Sciences humaines & sociales

  • Entendons que l'inouï doit nommer, non pas l'exceptionnel, le rare ou l'extraordinaire, avec lesquels on est tenté de le confondre, mais bien le plus commun et le plus ordinaire : la couleur du ciel ou qu'on est en vie. Si l'on ne l'entend pas, s'il reste « in-ouï », c'est seulement qu'il déborde les cadres constitués, bornés, de notre appréhension. Ce débordement n'est donc pas celui de notre expérience, mais de ce que nous avons laissé rabattre, à notre insu, en « expérience ». C'est pourquoi, n'y accédant pas, nous le rangeons, pour nous en débarrasser, à l'extrême bout de cette expérience, le casant dans l'extraordinaire, l'exceptionnel ou l'insolite.
    Or nous pourrions déborder ces cadres trop étroits bordant - bornant - notre appréhension, aussi bien de l'entendement que de la perception. Sans plus, dès lors, avoir à poser d'en-soi ou d'absolu séparé dans son Au-delà, comme l'a fait la métaphysique.
    En quoi l'inouï se révèle un concept vecteur de notre modernité, à la fois philosophique et poétique. En quoi aussi vivre à hauteur d'inouï pourrait devenir le mot d'ordre d'une nouvelle éthique.
    Un séminaire s'est tenu à partir de l'essai de François Jullien, L'Inouï (Grasset, 2019), le 29 novembre 29, au Patronage laïque Jules-Vallès, sous la direction de François L'Yvonnet.
    Les contributions réunies ici mettent en débat ces premières propositions.

  • Jean Baudrillard (1929-2007) sociologue, philosophe, écrivain ?
    Il faut se garder de ces découpages réducteurs. Toute l'oeuvre de Jean Baudrillard introduit une liberté et une singularité dans la pensée. Qui la lit avec attention devient un gardien de cette singularité et de cette liberté.
    Jean Baudrillard est l'un des penseurs français les plus connus dans le monde. Un classement mondial des intellectuels, au début de ce siècle, le plaçait dans les premiers rangs des personnalités vivantes, à la première place des Français. Bien sûr, ces classements n'ont guère de sens mais ils indiquent l'écart immense existant entre l'image française et l'image mondiale.
    Son oeuvre ne présente pas une « vision » du monde, un système philosophique préconçu permettant de le réinterpréter. Sa position plus modeste, plus respectueuse de la réalité (se faire « objet », « objectif » ), vise à saisir le réel à l'aide d'opérateurs mentaux proposés par le langage. Car pour lui, le langage est ce « qui nous précède de loin, et se retourne sur nous pour nous penser », pour nous séduire et nous inviter à jouer avec lui.
    Comment apprendre le langage de Baudrillard ? Les accès sont multiples et peuvent être choisis en fonction des intérêts de chacun.
    Sociologues et ethnologues liront ou reliront ses premiers livres sur la consommation et la communication. Avec une mention particulière pour Le miroir de la production, critique radicale d'un certain marxisme. Les disciples de Foucault ne doivent pas oublier de lire Oublier Foucault, critique acérée mais respectueuse de la vision foucaldienne d'une société disciplinaire. Il faut citer aussi De la séduction car ce thème est constamment présent, dans une acception profonde et spécifique, dans toute son oeuvre. Et aussi L'échange impossible et Figures de l'altérité où l'on trouve une belle et énigmatique définition de l'intelligence selon Baudrillard : il n'est d'intelligence que de l'autre.
    Mentionner aussi Amérique, un voyage dans la fiction subtilement mêlée au réel, à rapprocher des derniers livres évoquant la destruction des Twins Towers.
    On peut aussi se reporter aux livres d'entretiens (Mots de passe, Le paroxyste indifférent) qui donnent des clefs très utiles, et, bien sûr, au Cahier de l'Herne qui lui a été consacré. Enfin et surtout aux cinq volumes de Cool memories, un monument fait de fragments qui dessinent à la fois une image discrètement intime de l'auteur, une approche ironiquement philosophique et un jeu poétique avec le langage.
    Les six textes qui composent cet ouvrage, construits autour de six mots de passe (disparition, destin, réel, jeu, valeur, altérité), s'inscrivent dans ce souci de protéger la singularité de sa pensée. Ils s'efforcent aussi d'utiliser ces mots comme des clefs pour explorer des voisinages, des affinités ou des oppositions, avec d'autres auteurs ou avec des thèmes d'actualité.

  • François Jullien est le philosophe français contemporain le plus traduit dans le monde. Ce qui caractérise son oeuvre est la diversité des concepts qu'il propose (écart, seconde vie, transformations silencieuses, dé-coïncidence, etc...) qui sont utilisés dans de multiples champs (politique, culture, littérature et art).

    De ce travail philosophique, si délibérément novateur, le présent ouvrage, l'un des premiers de cette ampleur, s'attache à montrer le mouvement qui l'a porté, de ses débuts sinologiques à ses avancées conceptuelles récentes. Il propose ainsi une lecture d'ensemble d'une oeuvre qui met en évidence un principe : philosopher c'est s'écarter.
    C'est aussi une lecture personnelle avant tout sensible au dynamisme d'une pensée dont les résonances dans la culture actuelle sont innombrables.

  • Premier diplomate du Royaume, Mohammed VI est aujourd'hui le souverain des Africains, après une campagne politique sans précédent qui a conduit à un consensus avantageux sur la question du Sahara.
    Monarque aussi proche des cours d'Espagne et d'Angleterre qu'à son aise avec Vladimir Poutine, il a également « porte ouverte » à l'Élysée, quel qu'en soit le Président.
    Souverain d'un royaume complexe, où la modernité du XXIe siècle côtoie au quotidien le poids des traditions millénaires, Mohammed VI règne sans heurts perceptibles avec un Gouvernement et une majorité politique résolument islamistes.
    Homme d'affaires, il fait réaliser de grands investissements (centrales solaires, TGV, autoroutes, etc.) dans un pays sans véritables ressources naturelles.
    Diplomate, il impose son propre style, une fusion de modernité avant- gardiste, de goût sincère pour les arts et les lettres, et d'habileté politique. Comment parvient-il à gérer tous ceux qui tentent de faire du Maroc leur terrain de jeu ? Quelles sont ses positions face à l'Algérie à Israël, aux États-Unis, aux Princes arabes, ainsi qu'au fondamentalisme islamiste ?
    Les auteurs, indépendants de tout lobby, caste ou milieu, marocain ou étranger, ont choisi de concentrer leur analyse sur la période 2011- 2019. Pour ce faire, ils disposent de nombreux contacts et autres sources, parfois inédites. Il est indispensable que le livre soit édité en France, mais aussi distribué au Maroc.

  • Pour beaucoup, l'affaire est entendue : d'ici peu, une dizaine d'années tout au plus, le véhicule autonome (VA) aura envahi nos vies, bouleversé nos villes, transformé nos modes de déplacement voire réglé la question du réchauffement climatique. À n'en pas douter, le véhicule autonome sera la première application d'envergure de l'intelligence artificielle.
    Faut-il prendre pour argent comptant ces affirmations souvent approximatives ?
    Pour la première fois, deux des meilleurs spécialistes de la question passent au crible toutes ces certitudes. Ils ont travaillé un an pour cet essai critique, collecté les études disponibles dans le monde entier, débattu de leurs points d'accord et de désaccord. Ils livrent la première analyse d'envergure sur le véhicule autonome.
    La fascination suscitée par l'intelligence artificielle et la compétition entre géants de l'ancien monde (les constructeurs automobiles) et du nouveau (les géants du numérique) ont focalisé l'attention sur les questions technologiques et industrielles. Mais comment un objet aussi disruptif que le VA pourrait-il ne pas bouleverser aussi nos vies, notre expérience de l'espace, de la ville, de la mobilité et ainsi dessiner un nouveau monde, pour le pire ou le meilleur ?* Les auteurs dressent les contours des évolutions sociétales possibles, des plus attendues aux plus surprenantes.
    Quelle pourraient être la place des pouvoirs publics et celle des opérateurs des VA ? Quels seront les garants juridiques des déplacements ? Ira-t-on vers l'apparition de tiers de confiance inédits ? Le VA servira-t-il principalement à des usages individuels ou collectifs, personnels, familiaux ou professionnels ? Le VA peut- il contribuer à une décélération du nombre de déplacements individuels, à un bouleversement de l'économie des transports en commun ? Quelles seront ses conséquences sur la transition énergétique et l'évolution d'un marché mondial des transports hautement concurrentiel ?

  • La négociation qui s'est déroulée à Genève du 1er au 3 juin 1988 et qui visait à la reprise des relations diplomatiques entre la France et l'Iran s'est faite dans un secret absolu. Le président François Mitterrand, à l'unisson avec le ministre des Affaires étrangères Roland Dumas, tenait à ce que l'évènement soit caché et ignoré de tous. Sans doute pour ménager une opinion française alors largement hostile à l'Iran de l'ayatollah Khomeyni et aussi à cause de la méfiance profonde qu'il nourrissait à l'égard des médias et plus encore des services secrets.
    Ce récit reproduit l'intégralité des pourparlers de Genève auquel l'auteur a apporté quelques commentaires sur l'ambiance de la négociation, ses contournements et ses méandres. En prolongement de ce récit, une chronologie des faits les plus marquants qui ont suivi la réouverture de notre ambassade à Téhéran le 1er juillet 1988 a été ajoutée. Leur enchaînement éclaire d'un jour singulier les avatars de la négociation proprement dite. Et permet de saisir la portée de l'accord intervenu à Genève, alors que plus de trente après on s'interroge encore sur les mythes et réalités de l'Iran islamique. Toujours est-il que dans les mois qui suivirent la négociation on assista à des évènements qui reflétaient l'environnement très particulier des relations séculaires entre la France et l'Iran.

    Sur commande
  • Du 27 novembre au 2 décembre 2017, l'Ambassade du Gabon en France a accueilli une exposition « Léon MBA : 50 ans après », organisée en la mémoire du premier président de la République gabonaise. Il a été mis à la disposition du public de nombreuses photos, des archives sonores, des écrits de l'homme et sur lui, ainsi que ceux sur le Gabon et l'Afrique de son époque, donnant ainsi à découvrir une vie riche d'expériences diverses.
    Parallèlement à l'exposition, se tenait un colloque international sur le même thème. Le présent ouvrage collectif rassemble, pour l'essentiel, les communications présentées à cette occasion. Un intérêt bien particulier a été porté à la trajectoire politique inflexible de Léon MBA, construite patiemment, en surmontant avec panache échecs - dont celui du projet de départementalisation du Gabon - et moments de doute, dans un contexte historique où la France pesait encore de tout son poids impérial sur le destin du Gabon.
    L'étude de cette trajectoire politique d'un personnage singulier introduit à une autre histoire que celles souvent racontées à propos de son expérience de la gestion des hommes, de son action politique et de sa diplomatie, en un mot, de sa gouvernementalité.
    Ont contribué à cet ouvrage :
    Grégoire BIYOGO, Flavien ENONGOUE, Christiane MBA, Lucie MBA, Théophile MBA ANDEME, Michel MADOUNGOU, Mireille Flore MENGUE MOTO, Patrick MOUGUIAMA DAOUDA, Patrice MOUNDOUNGA MOUITY, Bonaventure MVE ONDO, Albert NGOU, Isidore Calixte NSIE EDANG, Moïse NSOLE BITEGHE, Ahmedou OULD ABDALLAH, Louis PERROIS, Steeve Robert RENOMBO, Jean-Henri REVIGNET-INGUEZA, Marc-Louis ROPIVIA, Guy ROSSATANGA-RIGNAULT, Arthur SABI DJABOUDI et Pierre Franklin TAVARES.

    Sur commande
  • Le 29 mars 2019 marquera pour le Royaume-Uni la fin d'un demi- siècle d'appartenance à l'Union Européenne, et cela quelles que soient les conditions négociées avec l'Union. Il renoncera, en effet, au premier objectif de l'acte fondateur de l'Union à savoir d'établir « une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens ». Il n'aura sauvegardé, de manière transitoire, que son accès à un marché de 500 millions de consommateurs.
    Le Brexit est une « erreur historique » pour les anciens premiers ministres, Tony Blair qui rappelle les enjeux géopolitiques de l'union européenne, John Major, Gordon Brown, comme pour nombre de leurs concitoyens.
    En réalité, l'Histoire le montre, c'est une péripétie de plus dans la longue histoire passionnelle des rapports du Royaume-Uni avec ses voisins du continent. Une histoire ponctuée par un jeu séculaire de balancier : guerre de 100 ans, rupture d'Henri VIII avec Rome, conquête des océans, « guerres françaises » du 18ème siècle, Congrès de Vienne de 1815, deux conflits mondiaux au XXème siècle, fin de l'Empire, adhésion à l'Europe et, dernier épisode d'une politique héritée du passé, retrait du projet européen.
    M. Cameron a commis une double faute : la première a consisté à soumettre, au mépris des traditions britanniques, l'avenir de son pays à un referendum ambigu. La seconde a été d'exiger, au préalable, pour son pays un statut qui, s'il lui avait été accordé, non seulement dénaturait les Traités, mais mettait l'Union en péril.
    Le Royaume Uni va faire l'expérience de l'isolement, d'une diminution significative de son influence en Europe et dans le monde. Il reviendra naturellement un jour vers l'Europe car seule une Europe Unie lui permettra d'exister face aux mastodontes qui progressivement domineront la scène mondiale. À quand le retour ?

    Sur commande
  • Sur commande
  • L'accélération des évolutions techniques et économiques, l'emprise brutale des rapports marchands, les menaces nouvelles sur les grands équilibres de la planète bousculent les systèmes de pensée et les institutions forgées au cours de l'histoire.
    Nos repères intellectuels, moraux et politiques traditionnels en sont perturbés, les solidarités construites au fil des siècles, affaiblies; la démocratie, à force d'être malmenée, devient un mot creux. L'enjeu aujourd'hui est de construire un nouveau socle éthique et des modes de vie, de production et de régulation renouvelés, qui puissent correspondre à ce nouvel état du monde.
    Qu'il s'agisse de réformer l'Etat, de donner un nouveau souffle à l'Union européenne, de réussir la décentralisation ou de créer les régulations institutionnelles et politiques permettant que la mondialisation de nos sociétés ne se pas réduise pas à une globalisation néo-libérale, chacun voit bien l'urgence des réformes.
    Dans cet ouvrage en forme de manifeste étayé par une multitude d'exemples, Pierre Calame invite à une véritable révolution copernicienne de la gouvernance - capacité des sociétés humaines à se doter de systèmes de représentation, d'institutions, de processus, de règles, de corps sociaux, de rites, de valeurs partagées et de pratiques pour se gérer elles-mêmes dans un mouvement volontaire. Pour construire de nouvelles formes de participation qui permettraient au citoyen d'agir sur les politiques qui le concernent.

  • Résultant d'une enquête de terrain, cette étude sur les mafias du Mali montre qu'elles se regroupent en trois familles : celle liée aux trafics de drogue, celle des trafiquants d'armes et enfin celle des intermédiaires qui interviennent dans les opérations d'enlèvements. L'auteur met en évidence la façon dont ces formes de délinquance et de corruption accentuent l'instabilité du pays.

    Sur commande
  • La tragédie de Racine est emblématique : insouciante des vérités historiques, elle porte par-delà l'espace et le temps l'expression de l'universel. Irréductible à la tragédie galante, cette pièce maîtresse de l'échiquier racinien est de part en part politique. Nullement une histoire d'amour, ni une histoire d'amours, pas davantage une histoire où l'amour serait roi ou reine, puisque sur scène ne se déploient que des amours princières contrariées, de mortelles passions ou encore un amour mort.
    Sous Andromaque n'est pas un nouveau livre sur Racine, mais une nouvelle lecture, l'interprétation d'un combat entre les conflits d'intérêts, les passions, et la passion chrétienne racinienne symbolisée par la discrète présence d'Astyanax, qui reste cependant absent de la scène.

  • La ville est au coeur de l'économie mondiale.
    Loin d'avoir fait disparaître les effets de localisation, le développement des réseaux de communication a multiplié les espaces où circulent biens, personnes, services et capitaux. Cette évolution a profité d'abord aux métropoles. L'âge d'or des villes est de retour. Retours en ville et même retours au centre pour les classes moyennes supérieures. Les anglo-saxons parlent de " gentrification " pour désigner cette évolution.
    Plus récemment, les projets urbains qui l'ont accompagnée ont privilégié le vocabulaire de la " régénération " ou de la " revitalisation ", alors qu'ils sont souvent à l'origine de nouvelles polarisations socio-spatiales. Les études de cas proposées ici se situent dans plusieurs villes européennes et américaines du nord et du sud (New York, Bruxelles, Lyon, Naples, Barcelone, Mexico, Sao Paulo). Dans des contextes très différents, on retrouve des référents communs, dans les modèles d'habitat et les styles de vie, mais aussi dans les politiques urbaines mises en oeuvre, donnant à penser que les couches sociales qui les portent ont tendance, elles aussi, à se mondialiser.

  • Les textes réunis dans ce volume explorent le dédale planétaire, parfois tortueux et hésitant, des relations qui, ici comme ailleurs, aujourd'hui comme hier, depuis quelque cinq millénaires, et dans de multiples domaines (agriculture, transports, guerre, jeux, promenade, parade...), associent des hommes - et des femmes - à cet animal sans pareil qu'est le cheval. Sans rien perdre de leur intensité, ces liens ont subi, depuis un siècle, de profondes et rapides transformations qui ont conduit, en Occident notamment, la culture traditionnelle de l'"homme de cheval" à céder le pas à une culture équestre inédite, celle de "nouveaux cavaliers", parmi lesquels les femmes ou, plus exactement, les jeunes filles sont désormais majoritaires.

    Sur commande
  • Cet ouvrage met en lumière des aspects méconnus de la présence culturelle du Gabon en France.
    Il recense les figures historiques gabonaises inscrites par la France dans son patrimoine mémoriel ? Qu'en est-il du Gabon dans la musique, le cinéma et les musées français ? Et aussi dans la littérature : on pense à Simenon et à son séjour à Libreville qui a donné naissance à un roman majeur Le Coup de lune.
    Quelle place est-il accordé au Gabon dans la recherche médicale et scientifique ? Quels sont les pôles de formation de ses élites ?
    C'est aussi une question de toponymie. Où trouve-t-on des noms de rues, places et édifices faisant explicitement ou implicitement référence au Gabon ? Bien sûr on trouve des évocations de Lambaréné et du docteur Albert Schweizer. Mais aussi de Franceville (à Vire) ou de Port-Gentil.
    Dans la logique d'un croisement des regards, on trouvera aussi dans cet ouvrage une étude réciproque sur l'empreinte française dans la toponymie urbaine gabonaise. À travers quatre villes (Libreville, Franceville, Lastoursville et Port-Gentil) liées à quatre figures de la France coloniale, respectivement Bouët-Willaumez, Savorgnan de Brazza, Rigail de Lastours et Gentil.

    Sur commande
  • Dans le prolongement d'un précédent ouvrage (La France face au vieillissement), ce livre analyse le choc démographique sans précédent qui va affecter notre pays ainsi que beaucoup d'autres en Europe et dans le reste du monde.
    Un tel choc oblige à repenser le système des retraites pour le rendre soutenable, ainsi que celui de la protection sociale et de la formation, et à poser les bases d'une Silver Economy.
    À partir des données nationales et internationales, ce livre propose donc une approche radicalement nouvelle de la solidarité entre les générations.

  • En 1998 en France, une quinzaine de citoyens se prononce sur l'opportunité d'introduire des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l'alimentation des Français et dans leur agriculture.
    Ils émettent alors une série de recommandations et permettent ainsi au débat public de prendre une forme nouvelle, le débat traditionnel entre experts et décideurs ne suffisant plus pour régler une question d'intérêt général aussi sensible. C'était la première conférence de citoyens française. Cet ouvrage en retrace l'histoire et la mise en oeuvre. À la fois ouvrage théorique - les auteurs étudient notamment les mérites respectifs de la démocratie représentative et de la démocratie participative - et ouvrage mode d'emploi - ils décrivent très précisément le déroulement des conférences de citoyens, cet ouvrage se veut un plaidoyer en faveur du débat public.
    Pour que la démocratie participative accompagne la transformation de la démocratie élective au profit d'un nouveau modèle de liberté.

  • Mon bresil

    Souza/Bougon

    Sur commande
  • Sur commande
  • Les sociétés contemporaines vivent une révolution démographique inédite et silencieuse.
    Les évolutions de l'espérance de vie portent la promesse d'une vieillesse heureuse et en bonne santé. Un enfant sur deux qui naît aujourd'hui pourrait Vivre un siècle. Cet essai propose de porter un nouveau regard sur la vieillesse, trop souvent perçue comme un fardeau tant pour les familles que pour la solidarité nationale. L'avènement d'un quatrième âge a rebattu les cartes et dessiné une nouvelle ligne de partage entre une génération de baby-boomers heureux et dynamiques et un cinquième âge dépendant.
    Mais la vieillesse a un coût. Si la question du "qui paye ?" est importante car elle conditionne les niveaux de vie de chaque génération, elle ne fait que poser un regard comptable sur les solidarités. La vieillesse est aussi une chance pour repenser notre projet de société et tenter de répondre à la question du "pourquoi paye-t-on ?".

    Sur commande
  • L'oeuvre de Bernard-Marie Koltès est entrée à la Comédie-Française moins de vingt ans après sa mort et fait l'objet de nombreux travaux de recherche. Ce livre de Stéphane Patrice propose une interprétation inédite et poétique des textes de Koltès en les reliant à d'autres oeuvres et en particulier celles de Foucault, Deleuze et Derrida. Il est préfacé par Catherine Tasca qui a travaillé avec Patrice Chéreau et Bernard-Marie Koltès au Théâtre des Amandiers à Nanterre.

empty