Yoran Embanner

  • Enfin une histoire d'Alsace décomplexée... Trop souvent, l'histoire de l'Alsace a été écrite d'un point de vue français, un point de vue qui continue encore aujourd'hui à être alimenté par certains historiens nationalistes, comme ceux qui ont réalisé le Mémorial d'Alsace-Moselle de Schirmeck en 2005. Depuis une dizaine d'années pourtant, un autre point de vue, décomplexé, fait surface : il s'agit avec ce petit livre de le présenter, de façon synthétique, dans un style simple et clair autant que possible, pour le grand public. On a Voulu nous faire croire que l'Alsace, toujours maltraitée par des Allemands et leurs collaborateurs alsaciens, aurait toujours été sauvée par des Français. L'histoire de l'Alsace ne se réduit pas aux années 1940 à 1945. Sur un temps long, elle n'est bien sûr pas si simple ni simpliste, encore faut-il l'écrire sans tabous. L'histoire d'Alsace, comme celle des autres provinces (un mot qui vient du latin provincia, qui signifie pays vaincu) de France, est aussi de moins en moins bien connue du public, ce qui est logique, puisqu'elle est exclue de fait des enseignements de l'école de la République. Encore une raison de plus pour écrire et lire ce livre et tous ceux de cette collection.

    Sur commande
  • Un récit romancé succint sert de fil rouge et de prétexte tout au long du livre pour aborder avec la plus grande rigueur, dans le texte et dans les dessins, les aspects les plus divers de la civilisation celtique à la veille de la conquête romaine. A travers la vie de Trabos, le marchand de lingots de fer, on pénètre dans le quotidien des Celtes. On découvre leur organisation politique, économique, familiale, leurs constructions, l'habillement, les objets, les armes, les métiers mais aussi la religion et ses rites, le rôle des druides, les fêtes...Et aussi un peu d'Histoire : la bataille des Vénètes, Alésia, la fin de Vercingétorix, la Gaule romanisée.
    On trouvera également des cartes de l'Europe de l'ouest et de la Gaule celtique avec ses peuples divers, leurs noms, leurs capitales avec les noms gaulois et actuels ainsi qu'une carte de la Gaule romanisée.

    Sur commande
  • 29-03-2006 : Paris interdit l'usage du tahitien à l'Assemblée de la Polynésie française. 27-10-2015 : Un vote négatif du Sénat a enterré la ratification par Paris de la charte européenne de défense des langues minorisées 17-12-2015 :Victoire des nationalistes corses aux élections régionales.Jean-Guy Talamoni,président de l'Assemblée territoriale prononce son 1er discours en corse.Tollé à Paris ! C'est peu dire que les revendications linguistiques reviennent au devant de la scène. Le livre de Thierry Kranzer a pour ambition d'offrir des pistes pour sortir les langues régionales de France de la clandestinité.
    Il appelle la France à mettre fin au monolinguisme institutionnel, signe d'une intolérance structurelle et d'un repli identitaire sur la défensive La France ignore les immenses avantages économiques et sociaux de ses langues et des identités qu´elles véhiculent. Officialiser les huit principales langues de France serait le minimum qu'on puisse attendre d'un état démocratique.Les politiciens jacobins semblent oublier que le français n'est au départ qu'une langue régionale parmi d'autres. La vérité des chiffres est cruelle : 97% des élèves concernés par une langue régionale en France n'ont pas accès à une éducation bilingue.

    Sur commande
  • L?année 2017 voit la Finlande célébrer le centenaire de son indépendance. C?est l?occasion de découvrir ce pays méconnu mais néanmoins nouvelle destination touristique en vogue. Tantôt soumise à la tutelle suédoise, puis russe, la Finlande n?est devenue souveraine qu?en 1917. Depuis, ce « petit » peuple de 5 millions d?âmes s?est imposé comme l?une des nations les plus dynamiques et des plus avancées tant par sa réussite économique que par son système scolaire, l?un des plus performants au monde, au service d?une société d?ancienne tradition démocratique.

  • La Provence, vaste région plus grande que la Belgique, possède une grande variété de terroirs bien différenciés malgré l?indéniable culture régionale qui leur est commune.
    Ce livre invite à aller à la rencontre des peuples premiers qui furent réellement à l?origine de la Provence et explique non seulement toute sa toponymie mais également les spécificités (dont certaines se sont perpétuées) de ses nombreuses terroirs.
    Véritables peuples fondateurs de la Provence, ils furent ceux qui fondèrent en effet la quasi totalité de ses localités et ceci bien avant la conquête romaine.
    Car contrairement à l?idée qui a été longtemps répandue, voire imposée, le territoire provençal dans ses aspects les plus particuliers, doit moins à Rome qu?aux populations indigènes bien qu?elles ne soient jamais évoquées, entretenant ainsi une ignorance de ses vraies sources.
    Cet ouvrage permettra non seulement de rétablir les faits, mais surtout de mieux comprendre ces éléments sans lesquels la Provence ne serait pas ce qu?elle est.

    Sur commande
  • Les Kurdes, avec les Arabes, les Iraniens et les Turcs sont l'un des 4 principaux peuples qui occupent le Moyen-Orient.
    En revanche, c'est le seul des 4 à ne pas avoir d'état. Pourtant, en 1920, la France et le Royaume Uni avaient projetté l'établissement d'un état kurde indépendant. Les Kurdes attendront en vain l'application du traité de Sèvres de 1920, Paris et Londres leur ont préfèré la Turquie de Mustafa Kémal.
    Résultat ? Les Kurdes restent séparés par 4 états qui les oppriment et veulent les faire disparaître en les assimilant de force : l'Iran, l'Iraq, la Syrie et le pire de tous : la Turquie.
    Que de sang versé depuis un siècle ? Paris et Londres portent la responsabilité d'un conflit qui ne prendra fin qu'à la création d'un Etat kurde indépendant.
    Régulièrement la question kurde revient au devant de la scène, ce livre est indispensable pour comprendre les causes et la complexité d'un conflit récurrent.

    Sur commande
  • Sur commande
  • En Alsace-Moselle, la question de la nationalité a laissé des traces douloureuses . Dans les années 1918 à 1924, l'état français cédait alors aux sirènes de l'« antibochisme » et du racisme ! L'Alsace était livrée au nettoyage ethnique, aux cartes d'identité sélectives selon des critères héréditaires et à une politique de francisation despotique. Des Commissions de triage étaient chargées de châtier les « germanophiles » alsaciens.
    Pour les Alsaciens, accéder à la « réintégration dans la nationalité française »fut souvent un parcours difficile. Ils durent effectuer des démarches et des recherches généalogiques humiliantes. Au moindre soupçon de « germanophilie », ils pouvaient être expulsés. Mais pour les Allemands « indésirables », nés ou résidant en Alsace- Moselle, qui s'étaient entièrement identifiés à l'Alsace, ce fut un véritable drame : l'expulsion manu militari vers l'Allemagne.
    Leur crime : être nés de parents allemands ! Grisée par une victoire inespérée, obnubilée par la haine du « Boche » et désireuse d'imposer rapidement son autorité en Alsace-Moselle, la France reniait ses prétendues convictions républicaines du droit du sol, de la fraternité, de l'égalité et de la tolérance.

    Sur commande
  • Dans cette petite histoire de la langue des Flamands, l?auteur nous fait découvrir les origines de la langue néerlandaise et des dialectes flamands. Le flamand et le néerlandais remontenta u francique, langue des pères fondateurs du royaume des Francs, plus tard appelé France. Plus ancien que le français, le francique fut parlé jusqu?aux portes de Paris. Mais, de nos jours, la langue des Flamands de France en est réduite à quelques milliers de locuteurs. L?auteur retrace le récit de cette funeste évolution, régie par la séculaire politique centralisatrice et niveleuse de l?Etat français. Refusant de s?incliner à l?idée de la disparition de l?identité flamande en France, il formule un ardent plaidoyer pour la promotion du néerlandais, langue mère du dialecte flamand parlée par près de 25 millions de Flamands de Belgique et de Néerlandais.

    Sur commande
  • Turenne (1611-1675), maréchal de France du roi Louis XIV, est considéré comme l'un des grands stratèges de son temps. On lui doit la conquête de l'Alsace par la France et aussi d'avoir "ravagé" le Palatinat voisin (13 de la population massacré) Mais il est surtout, et de longue date, la pomme de discorde entre les nationalistes français "bouffeurs de Boches" et les Alsaciens.

    Les dernières années de Turenne ont souvent été décrites par des historiens français qui ne parlent que de glorieuses campagnes. Les témoignages des contemporains du maréchal sont tout à fait différents. Ceux-ci parlent de massacres des populations, de quantités de villages incendiés, de viols, de fuites de Turenne devant l'ennemi, et de chevaux morts de faim jonchant les routes de son armée d'invasion.

    Figure emblématique de la grandeur de la France, il n'est ni plus ni moins qu'un criminel de guerre pour les autres. Or, voilà qu'en 1932, dans la foulée de la reconquête de l'Alsace, un groupe de militants politiques, de chefs d'entreprise et d'un vieux général, tous nationalistes français d'extrême droite, parvient à faire ériger un obélisque à la gloire de Turenne. Et pas n'importe où! Dans la ville même où ses soudards ont massacré les habitants avec une férocité inouïe, à Turckeim!

  • Photographies des manifestations ayant eu lieu en Alsace en réaction à l'annonce de la création en 2016 de la région Grand Est

  • WIDERSTAND (Résistance).
    « L'histoire avance par les injustices et les révoltes qu'elles inspirent» a écrit Jean-Paul Sorg, traducteur des oeuvres d'Albert Schweitzer, Alsacien prix Nobel de la Paix, opposé aux expérimentations de bombes atomiques et évoqué dans le présent ouvrage. Depuis Erasmus Gerber, capitaine-général des paysans révolutionnaires du Bundschuh de 1525 à Solange Fernex, écologiste et pacifiste, ils ont été nombreux en Alsace à avoir un jour dit Non ! et refusé l?ordre établi quand celui-ci était devenu désordre établi. S?opposant aux différentes formes de domination politique, linguistique, culturelle, religieuse ou sociale. Faisant ainsi, chacun à sa manière, avancer non seulement l?histoire de leur Heimet ? leur petite patrie d?entre Rhin et Vosges- mais aussi de celle des hommes, de tous les hommes et de toutes les femmes, au nom de la dignité humaine. Aux trois déjà nommés, l?auteur en ajouté dix autres : Johann Michael Moscherosch,M elchior Reiff, Hirtz de Medelsheim dit Cerf Berr, Eugène Ricklin, René Schickele, Charles Hueber, Jean Keppi, Joseph Rossé, Georges Wodli, Pierre Rieffel, au total treize personnages passionnés et passionnants qu?il invite le lecteur d?aujourd?hui à découvrir (ou redécouvrir) dans toute leur diversité, la force de leurs convictions ? et avec tout leur courage.

    Sur commande
  • Belgique [b?l.?ik] nom propre : Ancien État d'Europe de l'ouest qui était composé des actuelles Flandres et Wallonie. Cette définition pourrait se trouver dans quelque temps dans nos dictionnaires. Il ne s'agit ni de fiction, ni de provocation mais d'une probable réalité. Plus que jamais, en ce début du XXIème siècle, la question nationale revient en force en Europe : -La Catalogne et l'Ecosse vont conquérir leur indépendance de haute lutte. -Le 13 décembre 2015, les nationalistes ont gagné les élections régionales en Corse et sont donc aux commandes de l'Assemblée Territoriale. -La disparition de l'Alsace dans une méga-région a réveillé la revendication autonomiste. De nombreux États ont disparu ces dernières décennies, comme la Yougoslavie, l'URSS, la Tchécoslovaquie ou la RDA..
    Ces derniers trépassent, pour avoir oublié le principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes (inscrit dans la Charte des Nations unies en 1945). Les politiciens ont tendance à dramatiser la situation. Pourtant, ne serait-ce pas la preuve que l'Europe n'a pas fini de grandir ? Les peuples minoritaires, souvent ignorés, s'expriment et revendiquent leurs droits. Ces Nations sans État font souvent la "Une" de la presse.
    L'Atlas des Nations sans État en Europe, leur est consacré et apporte un éclairage indispensable sur ces peuples minoritaires en quête de reconnaissance. Illustré de 60 cartes inédites, il dresse le portrait de plus de 30 Nations sans État. Chacune d'elle est décrite de manière précise : fiche d'identité, cartes, zoom historique et géographique, situation politique, vitalité des langues pratiquées. Autant de clés pour comprendre l'un des enjeux géopolitiques majeurs de l'Europe du XXIe siècle.

    Sur commande
  • Une période peu connue mais essentielle de l'histoire de l'Alsace-Moselle C'est toute cette histoire singulière et passionnante que l'auteur, très documenté, nous raconte dans un style vivant qu'on lit comme un roman.

    Sur commande
  • Les Pictes ont peuplé les Hautes Terres d?Écosse du IVe au IXe siècle. Guerriers aguerris, ils ont tenu en échec les légions romaines, puis leurs voisins du Dál Riata et de la Northumbrie, et ont résisté aux invasions scandinaves.
    À défaut d?avoir laissé des écrits, ils ont parsemé leur pays de stèles énigmatiques qui continuent à intriguer les spécialistes.
    Agrémenté d?une centaine d?illustrations, l?ouvrage aborde tous les aspects de cette société à travers sa langue, son mode de succession matrilinéaire, ses conceptions religieuses, ses coutumes et traditions, ses différents monarques, ses productions artistiques ainsi que les événements qui ont entraîné sa disparition au profit de ce qui deviendra l?Écosse actuelle.

    Sur commande
  • Il s'agit là d'une histoire atypique. La Moselle est l'un des rares exemples d'un département français qui s'est identifié à une région au cours des 150 dernières années.
    Raconter l'histoire de la Moselle c'est se plonger dans l'histoire du Saint Empire romain germanique, des duchés de Loraine et d'Alsace et du Luxembourg et de la Sarre. Cest aussi l'histoire d'une communauté de destin qui fut scellée en 1871. Cette période nous a légué des institutions judiciaires et religieuses communes avec celles de l'Alsace.
    En 1871, quand l'Alsace et la Moselle sont cédées par la France à l'Empire allemand, l'allemand était la langue de la majorité des habitants. Aujourd'hui, suite à une politique d'éradication menée par l'état français, elle est en perte de vitesse. Depuis 2014, noyée dans la méga-région Grand-Est qui comporte 10 départements, la Moselle comme les 2 départements alsaciens, sont les seuls à être bilingues (et donc minoritaires). Quand on connaît la politique du conseil régional de Loraine , qui n'a jamais rien fait pour promouvoir le bilinguisme, on peut craindre le pire pour l'avenir de la langue et de l'identité mosellane.
    Aujourd'hui, la Moselle est de nouveau à la croisée des chemins.

    Sur commande
  • Nichée au sud de l'Aber-Ildut, face à Ouessant, la petite commune de Lampaul-Plouarzel possède un riche passé maritime. Ses marins étaient connus dans tous les ports de Bretagne et d'ailleurs : ces "gabariers" s'adonnaient au transport de marchandises. Sable et pierres, bien sûr, mais aussi goémon, galets, poteaux de mine pour le Pays de Galles, charbon, sel, vin.
    Grâce aux témoignages recueillis par l'auteur, auprès des marins de leurs épouses ou de leurs enfants, l'ouvrage esquisse la vie d'une communauté toute entière investie dans le transport par mer. Cette vie en harmonie avec la mer est racontée sans ambages ni tabou.
    La sensibilité ethnolinguistique de l'auteur apporte une touche très vivante à l'ensemble. De nombreux documents d'archives complètent l'ensemble.

    Sur commande
  • S'appuyant sur nombre de textes "primitifs", et dans son amour immodéré pour l'Irlande, l'auteur s'est attaché à tout ce que l'on pourrait appeler le "légendaire ossianique", recueillant le maximum de contes à propos de ces anciens guerriers qui veillaient sur l'Irlande.

empty