Sylvain Larue

  • Peut-on excuser un meurtre ? Difficile. Cependant, la majorité de ces criminels prennent la vie de leur prochain dans des circonstances particulières, et en général, ils font une seule victime. C'est déjà trop. Pourtant, il existe une hiérarchie parmi les meurtriers. Il y a des hommes et des femmes qui, par vice ou par besoin, multiplient le nombre de leurs victimes : ce sont des tueurs en série. Dans ce terme, il faut faire une distinction. À proprement parler, le véritable tueur en série, le trop fameux « serial killer » dont l'Amérique semble détenir le triste monopole, est une personne qui commet au moins trois meurtres dans un délai séparé et dans des conditions similaires : arme, profil des victimes, pour un mobile sexuel très souvent...
    Mais il existe d'autres genres de tueurs en série :
    - Le tueur de masse, par exemple, qui assassine plusieurs personnes au même endroit au même moment ;
    - Le « spree killer », qui se promène au hasard et tue au petit bonheur les individus qui ont eu le malheur de croiser sa route ;
    - Le tueur multiple, qui tue, lui aussi, n'importe qui, mais sur une longue période et pas forcément dans un seul endroit ;
    - Enfin, un cas à part car il est propre aux femmes : les empoisonneuses. Ce sont une trentaine de cas différents, ayant eu lieu aux quatre coins de la France depuis le milieu du XIXe siècle jusqu'à nos jours, que ce livre se propose de traiter.
    Évidemment, comme souvent, l'ouvrage n'a pas pour but d'établir une liste exhaustive des assassins de l'Hexagone ayant fait trois victimes ou plus ; et il est plus que probable que certains criminels, appréhendés dès leur premier ou second crime, auraient eu l'occasion de « faire carrière » si la justice n'avait pas précocement décidé de les envoyer au bagne ou à l'échafaud. Quoi qu'il en soit, vous trouverez ici certains des plus affreux meurtres que la France ait jamais connus !

  • Elles sont, à leur manière, de petits romans policiers authentiques, où Monsieur Tout-le- Monde peut soudain devenir une bête sanguinaire. De l'assassinat du procureur Fualdès dans l'Aveyron de la Restauration, aux fâcheuses immiscions journalistiques rencontrées au cours de l'affaire Grégory Villemin, encore si poignante aujourd'hui, une trentaine des plus célèbres affaires criminelles de France des XIXe et XXe siècles vous attendent dans ces pages, toutes ayant pour point commun d'avoir passionné les foules venues en nombre assister aux procès et applaudir aux verdicts...
    Cet ouvrage retrace les péripéties des plus célèbres affaires criminelles d'hier et d'aujourd'hui, de l'Auberge rouge aux disparus de Mourmelon, en passant par la bande à Bonnot, Landru, l'affaire Seznec, l'affaire Dominici ou Lucien Léger... Amateurs de petite et de grande Histoire, découvrez ou redécouvrez ces crimes qui, en leur temps, firent la une de la presse, captivèrent l'attention des masses et suscitèrent parfois les plus vives discussions.
    Un travail de coordination et d'écriture mené par l'un des meilleurs spécialistes en activité du monde criminel, l'historien Sylvain Larue....

  • « Maître des passions, maître des haines, maître des larmes et des tourments », selon Magma, l'amour n'est vraiment pas toujours le sentiment de paix et de douceur auquel on aspire. Chacun se sait capable d'accomplir des miracles pour les beaux yeux de l'être aimé... Mais quand l'amour sans limites se complique de jalousie, de colère, d'envie et de violence, le cocktail peut être dangereux et conduire au meurtre.
    Supprimer l'ancien conjoint que l'on ne supporte plus, les parents s'opposant à un mariage, l'enfant naturel faisant obstacle, ou bien n'importe qui - pourvu que cela rapporte de l'argent -, tels furent les faits d'armes de ces « amants diaboliques », chers à Boileau-Narcejac.
    De l'affaire de la Vénus de Gordes à celle des diaboliques de Bourganeuf, ils sont, en ces pages, une trentaine de couples à avoir eu droit, chacun à leur époque, aux honneurs des journaux, du milieu du xixe siècle à nos jours. Citons ici les noms d'Elisabeth Ducourneau, Jacques Algarron, Simone Deschamps, Bernard Cousty et Valérie Subra... Pas de happy end en ces histoires : pour leurs noces, les diaboliques s'unissent uniquement pour le pire, et toujours jusqu'à ce que la mort les sépare...

  • 1853, hiver de l'Amour, printemps de la mort... Aux premiers mois du Second Empire, Paris est en liesse : Napoléon III se marie ! Mais au soir même des noces, une explosion meurtrière vient endeuiller la lune de miel impériale... et ce n'est que le commencement. Durant les semaines qui suivent, des bombes sont retrouvées un peu partout dans la ville. Au son d'une mystérieuse petite musique, tantôt accomplissant leur macabre dessein, tantôt rendues inoffensives, toutes sèment la panique parmi la population. Au Goupil et à ses agents de la Noble Cour revient la charge d'enquêter pour arrêter le mystérieux criminel qui signe ses méfaits d'un dessin de Cupidon et dont les actes pourraient bien nuire à certaines alliances politiques et commerciales entre la France et le Royaume-Uni. Mais, au grand effroi de Léandre Lafforgue, l'enquête pourrait révéler bien plus que de simples actes de terrorisme, et le conduire à trahir des êtres qui lui sont chers.

  • Que le spectacle commence !
    En ce mois de novembre 1851, alors que le mandat du président Bonaparte touche à sa fin et que les plus sombres prévisions courent quant à l'avenir de la politique française, Léandre Lafforgue, alias «Le Goupil», songe en vérité plus volontiers à sa carrière naissante de dramaturge qu'au devenir du pays.
    Mais sitôt le rideau de l'Odéon tombé sur la première représentation de sa pièce, un crime perpétré dans le théâtre met en suspens le futur de son oeuvre.
    Et comme un malheur n'arrive jamais seul, voilà que pour faire taire d'éventuelles rumeurs, Bonaparte charge les deux dernières recrues de la Noble Cour de mener l'enquête... et ce à la place du Goupil ! Tandis que se trame en secret un complot destiné à changer le cours de l'Histoire, entre fausses pièces d'or, corps dépouillés et coup de coeur, Léandre peut-il parvenir à voir clair dans ce capharnaüm sans s'y perdre tout à fait ?

  • Justice doit être faite, en ce matin d'été 1855 ! Appréhendé au terme d'une longue investigation, Magon, «l'éventreur du Palais-Royal», meurtrier sadique de prostituées, est conduit à l'échafaud devant lequel, jusqu'au bout, il clame son innocence.
    Mais quelques instants après que sa tête est tombée, on retrouve le corps d'une autre femme galante, atrocement mutilé... L'hypothèse d'une terrible erreur judiciaire éclate alors dans la presse, encouragée notamment par les déclarations d'un magistrat zélé et d'un commissaire de police obtus, persuadés que les hommes de Léandre Lafforgue n'ont pas suivi la piste qu'ils ont toujours envisagée.
    C'est l'heure pour le Goupil et ses agents de mener une enquête à haut risque, les obligeant à plonger dans le monde interlope, violent et tabou des amours tarifés, afin à la fois de blanchir pour de bon leur réputation d'enquêteurs et d'éviter aux pauvres filles de joie de tomber entre les griffes du pervers sanguinaire...

  • Février 1849 : en présence du prince-président Bonaparte, le Tout-Paris de la Seconde République se presse place Vendôme pour participer à un événement exceptionnel, une prestigieuse soirée costumée rappelant les folies du Directoire : le Bal des muscadins. Mais, alors que les réjouissances battent leur plein, une morbide apparition interrompt théâtralement les festivités... Bonaparte confie donc à son agent spécial, Léandre Lafforgue, alias " le Goupil ", le soin d'assister la police pour éclaircir cette étrange situation. C'est l'occasion pour le Goupil d'entrer dans une aventure faite de livres rares et d'érudition touchant à l'irrationnel, via sa rencontre avec les frères Lazare, riches héritiers liés à d'importantes personnalités du milieu des lettres, mais également avec deux mystiques Anglaises aux charmes ravageurs... Pendant ce temps, des hommes sont assaillis, décapités, et leurs corps privés de têtes sont découverts aux quatre coins de la capitale. La Révolution et ses débordements reviendraient-ils au goût du jour ? Existerait-il un lien entre le bal, des voleurs de manuscrits anciens et ces assassinats ?

  • L'oeil du goupil

    Sylvain Larue

    • De boree
    • 13 Septembre 2018

    1848. La France vient de chasser son dernier roi, et à Paris, la République nouvelle-née se construit au jour le jour. Dans ce climat de tensions politiques, tandis que se préparent au loin les élections du premier Président, plusieurs décès endeuillent les sièges du Palais-Bourbon.
    Accidents ou maladies ?
    Quoi qu'il en soit, la police ne semble pas y prêter une grande attention. Au même moment, fraîchement débarqué de sa Gascogne natale, un garçon à la recherche de son passé se retrouve involontairement mêlé à ces affaires, puis convié par le futur prince-président Napoléon à en trouver la trame commune. Il va ainsi devenir «le Goupil» et faire preuve de tout son talent... Sa sagacité sera-t-elle suffisante pour déjouer ce mystère ?

  • 1853, hiver de l'Amour, printemps de la mort... Aux premiers mois du Second Empire, Paris est en liesse : Napoléon III se marie ! Mais au soir même des noces, une explosion meurtrière vient endeuiller la lune de miel impériale... et ce n'est que le commencement. Durant les semaines qui suivent, des bombes sont retrouvées un peu partout dans la ville. Au son d'une mystérieuse petite musique, tantôt accomplissant leur macabre dessein, tantôt rendues inoffensives, toutes sèment la panique parmi la population. Au Goupil et à ses agents de la Noble Cour revient la charge d'enquêter pour arrêter le mystérieux criminel qui signe ses méfaits d'un dessin de Cupidon et dont les actes pourraient bien nuire à certaines alliances politiques et commerciales entre la France et le Royaume-Uni. Mais, au grand effroi de Léandre Lafforgue, l'enquête pourrait révéler bien plus que de simples actes de terrorisme, et le conduire à trahir des êtres qui lui sont chers.

    Sur commande
  • Au bal des muscadins

    Sylvain Larue

    Février 1849 : le Tout-Paris se presse place Vendôme pour participer à une soirée exceptionnelle rappelant les folies du Directoire : le Bal des Muscadins. Mais au milieu des réjouissances, une découverte des plus macabres interrompt les festivités... Peu après, aux quatre coins de la capitale, des hommes sont assaillis puis décapités ; et les têtes tranchées ont disparu. La Révolution et ses débordements reviendraient-ils au goût du jour ? Le président Bonaparte confie donc à son agent spécial, Léandre Lafforgue, le soin d' assister la police sur les tenants et aboutissants de ces étranges affaires. L' occasion pour le Goupil de faire connaissance avec les frères Lazare, organisateurs du Bal, et d' entrer dans un monde fait de livres rares et d' érudition touchant à l'irrationnel...

    Sur commande
  • Comme l'écrivait avec ironie Tristan Bernard, " un journal coupé en morceaux n'intéresse aucune femme, alors qu'une femme coupée en morceaux intéresse tous les journaux ".
    Ainsi, la dramatique histoire du " Corbeau " corrézien, l'assassinat de la petite Nicole en Haute-Marne ou la démence de l'anthropophage Sagawa ont en commun d'avoir fait les gros titres de la presse et passionné les lecteurs. De Lacenaire, le poète assassin, à Michel Fourniret, " l'ogre des Ardennes ", Les Nouvelles Affaires Criminelles de France proposent de partir à la découverte des plus célèbres histoires judiciaires du xixè siècle à nos jours.
    L'ouvrage, composé par les meilleures plumes de la collection des " Affaires Criminelles ", traite sans sensationnalisme, mais avec rigueur, des faits divers en tous points exceptionnels... Que diriez-vous d'entrouvrir avec nous les carnets de la femme fatale Pauline Dubuisson ? Préférez-vous ceux du bourreau Deibler ? Illustré de photos rares volées à la poussière des archives, ce livre propose une lecture passionnante et atypique.
    Chut... ! Les magistrats entrent dans le prétoire ! 6 Sylvain Larue

  • « Maître des passions, maître des haines, maître des larmes et des tourments », selon Magma, l'amour n'est vraiment pas toujours le sentiment de paix et de douceur auquel on aspire. Chacun se sait capable d'accomplir des miracles pour les beaux yeux de l'être aimé... Mais quand l'amour sans limites se complique de jalousie, de colère, d'envie et de violence, le cocktail peut être dangereux et conduire au meurtre. Supprimer l'ancien conjoint que l'on ne supporte plus, les parents s'opposant à un mariage, l'enfant naturel faisant obstacle, ou bien n'importe qui pourvu que cela rapporte de l'argent , tels furent les faits d'armes de ces « amants diaboliques », chers à Boileau-Narcejac. De l'affaire de la Vénus de Gordes à celle des diaboliques de Bourganeuf, ils sont, en ces pages, une trentaine de couples à avoir eu droit, chacun à leur époque, aux honneurs des journaux, du milieu du XIXe siècle à nos jours. Citons ici les noms d Elisabeth Ducourneau, Jacques Algarron, Simone Deschamps, Bernard Cousty et Valérie Subra... Pas de happy end en ces histoires : à leurs noces, les diaboliques s'unissent uniquement pour le pire, et toujours jusqu'à ce que la mort les sépare...

  • Crimes célèbres, tueurs en série, erreurs judiciaires, femmes assassins, disparitions mystérieuses, braquages, escroqueries, affaires non résolues, crimes politiques... se sont succédé au cours de l'histoire. Cet ouvrage retrace les péripéties des plus célèbres affaires criminelles d hier et d aujourd'hui, de l'Auberge rouge aux disparus de Mourmelon, en passant par la bande à Bonnot, Landru, l'affaire Seznec, l'affaire Dominici, Lucien Léger ou encore l'affaire Grégory. Il est nourri d'une iconographie riche et variée (portraits des assassins, pièces de procédure judiciaire inédites, photographies ou dessins de presse de prétoires, documents administratifs des bagnes, etc.) et la maquette est harmonieuse et engageante. Le travail de coordination et d'écriture est entrepris par le meilleur spécialiste en activité du monde criminel, l'historien Sylvain Larue.
    />

  • Le Vaucluse révèle toute une palett e de couleurs : le bleu du ciel de Provence, le vert des pins, l'ocre des colorados provençaux et le rouge du sang, répandu çà et là par des meurtriers dont on se souvient à peine. Du crime des Saff res à la tragédie si récente de l'île de la Barthelasse, 120 années se sont écoulées. Les assises de Carpentras sont depuis longtemps le témoin privilégié d'un interminable défi lé d'assassins. Ici, pour des sentiments d'amour ou de haine, pour de l'argent ou pour assouvir de bestiales pulsions, des hommes ont commis l'irréparable. Une fois la sentence de mort prononcée, la foule acclame les juges avant de se taire et de conserver un certain recueillement, laissant faire l'oeuvre de la guillotine. De nos jours, la sur-publicité accordée à certains faits divers tendrait à faire oublier que les crimes aff reux ne datent pas de la dernière décennie.
    À sa manière, Les Grandes Aff aires criminelles du Vaucluse se charge de le rappeler.

  • Le couperet de l'eternite - histoire de la guillotine Nouv.

  • Les ecuries de diomede Nouv.

  • On en fait, du beau, en Pays de France ! Voici plusieurs décennies, les crimes commis dans le département du Val-d'Oise ont grandement alimenté les chroniques judiciaires et captivé bien des lecteurs !
    Assassins confondus par leur physionomie, meurtriers de chauffeurs de taxis ou de policiers, apaches de banlieue, tueur en série :
    Le choix est large, et les cours d'assises chargées de remédier à cela n'ont jamais hésité à faire appel aux services des bourreaux. Dans cette balade sanglante sur les chemins qui serpentent entre villes et rase campagne, partez à la rencontre des Grandes Affaires Criminelles du Val-d'Oise, des histoires passionnantes parce que traitées comme des nouvelles policières, et en même temps terribles parce qu'authentiques.


  • valets meurtriers, satyres et empoisonneurs se retrouvent bien souvent dans le box des accusés, parfois même dans le couloir de la mort.
    les crimes crapuleux qu'ils commettent, l'esprit de vengeance qui les anime nous permettent de retrouver aujourd'hui avec curiosité mais aussi quel effroi ! la trace de vingt-cinq histoires insolites qui, entre 1878 et 1975, ont défrayé la chronique judiciaire du gers. l'auteur s'est penché avec délices sur les archives, les documents judiciaires et la presse d'époque et a réussi le tour de force d'exhumer les méfaits d'une " bien jolie " bande de criminels, parfois totalement tombés dans l'oubli.
    les crimes étant, malgré toute leur horreur, un peu de notre histoire, il était bon de narrer ceux d'un département rural qui ne s'est souvenu que très récemment, en 1999, qu'il n'était pas à l'abri des draines de sang.

  • Détaché de Paris depuis à peine quarante ans, le Val-de-Marne, à l'instar des départements franciliens, a vu son histoire criminelle largement estompée par le voisinage de la capitale, si riche en affaires sensationnelles. Et pourtant, ce n'est pas à Paris que Bonnot périt sous les balles de la police, mais à Choisy-le-Roi ; au Kremlin- Bicêtre on fait disparaître les garçons de recette en les carbonisant ; et si Yves Maupetit, auteur d'un double crime à Sucy-en-Brie, a été surnommé « l'ennemi public n°1 », ce n'est pas pour rien. Ajoutez à cela plus d'un siècle d'assassinats commis entre 1870 et 1981, et l'ombre de la guillotine - de ses essais à Bicêtre en 1792 à la création d'un couloir de la mort à Fresnes en 1978 -, et vous réaliserez bientôt que les plus tragiques des crimes jugés par les assises de Paris ne se sont pas toujours passés du côté intérieur du Périphérique...

  • La région Île-de-France, territoire de contrastes géographiques et humains, a souvent eu le redoutable honneur de voir « ses » criminels faire la une des journaux, notamment à Paris, si riche en affaires sensationnelles.
    Sylvain Larue et Nathalie Michau associent leur plume dans un recueil d'une quarantaine d'affaires parmi les plus emblématiques de la région. Chaque auteur a exhumé des archives du département qu'il a étudié des récits originaux datant des XIXe et XXe siècles.
    De la dépeceuse de Savigny-sur-Orge aux garçons de recette carbonisés dans le Val-de-Marne, des « évadés de Rochefort » du Val-d'Oise au cannibale de Versailles et au « puits d'amour » de la tour Malakoff, sans oublier, bien sûr, Paris et ses assassins célèbres, tels Jeanne Weber, « l'ogresse de la Goutte-d'Or », Marguerite Steinheil, maîtresse de Félix Faure accusée d'avoir supprimé son mari et sa mère, Violette Nozière, la belle parricide mondaine, ou encore les tueurs en série Landru, Petiot et Guy Georges, vous découvrirez des histoires effroyables, inconcevables mais pourtant vraies.
    Coups de couteau, arrestations mouvementées, infanticides, crimes crapuleux, passionnels ou politiques, tueurs en série insaisissables, effets de manche et longues plaidoiries, verdicts implacables, guillotine ensanglantant le pavé des places publiques. un véritable roman policier constitué de cas authentiques !

empty