Robert Laffont

  • Dix ans plus tôt, Naismith avait surgi de nulle part, amnésique.
    Et voilà qu'une de ses étudiantes, à l'université où il enseigne la physique, lui demande à brûle-pourpoint : " Qu'est-ce qu'un Zug ? " Sous son fard, la peau de Miss Lall est plutôt verdâtre et, à bien y regarder, elle ressemble un peu à une grenouille. Lorsque Naismith commence à voir des monstres autour de lui et qu'il est sommé par Miss Lall et son acolyte Churan de regagner l'avenir, histoire d'y sauver une espèce (mais laquelle ?), le lecteur sait où il en est.
    Il va plonger dans les affres et les délices d'une épopée spatio-temporelle comme on n'en fait plus, aussi trépidante que si elle était sortie de l'imagination d'A.E. Van Vogt. Et de qui est cette épopée ? de Damon Knight, le critique qui, justement, a osé, dans un essai resté fameux, pourfendre l'immortel Van Vogt... et qui, pour faire bon poids, le défie sur son propre terrain.

    Sur commande
  • Les membres de la première expédition vers Mars périrent tous. Sauf un : Valentin Michaël Smith, né sur Mars, élevé par les Martiens, recueilli et ramené sur Terre, à vingt ans, par la deuxième expédition au début du XXIe siècle. Physiquement, Valentin Michaël Smith était humain. Mentalement, il était martien.
    La seule analogie qui convienne pour le définir est celle des enfants-loups, des enfants élevés par des loups. Mais les Martiens n'étaient pas des loups. Leur culture était plus riche que celle des Terriens.
    Le premier problème de Mike ? Survivre sur la Terre ! Tout lui était agression : la pesanteur, la pression atmosphérique, et surtout les hommes... Le second problème fut pour lui de comprendre en quoi les humains différaient des Martiens et pourquoi ils étaient malheureux...

  • Des millions de spectateurs ont vu au cinéma ou à la télévision La chose d'un autre monde dans l'une au moins de ses deux versions.
    Mais la plupart d'entre eux ignorent la nouvelle dont elles furent tirées et jusqu'au nom de l'homme qui l'écrivit. Ce recueil leur donne la possibilité de découvrir l'une et l'autre. Mais aussi des récits surprenants qui traversent l'histoire de l'univers jusqu'à son ultime déchéance, dans des textes comme Crépuscule et Le ciel est mort. John W. Campbell fut l'un des plus puissants créateurs américains de la science-fiction.
    Non seulement par son oeuvre, impressionnante par sa qualité et sa modernité, mais aussi parce que, rédacteur en chef de la revue Astounding Science-Fiction, il influença Isaac Asimov, A.E. Van Vogt, Theodore Sturgeon, Robert Heinlein. C'est lui qui est l'inventeur des fameuses Trois Lois de la Robotique dont il fit cadeau à Isaac Asimov. Il fut un visionnaire, un poète cosmique, un romantique scientifique.
    Le ciel est mort réunit ses meilleures nouvelles dont La chose d'un autre monde. Ce recueil, en partie inédit en français et dont les traductions ont été révisées et parfois complétées, a été établi à partir des deux éditions américaines construites autour de ce texte célèbre. Il comporte un important dossier critique et une bibliographie complète de l'auteur. On y trouvera une définition de la Science-Fiction par John W.
    Campbell et un émouvant témoignage de Theodore Sturgeon.

empty