Sony Labou Tansi

  • La vie et demie

    Sony Labou Tansi

    Chaïdana et les siens sont le jouet d'une violence sans fin : le Guide Providentiel fait régner sur le peuple de Katamalanasie sa dictature absurde et sanglante. Dans ce pays maudit, les vivants ont à peine le droit de vivre et les morts refusent de mourir. Les guerres, les croyances et les amours se succèdent, déroulant la fable visionnaire d'un monde bien réel.

    Sony Labou Tansi est né en 1947 au Congo où il a vécu jusqu'à sa mort en 1995. Romancier, poète et dramaturge, il est l'auteur de six romans, dont Les Sept Solitudes de Lorsa Lopez qui est disponible en Points, et d'une douzaine de pièces de théâtre, il a reçu le Prix Ibsen en 1988. La Vie et demie est son roman le plus célèbre.

  • Ante-peuple (l')

    Sony Labou Tansi

    Dadou repousse les avances d'une de ses élèves mais sombre dans l'alcool en pensant à elle. Rejetée, la jeune fille se suicide. Dadou est accusé de l'avoir tuée. La foule en colère tue toute sa famille et l'envoie en prison, d'où il finit par s'échapper. Commence alors une vie d'errance particulièrement difficile.

    Sony Labou Tansi est né en 1947 au Congo où il a vécu jusqu'à sa mort en 1995. Romancier, poète et dramaturge, il est l'auteur de six romans, dont La Vie et demie, disponible en Points, et d'une douzaine de pièces de théâtre.

  • Né en 1947, mort prématurément à Brazzaville le 14 juin 1995, Sony Labou Tansi était une figure de proue de la jeune littérature africaine. Il a laissé derrière lui six romans - tous publiés au Seuil - ainsi que des pièces de théâtre, des poèmes, des essais critiques. Relus aujourd'hui, tous ces textes apparaissent d'une actualité plus que jamais brûlante. Lorsqu'il dénonce la « poudrière incontrôlée » qu'est devenue la planète, ou l'avènement du « grand marché de la misère et du dénuement », et son corollaire, la fabrique d'« un réservoir de terroristes et de désespérés », ses propos s'inscrivent dans l'ici et le maintenant. Debout et libre, Labou Tansi se définissait comme un « proscrit idéologique ». Le vingtième anniversaire de sa disparition sera l'occasion, pour Le Seuil, de mettre en avant deux de ses romans majeurs - La vie et demie (1979) et L'anté-peuple (1983) - et de faire connaître le mouvement de sa pensée à travers un recueil de textes pour la plupart introuvables ou inédits, réunis par Greta Rodriguez, spécialiste de son ouvre.

  • Théâtre et poèmes inédits, lettres, témoignages, écrits et regards critiques.

    Le Sacré est pour moi ce qui permet de joindre la respiration de la chair à celle de l'idée, autorisant ainsi la cohabitation lumineuse entre la poétique du muscle et celle de l'idée. C'est-à-dire la magie.
    S. L. T.

    Ce livre cherche à retracer le parcours singulier de Sony Labou Tansi, en tant qu'écrivain, dramaturge, metteur en scène, meneur de troupe, et penseur du théâtre, marqué par la confrontation et le croisement d'idées et de chairs entre l'Afrique, notamment le Congo, et l'Occident, notamment la France. Il réunit deux textes inédits de Sony Labou Tansi, La Troisième France et La Gueule de rechange, ainsi que des correspondances et des écrits sur le théâtre de l'auteur. Il rassemble également des témoignages et des écrits critiques issus des rencontres organisées au Conservatoire national supérieur d'art dramatique (CNSAD) de septembre à novembre 2013 ainsi que des textes d'écrivains sur Sony Labou Tansi.


  • dans ces deux pièces inédites, écrites en 1984, l'imaginaire débridé de sony labou tansi et son style incandescent servent un théâtre engagé, résolument humaniste.
    cercueil de luxe - quelque part en afrique, des villageois attendent le fils d'un défunt pour l'enterrer selon ses dernières volontés. les semaines passent. a sa place, un cercueil antiatomique est envoyé de paris. l'auteur use ici d'un humour mêlé d'absurde et de démesure pour dénoncer la bêtise humaine et les difficultés africaines. la peau cassée - sous prétexte de financer le développement, bunglustone exploite les ressources du pays, oppresse les âmes et opprime les corps.
    line, sa fille, a fui ses parents pour vivre parmi les pygmées et échapper à l'aliénation d'une société marchande devenue insoutenable.

  • Poèmes

    Sony Labou Tansi

    • Cnrs
    • 27 Août 2015

    « Pour moi, on n'est écrivain qu'à condition d'être poète ». Sony Labou Tansi (1947-1995) est connu et célébré comme romancier et dramaturge. Mais qui connaît son oeuvre poétique ? De cette terra incognita, seuls témoignaient quelques poèmes éruptifs lancés à la volée dans la presse et aussitôt relégués aux oubliettes de l'éphémère. À la mort de l'écrivain, on découvre dans ses papiers une multitude de poèmes manuscrits, inédits. L'ensemble constitue une mosaïque de recueils et de fragments qui obéit à un dessein aussi cohérent que son théâtre et son oeuvre romanesque. La présente édition génétique les reprend tous dans le continuum chronologique de leur écriture autographe, telle qu'elle a pu être reconstituée à partir des manuscrits, de la correspondance et des entretiens.


  • tu dis un mot sale josé : mourir.
    au moment oú j'écris un truc qui s'appelle la peur de crever la vie. je tiens à te répéter qu'on ne meurt pas. on s'arrête de respirer. et encore ! si je n'étais sûr de ces choses, je ne t'en dirais rien. on ne les trouve pas avec les papes ou les sermons. on les trouve dans la bruit de sa respiration ; dans l'odeur de son cul. la joie de savoir. et de savoir violemment - la permission de cicatriser le néant.
    mon ai josé. je me dis : on ne peut pas servir à tuer le temps. tu t'arrêtes aux idées. moi, je descends plus bas, jusqu'au corrigé de ma chair. je te tue l'idée. je vis jusqu'à moi. là-dedans, j'ai des plages-des pivin, des françoise, des tout-le-monde, 1500 m de terre dans les os. mais je ne pourris pas. c'est idiot de pourrir.

  • Quand Lorsa Lopez tue sa femme, personne ne fait rien. A Valancia, la cité déchue, on se contente d'attendre la police... qui ne vient pas. Seule Estina Bronzario a l'audace de braver le destin. Elle organise les femmes, les mène au combat contre la honte et le déshonneur.

    Sous couvert d'une fable pleine de bruit, de fureur et de drôlerie, Sony Labou Tansi interroge «le silence de l'Histoire» et rend hommage avec force au courage des femmes africaines.

  • "Voici la vraie histoire de mon ex-colonel Martillimi Lopez, fils de Maman Nationale, commandant de sa hernie, la vraie histoire telle que se la racontent les gens de chez moi avec leur salive et leur goût du mythe, feu Lopez qui maintenant endort sa hernie historique au musée national pour l'éternité des éternités."Un jour, tous les ministres de ce président-dictateur africain, imités par les chefs de l'armée et les hauts fonctionnaires, l'un après l'autre, viennent lui donner leur démission "parce que, disent-ils, ce pays, nous devons le laisser aux enfants de nos enfants, mais pas dans cet état honteux".Il en faut plus pour émouvoir un Lopez de qui toute la philosophie s'inspire du bas-ventre "mon emblème la braguette" et dont la "hernie", symbole par excellence de majesté, est un mythe autrement polyvalent que la "chandelle verte" du père Ubu.L'auteur de La vie et demie dénonce de nouveau l'arbitraire et la bêtise qui régentent certains Etats africains. La satire ne s'embarasse d'aucune précaution. Sony Labou Tansi joue le jeu de massacre avec une totale et verveuse férocité.Sony Labou Tansi est né en 1947 au Congo où il a vécu jusqu'à sa mort en 1995. Romancier, poète et dramaturge, il est l'auteur d'une douzaine de pièces de théâtre et de six romans, dont La Vie et demie et Les Sept Solitudes de Lorsa Lopez.


  • poète et romancier, dramaturge et metteur en scène, le congolais sony labou tansi, qui voulait " chausser un verbe qui nomme notre époque ", laisse une oeuvre originale et visionnaire.
    ces paroles inédites souhaitent restituer les multiples facettes de cet artisan des mots, provocateur et insoumis, iconoclaste et insolent. dans ce recueil : une pièce inédite, la rue des mouches, la première représentée aux francophonies de limoges par sa troupe, un poème et des fulgurations, deux heures d'entretien enregistrées dans les studios de rfi, un après-midi d'octobre 1993. à côté des mots de sony labou tansi, des témoignages, des lettres et des poèmes commandés à quelques-uns de ses proches, à son intention, comme pour suggérer la filiation, vaincre l'oubli, congédier l'absence.
    comme pour retrouver l'oeuvre engageante, extravagante et luxuriante. comme pour esquisser le portrait d'un artiste, avec ses fièvres, son rire, ses farces et ses outrances, avec ses masques, ses silences et ses emportements. comme autant de paroles inédites afin d'inviter à la lecture, afin de retrouver celui qui aimait à célébrer la vie, défier la mort, être humain. très humain sans doute.

  • Sur commande
empty