• « Je voulais apprendre des nomades à puiser de l'eau, monter un dromadaire et dresser un camp, approfondir certaines des leçons apprises lors de mon précédent séjour. Le temps de reprendre le chemin de l'école était venu. »
    Le Sahara est un espace rêvé, le paysage mythique de Lawrence d'Arabie. Il est aussi le lieu où vivent depuis des millénaires de nombreuses communautés nomades, qui tentent de sauvegarder leur mode de vie traditionnel. Aujourd'hui, le Sahara est devenu une destination dangereuse, marquée par la menace djihadiste. Dans les pas de Léon l'Africain, diplomate et grand explorateur du XVIe siècle, Nicholas Jubber part en voyage en Afrique du Nord, jusqu'à la ville légendaire de Tombouctou.
    Sur les chemins nomades est un regard unique sur une ville résiliente et un voyage à la découverte de communautés fascinantes, qui luttent pour préserver leur mode de vie au XXIe siècle.
    Une plongée passionnante dans les cultures nomades d'Afrique du Nord, en compagnie d'un voyageur curieux et respectueux de l'autre.
    Né en Angleterre en 1977, diplômé d'Oxford, Nicholas Jubber est l'auteur de nombreux articles pour des journaux aussi prestigieux que The Guardian ou The Observer. Témoin du début de la seconde Intifada à Jérusalem, il décide de partir en voyage à travers le Proche-Orient et l'Afrique de l'Est. Sur les traces du Prêtre Jean (Noir sur Blanc, 2011), inspiré de ce premier voyage, a reçu le prix Dolman Travel Book. Deux autres ouvrages ont été publiés en français aux Éditions Noir sur Blanc : À la barbe des ayatollahs (2012) et Sur les chemins nomades. De l'Atlas à Tombouctou (2021).

  • Paris, cité perdue dans un désert irréel et infini.

    Paris isolée et au centre de l'univers. Paris secouée par une révolte inéluctable : l'anarchie a été codée dans une machine. Elle agite aussi le coeur des insurgés qui désirent renverser les corporations. Dans le sable qui les entoure, la réalité se délite. Une lutte plus profonde éclate, un conflit pour le réel même.

  • Quelque part dans le futur.

    La terre est sèche. Des grappes d'humains survivent dans les dernières oasis. Terminé les ruisseaux, terminé les animaux, terminé... la domination masculine. Parce qu'elles semblent être les seules à survivre à une maladie qui décime l'humanité, les femmes ont pris le pouvoir et les hommes sont relégués au rang de reproducteurs.

    Rim, jeune sorcière élevée au convent voit son premier saut dans le passé approcher avec impatience et fébrilité : et si elle n'atterrissait pas en zone utile et devait renoncer pour toujours à voyager dans le temps ? Et puis, qui est Alex, cette nouvelle venue qui la déroute tant et la pousse à reconsidérer ses certitudes ? Et si... et si les hommes, en vérité, pouvaient survivre au fléau ?

  • Le désert

    Pierre Loti

    « Sous la tente que j'habite depuis une heure, au seuil du désert, je relis cette lettre qui doit être mon sauf-conduit à travers les tribus hostiles. Au bas de la page, en mystérieux caractères, est inscrite la très occulte invocation divine de la secte des Senoussi, qui a son foyer là-bas, au Moghred, et dont le séïd est le représentant pour l'Arabie orientale.
    Les dangers du voyage, il est vrai, je n'y crois guère, et leur attrait chimérique n'est pas ce qui m'amène ici ; mais, pour essayer de voir encore, sous l'envahissement des hommes et des choses de ce siècle sans foi, la sainte Jérusalem, j'ai voulu y venir par les vieilles routes abandonnées et préparer mon esprit dans le long recueillement des solitudes.
    Plusieurs de ces routes de sable m'étaient offertes. »

  • 1995. Aux confins du désert californien, Gabi, quatorze ans, est kidnappée par un psychopathe ultra-violent et sa secte satanique. L'insondable scène de carnage laissée par les ravisseurs ne livre aucun indice, la police patine, le sort de la jeune fille semble scellé. Fou de désespoir, son père, Bob Hightower, le flic local, se voit obligé de faire confiance à une ancienne adepte du culte : Case Hardin, une ex-junkie avec des comptes à régler. Leur quête commune ne tarde pas à se transformer en une traque sauvage marquée par la drogue et la violence, qui les oblige inexorablement à regarder le diable dans les yeux.

  • « S'il vous plaît... dessine-moi un mouton ! »La merveilleuse histoire du Petit Prince à partager avec son bébé. Parce qu'il n'est jamais trop tôt pour se laisser bercer par la poésie d'Antoine de Saint-Exupéry.

  • Une femme. Un homme. Ils marchent, séparément. Ils ont quitté leur village et traversent le désert pour atteindre la mer. Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Pourquoi sont-ils partis ?
    Nous n'en saurons pas beaucoup plus, mais l'essentiel nous est donné : nous savons que la femme est partie parce que le livre de son enfance a été déchiré et qu'elle est entrée dans le langage. Son exil est celui de toutes les femmes qui tentent dans le monde d'aller vers la liberté, à travers la lecture et l'écriture.
    Quant à l'homme... Lui ne sait pas lire les signes écrits sur une page. Son univers est celui des signes du ciel, du vent, des herbes, des traces d'animaux. L'homme et la femme ne se rejoindront que devant la mer. « Nous sommes sous le soleil. / Nos corps n'ont plus d'ombre », disent-ils enfin.

    Née en 1952 en Algérie d'un père tunisien et d'une mère italienne, Jeanne Benameur arrive en France à l'âge de 5 ans. Aujourd'hui installée à La Rochelle, elle se consacre à l'écriture qu'elle a toujours perçue comme une force émancipatrice. Ses romans l'ont révélée à un large public, au point de nous faire oublier que son premier livre était un recueil de poèmes : Naissance de l'oubli (1989). En 2011, Bruno Doucey a facilité son retour à la poésie en publiant Notre nom est une île.

  • Résistance

    Samira Ahmed


    La résistance se construit sur l'espoir.

    Deux ans et demi depuis l'élection.
    Un an depuis que nos réponses sur le formulaire du recensement nous ont valu d'être indexés.
    Neuf mois depuis le premier autodafé.
    Un mois depuis que le Président des États-Unis a déclaré que « les musulmans constituaient une menace pour l'Amérique ».
    Dans un avenir effroyablement proche, Layla Ami - 17 ans - et ses parents sont arrachés à leur foyer et déportés dans un camp de détention pour musulmans américains dans le désert de Californie.
    Avec l'aide d'amis d'infortune, eux aussi piégés derrière les barbelés, de son petit ami resté à l'extérieur, et d'alliés inattendus, Layla entame un chemin de lutte pour la liberté et mène la révolte contre le directeur du camp et ses gardiens.
    Résistance met au défi les lecteurs d'agir et de briser le silence coupable qui gangrène notre société.
    « Un livre dérangeant et important à notre époque. » - Publishers Weekly
    « Samira Ahmed s'attaque à l'islamophobie et au racisme d'une plume captivante, authentique et profondément humaine. » - Kirkus
    « Une histoire poignante et nécessaire, qui dépeint avec franchise et réalisme la haine et l'ignorance, mais donne également espoir aux lecteurs et aux minorités. » - Booklist

  • Malik est aux abois. La magie des kenzi ne suffit plus à nourrir son corps ravagé. Pour protéger les membres de la caravane de sa folie, Aya Sin n'a d'autre choix qu'accepter son héritage. Prête à tout pour retrouver Riwan, Djiane guide la troupe vers le nord - peu importe les morts et les larmes. En pleine tempête de sable, Tiyyi retrouve Arkhane, gravement blessée et ses compagnons...
    Pendant ce temps l'Asag s'étend lentement en corrompt les terres. À sa source, Kéfrou, le dieu fou, que nul ne semble pouvoir arrêter...

    Avec ce second volume, Charlotte Bousquet conclut magnifiquement cette série dans un monde de fantasy original, dans lequel les combats les plus âpres se livrent contre soi-même.


  • Dans le quatrième tome de ses mémoires, la célèbre et scandaleuse lady Trent nous emmène en Akhie, contrée désertique avec laquelle son propre pays souhaite s'allier.

    À la suite de ses découvertes du volume précédent, le Scirland a décidé de lancer un programme d'élevage de dragons afin de contrer les actions du Yélang. Isabelle Trent et Tom Wilker se rendent donc en Akhie pour le superviser.
    Mais en dépit du peu de goût de lady Trent pour la politique, celle-ci la rattrape, sous la forme d'enlèvements par des tribus du désert et de sabotages qui mettent sa vie et celle de Tom Wilker en danger.
    Les deux chercheurs n'en continuent pas moins à mener leurs recherches sur les dragons locaux, s'aventurant jusque dans le terrible désert du Jéfi.
    C'est là qu'accompagnée de Suhail, l'archéologue akhien rencontré dans le volume précédent, elle fera les découvertes majeures qui vont bouleverser son monde. Au passage, préjugés et archaïsmes auront été écorchés par son humour à froid et son obstination hors du commun.

  • On ignorait tout de Michel Vieuchange (1904-1930), l'auteur du fulgurant Smara, carnet de route arraché à la fournaise et aux sables d'une des dernières taches blanches des cartes du monde, le Rio de Oro saharien.
    Antoine de Meaux fait plus que raconter l'odyssée de cet explorateur de vingt-six ans, mort au terme de son périple. Ayant eu accès à nombre d'archives inédites, il parvient à nous faire revivre de l'intérieur l'itinéraire de ce garçon de bonne famille, promis à un bel avenir, et qui choisit délibérément de se soumettre à l'épreuve du pire. Car les photos sont là : en l'espace de quelques saisons, le jeune homme bien élevé se transmue en une sorte de démon ou d'archange, dardant sur le monde un regard de foudre... D'une image à l'autre, que s'était-il donc passé ?
    Né en 1972, écrivain, poète, Antoine de Meaux a découvert la figure de Michel Vieuchange en 1998. À partir du journal de route (Smara, carnets de route d'un fou du désert, Libretto, 2004) et des archives du jeune aventurier, son enquête l'a conduit de Nevers au Maroc, et jusqu'à Smara, au coeur du Sahara occidental. De ce périple de plusieurs années, il a rapporté un livre, entre biographie et récit de voyage, L'Ultime désert, vie et mort de Michel Vieuchange (Phébus, 2004, réédition Libretto, 2015). Il a également publié Charles de Foucauld, l'explorateur fraternel (Points sagesse, 2008), et un roman, Le Fleuve guillotine (Phébus, août 2015). Réalisateur, il a signé de nombreux documentaires pour la télévision, dont À la recherche de Michel Vieuchange (avec le réalisateur Jacques Tréfouël, Les films du lieu-dit, 2007). Depuis 2004, il est membre du comité éditorial de la revue Nunc.

  • T.E. Lawrence est une des figures les plus charismatiques de la Première Guerre mondiale. Jeune archéologue anglais, il prend les armes contre les Turcs pendant la révolte arabe de 1916-1918 ; c'est cette période légendaire qu'il décrit dans une autobiographie mondialement connue, Les Sept Piliers de la sagesse. Mais les aventures de Lawrence au Moyen-Orient avaient commencé bien avant la guerre : ce sont ses premiers contacts avec le monde arabe, ses voyages émerveillés, et ses fouilles archéologiques que nous fait découvrir Anthony Sattin dans cette passionnante biographie.
    En 1914, T.E. Lawrence avait brûlé la première version des Sept Piliers de la sagesse, pour écrire celle que nous connaissons aujourd'hui. Anthony Sattin révèle ici ce que Lawrence a cherché à cacher : la vérité de sa naissance, sa relation difficile avec une mère dominatrice, sa profonde affection pour un garçon arabe, son extraordinaire voyage en Syrie et en Palestine, sur fond de conflits en Libye et dans les Balkans, et enfin les raisons personnelles qui lui ont fait abandonner ses études pour devenir archéologue puis espion.

  • Djiane, héritière d'un art mortel et secret, est donnée contre son gré à un seigneur tyrannique. Arkhane, apprentie chamane, est privée en une nuit de son identité et de ses dons. Abandonnée dans un reg aride, elle ne doit sa survie qu'à la protection d'un étrange vautour. Seule rescapée de l'attaque d'une gigantesque créature des sables, Tiyyi, une jeune esclave tente d'échapper à la fournaise de Tessûa. Recueillie par des nomades, elle découvre peu à peu ses pouvoirs.
    Et dans l'ombre, un immortel en quête d'humanité, un djinn prisonnier d'un corps vieillissant, prêt à tout pour devenir un dieu...
    Dans ce monde désertique, peuplé de mages et de pillards, de conteurs, de guerriers et de djinns, Charlotte Bousquet nous conte le destin passionnant et mouvementé de trois femmes marquées du sceau d'Azr'Khila, déesse de la vie et de la mort.

  • La légende de l'Afrikakorps est née dans le désert libyen. De 1941 à 1943, cette force d'élite allemande se bat en Afrique du Nord, où elle acquiert une renommée considérable. Son chef, Erwin Rommel, devient l'objet d'un culte.

    Avec ruse et habileté, Erwin Rommel, le « Renard du désert », mène son armée de victoires en victoires - Gazala, Bir Hakeim, Tobrouk - jusqu'aux portes d'Alexandrie, avant de combattre la 8e armée de Montgomery à El-Alamein. La célèbre bataille est le tournant de la guerre du désert. Confrontée à de multiples diffi cultés, l'armée de Rommel entame alors une incroyable retraite. Benoît Rondeau retrace ici l'épopée de l'Afrikakorps et interroge le mythe de la « guerre sans haine ».

  • Domingo Zárate Vega a commencé par remarquer des formes apocalyptiques dans les nuages qui survolent le désert d'Atacama, puis par prédire de petites catastrophes.
    Après la mort de sa mère il s'est établi comme ermite dans la vallée d'Elqui. Là il a découvert qu'il était rien moins que la réincarnation du Christ. Il parcourt alors le désert hostile et ses sermons le font surnommer dans les mines le Christ d'Elqui.
    Lorsqu'en 1942 il apprend que dans la mine voisine de la Providencia vit une prostituée dévote de la Vierge du Carmel, portant le nom de Magalena, il part à sa recherche, pour en faire sa disciple et sa femme et prêcher avec elle l'imminente Fin du Monde.
    Mais il est rattrapé par leur commune humanité.

    Fidèle à sa vocation de chantre du désert et de l'épopée du salpêtre, Hernán Rivera Letelier écrit ici un texte plein de verve, d'humour et d'espoir.

  • Fille de pionniers qui travaillent à réduire l'immensité de la forêt canadienne, Maria Chapdelaine a les rêves de ses dix-huit ans : suivre François Paradis, un trappeur dont elle est devenue amoureuse et qui a promis de l'épouser à son retour, le printemps venu. Mais, à la veille de Noël, brûlant de retrouver sa bien-aimée, François quitte le Grand Nord et s'engage sur des chemins que l'hiver a pourtant coupés...Epopée du Canada français, le grand roman de Louis Hémon, écrit en 1913, n'a pas seulement fait date dans la conscience collective québécoise ; par le souffle de son récit et les élans poétiques de son style, il a tenu en haleine des générations de lecteurs, en France et dans le monde entier.

  • Un chasseur de prime déclassé pourchassé par sa proie dans les solitudes hantées de l'Ouest sauvage, un cheval qui aime la tisane, un Indien sénile accroché à son parapluie comme à un parachute ascensionnel, des piliers de saloon à la langue bien pendue, ainsi vont les choses dans le monde de Sistac.
    Un étrange western.

  • Dematr est un monde où la magie et la technologie coexistent. Depuis leurs grands halls, la guilde des mages et celle des mécaniciens veillent à ce qu'elles restent leurs propriétés exclusives, même si les guildes n'hésitent pas à monnayer leurs services aux gens du commun - qu'ils fussent empereurs, princes ou simples marchands.
    Alain d'Ihris est le plus jeune mage jamais sorti des écoles de sa guilde, et Mari de Caer Lyn la plus jeune maître mécanicien à quitter les bancs de la sienne.
    Seuls survivants à une attaque mystérieuse de la caravane au sein de laquelle ils traversaient le désert, les deux jeunes gens ne se doutent pas des embûches qu'ils devront déjouer pour accomplir des destins qui semblent intimement liés. Ils devront lutter contre des ennemis invisibles et protéiformes, remettre en question l'ordre établi et les enseignements de leurs propres guildes, tout en essayant de comprendre les sentiments qui les animent.
    Leur premier défi sera de découvrir qui sont les dragons qui terrorisent la cité de Dorcastel...

    Jack Campbell est connu et apprécié pour sa série de space opera La flotte perdue. Les dragons de Dorcastel met en scène une critique des sociétés où sévissent apartheid et hiérarchie des classes et plaide en faveur d'une jeunesse formée à l'ouverture d'esprit !

  • « S'il vous plaît... dessine-moi un mouton ! »L'univers et les mots du Petit Prince à découvrir avec son bébé à chaque page ! Parce qu'il n'est jamais trop tôt pour se laisser bercer par la poésie d' Antoine de Saint-Exupéry.

  • Dans un monde en déclin où l'eau est devenue le bien le plus précieux, les destins singuliers d'une poignée d'hommes et de femmes s'entrecroisent et s'accomplissent au prix du sang.
    Baraka, le maraudeur visionnaire, rêvera-t-il encore longtemps d'atteindre les étoiles ?
    Hedi, le faux médecin utopiste, acceptera-t-il de se salir les mains pour bâtir la communauté pacifique dont il rêve ?
    Eleanor parviendra-t-elle à faire de sa fille une survivante et Amira à fuir la secte des Rédempteurs ?
    Abel, le convoyeur d'eau taciturne, réussira-t-il à venger la mort de son frère ?
    Pendant ce temps, 67-PO, le redoutable androïde de la Compagnie, rôde pour assurer l'hégémonie de ses employeurs.

    Western post-apocalyptique féroce et lumineux, D'Eau et de Sang sonde les tréfonds d'âmes humaines qui ont bien plus à perdre qu'elles le croient.

  • Abdel Rahman Mounif (1933-2004) compte sans conteste parmi les grands romanciers arabes du XXe siècle. Il est l'auteur de quinze romans, deux recueils de nouvelles et divers ouvrages de critique littéraire et artistique, d'histoire, de sciences politiques, ou encore d'économie. Paradoxalement, un seul de ses romans (À l'est de la Méditerranée) a été à ce jour traduit en français. Al-Nihâyât (Les Fins) est un roman du désert, espace privilégié de la littérature arabe classique, mais souvent négligé des romanciers contemporains. Il occupe une place singulière tant dans l'oeuvre de Mounif que dans la production arabe romanesque contemporaine. Cette édition bilingue, accompagnée d'une présentation de l'oeuvre de Mounif, contribuera à mieux faire connaître cette figure majeure de la littérature arabe moderne.

  • Sortie des sables

    Vadi Victoriane

    Né dans la cité ensoleillée de Tès où la fortune sourit à ceux qui ont l'audace de défier leur destin, Aspel menait une vie paisible au sein d'une famille heureuse. Seulement, le bonheur a un prix dans le royaume du Sud et Aspel en fait la rude expérience à la mort de son père, lorsque leurs créanciers menacent de livrer sa famille à la misère et à la mendicité.
    Pour sauver sa mère et ses frères de la ruine, il vend sa vie à une guilde d'esclavagistes, conscient pourtant du sort funeste qui l'attend. Mais sans autre choix possible, il renonce à sa liberté et est emporté loin de sa ville natale, en direction des mines de fer où l'on meurt d'épuisement. Les routes dangereuses qui y conduisent l'amènent aux portes du Désert Nébether, que l'on dit peuplé de sorciers et de mauvais esprits. Des périls l'y attendent et l'ombre de la mort plane au-dessus de sa tête, aussi fatale que le soleil accablant sur les étendues arides.
    Cependant il advient parfois que le sort récompense favorablement ceux qui s'en remettent à lui, et il sourit à Aspel sous la forme envoûtante d'un guerrier du désert.

  • Une véritable enquête, enrichie de témoignages de l'époque, pour découvrir un homme au destin exceptionnel.
    En écrivant en 1921 cette biographie de Charles de Foucauld, assassiné le 1er décembre 1916, René Bazin révélait au grand public une figure encore assez peu connue, même si certains milieux vantaient déjà sa science et une foi chrétienne missionnaire qui en faisaient un pionnier. De son vivant, Charles de Foucauld avait lui-même émis l'idée de confier à René Bazin le projet d'un livre capable de révéler au public la situation humaine et spirituelle des populations en Afrique saharienne. L'auteur a fait un véritable travail d'enquête sur les lieux de la vie du Frère Charles. Convaincu qu'il était en présence d'un « saint », il s'est contenté de tracer l'itinéraire de sa vie et de le faire parler.
    Le livre contient d'abondantes citations de Foucauld lui-même. Ce livre qui fut un best-seller (200 000 exemplaires) était paru chez Plon. Épuisé, il est toujours demandé. Les héritiers de René Bazin ont décidé de l'éditer à nouveau, chez Nouvelle Cité. En effet, cette oeuvre majeure demeure une source et un document, comme le souligne le cardinal Paul Poupard dans sa préface. Charles de Foucauld a été béatifié le 13 novembre 2005.
    Découvrez la réédition de ce best-seller, un document unique sur la vie du religieux et ermite Charles de Foucauld.
    EXTRAIT
    Le 15 septembre 1858, naissait à Strasbourg Charles-Eugène de Foucauld, dont j'essaierai de raconter l'histoire.
    L'enfant n'était pas d'origine alsacienne. Son père, François-Édouard, vicomte de Foucauld de Pontbriand, sous-inspecteur des forêts, appartenait à une famille du Périgord, d'ancienne chevalerie, qui donna des saints à l'Église et de bien bons serviteurs à la France, et dont il importe que je dise ici quelque chose, parce que le mérite des ancêtres, même inconnu, même oublié, continue de vivre dans notre sang et nous porte à l'imitation.
    D'après le généalogiste Chabault, le nom de Foucauld est connu depuis 970, époque où Hugues de Foucauld, ayant donné une part de ses biens aux abbayes de Chancelade et de Saint-Pierre-d'Uzerches, se retirait du monde, et, afin de se mieux préparer à la mort, entrait au monastère. Un Bertrand de Foucauld, parti pour la croisade avec saint Louis, tombait à la bataille de Mansourah, en défendant son roi contre les musulmans. Un autre, Gabriel, était délégué par le roi François II, pour épouser par procuration la reine Marie Stuart. Jean, chambellan du dauphin, assistait au sacre de Reims, près de Jeanne d'Arc. Dans plusieurs lettres, Henri IV appelle Jean III de Foucauld « son bon et bien assuré amy » ; pour mieux lui dire encore son amitié, il le nomma gouverneur du comté de Périgord et vicomte de Limoges : « Je puis vous assurer, monsieur de Lardimalie, lui écrit-il, que j'ai en estime vous et votre vertu, et que j'ai autant de contentement de vous que vous sauriez le désirer. » Bel autographe qui valait un gouvernement, et devait durer davantage.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    René Bazin (1853-1932), élu membre de l'Académie Française en 1903, fut tout à la fois professeur de droit à l'Université Catholique d'Angers, journaliste sur des voyages parfois lointains, biographe et surtout romancier.

  • Un avion en détresse, un orage de fin du monde qui l'emmène au crash au coeur d'une région montagneuse et désertique au centre du Kenya. De toutes les personnes à bord, elles sont deux à survivre au chaos effroyable de l'accident : Mylêna Milan et Julien Levernois. Deux inconnus qui se retrouvent agrippés l'un à l'autre et qui, en l'absence de secours rapides, vont s'épauler et partir à l'aventure pour sauver leur vie. C'est ainsi que débute leur histoire... Une histoire dont la prolongation les conduit dans une maison perdue aux fins fonds d'une campagne française. Ils espéraient pour la circonstance, passer une soirée plaisante ; malheureusement, très vite tout a dérapé. Au petit matin, Levernois groggy a tout oublié, ou presque, des évènements du début de nuit ; Mylêna quant à elle, n'est plus dans la demeure... Tenace, acharné, inébranlable malgré les difficultés et menaces dont il est l'objet, Julien Levernois s'obstinera à démêler les fils d'une énigme oppressante ; il ira jusqu'au bout, là où il a rendez-vous avec son destin...

empty