Valérie Morales Attias

  • Coups de soleil de Valérie Morales Attias est d'abord un roman d'amour, une quête illusoire d'une ville et d'un amant, une mystification d'Eros qui conduit la narratrice à revenir sur les traces de ses premiers ébats amoureux. Paradis, parce que perdu, moi qui suis sans lumière à jamais (Cortazar). Le déracinement a conduit la narratrice et sa mère de l'autre côté de la méditerranée : « Les premiers jours à Paris, ma mère marchait le nez en l'air et regardait le ciel plombé avec stupeur. Elle n'en revenait pas, trompée une fois de plus dans ses croyances, cette vieille enfant tentait d'agir comme si de rien n'était ». Ensuite la narratrice trouve un travail, épouse le patron de l'usine. Sa mère s'appelle Blanche... « Chez nous un nom pareil, ça ne pouvait pas exister ». ...Valérie Morales-Attias brosse un portrait au vitriol de cette bourgeoisie provinciale comme ce mari, Pierre Henri qui s'est marié « contre ses parents, leurs amis, contre ce curé qui roulait des yeux de passion car jamais vu personne comme mon ardente maman. Contre les amis des grandes écoles... ». Ou encore : « Il est persuadé, le malheureux, que Sade est l'auteur des Liaisons dangereuses. Trompé dans ses littératures, Pierre-Henri se rattrape au cinéma. Ses mèches claires savamment ébouriffées, il s'entraîne, le bougre, à rouler des yeux vicieux comme John Malcovitch... » Après ça le divorce en attendant le retour refoulé. »

    Sur commande
  • Ma vie racontée sur Facebook ? Certes,mais la vôtre aussi. Résumés drôlement, les événements du monde s'entrechoquent avec les bribes de nos petites existences si insignifiantes etmalgré tout précieuses à nos yeux et à ceux de nos amis. Car les liens virtuels existent et quand ces inconnus de notre quotidien écrivent sur nosmurs on pense parfois qu'ils sont plus intelligents que nos proches, plus aimants, plus prêts de nous. Ces posts que nous semons dans tous les coins dumonde nementent pas toujours et disent parfois ce qui de nous est au plus profond.

    Sur commande
  • Casablanca... C'est l'histoire de plusieurs vies qui se croisent. Chicha, Esther, Abe Slaoui et une petite fille qui a disparu dans un camp de migrants casablancais en sont les protagonistes. Colette, une journaliste parisienne se joint à la police marocaine pour enquêter. Intrigue policière, rencontres et rivalités féminines, mais aussi douceur, histoire d'amour passionnelle, le rythme ici est pulsionnel comme Casablanca qui renverse tout sur son passage : sa sensualité, son passé, sa saleté, son arborescence, son esthétisme. Ambition, vanité, jalousie... Le scénario raconte également les préoccupations contemporaines, la peur, l'abandon, l'amour spolié, le lâcher prise, les fourberies, les passions, et une certaine misère. On est ailleurs. Comme au cinéma.

    Sur commande
  • Au bout de la table, en exilée professionnelle, ma mère dégoûtée. Qui fera son aveugle avec application. Qui finira par jeter un pavé dans la mare en annonçant tranquillement sa volonté de voter socialiste aux prochaines élections. Raidissement général autour de la table. Car il faut savoir que mon mari est un respectable député du plus grand parti droitier français. Ma mère aura alors un regard pour moi et je serai seule à comprendre. Elle fera le silence autour d'elle. Seule. Et sa robe d'éternel deuil, tous ses yeux de mes soleils verront ma solitude et me diront : « va-t'en ! Va-t'en ! Vat'en ! »

    Sur commande
  • Premier diplomate du Royaume, Mohammed VI est aujourd'hui le souverain des Africains, après une campagne politique sans précédent qui a conduit à un consensus avantageux sur la question du Sahara.
    Monarque aussi proche des cours d'Espagne et d'Angleterre qu'à son aise avec Vladimir Poutine, il a également « porte ouverte » à l'Élysée, quel qu'en soit le Président.
    Souverain d'un royaume complexe, où la modernité du XXIe siècle côtoie au quotidien le poids des traditions millénaires, Mohammed VI règne sans heurts perceptibles avec un Gouvernement et une majorité politique résolument islamistes.
    Homme d'affaires, il fait réaliser de grands investissements (centrales solaires, TGV, autoroutes, etc.) dans un pays sans véritables ressources naturelles.
    Diplomate, il impose son propre style, une fusion de modernité avant- gardiste, de goût sincère pour les arts et les lettres, et d'habileté politique. Comment parvient-il à gérer tous ceux qui tentent de faire du Maroc leur terrain de jeu ? Quelles sont ses positions face à l'Algérie à Israël, aux États-Unis, aux Princes arabes, ainsi qu'au fondamentalisme islamiste ?
    Les auteurs, indépendants de tout lobby, caste ou milieu, marocain ou étranger, ont choisi de concentrer leur analyse sur la période 2011- 2019. Pour ce faire, ils disposent de nombreux contacts et autres sources, parfois inédites. Il est indispensable que le livre soit édité en France, mais aussi distribué au Maroc.

empty