Alternatives

  • La triple crise, économique, environnementale et politique, actuelle constitue une nouvelle forme de paradigme aux conséquences multiples, tant d'un point de vue pratique que théorique : effet superposé de manque et surproduction, prise de conscience écologique, perte de confiance en l'action politique... Face à cela, s'initient de nombreuses initiatives qui questionnent les manières classiques de penser et de faire la ville et produisent un urbanisme fondé sur l'action, le partage et la transversalité, valeur de base du mouvement DIY.
    Jardinage et agriculture urbaine, dynamiques d'appropriation citoyenne, autoproduction de la ville, réseaux d'échanges et d'entraide autogérés, " hacking " d'équipement... toutes ces pratiques qui investissent l'espace urbain se répandent dans de nombreuses métropoles. Ce livre n'est pas un ouvrage théorique mais un manuel pratique. Il se contente d'une simple invitation : Do It Your City ! Il est donc avant tout un manuel, un manuel basé sur l'expérience, celle du collectif YA+K.
    Il vous apprendra les bases du " bricolage urbain " et vous proposera quelques premiers petits projets à réaliser pour investir certains espaces, déployer des situations sympathiques. La première partie propose donc ces quelques bases à savoir : quels outils, les techniques simples et adaptables... La seconde développe des exemples de projets non pas " à réaliser " mais réalisables. Ils ont été minutieusement sélectionnés, avec amour, afin d'offrir un petit panel qui touche tous les niveaux de difficulté et proposent tout un ensemble d'usages " de base " à explorer pour la suite.

  • Repenser la ville, aider les industries, les commerces et les collectivités à se transformer, être utile à la planète et à l'Homme, citoyen et consommateur, tels sont les grands paris que relève le design d'aujourd'hui. La Manufacture Design en est l'incarnation ! Ouvert sur l'éco-quartier des Docks de Saint-Ouen-sur-Seine, ce lieu hybride constitue un laboratoire du design global, démarche qui envisage à la fois les objets, les espaces et les services. L'agence d'Olivier Saguez s'y est installée en 2016. Cet entrepreneur-designer, engagé dans la banlieue et dans le design global, met en pratique cette philosophie qui associe l'utile, l'esthétique et l'éthique.

  • Vaincre la fracture numérique grâce à la créativité. Aujourd'hui, sans un accès à Internet comment remplir des formulaires administratifs, défendre ses droits, ses idées, s'informer... ? Pourtant, 19,3 % des foyers français n'en possèdent pas ! Pour cette 7e édition, le concours Mini Maousse s'engage à lutter contre cette fracture numérique, et l'exclusion sociale qui en découle, en proposant aux participants d'imaginer des micro-architectures conviviales pouvant servir d'e-box nomades : école, bibliothèque numérique, salle de cinéma ou d'exposition, espace de co-working... L'enjeu étant l'accessibilité des ressources numériques au plus grand nombre.

  • Matériau fantastique pour la création - isolant, cuir végétal, composite pour des applications high tech... - le liège, issu d'un être vivant, le chêne-liège, est à la fois beau, protéiforme, et a un cycle de vie et une durabilité exemplaires. Au vu de ces qualités, il est en passe de (re)devenir un composant de choix pour les objets du futur, véhicules, mobilier, luminaires, vêtements et accessoires de mode...

  • Livre-objet, riche de matières et de procédés d'impression particuliers, le livre tactile s'appréhende principalement grâce au toucher. D'abord destiné aux non-voyants, le «livre à toucher» est vite plébiscité par les artistes du début du XXe siècle comme support de création et d'innovation avant de se faire outil pédagogique à disposition des tout jeunes enfants. Mais le livre «ordinaire» révèle sa dimension tactile dès ses premiers avatars et tout au long de son histoire de par la richesse des matériaux de fabrication (papyrus, papier, reliure de cuir, couverture ouvragée...) et son format (livres minuscules conçus pour tenir au creux des mains). L'art du livre tactile décrit la typologie du livre tactile dans l'édition et dresse un vaste panorama du livre d'artiste où s'expriment créateurs, techniciens (fabricants, illustrateurs, imprimeurs...), bibliothécaires et conservateurs de musée.

  • En 1956, face à la question cruciale du logement pour les plus démunis, Jean Prouvé propose, en réponse à l'appel de l'abbé Pierre lancé deux ans auparavant, sa Maison des jours meilleurs, Cet habitat temporaire - composé de 3 pièces, cuisine et sanitaires - est construit à base d'éléments usinés en amont. Malheureusement, le projet restera à l'état de prototype.
    En posant comme sujet de sa sixième édition «Concevoir une unité d'habitation temporaire, écopensée et économe», le concours Mini Maousse s'inscrit à cet endroit précis où se croisent, d'une part, la conscience d'une grave crise sociale et humanitaire et, d'autre part, une problématique très stimulante pour les futurs concepteurs, pour faire renaître la nouvelle Maison des jours meilleurs.

  • La tige d'un brin d'herbe récoltée par l'homme peut, une fois transformée par le tressage, la vannerie ou les technologies les plus actuelles, revêtir de multiples formes et usages. Ce matériau traditionnel a été largement supplanté par les nouvelles logiques de production industrielle au XXe siècle. À l'heure du changement climatique, cette ressource durable refait son apparition au coeur du travail de nombreux créateurs. C'est «la révolution d'un brin de paille», imaginée par les pionniers de l'agriculture naturelle.

    Sur commande

  • Couper, trancher, tailler, enlever, percer, inciser...
    Autant de termes pour définir l'art de la découpe. Le plus souvent liée au pli, la "coupe" ou "découpe" en constitue le complément logique et technique. Après avoir abordé les techniques traditionnelles de découpe du papier encore très vivantes dans le monde, Jean-Charles Trebbi explore les aspects actuels de l'art de la découpe dans lesquels les différents matériaux et les technologies de pointe induisent de nouvelles formes d'expression artistique.
    Cet ouvrage présente une sélection d'artistes à la démarche originale, qu'elle soir traditionnelle, "revisitée" ou contemporaine. Du papier à la céramique, de la gastronomie au design et à l'architecture, un vaste univers à découvrir... Jean-Charles trebbi, architecte et designer, est l'auteur de "Habiter le paysage" et de "L'art du pli", parus aux Editions Alternatives.

  • Une expérience artistique exceptionnelle autour de la calligraphie. Voyages entre les langues est un projet d'écriture urbaine novateur pensé par Ruedi Baur, Karelle Menine et Vera Baur, et déployé en Suisse entre 2016 et 2017. Dans l'espace public de plusieurs villes, des installations calligraphiques mettent en valeur le patrimoine littéraire multilingue suisse, en peignant sur les façades d'immeubles, les parois d'un tunnel ou les bancs publics des phrases extraites de ce corpus culturel riche des circulations des langues et des êtres.
    Italien, français, allemand, romanche, ourdou, arabe... nombreuses sont les langues convoquées pour cet exercice inédit de calligraphie urbaine.

    Sur commande

  • Par le langage des formes et des matières, le design ? L'architecte-designer Patrick Nadeau est l'instigateur d'un mouvement audacieux et visionnaire: le design végétal, qui entend créer des objets, meubles et habitats en osmose avec le vivant afin de recevoir de la "part verte du monde" les clés d'un environnement domestique poétique et sensible.
    A travers le portrait d'un créateur atypique et fécond, cet ouvrage retrace l'avènement de cette nouvelle discipline entraînant dans son élan écoles, étudiants, fabricants, éditeurs, spécialistes ou simples amateurs passionnés, et mettant en oeuvre de nouveaux outils technologiques et scientifiques liés à la botanique: cultures hors sol, physiologie, biotechnologies. Parallèlement à cette monographie largement illustrée, l'auteur, Thierry de Beaumont, revisite l'histoire de nos relations avec le monde végétal à l'échelle d'un intérieur, d'une ville, d'un site et nous conduit à reconsidérer les rapports intimes que nous entretenons avec les plantes, car, même dépourvues de cerveau et de langage, elles ont souvent le dernier mot, celui de la raison naturelle.

  • Mini Maousse 5 : «Ma cantine en ville», concours de microarchitecture

  • Où chiner, à quel prix, comment se repérer dans la multitude d'objets proposés, comment marchander... ? Ce guide de référence propose ainsi d'identifier 1 000 objets - téléviseurs, radios, téléphones, ordinateurs, machines à écrire, à calculer, électroménager, soins du corps, arts de la table, arts ménagers, accessoires de bureau , cendriers, mobilier, sièges, luminaires. - qui ont marqué l'histoire du design.
    Les 1 000 objets référencés sont présentés avec photo, année de création, designer éventuel, fabricant, degré de rareté sur le marché et fourchette de prix.

  • Des premières oeuvres préhistoriques à la création toute contemporaine, la publicité fait appel à l'art.
    Loin d'être une production d'artistes de renom et loin d'être un mode de communication pour les musées, l'art dans la pub est un sujet riche et dense en soi. Artistes et sosies, oeuvres d'art et copies, la publicité se joue des faux-semblants et des vrais génies. De la simple reproduction aux imitations les plus élaborées, du jeu de mots au clin d'oeil, ces publicités sont révélatrices d'une critique d'art qui sait à la fois être irrévérencieuse, drôle et effrontée comme judicieuse, intelligente et pertinente.
    Deux cent quatorze campagnes provenant du monde entier et datant du dix-neuvième siècle à nos jours montrent, entre autres, que tant les industries du luxe que celles de grande consommation ont recours à ces procédés. La publicité n'apparaît pas alors comme le simple reflet de la société, elle est également un moteur en ce qu'elle s'appuie sur la culture d'un groupe pour l'étendre au plus grand nombre.

  • Face à une pénurie de tous les biens de consommation, engendrée par le blocus américain, mais dramatiquement accentuée par la chute du bloc soviétique, les Cubains ont dû inventer, à l'échelle du foyer puis à celle du pays tout entier, un système de création et de production d'objets.
    Ceux-ci répondent d'abord aux nécessités les plus élémentaires et investissent ensuite tous les domaines de la vie quotidienne : plateau de cantine institué antenne de télé, bouteille de soda en plastique faisant office de bouée, télé noir et blanc décrétée en couleur par un jeu de peintures à même l'écran... Ces inventions issues de la précarité sont provisoires, elles contiennent le rêve de leur disparition.
    Mais la situation perdure, et le provisoire s'installe, devenant par là une manière de vivre, de penser et de créer. Cuba, laboratoire d'un design peu ordinaire !

empty