Sciences humaines & sociales

  • L'ouvrage n'est ni un exposé technique, ni une introduction, ni même un panorama historique de la robotique et de l'intelligence artificielle. Le livre entend seulement montrer, à partir d'exemples, comment et pourquoi ces disciplines suscitent de nombreuses questions épistémologiques, juridiques, éthiques et anthropologiques, auxquelles il convient de répondre en évitant à la fois une technophobie dangereuse et une technolâtrie incohérente.
    Le livre propose quelques pistes pour comprendre la raison de l'invasion des robots et de l'intelligence artificielle dans notre quotidien et, en dépassant les paradoxes qu'ils font naître, pour gérer leur usage, dans une perspective qui respecte pleinement les exigences de notre humanité.

  • Dans un premier tour d'horizon, l'auteur prend en compte plusieurs paramètres fondamentaux : les préjugés, la nature de l'homosexualité, la perception personnelle de leur situation vécue par les gays et les lesbiennes. Dans un second temps est abordée la question du genre, la bisexualité, les transsexuels. Et à propos de l'homosexualité, que dit-on sur son origine ? Avançant un peu plus dans le vécu des homos, il importe d'écouter leurs souffrances éventuelles, leurs problèmes, mais aussi leurs joies.
    Enfin, ce livre qui s'adresse, certes, au commun des mortels, plus ou moins sensibilisé à la présence des personnes homosexuelles parmi nous, vise aussi, et même surtout, à rejoindre les gays et les lesbiennes. Il traite notamment de la place à accorder aux démarches spirituelles importantes. Ce parcours se vit parmi les autres, dans le célibat ou la vie de couple ainsi que dans la prise en charge éventuelle d'enfants.
    Les deux derniers chapitres abordent des thèmes religieux. D'abord, des réflexions sur leurs engagements dans la vie consacrée et le service sacerdotal ; ensuite, une approche du regard bienveillant de Dieu.

  • Après de brillantes études à l'École Normale Supérieure, Gabriel Rosset se convertit au cours d'une retraite en 1926. Il se consacra alors pleinement à sa tâche d'enseignant chrétien. Puis, progressivement, à partir du milieu des années 40, soucieux de traduire sa foi en actes, il ressentit un appel de plus en plus fort à venir en aide aux sans-abri, aux travailleurs immigrés, à toutes les personnes en état de précarité. Après 1945, il construisit plusieurs cités d'urgence et près de 1500 logements dans les banlieues de Lyon. Il s'employa encore à ouvrir des ateliers d'insertion pour que ceux qui étaient accueillis puissent retrouver une vie digne par le travail.
    Peu de temps après sa mort, un de ses anciens condisciples à l'École Normale, le cardinal Garrone, incita les responsables du Foyer Notre-Dame-des-Sans-Abri à constituer un dossier en vue de sa béatification. Cette procédure est toujours en cours.
    Une grande figure française de la compassion.

  • Ces dernières années, les medias nous ont rapporté, images à l'appui, les tragiques péripéties de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui fuient l'Afghanistan, le Congo, la Guinée, l'Irak, le Kosovo, la Lybie, le Mali, la Somalie, la Syrie et tant d'autres pays en proie à la violence. Radio et télévision parlent fréquemment de Calais, de Ceuta et Melilla, de Lampedusa, des réseaux de passeurs, et des murs dressés aux frontières... On nous cite conscien­cieusement le nombre de morts, retrouvés dans des camions hermétiques ou engloutis dans la Méditerranée...

    Pour assurer un accueil décent aux personnes qui fuient le danger, les partisans du Refugees welcome invoquent les droits de l'homme dont ces réfugiés sont titulaires, puisque les « droits humains » sont valables toujours et partout ; de l'autre côté, les pays occidentaux revendiquent leur souveraineté en affirmant qu'ils ne peuvent pas accueillir toute la misère du monde... Deux logiques qui s'affrontent.

    Sur commande
  • Le mot gender a pris un sens nouveau depuis la fin des années 1960. Dans le cadre de la militance féministe, il sert à mettre en lumière les discriminations dont les femmes sont victimes dans la société, en particulier en raison des rôles sociaux imposés.

    Il y a eu ensuite un élargissement de cette utilisation du terme, à partir de la militance LGBT, pour dénoncer les discriminations dont sont victimes ces per sonnes, mais aussi, dans certaines études de genre, pour mettre en cause radicalement la signification de la distinction entre homme et femme et ce qui est dénoncé comme hétérosexualité obligatoire. Les débats autour du mariage pour tous et du cours des sciences de la vie à l'école se sont largement focalisés autour de ce qui est dénoncé comme théorie du genre. Dans l'ensemble, l'Église catholique se montre très critique vis-à-vis de tout usage de ce terme. Qu'en penser? Comment discerner entre approche critique pertinente à partir de cette perspective et dérives?

  • Ce livre s'adresse à tous les êtres humains, car il tente d'aborder la question que chacun se pose à un moment de l'existence : « Quel est le sens profond de ce que je vis ? » Plus spécialement, face à la maladie grave et dans la perspective plus ou moins rapprochée de la mort, cette interrogation peut se faire plus pressante et devenir source de souffrance.
    C'est pourquoi les soins palliatifs, qui ne se limitent pas à la phase terminale, sont soucieux d'apporter aide au patient, à ses proches et à l'ensemble des soignants, .non seulement sur le plan physique, psychologique et social, mais aussi spirituel. Pour beaucoup d'entre nous, le mot « spirituel » évoque exclusivement et à tort une question religieuse. Certes, les religions peuvent fortement marquer l'attitude de l'être humain face à la mort, mais la recherche de sens est universelle.
    L'auteur s'est efforcé d'analyser le ressenti spirituel en interrogeant les personnes et les écrits de nombreux penseurs et acteurs de terrain, qu'ils soient laïques ou religieux, en donnant la paroles aux sensibilités chrétiennes (catholiques, protestants et orthodoxes), mais aussi juives, musulmanes et hindouistes.

    Sur commande
  • Depuis qu'il a été introduit, le Web, comme chaque grande invention, n'a pas cessé de susciter l'enthousiasme. Mais des dérives comportementales inquiétantes sont apparues qui provoquent le débat. Le Web n'est en effet pas seulement un outil ordinaire, mais un véritable « univers », parallèle et parfois même alternatif au monde « réel ». Il est fondamental de posséder des « filtres » adéquats pour se protéger du flux des stimuli reçus, afin de continuer à vivre de façon saine. En leur absence, la dépendance devient une cage dont il est impossible de sortir, au point d'empêcher des relations psychologiques et interpersonnelles épanouies et même les activités essentielles de la vie physique (manger, boire, se reposer), jusqu'à la mort. D'où l'importance d'une approche respectueuse de sa complexité, de ses grandes et fascinantes possibilités, mais aussi des risques potentiels pour les utilisateurs assidus. L'expérience sur le terrain, la réflexion et les compétences partagées permettent d'utiliser au mieux ce nouvel instrument, tel qu'il en est apparu à chaque âge de la vie. Comment vivre Internet sans en devenir esclave ? Tel est l'objectif de ce livre, qui donne aussi des pistes pour l'éducation.

  • Nelson Rolohlahla Mandela (1918-2013) était un homme chaleureux. Il était attentif aux talents de chacun et il s'était engagé à construire une nouvelle Afrique du Sud. Mais il n'était pas magicien, il ne pouvait rien faire de plus qu'agir en homme. Cesser l'apartheid, c'était aux hommes à le réaliser. Renouveler l'Afrique du Sud était un travail d'homme, pas de recettes magiques disponibles.

    Cet ouvrage illustre la vision et la spiritualité de Nelson Mandela. Ce leader noir était de façon exemplaire un homme capable de se défendre, un combattant de la liberté, un chef de la résistance, un réconciliateur, un flegmatique, un président démocrate sincère, mais aussi un véritable chrétien. Son christianisme n'était pas de façade, il le vivait avec authenticité. Sur les traces de Mahatma Gandhi et de Desmond Tutu, il se battait pour la dignité et l'égalité de tous les hommes. Il consacra toute sa vie à ce combat.

    Sur commande
empty