De Boree

  • Les énigmes criminelles ont de tout temps suscité la curiosité et l'imagination populaire. Celles qui constituent cet ouvrage ne dérogent pas à la règle qui veut que l'être humain préfère les certitudes aux doutes, la vérité aux hypothèses.
    Car il n'existe pas pire qu'une affaire criminelle non élucidée. Pour les familles, d'abord, qui ne peuvent mettre un nom et un visage sur l'assassin, qui se demanderont toujours le pourquoi et le comment, qui ne pourront jamais faire le deuil. En ce sens, l'énigme criminelle est une persécution qui s'ajoute à la souffrance initiale engendrée par la mort des victimes.
    Pour les enquêteurs, aussi, qui savent bien qu'aucun crime n'est parfait, qu'il existe toujours un grain de sable qui leur permettra de trouver une preuve irréfutable pour confondre les criminels en dépit du temps qui passe et des mémoires qui s'effacent. Pour qui n'accepte pas son aspect irrationnel, trouver la clé de l'énigme devient alors une obsession. Nombreuses sont les affaires traitées dans cet ouvrage qui se sont terminées dans cet outrage à la conscience.
    En ce qui concerne les affaires criminelles les plus récentes et toujours en attente de vérité, qu'elles soient médiatisées ou moins connues, le combat des familles continue pour que, un jour, force reste à la loi et à la justice, pour que l'oubli n'efface pas les dernières traces de sang et de larmes. Les progrès de la science constituent aussi un espoir, puisque certaines affaires trouvent ainsi un dénouement !

  • Crime et politique : voila une entrée originale pour explorer l'histoire de France. C'est à ce voyage dans le temps et l'espace que nous invitent Vincent Brousse et Philippe Grandcoing, deux auteurs qui ont déjà livré aux lecteurs les récits des crimes du Limousin et du Quercy, à l'aise dans le récit ou la fiction dans le domaine du crime et de l'enquête. Ils nous proposent de les suivre ici, de la Révolution française à la Ve République, en feuilletant les pages sombres de notre histoire. Des foules émeutières parisiennes de la Révolution aux attentats de l'OAS, des colères paysannes périgourdines aux violences meurtrières des années 1930, des complots visant le chef de l'État aux affaires qui ont suscité d'énormes scandales politiques, ils dressent un état des lieux fascinant des multiples liens pouvant relier le crime à la politique.

  • « Maître des passions, maître des haines, maître des larmes et des tourments », selon Magma, l'amour n'est vraiment pas toujours le sentiment de paix et de douceur auquel on aspire. Chacun se sait capable d'accomplir des miracles pour les beaux yeux de l'être aimé... Mais quand l'amour sans limites se complique de jalousie, de colère, d'envie et de violence, le cocktail peut être dangereux et conduire au meurtre.
    Supprimer l'ancien conjoint que l'on ne supporte plus, les parents s'opposant à un mariage, l'enfant naturel faisant obstacle, ou bien n'importe qui - pourvu que cela rapporte de l'argent -, tels furent les faits d'armes de ces « amants diaboliques », chers à Boileau-Narcejac.
    De l'affaire de la Vénus de Gordes à celle des diaboliques de Bourganeuf, ils sont, en ces pages, une trentaine de couples à avoir eu droit, chacun à leur époque, aux honneurs des journaux, du milieu du xixe siècle à nos jours. Citons ici les noms d'Elisabeth Ducourneau, Jacques Algarron, Simone Deschamps, Bernard Cousty et Valérie Subra... Pas de happy end en ces histoires : pour leurs noces, les diaboliques s'unissent uniquement pour le pire, et toujours jusqu'à ce que la mort les sépare...

  • Peut-on excuser un meurtre ? Difficile. Cependant, la majorité de ces criminels prennent la vie de leur prochain dans des circonstances particulières, et en général, ils font une seule victime. C'est déjà trop. Pourtant, il existe une hiérarchie parmi les meurtriers. Il y a des hommes et des femmes qui, par vice ou par besoin, multiplient le nombre de leurs victimes : ce sont des tueurs en série. Dans ce terme, il faut faire une distinction. À proprement parler, le véritable tueur en série, le trop fameux « serial killer » dont l'Amérique semble détenir le triste monopole, est une personne qui commet au moins trois meurtres dans un délai séparé et dans des conditions similaires : arme, profil des victimes, pour un mobile sexuel très souvent...
    Mais il existe d'autres genres de tueurs en série :
    - Le tueur de masse, par exemple, qui assassine plusieurs personnes au même endroit au même moment ;
    - Le « spree killer », qui se promène au hasard et tue au petit bonheur les individus qui ont eu le malheur de croiser sa route ;
    - Le tueur multiple, qui tue, lui aussi, n'importe qui, mais sur une longue période et pas forcément dans un seul endroit ;
    - Enfin, un cas à part car il est propre aux femmes : les empoisonneuses. Ce sont une trentaine de cas différents, ayant eu lieu aux quatre coins de la France depuis le milieu du XIXe siècle jusqu'à nos jours, que ce livre se propose de traiter.
    Évidemment, comme souvent, l'ouvrage n'a pas pour but d'établir une liste exhaustive des assassins de l'Hexagone ayant fait trois victimes ou plus ; et il est plus que probable que certains criminels, appréhendés dès leur premier ou second crime, auraient eu l'occasion de « faire carrière » si la justice n'avait pas précocement décidé de les envoyer au bagne ou à l'échafaud. Quoi qu'il en soit, vous trouverez ici certains des plus affreux meurtres que la France ait jamais connus !

  • Elles sont, à leur manière, de petits romans policiers authentiques, où Monsieur Tout-le- Monde peut soudain devenir une bête sanguinaire. De l'assassinat du procureur Fualdès dans l'Aveyron de la Restauration, aux fâcheuses immiscions journalistiques rencontrées au cours de l'affaire Grégory Villemin, encore si poignante aujourd'hui, une trentaine des plus célèbres affaires criminelles de France des XIXe et XXe siècles vous attendent dans ces pages, toutes ayant pour point commun d'avoir passionné les foules venues en nombre assister aux procès et applaudir aux verdicts...
    Cet ouvrage retrace les péripéties des plus célèbres affaires criminelles d'hier et d'aujourd'hui, de l'Auberge rouge aux disparus de Mourmelon, en passant par la bande à Bonnot, Landru, l'affaire Seznec, l'affaire Dominici ou Lucien Léger... Amateurs de petite et de grande Histoire, découvrez ou redécouvrez ces crimes qui, en leur temps, firent la une de la presse, captivèrent l'attention des masses et suscitèrent parfois les plus vives discussions.
    Un travail de coordination et d'écriture mené par l'un des meilleurs spécialistes en activité du monde criminel, l'historien Sylvain Larue....

  • Le crime au féminin est plus rare que celui perpétré au masculin. Il concerne une minorité des crimes de sang jugés chaque année depuis plus d'un siècle et demi dans notre pays. Avant l'abolition de la peine capitale en 1981, la criminelle est également beaucoup moins condamnée à mort. Et quand elle l'est, la grâce lui est le plus souvent accordée. Parfois, à l'issue de son procès, même si la preuve du crime a été admise par les jurés, elle sort libre du tribunal, car déclarée non coupable. Il y a donc une singularité de la perception de la criminelle par la société. Serge Cosseron et Jean-Marc Loubier dressent pour nous le portrait de « femmes criminelles » qui tuèrent par jalousie, cupidité, vengeance, désespoir ou calcul, pour des raisons personnelles ou politiques, ou bien encore sur un coup de folie, de la moitié du XIXe siècle aux années 1990. S'appuyant sur des archives judiciaires, des récits, des témoignages, des rapports d'expertises médicales et psychiatriques, ils font oeuvre d'historiens en explorant dans sa crudité et sa violence cet univers du crime qui ne cesse, aujourd'hui encore, de fasciner et d'intriguer.
    Dans cet ouvrage, nous croiserons des femmes dont les noms restent gravés dans nos mémoires, comme Simone Weber, condamnée pour avoir tué son ancien amant, les soeurs Papins, ayant commis d'un double meurtre sur leurs patronnes, Violette Nozière, parricide et empoisonneuse, ou Marie Besnard, la « bonne dame de Loudun », mais également beaucoup d'autres dont on avait jusque-là oublié les forfaits...

  • Apparitions, télépathie, fantômes, manifestations de mourants attestent pleinement l'existence de l'âme Recueil de légendes, de contes et de récits concernant fantômes et revenants Les oeuvres et recherches de Dom Calmet, Camille Flammarion et Victor Hugo, féru de spiritisme Témoignages recueillis par l'auteur lors d'enquêtes de terrain et provenant d'archives inédites (papiers de folkloristes, d'érudits locaux, de prêtres, etc.) Esprits, revenants et maisons hantées aujourd'hui : enquêtes et témoignages En écho aux angoisses des Hommes : que se passe-t-il après la Mort ? Et si la mort n'est pas la mort, elle s'ouvre sur une autre vie et l'âme s'affirme indestructible...

  • Qu'est-ce que le pouvoir ? Le choc, d'une ambition et de la réalité. La conquête du pouvoir est parfois une partie de plaisir, mais la prise de pouvoir ne couronne trop souvent que la reine d'un jour. « C'est maintenant », disait Léon Blum, au lendemain de la victoire du Front populaire, « que les difficultés commencent ». Car l'exercice du pouvoir est une impitoyable épreuve de vérité, au prisme de laquelle se forgent l'image, la légende, noire ou dorée, la gloire ou la honte de son détenteur. Certains, qui savent se gagner et conserver le coeur d'un peuple, laissent une trace où se conjuguent l'admiration et le regret.
    D'autres échouent de leur vivant, puis dans l'histoire.
    Christopher Clark, auteur d'une étude sur ces dirigeants de rencontre qui, les yeux grands fermés, conduisirent l'Europe et le monde à la Première Guerre mondiale, les englobait sous le nom de « somnambules ». Dominique Jamet évoque ici quelques-uns de ces gouvernants, parvenus au sommet par la grâce de l'hérédité ou du hasard, par la violence ou par l'élection, trop jeunes, mal préparés, mal formés, politiquement inexpérimentés, trop sûrs d'eux-mêmes ou dépassés, qui n'ont pas été à la hauteur de la charge écrasante qu'ils avaient briguée ou reçue.

  • On a voulu faire du mot « collaboration » un bloc, un collectif qui serait né de l'attractivité pour le nazisme, c'est mal connaitre le sujet que d'accepter cette vision à la fois fausse et réductrice qui mettrait sur le même plan, des industriels, des artistes de cinéma, des fanatiques idéologiques, des journalistes, des soldats... Plus grave encore, elle refuserait de faire apparaître de très fortes oppositions intellectuelles d'hommes venus de tous les horizons politiques.
    Pour comprendre (ou tenter de se replacer dans un contexte en rapport avec l'époque), l'auteur nous propose un texte émaillé de nombreuses références politiques, littéraires, culturelles...
    Et nous offre aussi une galerie de portraits, noms souvent évoqués et détestés, mais sur lesquels il reste beaucoup à apprendre :
    Pétain et Laval, bien sûr, Doriot, Fernandez, Déat, Brasillach, Rebatet, Drieu La Rochelle, Darnnd, Luchaire, Céline, Le Vigan, Paquis, De Brinon, Mauras Saint-Loup, Bonnard, Arletti...

  • On prête au Diable bien des histoires... Il ne revêt pas qu'un seul visage, il n'a pas qu'un seul nom ! Partout, les traditions orales, les contes, les légendes, parlent de lui et de ses tractations avec les hommes.
    Roué et rusé, il intervient sans cesse dans la vie des hommes, il aime l'argent et l'or, le vin, le trouble des femmes et des religieux, il triche aux cartes, il ne cesse de tourmenter les gens de la terre, il s'immisce dans toutes les peurs nocturnes et dans les signes de sa présence que l'on voit partout ! Il tourmente même les chèvres et les chats...
    Ce recueil est le fruit de ces multiples sources, orales, imprimées et manuscrites.

  • Vas où tu veux, meurs où tu dois ! Parfois, cette mort a des aspects si surprenants, inattendus et même stupides....
    Qu'on peut en faire un récit !

  • « Ce ne sont pas nos dirigeants actuels qui diront le contraire : Choisir n'est pas facile.
    C'est pourtant ce qu'il a fallu faire avec les mille trois cents chroniques dominicales publiées depuis le 4 octobre 1992 dans le journal La Montagne. Un arbitrage sans aucun carton rouge pour en extraire un peu plus d'une centaine constituant une sorte de « rétroviseur » humoristique de l'actualité de ces trente dernières années.
    Ces « Trente » ont-elles été glorieuses ? Ce sera au lecteur de le dire en parcourant ces Pointes d'actu qui montrent curieusement que cette pseudo actualité, qui nous assaille chaque jour davantage, bégaie souvent plus qu'elle ne se renouvelle». Jacques Mailhot.
    Florilège de l'humour spontané des situations et des hommes, cette anthologie retrace trente ans de vie française vu par le prisme de la dérision. De la cocasserie, de l'érudition, de l'humanité et de la modestie. Un panorama qui enveloppe les sphères les plus éclectiques de notre quotidien, nos traditions, nos travers, et qui épingle les grandes figures de la vie politique, du monde des affaires, de la chanson, de la gastronomie, de la littérature et plus encore. Une illustration de l'exception culturelle française, la petite et la grande histoire en peu de mots, des mots qui rassemblent et jamais ne divisent.

    Sur commande
  • Le Cantal est terre de mystères et de singularités.
    En fin connaisseur de ce département, Daniel Brugès sort de l'oubli des faits étranges, dépoussière des archives, révèle des destinées insolites, exhume des croyances d'un autre temps. Il nous invite à découvrir l'âme profonde de toute une région où Histoire officielle et « petite » Histoire se mêlent. Ici, les superstitions, le surnaturel et le merveilleux nous entraînent sur les chemins des phénomènes inexpliqués. Là, des univers inconnus livrent des secrets longuement gardés.
    Pourquoi les dames blanches, la Baragnaude ou le Rapatou marquaient-ils de nombreux lieux de leur empreinte ? Où sévissait la Chasse Volante qui hante encore les mémoires ?
    Quelles convictions poussaient certaines jeunes filles de Saint- Flour à se laisser enfermer dans un minuscule réduit, à devenir recluses et à finir leurs jours dans d'horribles souffrances ? Que s'est-il passé véritablement dans la montagne des Carteyroux pour qu'Antoine Roux soit guillotiné à Murat ? Quelle a été la véritable histoire de Catinon Menette béatifiée par le pape Jean- Paul II en 1996 ?
    Laissez-vous guider au coeur des Mystères du Cantal par la plume sensible et pétillante de Daniel Brugès. Des dizaines d'histoires racontées avec passion et pénétrez dans un monde aux multiples facettes, un monde bien peu ordinaire...

    Sur commande
  • Un ouvrage qui retrace l'histoire des manifestations mystérieuses en France et qui invite à passer de l'autre côté du miroir... L'auteur, spécialiste du genre, y aborde toutes sortes de manifestations étranges et passionnantes : apparitions féminines comme les dames blanches ou les revenantes des châteaux, apparitions religieuses, récits de sorcières et de sabbats, apparitions masculines (aristocrates, moines et prêtres, gémissants...), lieux paranormaux (poltergeits, maisons sanglantes, psychokinèse et télékinésie, médiums, hantises et guérisons, possessions diaboliques)... Ces phénomènes restant ancrés dans notre époque moderne, l'auteur aborde donc le rôle actuel de la police et de la gendarmerie dans le cadre de ces cas hors normes, des chasseurs de fantômes, des journalistes et d'Internet. Un tour d'horizon passionnant par un auteur spécialisé.

    Sur commande
  • D'où viennent ces pierres qui nous semblent aujourd'hui mystérieuses ? Pourquoi ont-elles été élevées, et à quoi elles servaient-elles, posées comme des jalons dans l'imaginaire collectif... Ressenties comme païennes par l'Eglise, celle-ci lutta pendant des siècles contre ce culte des pierres, sans jamais en triompher d'ailleurs, ce qui illustre l'attachement populaire à ce qu'elles représentent. Traces d'actes héroïques de géants disparus, mémoire de cultes anciens, pierres guérisseuses ou favorisant la fécondité, mégalithes levés ou couchés, parfois cachés, creusés ou perforés, dédiés aux diables ou aux fées... : sur leurs traces, vous découvrirez un univers particulier, des bribes de croyances anciennes et un imaginaire populaire foisonnant. Le Baron et la Baronne, le Champ des Roches, Pierre Charlemagne ou Fauteuil de Dagobert... des noms variés et imagés qui invitent à la découverte !

  • Fondée le le 29 mai 1880 dans une ancien prison politique, la colonie agricole et maritime de Belle-Île-en-Mer accueille des adolescents âgés en 13 et 21 ans ayant été acquittés par la justice en raison de leur absence de discernement et des jeunes justiciables condamnés à des peines allant jusqu'à 2 ans d'incarcération.
    Se mêlent des petits vagabonds à peine sortis de l'enfance, des mendiants, des voleurs à la tire mais également de jeunes criminels multirécidivistes, coupables, pour certains, de meurtre. Leurs conditions de détention déplorables, les mauvais traitements infligés par les gardiens et la violence entre colons poussent nombre de ces jeunes prisonniers à tenter de fuir cet enfer carcéral : seuls, en groupes ou lors de révoltes et de mutineries spectaculaires. Cette colonie fermera ses portes en 1977 ! C'était hier...
    Un récit instructif et poignant qui revient sur ces épisodes dramatiques, ancrés dans une histoire récente, et en analyse les fondements : entre déshumanisation du système judiciaire et de ses représentants et profond désespoir de ces « enfants du bagne »...

  • À travers un grand nombre de documents (photographies, cartes des opérations.) et de témoignages, Paul Dreyfus livre le récit d'un des drames les plus mystérieux de la dernière guerre. Il aborde la question des responsabilités de Londres et d'Alger, restés passifs tandis que l'ennemi écrasait cette " citadelle de liberté ", mais revient surtout sur la folle espérance puis la cruelle désillusion des combattants. Des maquisards qui virent s'abattre sur eux des planeurs bourrés de Waffen S.S. un matin d'été 1944, alors qu'ils attendaient la mise en place du plan " Montagnards ", prévoyant l'atterrissage de milliers de parachutistes alliés pour repousser les forces allemandes... Cet ouvrage tente d'élucider le mystère qui entoure " l'affaire du Vercors ", en perçant les secrets et déceptions de nombreux soldats. Paul Dreyfus fait revivre ce moment fort de l'histoire pour que personne n'oublie le sacrifice des 600 maquisards, 200 civils et 41 déportés au nom de notre liberté.

  • Fortement contrastée, tant au niveau de ses paysages que de ses habitants et de leurs traditions, la région Rhône-Alpes a uniformément été marquée par la folie meurtrière humaine. Ce volume de la collection des « Grandes Affaires Criminelles » vous en apportera la preuve.
    Des aventures du contrebandier Mandrin à l'enlèvement du petit Christophe Mérieux par le gang des Lyonnais, en passant par les crimes des aubergistes de Peyrebeille, les dernières heures de l'anarchiste Ravachol, le parcours de Joseph Vacher, éventreur de bergères et premier tueur en série de France, ou encore les exploits des chauffeurs de la Drôme, vous découvrirez dans ce recueil des histoires toutes plus incroyables les unes que les autres.
    Alain Balsan, Anne-Marie Bossy, Frédéric Boudouresque, Jean-Philippe Buord, Albine Novarino-Pothier, Jacques Rouzet, Jean-François Vial et Marie-Pascale Vincent associent aujourd'hui leur talent et compilent une quarantaine d'affaires parmi les plus emblématiques de la région. Chaque auteur a exhumé des archives du département qu'il a étudié des histoires originales, restées ou non dans les mémoires, datant de la première moitié du xviiie siècle au début des années 2000.
    Sans aucun doute, Les Grandes Affaires Criminelles de Rhône-Alpes vous feront frissonner. d'horreur !

    Sur commande
  • Novembre 1942, la Wehrmacht envahit la zone libre, entraînant de fait l'implantation des services de police et de répression allemands au sud de la Loire. Ces derniers ne peuvent trouver une véritable efficacité sans le concours du régime de Vichy. Ainsi, des Français sans vergogne, agents de la Sipo-SD ou de l'OPA, miliciens, collaborateurs de tout poil aux motivations souvent plus vénales qu'idéologiques, deviennent les auxiliaires zélés de l'occupant.
    Pour la Résistance, dont les bases sont déjà solidement établies, le pouvoir de nuisance de ces traîtres représente un danger capital.
    Dans la région clermontoise, Émile Coulaudon, futur commandant des FFI d'Auvergne, décide de former une unité spéciale en charge des éliminations de « collabos ». Créé à partir du groupe sédentaire rassemblé par Lucien Blanchet, le corps franc des Vampires s'organise progressivement et devient opérationnel.
    Exécutions et sabotages spectaculaires sont le quotidien de ces combattants de l'ombre qui, pour parvenir à leurs objectifs, doivent régulièrement infiltrer les informateurs de l'ennemi et fréquenter la pègre locale. Entraînés par des chefs inflexibles comme « Bernard », « Cristal » ou « Carpentier », les membres du corps franc prélèvent le tribut du sang et instaurent un climat de psychose chez certains collaborateurs. Traqués tant par la police de Vichy et la Milice que par les services allemands, ils rendent coup pour coup dans la lutte sans merci qui s'est engagée.
    Loin des combats glorieux du mont Mouchet ou de la Truyère, les Vampires vont ainsi écrire une des pages les plus délicates et méconnues de la Résistance.

    Sur commande
  • Le 4 avril 1968, Martin Luther King était assassiné. Condamné à 99 ans de prison lors d'un simulacre de procès, James Earl Ray était-il bien le meurtrier ? Comment imaginer que ce malfrat sans envergure ait pu accomplir un acte aussi spectaculaire dans des conditions invraisemblables et prendre la fuite ? Que penser des accusations de la famille et des compagnons de King ? Du rôle de la police ? Du FBI ? Au-delà de l'identité du véritable assassin, Le Rêve brisé jette un éclairage crû sur une période particulièrement violente de l'histoire des Etats-Unis et révèle pourquoi Martin Luther King a été assassiné à ce moment-là.

  • L'erreur judiciaire, commise par une juridiction dans son appréciation de la culpabilité ou de l'innocence d'une personne, est relativement rare. Mais elle existe. Et ce, dès l'instant où ladite personne a été mise en examen, à plus forte raison si elle est placée en détention en attendant sa comparution en cour d'assises.
    Dans l'histoire criminelle de France, la justice s'est trompée très lourdement - et très injustement - à plusieurs reprises, au point d'envoyer un innocent en prison, au bagne et même à la guillotine.
    Bafouant l'honneur d'une famille en même temps qu'elle prenait la vie d'un individu.
    Ainsi, le malheureux Justin Bornet fut conduit devant le poteau d'exécution sur le faux témoignage d'un de ses voisins ; Jean Calas subit la torture jusqu'à trépas, après avoir été accusé sans la moindre preuve de l'assassinat de son fils ; pour l'anecdote, il fallut l'intervention de Voltaire pour qu'il soit enfin innocenté et que « réparation » soit faite à sa famille. D'autres, comme Émile de la Roncière, Guy Mauvillain et Loïc Sécher, passèrent des années en prison pour un crime qu'ils n'avaient pas commis avant d'être réhabilités. Sans oublier, bien sûr, la fameuse affaire Dreyfus, qui mit en émoi la Troisième République.
    Du xviiie au xxe siècle, Jean-Charles Gonthier et Annie Ragnaud- Sabourin reviennent sur quelque vingt-cinq erreurs judiciaires qui auraient pu être évitées. Pour ne jamais oublier.

  • De 1940 à 1944, des milliers d'enfants juifs ont été arrachés à leurs parents, obligés de se cacher pour échapper à la cruauté nazie. Pendant quatre années, ils ont vécu la détresse de l'abandon, de la solitude et de la peur. Pour ne retrouver au bout du chemin que des cendres : des parents et grands-parents morts en camps de concentration ; des demeures habitées par d'autres ;
    Parfois, pas même une photo pour dessiner le visage de ceux qui avaient disparu.
    Ce sont ces enfants devenus adultes que Raphaël Delpard est allé interroger, ce sont eux qui aujourd'hui racontent comment, dans ces temps de désespérance, ils ont assisté à l'irruption des policiers chez eux, comment leurs parents ont été arrêtés, comment euxmêmes ont fui, et par qui ils ont été cachés, de quelles cicatrices cette enfance saccagée a marqué leur vie d'adulte et jusqu'à celle de leurs propres enfants.
    Aboutissement de plusieurs années d'enquête, adapté par l'auteur en film documentaire diffusé sur France 2, ce livre est aussi celui des Justes, tous ces héros, hommes et femmes, qui ont sauvé des enfants et ont risqué leur vie pour s'opposer à la barbarie.

  • Connaissez-vous ce petit cordonnier toulousain devenu l'un des Maîtres du Caire ? Saviez-vous que l'une des plus grosses équipes de braqueurs de ces vingt dernières années était menée par un grand-père de quatre-vingt-trois ans ? Saviez-vous que le brouillon de l'un des plus grands livres de la littérature française fut trouvé par hasard à Saint-Sernin ? De l'affaire Léotade à la récente affaire Viguier, du scandale de Bragayrac à l'avion fantôme de Palaminy, de la maison hantée de Revel aux pouvoirs extraordinaires de Serge Alalouf, découvrez la face cachée d'un département aux multiples visages. Que vous soyez commingeois ou toulousain, habitant du Volvestre ou du Lauragais, la Haute-Garonne insolite vous dévoile toute une mosaïque d'anecdotes et de portraits que l'auteur a exhumés pour vous des entrailles de l'Histoire. Il suffit parfois d'une fenêtre pour éclaircir ce que le temps obscurcit : la Haute-Garonne insolite l'a ouverte pour vous.

    Sur commande
  • Fils de fermiers , René Pagis devient gendarme, monte les échelons et intègre la magistrature. Il y exerce les fonctions de juge d'instruction, juge des enfants et procureur de la République. Cette carrière hors du commun a donné lieu à bon nombre de rencontres et d'anecdotes que l'auteur relate dans un récit de mémoires.
    L'auteur évoque dans l'avant propos son parcours professionnel avant de partager avec le lecteur différentes anecdotes et moments forts qu'il a vécu dans la gendarmerie et la magistrature.
    Bien écrit dans un style enjoué et empli d'humour, René Pagis donne un point de vue intéressant du métier d'officier de gendarmerie et de magistrat à la fin du XXe siècle. Il relate des anecdotes souvent humoristiques et des rencontres parfois cocasses avec des personnes célèbres : François Mitterrand, Gérard Depardieu, Claire Chazal.
    Il partage son expérience de procureur sur l'affaire Agnès Marin violée et tuée par le jeune Matthieu Moulinas, affaire qui a donné lieu à un documentaire TV et à un livre Parents à perpétuité.

    Sur commande
empty