Sciences humaines & sociales

  • Du bac à la vie en entreprise, en passant par l'affirmation de ses idées, le « grand oral » devient un savoir indispensable et à démocratiser. En un parcours précis et 30 fiches qui encouragent la progression de l'éloquence en public, l'un des meilleurs spécialistes mondiaux de la prise de parole, le philosophe Philippe-Joseph Salazar propose un entraînement aussi intelligent qu'efficace. Allez-y ! N'ayez pas peur ! Prenez la parole !
    Il a suffi d'une décision politique en janvier 2018 pour que soudain sur tous les médias surgisse une expression courante : « le Grand Oral. » Se planter à cet oral, c'est dire au revoir à son destin. Rater cet exercice de séduction intellectuelle et d'agilité verbale, c'est montrer qu'en dépit d'un bon parcours à l'écrit, on ne possède toutefois ni la personnalité ni le mental pour appartenir un jour à la haute fonction publique, aux charges supérieures de l'État, aux commandes des grandes entreprises.
    Depuis que la rhétorique fut éliminée comme matière de l'enseignement secondaire vers 1900 et qu'on cessa donc de former les futurs citoyens à la prise de parole, la dissertation de philo couronnait le système. Voilà qu'avec le Grand Oral du bac, la prise de parole comme une discipline à part entière reprend la main.

  • Si les livres abondent quant à la belle-mère, que sait-on de ce nouveau beau-père ? Dans cet ouvrage, la psychologue-psychanalyste, Diane Drory, répond aux questions que ce rôle encore mal compris recouvre. Par exemple, comment le nouveau beau-père trouve sa place dans la famille recomposée, comment se crée et se fortifie le lien d'attachement entre lui et les enfants de l'autre ? ou comment éviter la rivalité avec le père ?
    À partir des nombreuses familles que Diane Drory a eu l'occasion de rencontrer, elle pointe les pièges à éviter, tels que : mettre l'enfant face à un dilemme de loyauté entre ses deux familles ; imposer des règles de vie différentes à ses enfants et à ses beaux-enfants ; ou vouloir hâter le tissage des liens, en oubliant que chaque lien d'attachement se construit à un rythme qui lui est propre.
    Par ce partage d'expérience et de savoir, vous découvrirez que le lien d'attachement entre le beau-père et l'enfant de sa compagne peut devenir un point d'ancrage essentiel

  • Ce livre suit le processus de la transition de la vie professionnelle vers la vie après la retraite, bouleversement à long terme qu'il est urgent de préparer ! ? quitter sa vie professionnelle sans s'effacer ? traverser avec succès la phase de turbulences émotionnelles qui accompagne le passage à la retraite et qui touche à tous les aspects de l'identité, dont le couple, la sexualité, la solitude... ? se créer une nouvelle vie qui ait du sens pour soi et qui contribue à l'amélioration de l'humanité.
    L'auteur illustre son propos de nombreux cas qu'elle a rencontrés et offre des réponses fondées sur plus de 15 ans d'expérience.

    Sur commande

  • Cet essai présente, sous la forme d'un abécédaire, les chroniques frondeuses qu'Yvon Toussaint a publiées dans le grand quotidien belge Le Soir de 2002 à 2012. Offrant au lecteur un pincement au coeur ou une bouffée d'adrénaline, ces chroniques mêlent sujets d'actualité brûlants, poignantes rétrospectives et portraits décapants.
    Parmi les sujets qui ont fait l'actualité en France, en Belgique et ailleurs : les dernières élections en France, la crise institutionnelle en Belgique, mais aussi la chute de Saddam Hussein et la guerre en Irak, la crise financière mondiale, les heurts et malheurs de l'Europe, l'absence de démocratie en Russie, en Chine ou ailleurs, le procès Dutroux, et bien d'autres sujets encore.
    Le lecteur revisitera aussi les faits divers qui ont marqué la décennie, du procès de Patrick Henry à celui de Dutroux, du massacre de Mohamed Merah à la pantalonnade de Dominique Strauss Kahn.
    Au détour des sujets ou sous forme de portraits, le lecteur croisera George Bush et Florence Aubenas, Bart de Wever, Silvio Berlusconi, Elio di Rupo, Stephen Hessel et Daniel Cohn-Bendit, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, Benoît XVI et Barack Obama, le Prince Philippe, Herman Van Rompuy, Françoise Giroud, Mgr Leonard, Valérie Trierweiler et quelques dizaines d'autres, flashés tout chauds alors qu'ils s'élancent sur la piste.

  • Dans cet ouvrage, le Dr Méan livre les clés d'un sommeil réparateur et paisible. Elle apporte des solutions nouvelles (hors les somnifères), fondées à la fois sur les médecines douces, la diététique et les méthodes de relaxation, aux questions suivantes : Comment s'endormir plus rapidement ? Comment éviter les réveils à répétition au milieu de la nuit ? Pourquoi se réveille-t-on fatigué ? Que faut-il manger/ne pas manger, boire/ne pas boire pour garantir un bon sommeil ? Et à quelle heure ? Le Dr Méan démêle aussi le vrai du faux dans tous les on-dit sur le sommeil, tels que : Les heures avant minuit comptent double ; Il faut dormir au moins huit heures par nuit ; Il faut dormir dans une chambre non chauffée ; On dort mal à la pleine lune ! ; Les ondes de nos téléphones portables perturbent nos nuits.
    L'approche est volontairement claire et directe. Trucs et astuces abondent dans ce livre pratique pour retrouver un sommeil serein.

    Sur commande

  • L'été 1914 connaît des pluies diluviennes qui défoncent les grands boulevards et inondent les campagnes. La météo crie à la catastrophe ! L'Europe, concentrée sur le mauvais temps, semble ignorer l'imminence du cataclysme ô combien plus dévastateur qui va s'abattre sur elle. Grelottant sous leur parapluie, ni les Français ni les Belges, ni les Allemands ne pensent que la guerre est inéluctable. L'était-elle ? Contrairement aux assertions ultérieures des historiens, estime Philippe Conrad, plusieurs scenarii alternatifs étaient possibles..
    À côté des tensions belligènes manifestes, Philippe Conrad montre que de nombreux éléments étaient susceptibles d'assurer le maintien de la paix : la mise en place effective d'une mondialisation économique favorable à toutes les nations occidentales, les débuts d'une organisation internationale extérieure aux systèmes d'alliances traditionnels (les conférences de La Haye, par exemple), les aspirations pacifistes et l'internationalisme socialiste, l'optimisme progressiste dominant, le maintien aux commandes de tous les grands pays européens - à l'exception de la France - des aristocraties traditionnelles, qui se sont adaptées à des rythmes divers aux conditions de la modernité, des aristocraties que rapprochent des liens familiaux. Enfin le règlement, avant 1914, des grands différends coloniaux.
    À la lecture de nombreux courriers et documents inédits, l'auteur conclut que si le déclenchement du conflit ne peut être réduit à un simple allumage de mèche, l'imprévu a largement prévalu dans le déroulement des événements qui se succédèrent au cours des six semaines suivant l'attentat de Sarajevo.
    Cette approche originale du sujet, aux limites de l'histoire et de l'uchronie, met en avant diverses données généralement négligées. Il permet au lecteur de renouveler son regard sur l'Europe d'avant 1914 et de prendre la mesure de la part de malchance et d'imprévus dans l'Histoire.
    Un siècle après les événements, alors que se multiplient les signaux inquiétants sur le plan international et que se dessine, de manière bien incertaine, un nouvel équilibre du monde, revenir sur l'épisode fondateur du siècle dernier présente aussi l'intérêt d'ouvrir un champ de réflexion nouveau.

  • La menace virale : toutes les questions que vous vous posez encore sur le Covid-19 Nouv.

empty