Littérature générale

  • 1831. Justin, un jeune Français attiré par l'Égypte, embarque sur le Luxor. Grâce à un stratagème, il fait partie de l'expédition qui transportera jusqu'à Paris l'obélisque offert par Méhémet-Ali à Charles X. La veille de son départ, il est tombé amoureux de Clarisse, une jeune ouvrière. 3 000 kilomètres les séparent jusqu'au jour où, convaincue par le saint-simonisme, la jeune femme découvre à son tour le pays des pharaons...

  • Reconstituant l'histoire d'une famille chrétienne dans l'Égypte du protectorat britannique, ressuscitant des personnages qui campent avec une liberté superbe à la jointure de l'Orient et de l'Occident, Le Tarbouche nous restitue le charme troublant d'une époque disparue. Une douceur des choses, un raffinement exquis s'y mêlent au tragique d'une Histoire pleine de bruit et de fureur.

  • Une soirée au Caire

    Robert Solé

    • Points
    • 29 Septembre 2011

    - Dans Le Tarbouche la famille Batrakani a fait fortune en fabriquant des coiffes traditionnelles égyptiennes. Mais la révolution les a obligés à quitter le pays. Les membres de la fratrie sont maintenant éparpillés aux quatre coins du monde. Après une longue période d'absence, Charles revient au Caire régulièrement. Mais pourquoi revient-il pour la deuxième fois cette année, avec un faux passeport ? Aujourd'hui, le passé se rappelle au présent...

    - Robert Solé, né en Égypte, est arrivé en France à l'âge de 18 ans. Il a publié plusieurs essais sur son pays d'origine, ainsi que quatre romans, Le Tarbouche, Le Sémaphore d'Alexandrie, La Mamelouka et Mazag, disponibles en Points.

  • « De pirouette en pirouette, notre artiste du mot semble aussi inépuisable qu'un dictionnaire. Et c'est ainsi que le Petit Robert est grand ! Qu'il parle d'amour - le plus beau mot du monde ? - ou des girouettes - pour -lesquelles il réclame notre indulgence -, qu'il s'exaspère avec ironie de la lenteur des choses, ou qu'il grince sur la couleur noire de Daech, Robert Solé nous surprend toujours autant qu'il nous apprend. Et c'est cette érudition pateline, cette manière de ne pas y toucher, de jeter des mots en l'air comme des balles de jongleur, qui nous font enfin comprendre à qui nous avons à faire. Si notre homme est un journaliste patenté, un écrivain né pour conter, il est peut-être, d'abord et avant tout, un magicien. »

  • Au début des années 1860, l'Égypte se lance dans la construction du canal de Suez. Cet événement va changer la vie de Maxime Touta. Il est journaliste pour l'hebdomadaire Le Sémaphore d'Alexandrie et témoigne des conflits incessants que suscite ce projet démesuré. D'un côté, la haine entre colons français et britanniques et, de l'autre, sa passion pour l'ardente Nada...

  • La mamelouka

    Robert Solé

    • Points
    • 10 Septembre 1997

    Dans l'Egypte des années 1890, une jeune femme scandalise et fait tourner les têtes.
    Belle, exigeante, elle porte audacieusement son surnom de Mamelouka. Sa rencontre avec un photographe fantasque fera d'elle une élève surdouée et une portraitiste exceptionnelle. Bousculant l'art de la photographie et les convenances, elle réveille une société cosmopolite qui s'abandonne à la douceur des étés sur la plage, aux rivalités cocasses entre Français et Britanniques. Peut-elle rester insensible aux lettres enflammées du capitaine Elliot, engagé au Soudain dans la guerre contre les mahdistes ? Le destin de la Mamelouka va se jouer au tournant du siècle, alors que le nationalisme germe dans les esprits et que le khédive Abbas, souverain d'opérette, prétend tenir tête à l'occupant anglais.
    />

  • L'hôtel Mahrajane est l'un des joyaux de Nari, un petit port arabe de la Méditerranée. Dans cette ville cosmopolite, séparée de la capitale par un désert, chacun ? musulman, chrétien ou juif ? trouve sa place. On n'y vit pas vraiment ensemble, mais en voisins. Les amours entre personnes de communautés différentes ne vont pas jusqu'au mariage, sauf à provoquer des drames.Depuis la mort du fondateur, c'est son gendre, Haïm Lévy-Hannour, qui dirige l'hôtel, aux côtés de sa séduisante épouse, Nissa. Le Mahrajane fait office de club pour la bonne société locale. La famille du narrateur en est exclue, mais l'oncle Louca y a ses entrées, par la porte de service. Au cours des déjeuners dominicaux, ce personnage fantasque, adoré des enfants, en révèle une partie des secrets.Le narrateur découvrira à son tour les coulisses du Mahrajane. Mais cet hôtel de charme peut-il résister aux bouleversements politiques et religieux qui affectent la région ? Il connaîtra des transformations successives, jusqu'au feu d'artifice final...

  • Le canal de suez s'est frayé un chemin à travers le désert.
    Enfant, maxime touta suivait sa progression sur une carte murale. plus tard, pour les lecteurs d'un hebdomadaire francophone, le sémaphore d'alexandrie, maxime évoquera les conflits alimentés par ce passage entre deux mers. dans cette egypte en ébullition de la seconde moitié du xixe siècle, oú la france et l'angleterre mesurent leur puissance, les langues, les religions et les peuples se confrontent.
    Autour du jeune journaliste et de l'ardente nada, des personnages cocasses ou tragiques ponctuent cette saga familiale intimement liée à l'histoire du pays, qui se façonne sous nos yeux au rythme de l'épopée.

  • Mazag

    Robert Solé

    • Seuil
    • 25 Août 2000

    Un homme venu d'Egypte tisse peu à peu, dans le Paris des années cinquante, un étonnant système de relations croisées.
    Rendant des services, nouant des connivences, sollicitant ses obligés, il est bientôt au centre d'un réseau d'influence qui pourrait faire de lui un puissant parmi les puissants. Quel dessein poursuit, au juste, cet énigmatique Basile Batrakani qui a hérité de ses ancêtres levantins le sens du commerce et de l'entremise ? N'obéit-il qu'à ce qu'on appelle sur les bords du Nil le mazag, c'est-à-dire la jouissance, le goût personnel, le bon plaisir ? Au-delà du rapport étrange qu'il entretient avec les femmes, cet homme de l'ombre fascine ou désoriente tous ceux qui l'approchent.
    Peut-être parce qu'il pose, à sa façon, des questions essentielles.

  • Hôtel Mahrajane

    Robert Solé

    Robert Solé qui est né en Égypte dans la communauté chrétienne poursuit dans la veine qui lui a valu de grands succès romanesques. L'hôtel Mahrajane est un palace construit au début du XXe siècle par un Juif, dans une ville qui ressemble à Alexandrie. La jetset internationale s'y presse ainsi que les Égyptiens de la bonne société, qu'ils soient Juifs, Chrétiens ou Musulmans. Puis les Juifs sont expulsés et l'hôtel passe de main en main au fur et à mesure que les non-Musulmans quittent l'Égypte. Le bâtiment se détériore. Le service, impeccable au début, se dégrade. Le dernier directeur est l'oncle, du genre play-boy, du jeune narrateur de l'histoire, jusqu'à ce que leur famille - des Chrétiens - parte à son tour. Le roman grouille de personnages hauts en couleur et de combines qui se trament autour de l'hôtel, en contrecoups de l'histoire de l'Égypte. Un monde disparaît. Mais le ton n'est jamais tragique. L'oncle Louca, héros charmant et futile, prend de l'épaisseur au fur et à mesure que le livre avance, jusqu'à ce qu'on apprenne le secret de sa vie.

    Sur commande
empty