• Prix Goncourt des lycéens 2020
    Finaliste du Prix Goncourt 2020
    Prix Orange du livre en Afrique 2019
    Prix de la meilleure auteure africaine 2019
    Trois femmes, trois histoires, trois destins liés.
    Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l'époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser son cousin.
    Patience !
    C'est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu'il est impensable d'aller contre la volonté d'Allah.
    Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. »
    Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles à se libérer ?
    Mariage forcé, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djaïli Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.
    Née en 1975 dans l'extrême nord du Cameroun, Djaïli Amadou Amal est peule et musulmane. Mariée à 17 ans, elle a connu tout ce qui fait la difficulté de la vie des femmes au Sahel. C'est une conteuse hors pair.
    Devenue écrivaine, Amal s'est affirmée en militante féministe à la tête de l'association « Femmes du Sahel » devenant ainsi « la voix des sans voix ». Lauréate du Prix Goncourt des Lycéens 2020 & Lauréate du Prix Orange Livre en Afrique 2019 pour son roman Les Impatientes, paru au Cameroun sous le titre Munyal ou les larmes de la patience, Amal est une des valeurs sûres de la littérature africaine et l'un des plus importants auteurs peuls du Sahel. Amal est publiée pour la première fois en France.
    « Un roman bouleversant racontant le destin de deux femmes du nord du Cameroun, peules musulmanes, à qui on n'assigne qu'une seule place : épouse soumise au mari désigné dès l'entrée dans la puberté. Amal sait pourtant que l'espoir, même infime, existe. Et cet espoir a un nom : éducation. » - PARIS MATCH
    « Djaïli Amadou Amal est une conteuse qui, tout en laissant se poser la voix de ses personnages, fait tout autant entendre la sienne, en murmure subtil. » - LE POINT

  • Quand un grand spécialiste de l'islam dénonce les dérives du monde arabo-musulman actuel. " Si le bel islam prêche le droit à l'indifférence et à la non-agression mutuelle, il faut croire que l'Homme, lui, est versatile, colérique et impétueux ", constate Malek Chebel. A travers cinq études percutantes, il nous montre à quel point la faute et la transgression sont omniprésentes dans le monde musulman contemporain. Cet Inconscient de l'islam remonte aux racines de la religion et se nourrit de l'histoire des califes, pour mettre en évidence et éclairer la folie actuelle d'une partie de la communauté. Guerre sainte détournée, exacerbation de la figure du kamikaze, violence symbolique de la relation mère-fils, censure des livres, immolation au nom d'une purification sacrée : cette immersion dans le monde complexe des interdits et de leur transgression interroge les liens entre religion, politique et liberté dans la doctrine musulmane. Plaidoyer autorisé pour la mise à nu d'un inconscient longtemps nié et redouté, cet essai audacieux révèle les contradictions d'un islam aux prises avec le monde contemporain.

  • La Chine fut à de multiples reprises dirigée par de grandes souveraines, aussi capables sinon davantage que leurs homologues masculins.
    L'une d'elles, la célèbre Wu Zetian, est même allée jusqu'à se proclamer empereur et à fonder sa propre dynastie, devenant ainsi l'égale des hommes, tâche ô combien difficile dans une société traditionnellement polygame, où les femmes étaient le plus souvent réduites au statut d'épouse ou de mère. L'Empire du Milieu a connu, lui aussi, son lot de Messaline, de Théodora et d'affaires de la tour de Nesle, et sa riche histoire a été marquée par nombre d'histoires d'amour et d'intrigues de palais, où se sont croisés épouses naïves, impératrices arrogantes, douairières toutes puissantes, eunuques maléfiques et empereurs dissolus.

    Keith McMahon, érudit sinologue, retrace ici l'histoire des impératrices, des concubines et des favorites qui se sont illustrées dans l'histoire de la Chine, et qui ont, pour certaines d'entre elles, inspiré pendant des siècles les poètes, les romanciers, les dramaturges et, plus récemment, les cinéastes.

  • Aucun génie, aussi célèbre soit-il, ne fut exempt des citriques de son temps.
    Publié en 1750, « Défense de l'esprit des lois » a été écrit par Montesquieu en vu de répondre aux attaques idéologiques menées contre son ouvrage de référence « L'esprit de loi ».

    Principaux Chapitres : Objections diverses suivi des Des conseils de religion, De la polygamie, Climat, Tolérance, Célibat, Mariage etc.

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • On ouvre ici, pour information, le dossier du divorce en Égypte. On l'ouvre, on ne l'instruit pas, ce qui ne relève ni de notre intention ni de notre compétence. On tente plutôt d'en décrire les pièces. Pièces hétérogènes, sans doute, prélevées aux différentes strates de cette réalité feuilletée que constitue toute "institution sociale", considérée ici, selon le point de vue maussien, comme un "phénomène social total". S'agissant du divorce, cette approche s'impose, et ceci d'abord du fait de la caractéristique qu'a le groupe social qu'il met en jeu, la famille, de constituer une structure multifonctionnelle par excellence, "traversant" les dimensions sociales tant économique, démographique et éducative que religieuse, politique et juridique. C'est essentiellement sous ce dernier aspect que j'ai considéré le divorce, puisqu'il constitue un cas particulier de rupture d'alliance matrimoniale, en tant qu'elle est prise en compte et réglée par le droit. Mais, en pays d'Islam, ce dernier, surtout lorsqu'il concerne le statut personnel, est en rapport étroit avec la sphère du religieux, à travers la shari'a et plus précisément le fiqh. Vu cette double attache au droit "positif" et à la loi religieuse islamique, le problème du divorce et de sa législation constitue un enjeu politique et idéologique important, comme l'ont montré les polémiques et débats nombreux qui ont précédé et accompagné l'adoption, par l'Assemblée du Peuple, de la nouvelle législation sur le statut personnel, en 1979, puis sa remise en cause, principalement dans la presse, et enfin les modifications qui lui ont été apportées en 1985.

  • Notre Mère nous avait conçus chacun à midi, mes deux frères cadets et moi, et nous avait accouchés dans la nuit, dans la douleur. Notre vie de misérables desséchée par les rayons brûlants de midi, dégageait une puanteur acerbe que nul enfant de lumière ne désirerait. C'est le soleil qui m'a brûlée. Notre Père, nous ne le voyions qu'une fois la journée, les midis où il n'était pas vraiment à nous. C'est Notre Mère qui nous criait dessus tous les midis : « Allez-y accueillir votre Père qui est arrivé. » Puis il s'enfermait avec Notre Mère dans la grotte de noces afin de dépouiller les dossiers importants selon les propos hypocrites et mensongers des adultes. Il n'y en ressortait qu'après un long moment entrecoupé de silence, de murmures, d'assouvissements et d'inhalations de leurs odeurs réciproques, sourire aux lèvres, le corps très embaumé et détendu...

  • Tarquimpol

    Serge Lamothe

    • Alto
    • 11 Septembre 2012

    Hanté par la possibilité que Franz Kafka ait pu, en 1911, séjourner au château du célèbre occultiste Stanislas de Guaïta, un chercheur décide de se rendre en Lorraine, dans le minuscule village de Tarquimpol, nid de mystères éternellement recouvert d'un épais brouillard. Mais la vérité ne se laissera pas facilement débusquer et, à l'instar des personnages du célèbre romancier, il sera confronté à des énigmes qui le dépassent.

    Kafka n'est jamais bien loin.

    Du Québec à la France, sur les chemins du coeur innombrable, Serge Lamothe tisse le récit d'une quête amoureuse et littéraire d'une grande finesse et s'interroge avec humour: «Peut-on vraiment, sans avoir à mentir, aimer plusieurs personnes à la fois, avec une affection et une tendresse égales?» Alya, Laurie, René et Li Wei n'ont pas de réponse toute faite, ni de mode d'emploi pour vivre cette passion monstre, ce polyamour; mais tous sont prêts à tenter l'aventure de la tribu. Ces nuits de folles caresses, leurs corps soudés dans une étreinte sulfureuse, les laisseront criblés de plaisir, ravagés de bonheur et dévastés d'amour.

    Drapé dans le brouillard, le mystère de Tarquimpol demeure entier.

  • Il n'est pas une, mais des manières de fonder, de vivre et de défaire le lien familial. Construite autour d'un enfant ou d'un couple, marié ou non, hétéro ou homosexuel, la famille, hiérarchisée ou égalitaire, parfois polygame, monoparentale, nucléaire ou élargie, unie ou désunie, séparée, regroupée, recomposée...se décline au pluriel. Ce pluralisme familial, qui découle des conceptions idéologiques, politiques, religieuses, culturelles, parfois même économiques de chacun est plus que jamais vivace. Il trouve les causes de son développement dans le jeu des volontés individuelles, les vicissitudes de la vie familiale et s'amplifie aujourd'hui dans un contexte de circulation accrue des personnes et des informations. Il fournit un thème de réflexion très riche : quelles sont les expressions du pluralisme familial et les difficultés qu'il génère ? Quelle est l'attitude du droit face à ce phénomène ? L'ignore-t-il ? Le prend-il en considération et de quelle manière ? Comment tente-t-il de résoudre les conflits que peut faire naître le pluralisme familial au niveau interne comme dans des situations transnationales ? La variété des droits considérés (français, belge, hellénique, britannique, serbe, italien, indien et malien) et des questions envisagées sont à l'image d'une conception de la recherche juridique qui s'efforce de favoriser le dialogue des cultures et de décloisonner les approches.

  • Polygamie la douleur des femmes

    Ba Awa

    « J'aimerais qu'on me présente une femme qui a "choisi" délibérément la polygamie sans y être contrainte, par une famille, les circonstances, la société, la tradition... Bien évidemment que les femmes subissent la polygamie, et que cette vie engendre pour elles de la douleur, de la tristesse, des drames. Bien sûr qu'elles s'en plaignent dès qu'elles le peuvent. Mais que dit-on aux femmes qui se plaignent ? "Mougneul", c'est-à-dire "supporte", c'est l'empire de l'homme-roi. »

  • Vokuna

    Dominique Douma

    « Elle descend prudemment les marches jusqu'à la porte finement entrouverte et s'y tapit discrètement dans la pénombre, derrière l'entrebâillement. Elle entrevoit à ce moment une salle souterraine aux armoiries confidentielles et solennelles. L'unique table en losange réunit autour d'elle Doli, ses adeptes rapprochés et Ntima. Le tour d'horizon très préoccupant des dossiers indique la gravité de l'heure. Malgré cela, les conseillers Sumba et Tsika sont rassurants : - Excellence, la répression est déjà en place. La rébellion sera incessamment étranglée. » À l'issue d'un procès qui achève de détruire sa famille, la jeune Vokuna fugue, s'exile et trouve refuge chez la soeur d'une amie. Mais son pays d'accueil survit sous le joug d'une dictature, et la jeune comédienne devra bientôt choisir son camp, entre la résistance et l'amour qu'elle porte pour le fils du tyran... Polygamie, sorcellerie, ethnicisme, pouvoir militaire... Mêlant la culture bantoue à la chronique sociopolitique d'un État pas si imaginaire que cela, l'auteur rend compte à travers cette fresque tragique des travers d'une Afrique déchirée par ses démons, et signe une ode vibrante à la liberté.

empty