Patacrúa

  • Baionako alarguna

    Patacrúa

    Sur commande
  • Une vieille très vieille et un vieux très vieux rêvent d'avoir un bébé. Seulement ils ne savent pas comment faire. Après diverses tentatives farfelues, après avoir même demandé l'aide des rois et des cigognes, ils en arrivent à la conclusion suivante : faire un enfant c'est trop compliqué. Un jour pourtant, la petite vieille a une idée...

    Avec un humour fin disséminé dans les plus petits détails, cette version libre d'un conte traditionnel mongol joue avec l'éternelle question : d'où viennent les enfants, et aborde parallèlement le thème de l'âge et de la procréation. Cette histoire, dotée de différents niveaux de lecture appuyés par l'image, émerge de manière inattendue d'une culture où il semble qu'à partir d'un certain âge on ne peut plus rien attendre de bon. Bébé Moustaches réserve un dénouement surprenant qui fait la lumière sur un point de vue différent sur les relations humaines et le fait de vivre intensément, invitant à concevoir la vieillesse comme un privilège et à revendiquer le droit à l'amour et au plaisir à tous les âges.
    Au-delà des changements physiologiques, la parole, les sentiments et le désir peuvent rester intacts tout au long des années. Une histoire pour tous les âges.

    Sur commande
  • Espagnol El puchero trotón

    ,

    • Oqo
    • 25 Avril 2010
    Sur commande
  • André le distrait

    ,

    • Oqo
    • 24 Juin 2009

    André le distrait s'obstine à trouver un travail sur mesure et essaye différents métiers : lundi chez un tailleur, mardi chez des paysans, mercredi dans un bistrot...
    Malgré quelques contretemps et des échecs dans le travail (plus personne ne lui fait confiance), son engagement et son optimisme seront récompensés par un fossoyeur du village voisin.Version libre d'un conte traditionnel popularisé par l'écrivain Isaac Bashevis Singer dans les contes du village de Chelm. Cette histoire a des parallélismes intéressants avec d'autres de traditions lointaines : « Lazy Jack », en Angleterre et « Pedro Malassartes » au Portugal, « Maung Htin Aung » en Birmanie..., aux coïncidences notables. Toutes ces variantes ont en commun le fait de suivre les instructions au pied de la lettre dans des situations diverses : la mère explique au petit garçon ce qu'il doit dire ou faire à chaque fois et lui obéit sans mot dire et sans analyser par luimême la situation, ce qui entraîne des conduites incohérentes et absurdes. « André le distrait » recueille certains aspects de ces variantes, en respectant le fil et les motifs traditionnels de l'histoire ; et apporte un rythme agile et original marqué par les sept jours de la semaine comme indicateurs du temps et du cycle qui se complète avec son indépendance. Du point de vue de l'image, Evelyn Daviddi met en scène une histoire très actuelle, avec des personnages expressifs et amusants, un trait frais, un grand sens de la composition et des espaces bien définis qui favorisent la compréhension et la satisfaction lorsqu'il s'agit des plus jeunes lecteurs.

    Sur commande
  • Anglais Halfwit Harry

    ,

    • Oqo
    • 29 Janvier 2010
    Sur commande
  • Verlioka (catalan)

    Patacrua/Magico

    • Oqo
    • 28 Mai 2008
    Sur commande
  • Otsomaltzur

    Chen Patacrua Gomez

    Sur commande
  • Anglais Princess Allbring

    J Patacrua Solchaga

    • Oqo
    • 17 Février 2010
    Sur commande
  • Sur commande
  • Anglais Loboferoz

    ,

    • Oqo
    • 2 Janvier 2008
  • Bebe bigotis

    Patacrua/Cimatoribus

    • Oqo
    • 2 Janvier 2008
    Sur commande
  • Anglais Baby whiskers

    Patacrua/Cimatoribus

    • Oqo
    • 2 Janvier 2008
    Sur commande
  • La marmite qui trottine

    ,

    • Oqo
    • 28 Avril 2010

    Que mangera le roi ? Il mangera...

    Un roi ambitieux qui passe son temps à compter ses richesses ; un homme et une femme pauvres comme Job ; un village de paysans dupés par le monarque ; et une marmite qui va d'un endroit à l'autre et qui réunit et distribue entre les plus défavorisés ce qui leur revient de droit.
    Voici les ingrédients de cette divertissante histoire de la tradition danoise, écrite probablement dans l'idée d'amuser et de consoler ceux qui ne disposaient que de la fantaisie pour conjurer le destin. Formellement, le texte se présente comme un hommage implicite à Daniel Castelao, grand défenseur de la justice sociale. Ainsi, à partir de la proposition « Que mangera le roi ? Il mangera... », l'élément fantastique - la marmite qui trottine - se mélange à la réalité pour la modifier au bénéfice des plus faibles, dans une logique évidente qui bouleversera l'ordre des choses. Ingéniosité et humour se donnent la main pour que les petits lecteurs tirent leurs propres conclusions d'une vieille histoire pourtant encore d'actualité. Le sens humoristique du récit se combine parfaitement avec la proposition plastique singulière de l'illustratrice allemande Kristina Andres, qui apporte comme création propre une série de personnages amusants qui apparaissent au fil des pages et vivent des actions parallèles à celles de l'histoire, découvrant de nouveaux détails divertissants à chaque nouvelle lecture.

    Sur commande
  • La princesse de Bordeaux

    ,

    • Oqo
    • 17 Février 2010

    Et ça, qu'est-ce que c'est ?
    C'est le chat qui attrapa la pie qui vola l'anneau de la princesse de Bordeaux...
    Et ça, qu'est-ce que c'est ?

    La Princesse de Bordeaux est un conte cumulatif classique, ici adapté au niveau du dénouement et de la forme, qui rassemble les éléments typiques des séries déjà apparues en Europe : chat, chien, bâton, feu, eau... Avec ce genre de contes, les enfants apprennent à établir des connexions entre les choses, à généraliser et à prédire. Celui-ci commence avec la présentation brève du personnage qui donne titre à l'oeuvre : « Voici la pie qui vola l'anneau de la princesse de Bordeaux ». Comme une suite mathématique, d'autres associations s'ajoutent. L'élément disparu est le fil conducteur de l'histoire qui nous guide vers un dénouement heureux, refermant ainsi le cycle et rétablissant l'ordre du début du conte : « Voici le berger qui trouva l'anneau et gagna un baiser de la princesse de Bordeaux ». La répétition des faits favorise aussi la mémorisation du texte. À chaque fois, la vélocité de l'action facilite le suivi de la séquence ; de plus, la succession rapide des évènements est structurée de manière à jouer avec la curiosité du récepteur, pour attirer l'intérêt au maximum et favoriser le développement de la compréhension, l'imagination et le sens de l'esthétique. Javier Solchaga nous propose une illustration tridimensionnelle surprenante, élaborée à partir d'éléments recyclés (bouteilles, bois, pierres, fil de fer...). Le jeu de la composition et de l'illumination qu'ajoute l'utilisation de la photographie enrichit d'autant plus le livre. L'illustrateur introduit les différents objets et personnages (anneau, toile, bâton...) sous un angle impossible pour que le lecteur devine quel va être le protagoniste de l'action suivante. Texte et image se complètent au sein de ce conte qui dévoile de nouveaux points de vue et éveille l'imagination des plus petits.

  • Sur commande
  • Espagnol Paco pasmon

    Ev Patacrua Daviddi

    • Oqo
    • 28 Mai 2008
    Sur commande
  • Sur commande
empty