Pocket

  • Le xxie siècle.
    Demain. cinquante hommes et cinquante femmes, représentant les nations majeures et toutes les disciplines scientifiques, embarquent à bord de l'arès, un immense vaisseau spatial, un micro-monde où ils vont vivre pendant plus d'un an avant d'atteindre mars, à cent millions de kilomètres de là. un homme, déjà, a posé le pied sur mars : john boone. héros mythique depuis son retour sur terre, il s'est porté volontaire pour ce second voyage.
    Un aller simple, cette fois, car les hommes et les femmes de l'arès devront aller au-delà de l'exploration. ils devront survivre dans un monde usé, désolé, hostile. si les hommes ne peuvent s'adapter, il faudra adapter mars aux hommes. mais terraformer mars, c'est aussi la détruire en tant que cadre naturel martien, et des conflits opposent les rouges, la faction qui veut préserver la sauvagerie initiale de la planète, et les verts, qui militent pour la terraformation.
    Les cent premiers ne partagent pas la même vision de la société à élaborer, sur ce nouveau monde vierge. pourtant, il faut faire vite, car les immigrants arrivent, de plus en plus nombreux, en provenance d'une terre surpeuplée. mars, si éloignée du berceau de l'humanité, constitue un incroyable enjeu économique et politique pour les puissances terrestres. le rêve sombrera-t-il dans le chaos ?

  • Quelques siècles après le premier atterrissage, mars a définitivement changé de couleur.
    Les patients efforts des colons sont récompensés : aidés par une longévité surhumaine, ils ont permis à une flore élémentaire de se frayer un chemin entre les roches. le réchauffement du sol a libéré mers et océans ; des nuages sont apparus dans le ciel. mais les hommes et les femmes ont changé eux aussi. depuis la révolution durement réprimée de 2061, les cent premiers se sont dispersés sur toute l'étendue de la planète.
    Ils sont divisés. certains sont entrés en guerre contre les terraformeurs et leur projet qu'ils qualifient de crime écologique. une course-poursuite s'engage entre les tenants de l'éco-économie, déterminés à préserver la sauvagerie initiale de la planète, et les multinationales, avides de récupérer les profits liés aux mines martiennes et à l'ascenseur orbital construit sur l'équateur de la planète.
    La répression des transnationales, les grands argentiers du monde, sera terrible. que deviendront les terriens, désormais prisonniers d'une planète surpeuplée, miséreuse et polluée ? tout peut à nouveau basculer dans la violence, et le rêve d'une mars vivable et douce se transformer en cauchemar.

  • Mars n'est plus qu'un roc hostile qui urne là-haut, dans le ciel.
    Mars est i monde bien vivant. le bleu triomphé. mais est "terraformée". ceux qui espéraient préserver la planète rouge dans sa terrible beauté ont perdu la bataille. leur objectif, désormais empêcher l'invasion de mars par les terriens. la tentation isolationniste est forte. c'est la position que défendent les partisans du parti mars libre. ces derniers ne veulent pas comprendre que, sur la planète mère, la situation est désespérée : un déluge cataclysmique a fait monter l'eau des océans, aggravant un problème de surpopulation déjà crucial.
    Et l'administration du traitement de longévité ne va pas arranger les choses... on ne voit pas ce qui pourrait empêcher les terriens, poussés par le désespoir, n'ayant plus rien à perdre, de déclarer la guerre à mars. une solution s'impose : la conquête des autres planètes du système solaire...

empty