Langue française

  • Il est extraordinaire, ce nabe.
    Remuant, provocant, percutant, exalté, net. il pense que tout est foutu, mais qu'il reste encore une petite chance de s'ouvrir l'oreille. et pour lever toutes les équivoques, bien cadrer son art poétique, il est allé chercher l'irréfutable : le corps fait voix, l'âme des ténèbres, l'élégance incompréhensible du rythme incarné en femme : billie holiday. le coup est imparable : on aime ou on n'aime pas, à la folie, cette sainte lascive, ce génie des sinus.
    Arriver à rendre des phrases consistantes à ce sujet, et la cause d'un écrivain est entendue. il vous faudra donc compter avec ce monstre précis, décidé, tout jeune, niez-le si ça vous arrange, ça ne changera rien, il a d'ores et déjà sa place, toute sa place. " gagner quelques années sur monsieur manet : triste politique ! " dixit mallarmé. philippe sollers, 1986.

  • 1981.
    François Mitterrand est élu à la présidence de la République. La chanson française connaît dès lors l'une de ses plus intéressantes métamorphoses. Une nouvelle vague, comme on n'en avait pas connu depuis les yéyés, déferle sur les ondes. Cette compilation distingue quatre périodes. Elle commence avec les fondateurs (CharlElie Couture, Étienne Daho, Jean-Jacques Goldman, Indochine et Jean-Louis Murat).
    Viennent ensuite les stars des années 80 (L'Affaire Louis Trio, Patrick Bruel, Patricia Kaas, Marc Lavoine...), puis la nouvelle chanson des années 90 (Manu Chao, Enzo Enzo, Pascal Obispo, les Têtes Raides...). Et, enfin, la nouvelle nouvelle vague (Saez, Raphaël, Cox, Superflu, Dolly, Mickey 3D...). Une centaine de chansons à lire. En français dans le texte.

  • Tout s'est joué dès l'enfance.
    Le far west, c'est l'idée idyllique et mensongère que l'entourage de Brel lui a enseignée dans l'espoir illusoire de le protéger. A la fin de l'adolescence, Brel se rend compte de la mystification sociale fomentée dans un contexte d'époque par la bourgeoisie catholique de son milieu provincial, et qui, sur fond de nostalgie, alimente l'ardeur vindicative d'un anarchiste rétro.
    De ce far west il va faire un mythe poétique (une île hors du monde et du temps, point d'orgue de la liberté aventureuse des nomades) qu'il s'ingéniera à organiser dans son oeuvre.
    De là, par fidélité à l'exigence rêveuse de son enfance, s'acharnera-t-il à atteindre " l'inaccessible étoile ". De là, par souci de perfection, par dégoût de là vie enlisée (de la vie amoureuse en particulier), et dans la conscience douloureuse de ses ratages, souffrira-t-il de l'inachèvement de son moi, renonçant à substituer le péché social au péché originel, rejoignant ainsi la grande tradition du romantisme.
    On ne lui avait pas donné le far west ; Brel a fini par en conquérir un, au terme d'une métamorphose plénière.
    Le fil rouge qui traverse la biographie de Brel sous-tend la trame de ses chansons.
    La lecture des textes révèle mieux les secrets profonds d'une sensibilité que les enquêtes anecdotiques du journalisme d'investigation. C'est par là, par la méthode de son analyse critique autant que par la qualité littéraire de son évocation, que l'essai biographique de Pol Vandromme tranche et se distingue.

    Sur commande
  • Art collectif, tribune de libre expression, mouvement à forte revendication sociale, le slam séduit, depuis quelques années, une foule d'habitués et de pratiquants occasionnels. Peu importe qu'il soit lu, crié, chuchoté, susurré, improvisé ou récité. Chaque soirée rassemble indistinctement poètes, rappeurs, improvisateurs, chanteurs, nouvellistes, versificateurs, tous animés d'une même passion dévorante pour l'écriture.
    Ces acrobates de la rime sont les héritiers de diverses traditions orales - troubadours, griots, repentistas, chansonniers, muezzins... -, et chacun revendique une filiation : Villon, Rimbaud, surréalistes, Beat Generation, Black Movement Arts, etc.
    Peut-on parler de nouvelle culture populaire ? Exutoire pour les uns, catalyseur d'énergie pour les autres, outil de libération, le slam permet, avant tout, de tendre un porte-voix à ceux qui ont peu ou rarement l'habitude de s'exprimer.

    Indisponible
empty