Seuil

  • Alors que le monde agricole se débat dans la crise et que des milliers d'agriculteurs abandonnent chaque année leur métier, des jeunes et moins jeunes gens venus de la ville, sans ancrage familial dans la paysannerie, choisissent de travailler la terre et s'installent ici et là, aux quatre coins de la France, en maraîchage, élevage, culture. Succès, échecs, difficultés, bonheurs : peu à peu, ils renouvellent l'activité et apparaissent comme le ferment d'une agriculture en mouvement, écologique et pleine d'espoir.

    Gaspard d'Allens et Lucile Leclair ont passé un an à sillonner le pays pour découvrir les néo-paysans. Prenant le temps de séjourner dans ces nouvelles fermes, participant au travail des champs, revenant pour approfondir l'échange, ils rapportent de leur enquête une série de portraits vifs et denses. Les premiers, ils décrivent et analysent ce mouvement souterrain et puissant qui témoigne d'un changement majeur dans le regard que la société du XXIe siècle porte sur la terre et l'activité de production alimentaire.

  • La grande affaire du XXIe siècle sera l'écologie : comment, face à une dégradation de la biosphère jamais observée dans l'histoire, allons-nous empêcher le désastre et refaire une société juste et pacifiée ? Ceux qui tiennent aujourd'hui les manettes de la société n'ont pas la réponse à cette question cruciale. Mais une nouvelle génération arrive aux commandes et donne le ton de ce que seront les décennies à venir.

    L'équipe de Reporterre est allée interroger ses plus vaillants représentants : Claire Nouvian, Pablo Servigne, François Ruffin, Corinne Morel Darleux, Jon Palais, Jade Lindgaard, Alessandro Pignocchi, Angélique Huguin, Matthieu Amiech, Fatima Ouassak, Pierre Rigaux, Juliette Rousseau... Ces femmes et ces hommes ont tous moins de 45 ans. Nous leur avons demandé comment elles et ils étaient arrivés à l'écologie, quelle était leur vision du monde et comment, au quotidien, changer la vie. Ensemble, ils dessinent un nouveau monde, où la nature, la justice sociale, le bien commun, la sobriété, la technique retrouvent leur juste place.

    Dans ces entretiens revigorants, elles et ils transmettent le goût de l'espoir et l'envie de lutter. Un livre programme, présenté par Hervé Kempf.

  • Le pain est en France le symbole du produit simple et naturel. Qui songerait à demander à son boulanger de justifier la provenance de la farine ou la nature de la levure ?

    Pourtant, la plupart des pains que nous mangeons sont le résultat d'une standardisation dangereuse pour le goût et notre santé. Depuis une dizaine d'années, l'industrialisation s'accélère sous la pression des grands moulins et des nouvelles chaînes de boulangeries.

    Par une série de reportages vivants, Marie Astier explore les coulisses d'un univers méconnu, racontant les acteurs d'une longue chaîne allant du produit fini aux semences de blé. Pour la première fois, elle dresse le panorama des modes anciens et nouveaux de fabrication du pain : manipulations des farines, teneur et dosage du gluten, additifs et mélanges prêts à l'emploi qu'utilisent les boulangers, mais aussi modes de production alternatifs. Avec des surprises, car le mauvais pain n'est pas toujours celui qu'on croit.

    Cette enquête inattendue nous fait découvrir les secrets d'un aliment aussi négligé qu'essentiel. Elle ouvre de croustillante façon le débat sur les nouvelles voies du bien-manger.

  • L'élevage industriel est devenu une source majeure des pandémies. Sous son règne, toute nouvelle souche virulente trouve maintenant des conditions écologiques optimales pour se répandre à travers la planète. Mais au lieu d'attaquer le problème à sa source en réduisant l'industrie de l'élevage, les États ajoutent du grain au moulin à microbes : la « biosécurité » ne met ni les animaux ni les humains hors de danger, mais accroît au contraire les menaces en renforçant encore l'industrialisation de l'élevage. Les criminels sont récompensés ! Le système sert les intérêts des multinationales au détriment des petits producteurs et paysans - et de notre santé.

    Cette enquête rigoureuse et riche d'informations nouvelles révèle les dangers sanitaires que fait peser sur la société la viande industrielle. Elle montre aussi que des solutions existent, qui supposent une politique agricole différente, et une modification de nos habitudes alimentaires.

  • C'est un mot interdit, un mot tabou, un mot qui fait peur même à ceux qui s'y reconnaissent : "anarchisme" ! Et pourtant, cette vision du monde, bien loin des images de violence que les dominants répandent pour la discréditer, promeut la coopération, l'émancipation, le respect des êtres et du vivant. C'est ce que vous racontera ce livre, qui n'est pas un essai, mais une histoire : celle d'une femme « normale », qui n'aurait jamais pensé qu'elle était anarchiste, mais qui, au fur à mesure de son parcours intellectuel et politique, a découvert cette doctrine libératrice. Par son refus de l'autoritarisme et son souci de l'écologie, l'anarchisme se répand discrètement à travers la société et s'articule de plus en plus souvent, dans les idées et sur le terrain, avec l'écologie. Il était temps que l'on puisse de nouveau afficher sereinement ce mot. Et si, vous aussi, vous étiez anarchiste sans le savoir ?

  • Les forêts deviennent une industrie ! Parée du discours trompeur de l'énergie verte et des vertus de la biomasse, une entreprise massive et silencieuse de transformation de la sylve en matière se déploie en France. Nous pensons la forêt comme le refuge de la liberté, nous la parcourons pour respirer le parfum de la nature, nous nous y réfugions des trépidations urbaines. Mais les abatteuses, les voies forestières démesurées, les centrales à biomasse sont en train de l'avaler, de la quadriller, de la standardiser.

    Cette dramatique industrialisation de la forêt, on ne l'avait pas encore racontée. Pendant des mois, des Landes au Morvan, de l'Auvergne aux Vosges, Gaspard d'Allens a couru les bois pour décrire et raconter le désastre en cours. Car la forêt subit maintenant la logique productiviste qui a ravagé l'agriculture, détruisant les emplois, dispersant les produits chimiques, gaspillant l'énergie, réduisant la biodiversité.

    Mais il est encore possible d'inverser le cours de la destruction. Des bûcherons réinventent leur métier, des forestiers promeuvent un usage doux de la forêt, des Zad luttent contre les machines. L'espoir est là, l'alternative est vivante, les humains et les arbres peuvent se réconcilier.

  • Le jardin sans pétrole est le chemin d'une transformation. Ce qui n'était au départ qu'un simple besoin de trouver une respiration face au stress de la grande ville s'est mué, pour l'auteure, en connaissance du milieu et en philosophie de la vie, inspirée de l'observation des cycles naturels de l'eau, du sol, des plantes, des insectes, du ciel... Tous les week-ends, elle grimpe avec son vélo dans le RER pour aller prendre soin de quelques centaines de mètres carrés de légumes et de fruits, avec l'ambition de les cultiver de la manière la plus écologique possible.

    Le livre expose sa démarche, que les apprentis jardiniers apprécieront avec bonheur. Ce n'est pourtant pas un énième livre de jardinage et de recettes, mais une expérience de résilience. Car « cultiver son jardin libère de la société de l'argent, du prêt à consommer et à jeter ». On y découvrira au fil des pages ce qu'est un écosystème nourricier et les multiples interactions inattendues qui s'y déroulent, et aussi comment cette expérience renouée avec la nature a transformé celle qui s'y est engagée.

  • Un sarcophage gigantesque censé tenir des dizaines de milliers d'années ! C'est au nom de ce projet fou, qui serait le plus grand chantier d'Europe, que Bure, entre Meuse et Haute-Marne, se transforme en zone grillagée et quadrillée de gendarmes. Pour l'industrie nucléaire, ce territoire relégué serait l'exutoire ultime des déchets radioactifs qui s'accumulent et dont elle ne sait que faire.

    Sur place, les habitants sont de plus en plus nombreux à s'insurger contre la transformation de leur région en « poubelle atomique». Depuis deux ans, des dizaines de personnes s'installent sur place, occupent une forêt, bloquent les travaux. La nouvelle bataille du nucléaire est lancée, pour empêcher de croire que cette industrie peut continuer sans risque, réinventer des manières de vivre et lutter, imaginer d'autres possibles pour ce pays.

    Dans cette enquête où l'engagement vécu se mêle au regard journalistique, Gaspard d'Allens et Andrea Fuori n'écrivent pas un livre de plus sur le nucléaire, mais l'histoire en train de se vivre d'une rébellion déterminée contre la violence du monde industriel. Ils révèlent aussi les méthodes manipulatrices des nucléaristes, et la façon dont l'Etat achète les consciences pour imposer le silence. Le combat vaut d'être mené : ce récit impétueux et pourtant réfléchi convainc qu'il est possible de faire reculer les puissants.Plutôt que la contamination radioactive, parier sur la contagion joyeuse d'une force de résistance.

  • C'est une guerre ignorée qui se livre sur toute la planète, entre des entreprises prêtes à tout et des populations qui aspirent à vivre libres et sur leurs terres. Car mines, barrages, tourisme et agriculture intensive se multiplient sans répit, détruisant la nature, épuisant les réserves en eau, polluant l'air et les sols. Face à la puissance des multinationales, des bulldozers et des milices, femmes et hommes défendent à mains nues ces ressources essentielles pour tous les Terriens.

    C'est cette guerre silencieuse, jamais racontée en France, que relate cet ouvrage. Il s'ouvre sur le sacrifice de Berta Caceres, assassinée en 2016 au Honduras, qui a mobilisé son peuple, les Lenca, pour défendre la rivière Gualcarque. Après l'évocation d'autres héros et héroïnes mythiques, comme Chico Mendès qui se battait pour la forêt tropicale au Brésil, Dian Fossey, protectrice des gorilles, ou Ken SaroWiwa qui dénonçait les exactions de Shell dans le golfe du Niger, le livre se tourne vers ceux qui continuent aujourd'hui la bataille au péril de leur vie.

    Comme le souligne le directeur de l'agence de l'ONU pour l'environnement, Erik Solheim : « Ceux qui luttent pour protéger la planète et les gens devraient être célébrés comme des héros, mais la triste réalité est que beaucoup paient un lourd tribut pour leur sécurité et parfois le paient de leur vie ».

  • Devenues un symbole de « la transition énergétique », les éoliennes sont aujourd'hui partout : sur les crêtes du sud du Massif central, dans les plaines du Centre, du Nord et de la Champagne, des monts du Morvan aux littoraux occitans, et bientôt au large de la Bretagne et de la Normandie. Comme on l'imagine, ceux qui voient l'éolien comme une technologie fiable et très compétitive estiment qu'il faudrait le développer sans attendre, dans un calendrier que la crise climatique impose comme une évidence. Mais d'autres, plus nombreux qu'on le pense, s'opposent à ce développement aveugle et dénoncent l'« industrialisation de la campagne ».

    Ces conflits révèlent en réalité la fracture entre deux visions de l'écologie : développement durable et acceptation du capitalisme versus sobriété et désir d'émancipation. Les uns raisonnent en entrepreneurs, les autres critiquent les effets politiques et sociaux sur une communauté de vie. Les uns se veulent spécialistes de l'énergie, les autres parlent de paysages et de protection de la nature. Alors, « pari gagnant » ou « grande arnaque » ? Une enquête à lire d'urgence.

  • La commune de Notre-Dame-des-Landes vit, depuis plusieurs siècles, de l'agriculture et de l'élevage. Un projet d'aéroport sur les terres de la commune, lancé au début des années 70 et concrétisé il y a quelque temps avec la mise en oeuvre du projet d'aéroport du Grand-Ouest, a provoqué un soulèvement en pays nantais contre l'Etat et les principaux élus locaux (UMP et PS). Autour des agriculteurs directement concernés s'est formé un « mouvement citoyen », comprenant certains élus locaux, la Confédération paysanne, des associations de défense de l'environnement, mais aussi une nouvelle génération d'activistes qui occupent la ZAD (zone d'aménagement à défendre). Tous contestent ce projet au nom de la protection des terres agricoles, de la lutte contre l'effet de serre et d'une vision nouvelle de la vie commune.
    Bref, impossible de voir dans le différend la traditionnelle opposition entre intérêt général et intérêts privés.
    Pour en avoir le coeur net, Hervé Kempf s'est rendu à plusieurs reprises sur les lieux, et il s'est pris de passion pour ce qu'il y a vu : c'est qu'au-delà des formes que prend la résistance populaire au projet, le soulèvement de Notre-Dame-des-Landes esquisse les contours d'une nouvelle société politique.
    Histoire et état des lieux, reportage, analyse politique : tels sont les trois moments de cette enquête, qui s'annonce comme une nouvelle façon de pratiquer le métier de journaliste - à l'abri des pressions politiques et des intérêts privés.

  • Et si les fautifs du changement climatique n'étaient pas les Etats, ni vous ni moi, mais. les grandes entreprises ? Selon une étude choc parue dans une revue scientifique, Climatic Change, deux tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre accumulées dans l'atmosphère depuis le début de la révolution industrielle sont causées par seulement... 90 grandes firmes !
    C'est que les multinationales, dans un monde où le politique a perdu beaucoup de poids face au pouvoir de l'argent, ont une responsabilité immense dans ce qui est le principal problème de ce début du siècle, le dérèglement climatique. Elles sont, littéralement, des saboteurs du climat. Qui ? Comment ? Où ? C'est ce que l'enquête de Nicolas de La Casinière va révéler, en jetant les pleins feux sur ces acteurs oubliés, qui torpillent tout effort d'une transition pourtant urgente.
    Fourmillant d'histoires méconnues et de portraits inattendus, la liste noire des saboteurs du climat inventorie multinationales pétrolières et géants du charbon, acteurs du gaz de schiste et des sables bitumineux, industrie forestière et de l'huile de palme, mais aussi les banques qui misent dans l'ombre sur ces conduites prédatrices. Pour prospérer envers et contre tout, les saboteurs multiplient les écrans de fumée, greenwashing, pseudo-experts grassement financés, lobbies pesant sur les instances internationales pour freiner les régulations.
    Mais le vent tourne : un mouvement citoyen attaque ces géants capitalistes au portefeuille, obligeant institutions et collectivités à se départir de leurs avoirs toxiques dans ces industries. Avec ce livre, il aura un document riche et vivant pour nourrir sa réflexion. et son action.

  • Partout en France, des gens ordinaires sont en train de prouver que la transformation sociale n'est pas l'apanage des puissants. Partant du constat que l'État providence et le marché sont défaillants, ils ont décidé d'oeuvrer eux-mêmes pour répondre aux enjeux de notre temps. Pas à pas et ensemble ils apportent des réponses viables et applicables à court terme à des problématiques du quotidien : se nourrir, se loger, travailler, éduquer les enfants, produire de l'énergie, fabriquer et réparer des objets, faire vivre son quartier... Ils créent des monnaies locales, des banques villageoises, des entreprises coopératives, des parcs éoliens citoyens, des zones de résistance créative, des habitats groupés, des ateliers d'auto réparation de vélo, des circuits-courts producteurs consommateurs...
    Ces citoyens ordinaires luttent contre le fatalisme et l'apathie et prouvent que chacun a sa place et un rôle dans l'action. À l'heure où les urgences écologiques et sociales frappent chaque jour avec plus d'insistance aux portes de nos consciences, ces citoyens croient en un avenir meilleur et le mettent en oeuvre dès aujourd'hui. Ils redonnent espoir et envie d'agir autour d'eux, ils font renaître l'utopie.
    Emmanuel Daniel a sillonné les routes de France pour aller voir une cinquantaine de projets alternatifs en pleine activité. Cette virée en utopie donne un aperçu étonnant de l'extrême variété, de la richesse et du dynamisme de ces mouvements. Dans une analyse plus générale l'auteur revient sur ces nouveaux utopistes : qui sont-ils ? Qu'est-ce qui relie entre elles ces initiatives ? En quoi ce mouvement est-il en train de changer la société ?

  • L'histoire du barrage de Sivens, le projet, la lutte, le drame de la mort d'un jeune écologiste. Mais une histoire qui s'inscrit dans le cadre plus général de la bataille autour de l'eau. Après le travail de reportage et du récit, ce livre montre que ce conflit presqu'anecdotique - trente hectares de forêt - est le symptôme d'une tension plus générale : un système agricole qui a transformé toute une région depuis les années 1950 perd toute pertinence. À l'heure du changement climatique et des bouleversements écologiques, il devient nécessaire de faire évoluer notre culture de l'eau et la façon de gérer ce bien commun. Mais le système du passé, puissant, résiste durement.
    I - LE BARRAGE DE SIVENS Un projet des années 1970 ressurgit dans les années 2000. En Novembre 2013, dans le Tarn, les citoyens font barrage pour sauver une zone humide. La tension monte à partir de février et le remaniement ministériel en avril ne permet pas l'apaisement. Les premiers affrontements ont lieu fin août et c'est l'escalade jusqu'au drame.
    II - L'EAU Comprendre l'affaire du barrage de Sivens demande un recadrage historique. Après la guerre, le maïs envahit la France, trop vite pour respecter l'environnement. Ces cultures sont demandeuses en eau, leur irrigation pose problème. La construction de barrages est la solution trouvée et subventionnée. elle est désormais à bout de souffle.

  • Les technologies vont-elles détruire le travail ? Cette question tourmente les hommes depuis les débuts de l'ère industrielle. La machine à vapeur, l'électricité, l'automobile ont remplacé des millions d'ouvriers... mais, toujours, de nouveaux postes sont apparus. Aujourd'hui, les stupéfiants progrès de l'intelligence artificielle vont confronter la société à un terrible défi. Dans la décennie qui vient, robots et ordinateurs intelligents vont générer un chômage sans précédent. Comme les machines ont remplacé les ouvriers, des programmes informatiques pourraient se substituer aux employés de bureaux. Mais alors que les « cols bleus » se sont reconvertis dans les services, les « cols blancs » pourront-ils trouver comment rebondir ?

    Par une série de reportages vivants et d'entretiens avec les meilleurs experts, Tiffany Blandin explore les coulisses de cette mutation irrépressible, racontant comment les géants de la Silicon Valley et les startups du monde entier s'emparent de cette technologie, et comment les entreprises de tous les secteurs, déjà, envisagent de se séparer de leurs salariés. Loin des regards, l'automatisation des tâches intellectuelles s'est enclenchée. Il faut en prendre conscience dès maintenant, affronter ce nouveau défi et trouver des solutions pour tous. Sans quoi seuls les plus riches en profiteront.

  • La crise écologique est plus grave que jamais, et pourtant la crise financière ouverte en 2008 a semblé reléguer la question environnementale au 2nd plan. Mais derrière les écrans fatigués des médias, la pensée écologique s'est remise à bouillonner, et on observe un activisme croissant des citoyens contre la destruction du monde.

    Il est encore trop tôt pour prétendre unifier l'état actuel de la conscience collective sur l''écologie. Mais la floraison des interrogations dessine un cadre commun de référence, où l'on retrouve le rejet du dogme de la croissance, la préoccupation du bien commun, l'aspiration à une nouvelle éthique, le renouveau du lien avec la nature par la redécouverte du monde paysan. Pour faire écho à cette nouvelle façon d'aborder le siècle du changement climatique, l'équipe de Reporterre a recueilli les propos des meilleurs représentants du sentiment écologiste actuel. Dans ces entretiens vivants et revigorants, ils transmettent le goût de l'espoir et l'envie de lutter.



    Sommaire :

    - Introduction par Hervé Kempf - Pierre Rabhi : « Le superflu est sans limites alors qu'on n'assure pas l'indispensable » - Marie-Monique Robin : « La société post-croissance a déjà commencé!» - Rajagopal : « Nous préparons une marche mondiale des paysans en 2020 » - Dominique Méda : « Produire autrement et partager le travail pour en finir avec le chômage ».

    - Serge Latouche : « La décroissance permet de s'affranchir de l'impérialisme économique ».

    - Catherine Larrère, « Etre écologiste, c'est faire avec ».

    - Jacques Caplat : « L'agriculture biologique peut nourrir le monde » - Gilles Clément : « Jardiner, c'est résister » - Alain Caillé et Geneviève Azam.

empty