Fidelite

  • En 2016-2017, l'Ordre des Prêcheurs (Dominicains) fête le jubilé de son huitième centenaire. Il fut fondé par saint Dominique (vers 1173-1221), chanoine de Castille, entraîné sur les routes d'Europe et qui, confronté à l'hérésie cathare, conçut de fonder un ordre entièrement voué à la prédication de l'Évangile. Un ordre nouveau, organisé selon des principes qui apparaissent, aujourd'hui encore, comme étonnamment modernes. La première partie du livre nous raconte l'épopée de saint Dominique. La seconde nous dresse le portrait de saint Dominique en prière. La tradition nous rapporte que Dominique avait neuf manières de prier, manières que l'artiste Jacques Noé, membre des fraternités laïques dominicaines a su restituer entre l'icône et la représentation afin d'aider le lecteur à mieux entrer en prière. Le commentaire du fr. Dominique Collin essaie d'en donner la profondeur spirituelle et existentielle.

    Sur commande
  • Sainte Philippine Duchesne a notamment fondé, à Saint-Charles du Missouri, la première école de filles à la frontière des tribus indiennes et du Congrès américain.
    Sa figure spirituelle fait sens aujourd'hui car, face aux préjugés raciaux, elle oppose un coeur sans frontière.

  • En ce XVIIe siècle français, époque qui suit le concile de Trente (1545-1563), Jean Eudes (1601-1680), fils de paysan normand devenu prêtre et missionnaire, fut ouvrier du renou­veau de l'Église et artisan de miséricorde auprès des exclus de la société. Contemporain de la fin des guerres de Religion, des révoltes populaires, des épidémies de peste, il fut témoin et acteur de la réflexion de l'Église sur elle-même. À la suite de Pierre de Bérulle et de l'École française de spiritualité, il a tenté de penser, d'une manière nouvelle, le lien des hommes avec Dieu, par le chemin de l'intériorité et de la communion de vie avec Jésus le Christ.

  • Après de brillantes études à l'École Normale Supérieure, Gabriel Rosset se convertit au cours d'une retraite en 1926. Il se consacra alors pleinement à sa tâche d'enseignant chrétien. Puis, progressivement, à partir du milieu des années 40, soucieux de traduire sa foi en actes, il ressentit un appel de plus en plus fort à venir en aide aux sans-abri, aux travailleurs immigrés, à toutes les personnes en état de précarité. Après 1945, il construisit plusieurs cités d'urgence et près de 1500 logements dans les banlieues de Lyon. Il s'employa encore à ouvrir des ateliers d'insertion pour que ceux qui étaient accueillis puissent retrouver une vie digne par le travail.
    Peu de temps après sa mort, un de ses anciens condisciples à l'École Normale, le cardinal Garrone, incita les responsables du Foyer Notre-Dame-des-Sans-Abri à constituer un dossier en vue de sa béatification. Cette procédure est toujours en cours.
    Une grande figure française de la compassion.

  • Né en Hollande en 1890, Eustache van Lieshout entre chez les Pères des Sacrés Coeurs vingt-trois ans plus tard.
    Il commence son ministère en accompagnant les verriers wallons qui travaillaient à Maasluis, aux Pays-Bas. Il est envoyé ensuite comme missionnaire au Brésil, à Agua Suja puis à Poa. Sa réputation est notamment due aux soins qu'il prodigue aux malades. Il prend progressivement la stature d'un faiseur de miracles, d'un thaumaturge. Des milliers de personnes venues de tout le Brésil accourent chaque jour pour le voir! Il est décédé en 1943 et, depuis ce jour, son tombeau est devenu un important lieu de pèlerinage.
    Béatifié le 15 juin 2006, Eustache incarne une sensibilité toute particulière pour les joies et les espoirs des plus pauvres.

  • Raconter la vie de Giovanni Cagliero (1838-1926), c'est aussi mieux comprendre la grande épopée originelle des salésiens et des salésiennes. Sous la guidance affectueuse de Don Bosco, le Piémontais s'épanouit auprès de la jeunesse conformément à la spiritualité salésienne de la relation qui dynamise l'être humain et qui ouvre le coeur à la transcendance. Ses fonctions sont multiples: directeur spirituel des deux Congrégations naissantes, musicien-compositeur de talent, évangélisateur de la Patagonie, évêque missionnaire et cardinal à Frascati. Négociateur hors pair au service des papes, Giovanni Cagliero réconcilie le Vatican avec les pays latino-américains hostiles à l'Église. Sa diplomatie est désarmante, étant donné sa simplicité amicale, son respect des personnes et sa sincérité à rechercher le bien commun.

    Sur commande
  • Il y a 450 ans mourait le Patron des Missions, cofondateur de l'Ordre des Jésuites, saint François Xavier.
    Ce Navarrais a ouvert la porte à l'Evangile dans bon nombre de régions de lAsie du Sud-Est, durant les 11 dernières années de sa vie. Mais à Paris, où il a étudié 12 ans, il a fait la rencontre décisive de Pierre Favre d'abord, d'Ignace de Loyola ensuite. Ce printemps européen de compagnonnage s'achève par trois ans de ministère sacerdotal en Italie. Puis le voilà envoyé brusquement en pays tamoul : c'est sa deuxième saison.
    Mais il va au large, aux confins de l'Empire portugais, dans les Moluques au voisinage de la Papouasie: c'est encore la belle saison de l'automne. Changeant de climat et de manière d'évangéliser, il est le premier européen à s'avancer au centre du Japon. C'est aussi un demi-échec, un rude hiver. Il rêve alors d'un nouveau printemps en Chine, mais il termine sa course sur un îlot désert face à Canton, le 3 décembre 1552.

empty