Sciences humaines & sociales

  • Enfin une histoire d'Alsace décomplexée... Trop souvent, l'histoire de l'Alsace a été écrite d'un point de vue français, un point de vue qui continue encore aujourd'hui à être alimenté par certains historiens nationalistes, comme ceux qui ont réalisé le Mémorial d'Alsace-Moselle de Schirmeck en 2005. Depuis une dizaine d'années pourtant, un autre point de vue, décomplexé, fait surface : il s'agit avec ce petit livre de le présenter, de façon synthétique, dans un style simple et clair autant que possible, pour le grand public. On a Voulu nous faire croire que l'Alsace, toujours maltraitée par des Allemands et leurs collaborateurs alsaciens, aurait toujours été sauvée par des Français. L'histoire de l'Alsace ne se réduit pas aux années 1940 à 1945. Sur un temps long, elle n'est bien sûr pas si simple ni simpliste, encore faut-il l'écrire sans tabous. L'histoire d'Alsace, comme celle des autres provinces (un mot qui vient du latin provincia, qui signifie pays vaincu) de France, est aussi de moins en moins bien connue du public, ce qui est logique, puisqu'elle est exclue de fait des enseignements de l'école de la République. Encore une raison de plus pour écrire et lire ce livre et tous ceux de cette collection.

    Sur commande
  • Un récit romancé succint sert de fil rouge et de prétexte tout au long du livre pour aborder avec la plus grande rigueur, dans le texte et dans les dessins, les aspects les plus divers de la civilisation celtique à la veille de la conquête romaine. A travers la vie de Trabos, le marchand de lingots de fer, on pénètre dans le quotidien des Celtes. On découvre leur organisation politique, économique, familiale, leurs constructions, l'habillement, les objets, les armes, les métiers mais aussi la religion et ses rites, le rôle des druides, les fêtes...Et aussi un peu d'Histoire : la bataille des Vénètes, Alésia, la fin de Vercingétorix, la Gaule romanisée.
    On trouvera également des cartes de l'Europe de l'ouest et de la Gaule celtique avec ses peuples divers, leurs noms, leurs capitales avec les noms gaulois et actuels ainsi qu'une carte de la Gaule romanisée.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Dans cette petite histoire de la langue des Flamands, l?auteur nous fait découvrir les origines de la langue néerlandaise et des dialectes flamands. Le flamand et le néerlandais remontenta u francique, langue des pères fondateurs du royaume des Francs, plus tard appelé France. Plus ancien que le français, le francique fut parlé jusqu?aux portes de Paris. Mais, de nos jours, la langue des Flamands de France en est réduite à quelques milliers de locuteurs. L?auteur retrace le récit de cette funeste évolution, régie par la séculaire politique centralisatrice et niveleuse de l?Etat français. Refusant de s?incliner à l?idée de la disparition de l?identité flamande en France, il formule un ardent plaidoyer pour la promotion du néerlandais, langue mère du dialecte flamand parlée par près de 25 millions de Flamands de Belgique et de Néerlandais.

    Sur commande
  • En Alsace-Moselle, la question de la nationalité a laissé des traces douloureuses . Dans les années 1918 à 1924, l'état français cédait alors aux sirènes de l'« antibochisme » et du racisme ! L'Alsace était livrée au nettoyage ethnique, aux cartes d'identité sélectives selon des critères héréditaires et à une politique de francisation despotique. Des Commissions de triage étaient chargées de châtier les « germanophiles » alsaciens.
    Pour les Alsaciens, accéder à la « réintégration dans la nationalité française »fut souvent un parcours difficile. Ils durent effectuer des démarches et des recherches généalogiques humiliantes. Au moindre soupçon de « germanophilie », ils pouvaient être expulsés. Mais pour les Allemands « indésirables », nés ou résidant en Alsace- Moselle, qui s'étaient entièrement identifiés à l'Alsace, ce fut un véritable drame : l'expulsion manu militari vers l'Allemagne.
    Leur crime : être nés de parents allemands ! Grisée par une victoire inespérée, obnubilée par la haine du « Boche » et désireuse d'imposer rapidement son autorité en Alsace-Moselle, la France reniait ses prétendues convictions républicaines du droit du sol, de la fraternité, de l'égalité et de la tolérance.

    Sur commande
  • Turenne (1611-1675), maréchal de France du roi Louis XIV, est considéré comme l'un des grands stratèges de son temps. On lui doit la conquête de l'Alsace par la France et aussi d'avoir "ravagé" le Palatinat voisin (13 de la population massacré) Mais il est surtout, et de longue date, la pomme de discorde entre les nationalistes français "bouffeurs de Boches" et les Alsaciens.

    Les dernières années de Turenne ont souvent été décrites par des historiens français qui ne parlent que de glorieuses campagnes. Les témoignages des contemporains du maréchal sont tout à fait différents. Ceux-ci parlent de massacres des populations, de quantités de villages incendiés, de viols, de fuites de Turenne devant l'ennemi, et de chevaux morts de faim jonchant les routes de son armée d'invasion.

    Figure emblématique de la grandeur de la France, il n'est ni plus ni moins qu'un criminel de guerre pour les autres. Or, voilà qu'en 1932, dans la foulée de la reconquête de l'Alsace, un groupe de militants politiques, de chefs d'entreprise et d'un vieux général, tous nationalistes français d'extrême droite, parvient à faire ériger un obélisque à la gloire de Turenne. Et pas n'importe où! Dans la ville même où ses soudards ont massacré les habitants avec une férocité inouïe, à Turckeim!

  • Les Kurdes, avec les Arabes, les Iraniens et les Turcs sont l'un des 4 principaux peuples qui occupent le Moyen-Orient.
    En revanche, c'est le seul des 4 à ne pas avoir d'état. Pourtant, en 1920, la France et le Royaume Uni avaient projetté l'établissement d'un état kurde indépendant. Les Kurdes attendront en vain l'application du traité de Sèvres de 1920, Paris et Londres leur ont préfèré la Turquie de Mustafa Kémal.
    Résultat ? Les Kurdes restent séparés par 4 états qui les oppriment et veulent les faire disparaître en les assimilant de force : l'Iran, l'Iraq, la Syrie et le pire de tous : la Turquie.
    Que de sang versé depuis un siècle ? Paris et Londres portent la responsabilité d'un conflit qui ne prendra fin qu'à la création d'un Etat kurde indépendant.
    Régulièrement la question kurde revient au devant de la scène, ce livre est indispensable pour comprendre les causes et la complexité d'un conflit récurrent.

  • Une période peu connue mais essentielle de l'histoire de l'Alsace-Moselle C'est toute cette histoire singulière et passionnante que l'auteur, très documenté, nous raconte dans un style vivant qu'on lit comme un roman.

    Sur commande
  • Photographies des manifestations ayant eu lieu en Alsace en réaction à l'annonce de la création en 2016 de la région Grand Est

  • WIDERSTAND (Résistance).
    « L'histoire avance par les injustices et les révoltes qu'elles inspirent» a écrit Jean-Paul Sorg, traducteur des oeuvres d'Albert Schweitzer, Alsacien prix Nobel de la Paix, opposé aux expérimentations de bombes atomiques et évoqué dans le présent ouvrage. Depuis Erasmus Gerber, capitaine-général des paysans révolutionnaires du Bundschuh de 1525 à Solange Fernex, écologiste et pacifiste, ils ont été nombreux en Alsace à avoir un jour dit Non ! et refusé l?ordre établi quand celui-ci était devenu désordre établi. S?opposant aux différentes formes de domination politique, linguistique, culturelle, religieuse ou sociale. Faisant ainsi, chacun à sa manière, avancer non seulement l?histoire de leur Heimet ? leur petite patrie d?entre Rhin et Vosges- mais aussi de celle des hommes, de tous les hommes et de toutes les femmes, au nom de la dignité humaine. Aux trois déjà nommés, l?auteur en ajouté dix autres : Johann Michael Moscherosch,M elchior Reiff, Hirtz de Medelsheim dit Cerf Berr, Eugène Ricklin, René Schickele, Charles Hueber, Jean Keppi, Joseph Rossé, Georges Wodli, Pierre Rieffel, au total treize personnages passionnés et passionnants qu?il invite le lecteur d?aujourd?hui à découvrir (ou redécouvrir) dans toute leur diversité, la force de leurs convictions ? et avec tout leur courage.

    Sur commande
  • Alors que la prospérité règne dans le pays, le roi Alexandre III disparaît lors d'un accident. Il n'a plus aucun héritier... Au même moment, de l'autre côté de la frontière, le roi Edward Ier d'Angleterre décide de passer à l'action. Il envahit l'Ecosse et, pour anéantir toute conscience nationale dans le pays, il fait ramener en Angleterre les symboles forts de la souveraineté écossaise comme la Pierre de la Destinée. Tandis que le désespoir commence à gagner la population, William Wallace " Braveheart ", un jeune homme à la force et à l'intelligence hors du commun, entreprend de lutter contre l'envahisseur. Agissant d'abord comme un simple chef de guérilla, méprisé par la noblesse locale, il deviendra par la suite Général en Chef des Armées, puis Gardien du Royaume avant d'oeuvrer comme diplomate au Vatican et à la cour de Philippe le Bel. Finalement trahi, sa mort particulièrement cruelle illustrera le danger extrême qu'il pouvait représenter pour l'ennemi. Dans ce Moyen Age troublé où apparaissent déjà les prémices de la modernité alors que subsiste encore la barbarie des temps anciens, ce livre relate le destin exceptionnel d'un homme qui, jusqu'à son dernier souffle, ne renia jamais ses engagements. Sa jeunesse et son charisme en feront l'une des figures les plus emblématiques de l'Ecosse...

  • Belgique [b?l.?ik] nom propre : Ancien État d'Europe de l'ouest qui était composé des actuelles Flandres et Wallonie. Cette définition pourrait se trouver dans quelque temps dans nos dictionnaires. Il ne s'agit ni de fiction, ni de provocation mais d'une probable réalité. Plus que jamais, en ce début du XXIème siècle, la question nationale revient en force en Europe : -La Catalogne et l'Ecosse vont conquérir leur indépendance de haute lutte. -Le 13 décembre 2015, les nationalistes ont gagné les élections régionales en Corse et sont donc aux commandes de l'Assemblée Territoriale. -La disparition de l'Alsace dans une méga-région a réveillé la revendication autonomiste. De nombreux États ont disparu ces dernières décennies, comme la Yougoslavie, l'URSS, la Tchécoslovaquie ou la RDA..
    Ces derniers trépassent, pour avoir oublié le principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes (inscrit dans la Charte des Nations unies en 1945). Les politiciens ont tendance à dramatiser la situation. Pourtant, ne serait-ce pas la preuve que l'Europe n'a pas fini de grandir ? Les peuples minoritaires, souvent ignorés, s'expriment et revendiquent leurs droits. Ces Nations sans État font souvent la "Une" de la presse.
    L'Atlas des Nations sans État en Europe, leur est consacré et apporte un éclairage indispensable sur ces peuples minoritaires en quête de reconnaissance. Illustré de 60 cartes inédites, il dresse le portrait de plus de 30 Nations sans État. Chacune d'elle est décrite de manière précise : fiche d'identité, cartes, zoom historique et géographique, situation politique, vitalité des langues pratiquées. Autant de clés pour comprendre l'un des enjeux géopolitiques majeurs de l'Europe du XXIe siècle.

    Sur commande
  • Il s'agit là d'une histoire atypique. La Moselle est l'un des rares exemples d'un département français qui s'est identifié à une région au cours des 150 dernières années.
    Raconter l'histoire de la Moselle c'est se plonger dans l'histoire du Saint Empire romain germanique, des duchés de Loraine et d'Alsace et du Luxembourg et de la Sarre. Cest aussi l'histoire d'une communauté de destin qui fut scellée en 1871. Cette période nous a légué des institutions judiciaires et religieuses communes avec celles de l'Alsace.
    En 1871, quand l'Alsace et la Moselle sont cédées par la France à l'Empire allemand, l'allemand était la langue de la majorité des habitants. Aujourd'hui, suite à une politique d'éradication menée par l'état français, elle est en perte de vitesse. Depuis 2014, noyée dans la méga-région Grand-Est qui comporte 10 départements, la Moselle comme les 2 départements alsaciens, sont les seuls à être bilingues (et donc minoritaires). Quand on connaît la politique du conseil régional de Loraine , qui n'a jamais rien fait pour promouvoir le bilinguisme, on peut craindre le pire pour l'avenir de la langue et de l'identité mosellane.
    Aujourd'hui, la Moselle est de nouveau à la croisée des chemins.

    Sur commande
  • Figure emblématique de l'autonomisme alsacien, ce chrétien démocrate engagea toute sa vie au service du peuple d'Alsace et lutta pour lui obtenir un statut d'automie. Ses convictions politiques lui valurent maintes tracasseries avec la police et la justice françaises. Livré par les Français aux Allemands en 1940, il contacte l'opposition allemande anti-nazie dès 1942 et participe à l'opération Walkyrie dont le but était d'assassiner Hitler et de renverser le régime nazi.
    Il pensait, comme Joseph Rossé, qu'une fois le régime nazi vaincu, l'Alsace libérée pourrait négocier un statut spécial avec une France d'après-guerre affaiblie moralement par la collaboration de Vichy. Antimilitariste, opposé aux Etats-nations fauteurs de guerres, il milita aux côtés de son ami Robert Schuman pour la construction d'une Europe fédérale. A travers son combat, c'est aussi celui de l'autonomisme alsacien de l'entre-deux guerres contre l'oppression, l'injustice et l'arbitraire de Paris qui est raconté ici.

    Sur commande
  • Toute l'histoire du FLB (front de libération de la Bretagne), du 1er attentat en Mars 1966 à Saint Nazaire jusqu'aux derniers procès de 2005.
    En Mars 2006 ce sera le 40ème anniversaire.

    Sur commande
  • L'ouvrage s'articule en trois parties. La première s'interroge sur le concept de Gaule et sur les raisons qui ont longtemps entretenu une méconnaissance bien réelle du fait celtique, retraçant les étapes de la redécouverte de cette civilisation et de cette culture. Suit une présentation du mode de fonctionnement et des particularités de ce que fut la société gauloise avant la conquête romaine et ses évolutions internes.
    En dehors des aspects bien connus brièvement rappelés, d'autres ont été mis en avant pour leur caractère innovant car ils résultent de travaux récents peu connus du public. Les autres peuples (Corses, Vascons...) ne sont pas oubliés. La seconde partie de l'ouvrage est constituée par un répertoire détaillé de tous les peuples premiers fondateurs des terroirs appelés à constituer la France. Il s'agit non seulement des grands peuples gaulois bien connus (Arvernes, Carnutes, Namnètes, Vénètes, etc.) mais aussi des centaines de petites tribus, jamais mentionnées et pourtant à l'origine des localités, des particularités locales, de la toponymie et des anciens pagi (pays).
    De très longues recherches, menées jusque dans les petites communes de toutes les régions, ont permis de rassembler ce matériau qui n'a jamais été publié sous cette forme. Ce répertoire mentionne tous les peuples fondateurs de nos pays, c'est-à-dire plusieurs centaines. Classés par ordre alphabétique, ils sont toujours suivis d'une bibliographie spécifique à chacun d'entre eux permettant aux personnes intéressées par les origines de leur région d'accéder à l'essentiel des sources.
    La troisième partie de ce livre est constituée par les éléments pratiques : les grands itinéraires de l'Antiquité mentionnant les localités de la Gaule, un index des peuples, les villes actuelles et les peuples fondateurs correspondants, une localisation des peuples premiers classés par départements et enfui une bibliographie très développée.

  • Sur commande
empty