les années vingt, profondément marquées par les horreurs de la Grande Guerre, présentent un singulier mélange de désarroi, de révolte et de frivolité. À la fin des combats qui ont dévasté l?Europe, tout un monde s?écroule, plongeant modèles et valeurs dans une crise durable. En cette période d?extraordinaire effervescence, la table rase et l?expérimentation sans tabous sont à l?ordre du jour.
    Les moeurs oscillent entre deux tendances fortes : émancipation et détraquement. Amour et libertinage jouent à cache-cache aux quatre coins de l?Europe galante. Discréditée par un conflit qu?elle a provoqué ou qu?elle n?a pas su empêcher, la politique hésite entre les tentations du communisme et du fascisme. Et la littérature, gagnée elle aussi par la difficulté d?être, cherche les voies de son renouvellement.
    Pour restituer l?esprit de cette époque qui à tant d?égards dialogue avec la nôtre, il fallait remplir deux conditions. Réunir, en premier lieu, des recherches travaillant dans des disciplines différentes. Se croisent ici des travaux de spécialistes d?architecture et de cinéma, de littérature française et de littérature comparée, d?études anglo-américaines et de Kulturwissenschaft, des hispanistes et des slavistes, des italianistes et des historiens du sport.
    D?autre part, il était indispensable de faire appel à des spécialistes internationaux.

    Sur commande
empty