P.o.l

  • Rapt d'amour

    Jean-Pierre Ceton

    Neuf nouvelles se succèdent chacune avec leur univers propre de mal-être, de douleur, d'impossibilités, de chemins qui ne se croisent jamais vraiment. Des passants, ivres d'amour. Aimée-Sophie qui scrute Jacques-Paul, une caresse, un bout de sein devenu ferme. Tout cela dit avec élégance. «"J'ai envie de te dire, oui, combien j'aime l'amour, en quoi, comment l'amour nous relie aux tout premiers temps de l'histoire et aussi aux tout derniers paradoxalement, parce qu'il y a toujours dans l'amour ceci de sauvage qui le laisse autonome de tout mode de civilisation..." Elle s'arrête net, voyant l'autre qui ne fait qu'une moue. Elle dit : "Quand l'amour c'est toujours hors." Elle rit, le laisse en plan, se tire. Se retourne un instant pour filer un regard à Aimée-Sophie. Elle part, refuse qu'on lui appelle un taxi, elle est partie. Anna Julie ou Katia marche dans la nuit des rues, furieuse, seule et joyeuse. Ivre d'amour.»

empty