Littérature générale

  • Le plus souvent le crime est affaire d'abrutis, de bestiaux. L'homme est un chien pour l'homme. Chienne de vie.
    Tintin aime Gina, et Gina aime Tintin. Ils croient qu'ils se valent, mais ils n'ont pas les mêmes valeurs. Il vient de la classe moyenne - la langue française est son identité - et elle est de la classe tous risques. Elle lui dit merde, à la langue française.
    Ils se mettent en ménage chez elle, dans le Nord : lecture pour lui, manucure pour elle. Factures. Chômage. Feuilletons télé. Ils n'ont rien à se dire. C'est d'abord ça, la paupérisation, l'appauvrissement du langage.
    Franck s'installe dans ce chaos. Franck, c'est le vide parfait, Gina en a le vertige, et Tintin ne sait plus qui est chien, qui est chienne. Il assiste aux accouplements. Il fait leur lit, leur sert des bières. Il pense tout haut, tout seul, tout le temps. Son humiliation consentie, sa présence soumise, sa différence deviennent une gêne, puis une menace et un danger.
    Un chien qui a la rage, on sait ce qu'il veut. Il veut vous tuer. Mais un chien battu, qui ne se respecte pas lui-même?
    Tintin tente un baroud d'honneur, mais le mot honneur n'existe pas dans la langue chienne.

  • Le sonneur

    Ed Mcbain

    Il guettait la jeune femme qui, pour une fois, lui paraissait jolie.
    Elle était seule et le sac qu'elle portait en bandoulière sur l'épaule semblait lourd... Le coup rêvé... Il s'avança sans bruit et si vivement qu'elle n'eut pas le temps de crier. Son bras lui encercla la gorge et il l'entraîna dans la ruelle. - Pas un mot! souffla-t-il, tout en la coinçant contre le mur de brique. Son poing partit au même instant, s'écrasa sur la figure de la femme. Ensuite, ce fut un jeu d'enfant de lui arracher son sac...
    Et de s'incliner gracieusement devant elle en déclarant : - Clifford vous remercie, madame.

  • Une belle noyée, vêtue de son seul manteau de vison...
    Voilà un fait divers à jeter en pâture aux lecteurs assoiffés de sensations morbides. Ou, peut-être, une étape dans la lutte à mort qui oppose Hutcheson, rédacteur en chef du Day, à Rienzi, caïd du crime et de la corruption. Combat en trois rounds et en trois jours. Et l'arme, c'est le papier imprimé, qu'il soit journal d'information ou billet de banque.

  • Certains pensent que le haiku est un remède infaillible contre la gueule de bois, mais une bonne vraie enquête peut faire oublier pour un temps les torpeurs éthyliques d'un détective du dimanche.
    Sollicité par une vieille dame indienne pour enquêter sur le meurtre de son fils, Cecil Younger se lance sur un terrain glissant à travers les forêts d'Alaska, sur les traces de la légende Tlingit, celle de l'ours épouseur de femmes.

  • Adieu la vie, adieu l'amour.
    C'est l'histoire d'un jeune lettré hanté par une peur inexplicable qui finit par faire de lui un criminel féroce. Enfant perdu qui, défiant les lois et l'ordre, est entraîné irrésistiblement vers le mal. C'est la course au pouvoir d'un être dévoré par un complexe obscur dont l'origine ne nous sera dévoilée qu'à la fin et que l'auteur a menée avec une étrange et terrifiante dextérité.

empty