Philippe Dupuy

  • Cette nouvelle édition réunit en un volume le diptyque Peindre consacré à Man Ray (1890- 1976) et Ne pas peindre dédié à Paul Poiret (1879-1944) de Philippe Dupuy.
    Dans la continuité d'Une Histoire de l'art, les deux tomes ensemble amplifient les jeux réflexifs qui rythment ces trajectoires miroir, transposées à la manière d'une causerie dessinée, en trait libre, dans un dialogue vivant loin des traditionnels récits biographiques.

  • On connaît Philippe Dupuy pour son travail d'auteur de bande dessinée, notamment aux côtés de son acolyte Charles Berbérian. On sait moins, en revanche, que le dessinateur est un grand amateur d'art ; qu'il fut l'élève, sur les bancs des Arts Déco, du célèbre critique d'art Pierre Cabanne ; qu'il n'a depuis cessé de nourrir sur le sujet une réflexion passionnée.

    "Une histoire de l'art", entamée en 2017 avec le plus grand leporello de l'histoire de la bande dessinée (plus de 23 mètres recto verso), continue ainsi de se dérouler dans ce deuxième volume, Peindre, qui nous permet d'en apprendre plus sur le rapport de Philippe Dupuy aux oeuvres et aux artistes. Au fil du parcours personnel de Man Ray, entre peinture et photographie, qui croisera notamment Marcel Duchamp, et surtout pour le pur amour de l'art, nous sommes conviés à déambuler dans le paysage artistique de ce XXe siècle et à sauter d'expositions en ateliers. De la toile à la boîte noire, de la France aux Étas-Unis, comme entre deux pop-ups originaux réalisés par l'auteur, nous poursuivons une déambulation artistique unique en son genre.

    Un voyage ludique et didactique au pays de l'art contemporain !

  • Philippe Dupuy explore toujours son histoire de l'art et met en avant artistes et créateurs des siècles précédents. Après un tome 2 donnant vie à Man Ray et Marcel Duchamp, cet auteur passionné nous fait ici redécouvrir la vie de Paul Poiret.

    Avant tout couturier d'exception, cet artiste inventera un style de vêtement jusqu'alors inconnu, libérant le corps féminin de ses carcans d'antan. Flamboyant, coloré, nouveau, il devient au début du XXème siècle l'habilleur du Tout-Paris. Mais après la guerre, le style change et l'artiste refuse de s'adapter. La mode qu'il a contribué à créer (le style "garçonne" incarné par Chanel) ne passera pas par lui. Lui qui aime organiser de vastes fêtes, fastueuses, qui sont probablement les plus belles de ce début de siècle, ne peut se résoudre à rejoindre ces lignes droites.


    Ses dépenses formidables, son amour de l'art, ses nombreuses maisons, n'aideront pas ses finances, et il fera faillite en 1929. Abandonné par ses clients, il passera les dernières années de sa vie à peindre et écrire, oublié de tous dans une misère croissante. Il croisera d'ailleurs un photographe-peintre de génie dans ces années-là. Clin d'oeil de Philippe Dupuy à son tome précédent ? À n'en pas douter ! Paul Poiret, aujourd'hui présent dans les collections du MET et remis sur le devant de la scène en 2018 dans un défilé de mode, étonne, surprend, amuse. Un créateur hors norme qui semble avoir voulu vivre complètement, sans attendre. Une lecture pleine de poésie et absolument fascinante qui nous plonge dans un monde baroque et festif.

  • Left

    Philippe Dupuy

    Précurseur dès 1994 d'oeuvres autobiographiques, Left marque un tournant fondamental pour l'auteur. Victime d'une paralysie de la main avec laquelle il dessine, Philippe Dupuy a dû, au cours de son traitement, trouver des solutions pour continuer sa pratique et ne pas succomber à l'angoisse d'un traitement éprouvant. Cette expérience de la vie a ouvert de nouvelles perspectives sur sa pratique du dessin. Sa main gauche deviendra ainsi un réservoir de possibilités pour affronter les difficultés qu'il rencontrera après cet incident. Philippe Dupuy accompagne ses dessins de textes courts qui viendront compléter l'expérience par des écrits à forte dimension poétique. Le livre Left donne la possibilité au lecteur de partager cette épreuve à partir de laquelle Philippe Dupuy a dû imaginer des ressources nouvelles qui s'avèreront vite indispensables.

  • Où Monsieur Jean affronte un troupeau d'enfants, ses meilleurs copains, l'amour et un rival gominé. Avec l'âge et les albums qui passent, il devient plus sentimental. Mais rassurez-vous : Monsieur Jean nous ressemble toujours autant.

  • On connaît Philippe Dupuy pour son travail d'auteur de bande dessinée, notamment aux côtés de son acolyte Charles Berberian. On sait moins, en revanche, que le dessinateur est un grand amateur d'art ; qu'il fut l'élève, sur les bancs des Arts déco, du célèbre critique d'art Pierre Cabanne ; qu'il n'a depuis cessé de nourrir sur le sujet une réflexion passionnée.

    "Une histoire de l'art" par Philippe Dupuy est l'occasion d'en savoir plus sur son rapport aux oeuvres et aux artistes. Conviant figures de savants et grands créateurs, cette plongée subjective dans ses souvenirs, émotions et pensées est également un brillant exercice de style. Car initialement conçue pour une lecture en ligne sur la plateforme Professeur Cyclope, cette oeuvre originale a été dessinée tout en longueur. Aujourd'hui publiée au sein du label Aire Libre dans un tirage limité et signé, elle prend la forme d'un objet tout aussi particulier : un immense leporello, livre dépliable de plus de 23 mètres recto verso, pour une promenade ludique dans les méandres de l'histoire de l'art !

  • Monsieur Jean a une bonne tête, des copains, des copines, une concierge, un petit chez-soi, des parents modèle courant et des souvenirs d'amours amères.Entre Margerin et Sempé, des histoires tendres et acides mais toujours drôles.

  • Monsieur Jean a une bonne tête, des copains, des copines, une concierge, un petit chez-soi, des parents modèle courant et des souvenirs d'amours amères.Entre Margerin et Sempé, des histoires tendres et acides mais toujours drôles.

  • Le deuxième volume des aventures d'Henriette, publiées dans le magazine Je Bouquine. Une version adolescente, et tout aussi savoureuse, de Monsieur Jean. Où la malheureuse Henriette est plus que jamais en butte au monde entier, à ses parents, ses copines et à un petit chien qui créé bien des embrouilles.

    Sur commande
  • L'histoire d'Henriette, une adolescente grassouillette, très complexée et très rêveuse. Pour échapper à sa dure condition de pauvre petite fille myope, elle confie à son journal sa version, corrigée, de la réalité. Henriette est publiée par le mensuel 'Je Bouquine'

  • Philippe DUPUY (né en 1960 en France) et Charles BERBERIAN (né en 1959 en Irak) travaillent ensemble depuis 1983. Ils ont publié de nombreuses bandes dessinées chez divers éditeurs dont Dupuis, les Humanoïdes Associés, l'Association et Cornélius. En 1999, le tome 4 des aventures de Monsieur Jean obtient le Prix du Meilleur Album au festival d'Angoulême. Graphistes et affichistes, ils travaillent également pour la publicité et le cinéma. Ils ont enfin publié des dessins dans différents quotidiens et revues (Libération, New Yorker, New York Times, Le Figaro, Psychologies). Ils ont illustré : Françoise chez Naïve, Poésies chez Bayard, plusieurs romans à L'École des loisirs, chez Nathan et Syros, et le Trenet illustré chez Albin Michel.

    L'idée de cet album est de faire découvrir, par l'image, les grands changements techniques, matériels et de paysages du quotidien d'un enfant à travers le temps. Trois thèmes (la rue, la maison, la campagne) se déclinent chacun en 4 périodes historiques : - Années 1920 (jeunesse des arrière-grands-parents de l'enfant-lecteur) - Années 1950 (jeunesse des grands-parents de l'enfant) - Années 1970 (jeunesse des parents de l'enfant) - Aujourd'hui. Le principe est de partir du passé et de venir progressivement jusqu'à aujourd'hui. Pour chaque thème, les périodes se suivent, avec une grande image d'observation sans texte, puis une double-page où sont isolés des " objets " qui ont subi une évolution importante (ou qui sont simplement apparus), présentés sous la forme de vignettes légendées. Les légendes donnent des informations documentaires, étonnantes ou précises. Les grandes images d'observation ont toutes un même point de vue, pour permettre la comparaison entre elles. La présence de personnages permet d'observer aussi l'évolution de l'habillement. Fourmillement de détails, jeu d'observation des modifications, surprise de voir comment c'était avant, support pour dialoguer avec ses parents et ses grands-parents... Cet album généreux permettra de multiples échanges et narrations de souvenirs. À partir de 6 ans.

  • Philippe Dupuy part à la rencontre de deux musiciens, le chanteur Dominique A et le pianiste de jazz Stéphan Oliva, qui auraient aimé faire de la bande dessinée avant de choisir la musique.
    Avec eux, il évoque leur amour du 9e art, mais aussi le processus de création, la singularité nécessaire à toute démarche personnelle et artistique, dans un dialogue ludique et didactique au pays de la bande dessinée et de la musique.
    À son tour, il s'interroge sur son travail d'auteur de bande dessinée et se replonge lui aussi dans ses propres souvenirs d'enfance...

  • Entre les galères des copains qui débarquent sans crier gare pour s'installer sur le canapé, les crises existentielles des couples face à l'arrivée de leur premier enfant, les fiancées avides d'engagement et le caractère lunatique de sa concierge, Monsieur Jean essaie tant bien que mal de préserver son quant à soi. Parisien, écrivain et trentenaire, il est le héros de ces chroniques pleines d'humour sur la vie d'un citadin bien de son temps. En chroniqueurs avisés des moeurs contemporaines, Dupuy & Berberian ont fait de cet aventurier du quotidien le symbole de toute une génération !

  • Dans les 3 macles d'Argent, Julien, Amanda et leus parents se retrouvent par la magie de Puyfolie à l'époque médiévale.
    Après avoir résisté à l'attaque des Vikings, la famille accepte de partager les épreuves des hommes et femmes rencontrés. Julien suit Jeanne d'Arc et ses compagnons qui partent délivrer Orléans. Florence se retrouve témoin d'un meurtre à la Renaissance tandis qu'Amanda et François se retrouvent à la merci des Anglais.

  • Amanda et sa famille retournent au Puy du Fou. Puyfolie la muse emmène nos 4 héros aux origines de la chevalerie. Ils devront faire preuve de courage face aux Vikings, aux Anglais de la Guerre de Cent ans et à la trahison de l'assassin Gallois au XVIe siècle.

  • Au fond de la fosse 9 et 9 bis, Orféo, un jeune mineur, s'apprête à remonter par la cage d'ascenseur Pigeon, un vieux cheval qui travaillait au fond de la mine depuis des années. Mais au lieu de remonter dans le bâtiment minier qui surplombe la fosse, ils se retrouvent devant une structure en verre : le musée du Louvre Lens, vide de tout visiteur.
    Par quel mystère ont-ils traversé le temps ? On n'en saura rien. Mais, frappé par la beauté du lieu et des oeuvres exposées, en partie pour calmer Pigeon, dont les yeux ont été bandés pour le protéger de la lumière du jour, Orféo parcourt le musée et lui décrit à l'oreille ce qu'il voit.
    Dans cette atmosphère irréelle, leur chemin va croiser des oeuvres d'époques très lointaines et très différentes qui vont. s'animer sur leur passage et dialoguer avec Orféo.
    Et ce dialogue à travers le temps entre les chefs d'oeuvre du musée et le jeune mineur raconte l'histoire des hommes, de leurs guerres, de leurs souffrances, de leur grandeur.
    Un lien intime se tisse entre le courage évoqué dans les scènes épiques des oeuvres exposées dans le musée et celui des générations qui ont sacrifié leurs vies au labeur ou à la guerre. Car l'humain est coeur de l'histoire, qu'il s'agisse de l'histoire des guerres ou de l'histoire de l'art.

  • Une aventure dans le grand parc d'attractions du Puy du Fou où le lecteur se trouve entrainé à travers le temps avec la famille d'Amanda à la suite de la muse Puyfolie. Des chrétiens livrés dans l'arène du stadium gallo-romain aux guerres de Vendée: une belle occasion de redécouvrir l'Histoire en famille.

  • Avec le tome 2 de Boboland, Dupuy et Berberian élargissent leur étude sociologique au monde entier et démontrent qu'un battement d'aile de bobo en Amazonie peut provoquer une tempête sur le CAC40. Une seconde satyre bobo, en forme de récit chorale, sur les déviances amusantes et agaçantes des bobos. Une analyse pertinente et référence d'un phénomène de société mondialisé.

  • Qui sont les Papapas ? Dans les familles recomposées, on les trouve généralement au bras des mamans, et ils occupent souvent une place essentielle auprès des enfants. Joseph Jacquet rend hommage à ces pièces rapportées, beaux-pères actifs, investis et aimants dans la vie des « Pitits ». Sans angélisme mais avec tendresse et respect, il raconte les contingences de la vie réelle : aller à l'école chercher les enfants et là, croiser le vrai papa comme les moments de jeu et de rigolade, tels que, par exemple, la transformation du Papapa en Yéti...

  • C'est le grand retour du plus célèbre duo de la BD française. Les auteurs du journal d'Henriette et de Monsieur Jean, Grands Prix d'Angoulême 2008, s'attaquent cette fois aux bobos. Leur dessin est toujours aussi beau et enlevé, leurs couleurs superbes et leur humour vise toujours aussi juste. Et c'est avec une auto-distanciation assumée et un second degré réjouissant, une ironie parfois désabusée mais jamais désespérée qu'ils brossent cette approche quasi ethnologique du monde des bourgeois-bohème. Architectes d'intérieur, intellos bavards, vieilles psys, stars de la télé, humanitaires. pas un bobo n'échappe au portrait à l'acide brossé par des Dupuy et Berberian déchaînés qui ont réalisé cet album réjouissant avec un plaisir manifeste, plus que communicatif.

  • La crise a dévasté le pays.
    Les usines ont fermé, les unes après les autres. Les loyers impayés se soldent par des expulsions. Les files d'attente aux soupes populaires s'allongent sans cesse. jusqu'au jour où elles ferment aussi faute d'argent. La famine s'installe dans le pays.
    Les enfants errent dans les rues, à la recherche de nourriture. Bientôt, de nombreux parents songent à tuer leurs enfants pour leur épargner les affres de la faim. Les rues se dépeuplent et les enfants en sursis commencent à comprendre. Une vingtaine d'entre eux s'enfuient dans la forêt pour éviter la mort.
    Menés par Jonas, 15 ans, ils décident de partir à l'aventure. Commence alors un périple éprouvant, une odyssée où ces enfants iront jusqu'au bout d'eux-mêmes...

empty