Francoise cohen

  • Dans L'Alamblog/Lekti du 5 novembre 2009 le préfet maritime écrit : Avant tout autre opus, cet automne, vous auriez grand tort de ne pas lire Le Roi mystère, l'un des plus beaux livres d'entretien que l'on connaisse. Il est arrivé sur notre île un beau matin, comme le soleil se levait à l'horizon et il a illuminé notre journée. Et sans doute plus encore, puisqu'on y songe. Tiré d'une émission de radio à laquelle Albert Cohen était invité en 1976, il vaut toutes les analyses de l'oeuvre et toutes les biographies. Point de longs discours (137 pages seulement), il éclaire autant la figure de Cohen qu'il réjouit son lecteur - n'est-ce pas merveille ? - avec ses pages délectables, truffées de formules formidables, comme ces sourires en forme de «messages dentaires». Ce livre qui fait du bien, Albert Cohen s'y raconte, ses rapports d'enfant avec Marcel Pagnol - dont il connaît, stupeur, tous les poèmes de jeunesse par coeur ! -, ses livres rêvés plutôt que construits, l'indispensable épaisseur humaine des personnages, les romans secs d'intellectuels, la bonté, la loi et l'amour, le camelot antisémite qui est peut-être à l'origine de sa création, la mystérieuse cantatrice marseillaise qui lui valut de la part de ses condisciples le sobriquet de «Roi Mystère», son action auprès des Nations Unies et même son faible pour les femmes «à dents».

    En réalité, ce dont je suis beaucoup plus fier que de mes livres, c'est d'être l'auteur de l'accord international du 15 octobre 1946 sur la protection des réfugiés. Ca , c'est mon affaire. Le reste, ce sont des rêves. Des rêves. Et je ne sais pas expliquer. Surtout, qu'on n'attende pas de moi des commentaires sur ce que je fais. Je n'en sais rien.

    Ce livre - on bénit son éditeur - nous donne envie de nous plonger dans les Mangeclous derechef. Et c'est ce que l'on va faire. Après tout, on n'est pas aux pièces, et l'on y reviendra peut-être sous forme de citations.

  • Albert Cohen, à la fin de sa vie, reçoit pour France Culture, dans son appartement de Genève, Françoise Estève. Sa faconde mais aussi son prodigieux talent de conteur transforment ces entretiens en une SAGA prophétique; II ne respecte rien, ni les fonctionnaires de l'ONU, ni les singes savants, ni Dieu.
    « Quand je travaillais aux Nations unies, je voyais tous ces singes présomptueux et serviles, qui veulent grimper les échelons entre deux cabrioles sexuelles et qui jusqu'au moment de mourir ne doutent pas qu'ils mourront. » Derrière un humour féroce, Albert Cohen évoque les êtres essentiels de sa vie qui ont structuré son oeuvre et sa vision du monde.

  • La Sainte Chapelle est née de la volonté de Saint-Louis, qui voulait offrir à sa collection de reliques un joyau digne de l'abriter. Elle offre au visiteur l'éblouissement de sa parure de vitrail, ce « paradis retrouvé », « ce rideau de verre, cette confession ardente faite de couleurs pulvérisées et de points lumineux » qu'évoque Paul Claudel dans L¿¿il écoute. Autrefois abritée au coeur du palais de la Cité, aujourd'hui égarée au milieu du Palais de justice, elle reste un objet architectural unique, monument du XIIIe siècle que Viollet-le-Duc remit en valeur six siècles plus tard.
    À l'heure où s'achève l'immense chantier de restauration des verrières, après plusieurs années de travaux, cet album de la collection Regards propose une redécouverte de la Sainte-Chapelle. De superbes prises de vue offrent au lecteur le privilège unique de s'approcher au plus près de verrières pour en apprécier les 1 133 scènes, les personnages, le dessin et les somptueuses couleurs.

    1 autre édition :

  • L'auteur consacre à Eaux dérobées, traversée de la Vie, de l'Histoire, de la Littérature, un livre : une part de sa propre traversée. Traversée de la vie par un homme faits de violents contrastes. Par-dessus tout, Daniel Cohen est un homme que l'on découvre : un homme pour qui la littérature, l'histoire et la vie sont indissociables, car la littérature - les livres - répète-t-il, sont le monde, donnent accès à la connaissance du monde...

  • "De l ordinaire à l extraordinaire, du quotidien au fantastique, ces dix nouvelles proposent des mondes très divers autour d un personnage féminin : Ana. Multiple et intemporelle, elle représente la voix unique du narrateur. Qu elle nous entraîne dans l atelier d un sculpteur à Buenos Aires, sur une plage de la Côte d Azur, chez une voyante à Brooklyn, ou dans le laboratoire d une cinémathèque, elle suit toujours le cheminement d un temps intérieur qui lui est propre."

  • Cette exposition fait suite au premier volet présenté à l'été 2007 autour de scènes artistiques d'Espagne, d'Italie, du Portugal. Elle proposera une vision de l'actualité plastique dans une aire géographique couvrant la Méditerranée de l'Est, allant des Balkans jusqu'à la Palestine, autour des oeuvres d'une vingtaine d'artistes, parmi lesquels : Jumana Emil Abboud, Tarek Al-Ghoussein, Rheim Alkadhi, Maja Bajevic, Yael Bartana, Danica Dakic, Emily Jacir, Yaron Leshem, Ciprian Mureþan, Ahmet Ögut, Sener Özmen, Walid Raad, Marwan Richmaoui, Bülent Sangar, Wael Shawky, Hale Tenger, Jalal Toufic, Mürüvvet Türkyilmaz, Akram Zaatari.

  • La mondialisation avec son expansion à l'ensemble des secteurs de la société continue de susciter craintes et inquiétudes. Le Conseil d'analyse économique estime qu'une meilleure compréhension des aspects immatériels de la mondialisation lèverait en partie ces réticences. Le groupe de travail du CAE dirigé par Daniel Cohen et Thierry Verdier a cherché à produire des statistiques qui permettent de mieux saisir la réalité de la mondialisation dans le domaine des biens immatériels. Les auteurs du rapport proposent également plusieurs mesures de politique économique. Il s'agit sur ce sujet d'une approche plutôt inédite qui témoigne d'une réelle volonté d'éclaircissement. La première concerne le secteur du livre en proie, lui aussi, au développement du numérique. Pour favoriser la diffusion des ouvrages, l'idée retenue est celle du téléchargement des livres après une période de dix ans, sur la base d'un abonnement forfaitaire. La deuxième recommandation concerne l'interconnexion des abonnements multimédia. La troisième, plaide en faveur d'une politique tarifaire européenne en matière de biens pharmaceutiques. Enfin, la quatrième mesure concerne la révision des quotas de diffusion audiovisuels. Comme tous les rapports du CAE, cet ouvrage propose, en fin de volume, un résumé d'une dizaine de pages en français, puis en anglais.

  • " Bonne nuit les petits... " -" Ici Léon Zitrone en direct du Tour de France ". Entre allocutions présidentielles, premiers feuilletons, et Cinq colonnes à la une, c'est toute la France, entre IVe et Ve république, qui apparaît, à travers l'ORTF, dans cet ouvrage. La télévision crée alors un nouveau langage et tente de diversifier son offre. En se construisant, elle construit le pays. Journaux télévisés, dramatiques littéraires, émissions sur le rock, et funérailles nationales racontent comment la lucarne du petit écran s'est installée dans la vie des Français.

  • Le régime politique à Cuba issu de la Constitution de 1940 attire d'abord 1'attention par ses engagements non tenus. Au lieu de réaliser les progrès sociaux ambitieux annoncés dans le texte de la Constitution, les dirigeants élus ont sombré rapidement dans le clientélisme, la corruption et l'immobilisme. Mais au-delà de cette approche systémique indispensable, les auteurs de ce volume, ouvrent des perspectives nouvelles pour la connaissance de la période. Ils examinent les interactions complexes des acteurs sociaux et politiques, ils révèlent les dysfonctionnements du système de domination nord-américain. Ils explorent, enfin, les voies de la création intellectuelle et littéraire qui ont marqué cette période. (textes en français - textes en espagnol)

  • Objectifs pédagogiques # Proposer une démarche progressive.
    # Développer les compétences d'expression et de compréhension des élèves tant à l'écrit qu'à l'oral.
    # Préparer à l'épreuve du baccalauréat professionnel.
    # Familiariser l'élève avec le monde professionnel.Points forts du manuel # Une couverture solide et souple et une maquette colorée et aérée.
    # Des interviews authentiques avec des anglophones.
    # Des activités permettant de travailler méthodiquement et progressivement les différents savoir-faire.
    # Des thèmes en lien étroit avec la formation professionnelle et la vie dans les pays anglo-saxons.
    # Des documents variés dont l'exploitation prend en compte les intérêts et les motivations des élèves.
    # Une consolidation systématique des acquis.
    # Un matériel pédagogique complet constitué:
    - d'un livre du professeur, - de 2 cassettes de 60 minutes contenant les enregistrements des interviews et des textes principaux, - de 20 transparents en couleurs accompagnés de fiches photocopiables comportant les grilles de compréhension des documents sonores.Structure de l'ouvrage Le manuel est constitué de 15 kits, 4 fiches méthodologiques, 1 jeu, des pages annexes, des cartes.
    Chaque kit comprend :
    # Une page d'ouverture Speaking proposant des photos accompagnées de questions permettant à l'élève de faire un travail oral d'anticipation sur le thème de l'unité.
    # Un document sonore Street talk : entretien authentique avec un anglophone.
    # Une double page MiniMag proposant des textes courts accompagnés de questions.
    # Un texte de fond Reading permettant un travail de compréhension approfondi.
    # De la grammaire en contexte : pause d'observation annonçant la page de grammaire.
    # 2 pages d'exercices contextualisés pour aider les élèves à développer et consolider leurs compétences.
    # Une page Culture Clash avec des activités ludiques.
    # Exam Work pour préparer à l'épreuve.

  • Projections

    ,

    Projections réunit les oeuvres d'une dizaine d'artistes nés entre 1961 et 1980 dont les pratiques trouvent leur point de croisement dans un intérêt pour les manipulations de temps, parfois en référence à la science fiction, parfois en prise directe avec un réexamen des acquis modernistes, notamment en architecture. Ces oeuvres ont souvent pour point de départ les scories d'une époque : architectures abandonnées, hypothèses laissées de côté. scénarios qui tournent court. Certaines expriment une vraie compétence dans les domaines de la 3D et des espaces simulés. Elles embrassent les questions de décalage, de potentialités induites par le stockage et la mémoire des données numériques mais pointent aussi un fort intérêt pour des techniques " dépassées " telles que la gravure et le dessin d'illustration ou de vulgarisation à la Gustave Doré ou la Camille Flammarion. La discontinuité, la question des modèles, l'expérimentation, la rupture, le passage, autant de notions qui façonnent ce parcours contemporain.

  • L'empreinte volée

    Francoise Cohen

    • Tituli
    • 16 Janvier 2018

    Ces dix nouvelles nous entraînent dans les rues de Paris (ou de Buenos Aires), à la suite de Violaine, Éva, Marina, Roberto et les autres... Où courent-ils donc ainsi ? Quels doutes les tourmentent ? Au-delà des lettres volées, des photos inconnues, des songes mystérieux ou de la mémoire perdue, les personnages semblent tous à la recherche de quelque chose d'essentiel. Qu'une légère distorsion affecte la réalité et la voilà teintée de fantastique, mais c'est le plus souvent un quotidien marqué par l'empreinte des souvenirs et des rêves qui se déroule sous nos yeux. Au fil des pages, les protagonistes paraissent vivre leur vie en différé, tant le passé interfère sur le présent. Et quand se croisent leurs destins, ce sont des histoires de confluences et d'identités fluctuantes qui nous sont contées.

empty