Peinture / Arts graphiques

  • Sur commande
  • Artiste aujourd'hui un peu oublié, Pierre Prins fut l'ami le plus intime et le plus fidèle d'Edouard Manet, l'un des peintres les plus révolutionnaires du XIXe siècle. Le portrait de Fanny, la femme de Pierre Prins, dans le célèbre oeuvre de Manet Le Balcon (Musée d'Orsay) témoigne des liens étroit qui unissent les deux familles.
    L'artiste est un autodidacte : il a plus de 40 ans lorsqu'il choisit d'abandonner définitivement son métier d'artisan d'art pour se consacrer entièrement à la peinture et surtout au pastel sec. Ce contemporain de Claude Monet est le seul artiste de sa génération à utiliser, de manière aussi récurrente, le pastel pour rendre son sujet de prédilection : le Paysage. Ses séjours à Fécamp, répétés au cours de la décennie 1890, ont été l'occasion pour l'artiste de produire des oeuvres exceptionnelles sur la ville.

    Sur commande
  • Pierre Buraglio, proche du mouvement Supports/Surfaces, a très tôt voulu se débarrasser des instruments traditionnels de la peinture et refusé de succomber à l'idée qu'une oeuvre serait uniquement le fruit d'un savoir-faire hérité de la seule tradition picturale. Dans le sillage des grands mouvements artistiques qui ont vu le jour dans la première moitié du XXe siècle, il se devait de déconstruire la peinture, d'en démonter tous les rouages, pour l'aborder de façon nouvelle.
    Son histoire c'est aussi celle d'une génération qui a vu le jour en même temps que la Seconde guerre mondiale. Une guerre qui a laissé des traces indélébiles dans sa conscience et lui a permis d'ouvrir les yeux sur cette folie meurtrière et l'importance du jeu politique.

    Sur commande
  • Les maîtres de l'Impressionnisme qui ont participé aux expositions « fondatrices» de l'impressionnisme entre 1874 et 1886 , ont contribué ensemble à l'éclosion du paysage moderne. Génèse et évolution du paysage impressionnistes sont présentés à travers leurs oeuvres et plus particulièrement dans le traitement de l'eau. Qu'il s'agisse de bords de rivières, de mer, de mares ou de simples évènement climatiques où la lumière joue un rôle fondamental. Maîtres parmi lesquels figurent Monet, Sisley et Renoir mais aussi Béliard, Bracquemond, Boudin, Cals, Degas, Guillaumin, Berthe Morisot... Ainsi que des artistes de l'Ecole de Rouen et postimpressionnistes.

  • Edité à l'occasion de l'exposition : Maximilien Luce, en amitiés,portaits croisés, cet ouvrage permet de comprendre l'entourage familial, amical, politique et artistique de Maximilien Luce. Le caractère entier de cet artiste dissimule un homme d'une extraordinaire sensibilité, à l'amitié unanimement appréciée.
    Les portraits réunis à l'occasion de cette exposition témoignent de la très grande estime que ses amis (Signac, Pissarro, Angrand, etc.) lui portaient, et nous éclairent sur la personnalité de cet immense artiste.

    Sur commande
  • Portraits de femmes

    Collectif

    A la fin du XIXe siècle, l'Ecole des beaux-arts est encore interdite d'accès aux femmes qui doivent donc se former au sein d'académies parisiennes ou de cours privés, ou encore auprès d'un peintre renommé. La nouvelle façon d'envisager la peinture prônée par les impressionnistes inspire un grand nombre de femmes artistes, parmi lesquelles Mary Cassatt, Berthe Morisot, Eva Gonzalès, Marie Bracquemond ou Louise Breslau. Leur oeuvre, restée plus confidentielle que celle de leurs homologues masculins, n'en est pas moins imprégnée de recherches riches et audacieuses sur la lumière, les couleurs et démontre une grande liberté au niveau de la touche et des choix de composition. L'art du portrait auquel ces artistes s'adonnent marque le resserrement autour de l'intimité de la cellule familiale ou amicale et leur capacité à saisir des instants de vie privée et le parfum d'une époque.

  • Rouen, avant-port de Paris, est un lieu d'échange et de rencontre pour les peintres de l'Ecole de Rouen, les impressionnistes et postimpressionnistes parisiens. Les villes et les ports qui jalonnent le cours de la Seine en font, depuis la fin du XVIIIe siècle, une source d'inspiration pour les peintres, les musiciens, les écrivains.
    Des groupements d'artistes naissent et la ville aux Cent Clochers devient un authentique lieu de création.

  • Rosa Bonheur (1822 - 1899), fut une très grande représentante de l'art animalier en France au XIXe. Formée par son père, le peintre Raimond Bonheur, à une époque où l'École des Beaux-Arts était encore interdite aux femmes, elle va exceller dans la représentation animale.
    Première femme artiste à être décorée de la Légion d'Honneur, elle mena sa vie de façon totalement libre et connut un très grand succès de son vivant qui lui permit de vivre de son art.

  • Sur les conseils de Claude Monet et avec le soutien du célèbre marchand, Paul Durand- Ruel, Camille Pissarro tombe sous le charme de Rouen qui lui offre un très large choix de motifs. Il y effectuera quatre intensives campagnes de peinture, travaillant la plupart du temps depuis la fenêtre de son hôtel.
    Il produira soixante-neuf huiles, mais aussi des aquarelles, une quarantaine de gravures, des estampes, de très nombreux dessins. Ces toiles traduisent l'énergie des quais, des ponts, le bruit du port, et la frénésie de la rive gauche.
    Une telle production fait véritablement de Pissarro Le peintre de Rouen.

  • André Hambourg (1909-1999) a traversé le XXe siècle en posant sur ses contemporains un regard plein de curiosité. De sa jeunesse parisienne aux rues obscures, à la découverte du Maghreb écrasé de soleil qu'il sillonne à partir de 1933, le peintre nous entraîne dans son univers. Si la période de la guerre lui fait retrouver les teintes sombres et denses de sa jeunesse, la rencontre en 1948 de celle qui deviendra sa femme inonde de nouveau ses oeuvres de lumière.

    Parmi toutes les destinations prisées par le peintre, quatre régions emblématiques de son travail et les personnes qu'il y a rencontrées jalonnent cet ouvrage : la région Parisienne, le Maghreb, la Provence et la Normandie.

    Sous la direction de Annie Madet-Vache, directrice du musée André Hambourg, les Franciscaines, Deauville.

    Sur commande
  • Au hasard d'une invitation en Normandie, Joseph-Félix Bouchor découvre en 1880 la région de Rouen et ses paysages verdoyants, et s'installe en bord de Seine à Freneuse. Ce grand voyageur se déplace peu, peignant ce qui s'offre à son regard : les meules de paille dans les champs, les boucles de la Seine, ses voisins, la Famille Fréret, dans leurs activités agricoles.
    De son village de Freneuse, il garde un oeil sur Paris : réussite oblige, il n'est pas question de s'éloigner trop longtemps de la capitale, avec ses cercles mondains, ses expositions universelles et surtout le Salon des Artistes Français où il expose de 1879 à 1936.

    Sur commande
  • L'Asie en zig zag

    Christophe Ronel

    Il est impossible d'oublier les lieux que l'on dessine.
    Le croquis de terrain que l'on exhume, même des années après l'avoir réalisé, restitue la saveur d'un instant, jusqu'au moindre détail avec une stupéfiante intensité.
    Mes carnets ont été et sont de fidèles compagnons de voyage au gré de ma découverte par étapes de l'Asie au fil des ans, ils jouent pour moi le rôle indispensable de puissants stimulateurs de mémoire.

    Sur commande
  • Membre fondateur du groupe Supports/Surfaces apparu en 1970, Claude Viallat est l'une des figures majeures de la scène artistique française. Claude Viallat invente un système de peinture répétitive, où cependant chaque élément peint n'est jamais tout à fait une réplique de l'autre. Forme ou contreforme, ce motif, « forme quelconque » inchangé depuis son invention, reste, depuis plus de quarante ans, la marque emblématique de son oeuvre. Libéré du carcan du tableau, l'artiste va utiliser indifféremment des toiles libres, tissu imprimé, bâche, ou tout autre étoffe ou textile qu'il va travailler au sol. À ce travail de peinture Viallat poursuit en parallèle un travail d'assemblage d'objets proche de la sculpture. Il les confectionne à partir d'éléments écupérés, bois flottés, filets, cordage, etc. Philippe Piguet, commissaire de l'exposition, a voulu les rapprocher des peintures pour en montrer la proximité. Ils participent en effet de cette même démarche de faire dialoguer formes et matières.

    Sur commande
  • Stanley William Hayter est un artiste atypique et bouillonnant à l'image du XXe siècle qui le voit naître.

    Constamment à la recherche d'expériences nouvelles, il est amené tout au long de sa carrière à innover en tant que peintre et graveur. Scientifique de formation, il aborde l'art avec rigueur, instinct et méthode.

    Sur commande
  • Il y a celle qui feuillette un roman, un journal, un magazine ou une lettre ; celle qui pose, apprend, partage, se détourne des tâches domestiques, abandonne ses petits travaux de couture, rêvasse, s'ennuie, se soigne, attend ou travaille ; celle qui bouquine dans le salon, dans la cuisine, dans le jardin, dans son lit, en public, à la campagne, au bord de la mer, chez le coiffeur ; celle qui lit assise, debout, allongée, buvant un thé, tournant le dos au spectateur ; celle qui est nue, en déshabillé vaporeux ou vêtue de ses plus beaux atours.. Le portrait de la lectrice devient à la charnière du XXè siècle un genre à part entière, symbole d'une société moderne en pleine mutation.

    Sur commande
  • Russe de naissance, britannique de résidence, Timur D'Vatz a posé son âme en Normandie, en installant son atelier au coeur des collines armoricaines. Aux détours d'une conversation, l'artiste livre les détails de son parcours : l'heureuse jeunesse en Ouzbékistan, les débuts du jeune peintre au moment de la chute du régime oviétique, la vie d'artiste dans le Londres des années 1990 et sa vie actuelle entre l'Angleterre et la Normandie.
    Au carrefour du Moyen Âge et des temps contemporains, entre légendes arthuriennes et récits de conquête aux confins de l'Orient et de l'Occident, Timur D'Vatz raconte, grâce à sa peinture d'une éblouissante richesse, d'étranges histoires surgies d'un fonds culturel universel.

    Sur commande
  • « Il ne nous paraît pas indispensable de surajouter à une proposition architecturale des éléments plastiques destinés à créer une ambiance ou un décor. Les plasticiens ne doivent pas être des décorateurs auxquels on fait appel lorsque le travail est terminé, et ce n'est pas en colorant agréablement tel ou tel ensemble architectural que l'on résout les problèmes de la peinture et de la synthèse des arts.
    L'élément plastique doit être intégré au monde architectural si étroitement qu'il ne saurait être question de le dissocier de celui-ci ».
    Groupe de Recherche d'Art Visuel 1960 - 1968 in Melpomène, École Nationale Supérieure des Beaux- Arts, Paris, n°16 décembre 1964.

    Sur commande
  • Jacques-Sylvain Klein montre à quel point la Normandie a été l'atelier en plein air préféré de tous les maîtres de l'Impressionnisme (Monet, Degas, Renoir, Pissarro, Caillebotte) mais aussi de tous ceux qui voulaient dépasser ou contester cette esthétique (Gauguin, Seurat, Signac, Dufy, Bonnard..). Dans un style très vivant, truffé d'anecdotes, l'auteur raconte la vie de tous ces peintres, leurs liens d'amitié, les auberges qu'ils fréquentaient, les influences qu'ils ont reçues ou exercées, tout en les restituant dans chacun des dix grands territoires que forme la Normandie. Plus de 400 tableaux souvent inconnus, provenant des grands musées français et étrangers, mais aussi de collections privées, illustrent leurs pérégrinations.

  • Après plus de 10 ans d'acquisition, le musée Maritime de l'île Tatihou possède aujourd'hui l'une des plus importantes collections de peintures marines de Normandie. Espaces frontières par excellence, les rivages voient se dérouler au fil des temps, des scènes témoignant de l'activité des hommes et de la force des éléments. Ce catalogue propose de parcourir la diversité de ces scènes littorales.

  • Peintre de plein air, cadet de l'École de Rouen, il est très jeune attiré par la peinture. Sorti des beaux arts, il peint à la manière de ses aînés, brossant sur le motif des paysages avec une touche impressionniste. Mais, très vite, il évolue avec des empâtements plus solides, et peindre la condition humaine devient sa priorité. Aristocrate sans le sous, violoncelliste de talent, cet artiste aux multiples facettes campe son chevalet dans le quartier Martainville (où il habite) et d'autres lieux déshérites de la ville de Rouen. Avec une grande clairvoyance, il dénonce : les guerres coloniales,la puissance des lobby pétrolier, la pollution, l'indifférence des puissants envers les classes populaires... Avec une palette sobre, il peint avec vigueur et laisse sa grande sensibilité guider son pinceau. Sans subir aucune influence, ses toiles deviennent expressionnistes et critiquent avec fermeté notre société. Artiste sincère, Léonard Bordes s'exprime sans détour ni artifice.

  • La pluie est un élément atmosphérique qui par définition correspond aux aspirations des impressionnistes fascinés par l'eau, ses reflets changeants, son mouvement et son instabilité. Ce n'est pas tant le phénomène météorologique qui va les intéresser, mais la lumière tamisée par les nuages ou un drap d'eau qui l'accompagne. Des paysages de campagne sublimés par un ciel orageux aux paysages urbains transfigurés par la pluie, en passant par des vues de bords de mer soumis aux éléments, les artistes du 19ème siècle ont relevé avec talent le défi de représenter l'insaisissable eau qui tombe du ciel.

empty