• Jamais une psychothérapie n'a autant ressemblé à une enquête policière que dans cette saison 6. Qui est cet homme qui veut être reçu à 7 heures du matin au 12, rue des Murlins et qui a l'air de connaître la maison de Sauveur comme s'il y avait déjà vécu ? D'où vient Gilbert le Démon qui persécute la jeune Sarah en lui criant à l'oreille des insanités ? Pourquoi Ghazil Naciri a-t-elle volé une clé dans le sac de sa prof de SVT ? Qu'est-ce que Kimi va faire de ce revolver qui lui est tombé entre les mains ? Et Jovo, mythomane ou psychopathe ? Va-t-on enfin connaître son passé ? Si vous n'avez pas toutes les réponses en saison 6, c'est qu'il y aura une saison 7.

  • Au numéro 12 de la rue des Murlins, à Orléans, vit Sauveur Saint-Yves, un psychologue antillais de 40 ans, 1,90 mètre pour 80 kilos.
    Côté jardin, il mène sa vie privée avec son fils Lazare de 9 ans et il a quelque espoir de reconstruire une famille avec Louise Rocheteau et ses deux enfants.
    Côté ville, Sauveur reçoit ses patients. Parmi eux : Ella Kuypens, 13 ans, qui se travestit en garçon et chante Sans contrefaçon, de Mylène Farmer, devant son miroir, Blandine Carré, 12 ans, qui se shoote aux bonbons Haribo et fait un tabac sur YouTube avec ses vidéos de poupées Pullip, Gabin Poupard, 17 ans, qui est Elfe de la Nuit dans World of Warcraft et qui squatte le grenier de son psy dans le civil, Samuel Cahen, 16 ans, qui ne se lave plus mais s'étonne de collectionner les râteaux avec les filles, ou encore Alex et Charlie qui, comme leurs prénoms ne l'indiquent pas, sont deux jeunes femmes souhaitant avoir ensemble un bébé... Décidément, les humains sont de drôles de gens.

    1 autre édition :

  • Au numéro 12 de la rue des Murlins, à Orléans, vit Sauveur Saint-Yves, un psychologue antillais de 40 ans, 1,90 mètre pour 80 kilos.
    Dans son cabinet de thérapeute, Sauveur reçoit des cas étranges, comme ce monsieur Kermartin qui pense que ses voisins du dessus ont installé une caméra de vidéosurveillance dans le plafond de sa chambre à coucher, ou comme Gervaise Germain, qui s'interdit de prononcer le son « mal » de crainte qu'il ne lui arrive un MALheur.
    Mais Sauveur reçoit surtout la souffrance ordinaire des enfants et des adolescents : Maïlys, 4 ans, qui se tape la tête contre les murs pour attirer l'attention de ses parents, Ella, 13 ans, cyberharcelée par ses camarades de classe, Gabin, 17 ans, qui ne va plus au lycée depuis qu'il passe ses nuits dans World of Warcraft, Margaux, 15 ans, qui en est à sa deuxième tentative de suicide, ou sa soeur, Blandine, 12 ans, que son père aimerait mettre sous Ritaline pour la « calmer »...
    Sauveur peut-il les sauver ? Il n'a que le pouvoir de la parole. Il ne croit pas au Père Noël, mais il croit en l'être humain.

  • Glacé

    Bernard Minier

    • Xo
    • 28 Août 2014

    Décembre 2008, dans une vallée encaissée des Pyrénées. Au petit matin, les ouvriers d'une centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d'un cheval sans tête, accroché à la falaise glacée.
    Le même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
    Le commandant Servaz, 40 ans, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier cette enquête, la plus étrange de toute sa carrière. Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d'altitude ? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar ?
    Une atmosphère oppressante, une intrigue tendue à l'extrême, une plongée implacable dans nos peurs les plus secrètes, ce premier roman est une révélation !
    Bernard Minier a grandi au pied des Pyrénées. Primé à l'issue de plusieurs concours de nouvelles, il publie avec Glacé son premier roman.

    1 autre édition :

  • Elle entend leurs cris,
    Elle ressent leur peur,
    Elle est désormais leur seul espoir.
    Don ou malédiction ? D'un simple échange de regards, Kassie est capable de voir quand et comment vous allez mourir. Un lourd fardeau à porter pour une jeune fille de 15 ans...
    Elle croise la route d'Adam Brandt, brillant psychologue, alors qu'une série de meurtres frappe Chicago. Kassie semble toujours avoir un lien avec les victimes.
    Coïncidence malheureuse ou terrible manipulation ? Intrigué par cette adolescente un peu perdue, Adam est tenté de croire à ses troublantes déclarations. D'autant que le danger se rapproche et que Kassie est la seule à savoir où il va frapper...
    Après le succès du cycle Helen Grace inauguré par Am Stram Gram, M. J. Arlidge signe ici un thriller psychologique haletant hors-série.

  • Spécialiste reconnu depuis plus de 40 ans, Jean-Charles Terrassier répond aux questions des parents et des enseignants :
    o Comment identifier les enfants à haut potentiel ? Avec quels tests ?
    o Faut-il leur faire sauter une classe ? Entrer au CP avant 6 ans constitue-t-il un bon choix ? Quelles en seront les conséquences ?
    o Comment agir face à la précocité de l'enfant ?
    o Que peuvent faire les adultes pour l'épanouissement de ces enfants ?
    L'auteur analyse les particularités du développement des enfants à haut potentiel grâce à des démarches et concepts devenus des références : dyssynchronie, effet Pygmalion négatif, QI compensé...
    Ce livre aide à identifier la précocité et à faire les bons choix éducatifs pour l'épanouissement de ces enfants à haut potentiel.

  • En réponse à l'évolution du travail, des besoins des familles et aux contraintes économiques, les modes d'accueil des jeunes enfants sont devenus multiples et fractionnés. Dans ce contexte, peut-on encore s'inspirer de l'approche philosophique et éthique, initiée par Emmi Pikler à la pouponnière de Lòczy à Budapest,  sans en perdre ni le sens ni les valeurs ?

    Les principes d'Emmi Pikler - liberté motrice, activité autonome, personne de référence assurant la stabilité, observation bienveillante, travail en équipe, travail institutionnel attentifs à chaque enfant, etc. - sont parfaitement en phase avec les connaissances les plus actuelles sur le développement des bébés.  Les auteurs, en s'appuyant sur leur propre expérience dans les structures collectives, montrent qu'ils peuvent s'adapter au quotidien des multi-accueils d'aujourd'hui pour peu que soient pensés un environnement, des attitudes, une organisation institutionnelle, qui tiennent compte de chaque enfant dans un contexte de séparation et de vie collective.

    Cet ouvrage détaille les aspects concrets de cette approche dont l'objectif principal est d'assurer à chaque enfant, en l'absence de ses parents, un sentiment de sécurité suffisant pour qu'il puisse profiter de ses journées, de ce qui est mis en place à son intention. Pour qu'il puisse grandir, se construire, apprendre à se connaître, découvrir le monde, interagir avec les autres...

  • Un bébé régurgite, un enfant est obèse, un autre refuse la cuillère, une adolescente alterne anorexie et crises boulimiques, une femme anorexique en aménorrhée désire un bébé... L'alimentation est dès la naissance un enjeu majeur dans le lien intersubjectif parent-enfant. Manger, donner la vie sont au coeur des échanges humains, mais il arrive que ces actes ancrés autant dans l'intime de la relation que dans la culture fassent souffrir physiquement et psychiquement.

    Des psychiatres, pédopsychiatres et psychanalystes se sont réunis pour partager leur clinique.  Ils abordent, de manière spécifique, les troubles des conduites alimentaires (TCA), tels qu'ils se présentent à chaque étape de la vie dans leur dimension intrapsychique aussi bien qu'interpersonnelle et transgénérationnelle. Ils analysent les enjeux complexes de ces troubles quand la naissance rejoue les conflits infantiles des parents, les mettant face à leur propre subjectivité, et quand l'apparition de troubles chez l'enfant ou l'adolescent renvoie à l'exploration des fondements mêmes de notre construction d'être humain : le partage émotionnel, le portage corporel, le dialogue tonique, et bien sûr, au centre des interactions, la place majeure de la cavité primitive, la bouche, celle qui mange, absorbe, recrache, avale, goûte, parle, crie, se tait, embrasse... Entre besoin de nourrissage et plaisir oral, comment penser les aléas de ce qui nous fonde ?

    Ouvrage publié avec la WAIMH (World Association for Infant Mental Health) francophone.

  • LA FERTILITÉ APPRIVOISÉE répond à des préoccupations courantes
    sur la fertilité humaine. Certains ne veulent pas l'actualiser maintenant,
    quoiqu'insatisfaits de la contraception choisie, surtout hormonale.
    D'autres s'étonnent de ne pas obtenir une grossesse quand vient
    le moment où ils la désirent.
    Ce livre s'adresse aux couples, femmes, hommes qui s'intéressent à
    l'approche naturelle de la fertilité, façon de l'apprivoiser pour éviter
    ou favoriser la conception, dans une perspective d'auto-santé et
    d'autonomie. Assorti de nombreuses références scientifiques, il s'adresse
    aussi aux professionnels.les de la santé qui encouragent la participation dans le
    domaine de la fertilité.
    LA FERTILITÉ APPRIVOISÉE décrit les contrôles des systèmes reproducteurs
    masculin et féminin, à partir du cerveau. Il décrit la méthode symptothermique,
    moyen concret de révélation en temps réel du jeu hormonal responsable de la fertilité,
    incluant la période après une naissance et la périménopause. Cette connaissance
    devient une base pour la modulation du comportement sexuel selon l'intention de
    concevoir ou non.
    Étant donné un taux d'infertilité de 12-15 %, beaucoup de couples sont surpris de
    ne pas concevoir immédiatement après avoir cessé la contraception. Le livre donne
    beaucoup d'information sur les facteurs de santé reproductive pour l'homme et pour
    la femme. De plus, l'observation concrète de ses propres signes de fertilité/infertilité
    donne un sentiment d'appropriation qui peut contrer le sentiment d'impuissance
    trop courant quand une conception désirée se fait attendre.

  • Aurions-nous perdu le « bon sens » ? Le monde change tout autour de nous, si vite, si fort, que parfois nous nous sentons égarés, perdus entre mutations technologiques et nouvelles modalités de travail ? Dans le secteur même de la petite enfance, règles, protocoles, grilles, consignes opposables, se succèdent, générant insécurité? et doute permanent.

    À l'invitation de l'ANAPSY.pe, engagée depuis 30 ans auprès du bébé et de sa famille, des professionnels impliqués dans l'accueil du petit enfant et de ses parents s'interrogent ici sur cette crise sociétale qui détermine de nouvelles attentes, de nouvelles demandes et de nouvelles pratiques.

    Quelle est la place accordée aujourd'hui au jeune enfant et à chacun de ses parents ? Quels sont ces nouveaux enjeux, pour les psychologues de la petite enfance, mais aussi pour les pédopsychiatres, psychiatres d'adultes, éducateurs, enseignants, puéricultrices, responsables de structures, pédiatres,... et tout autant pour les familles ? Comment continuer à soutenir la prise en compte de la dimension psychique dans les institutions ainsi que le désir de penser et de travailler ensemble ? Comment ne pas se méprendre dans les multiples sens qui sont imposés a? nos fonctions, comment s'y retrouver, comment redonner du sens, « le bon sens » à nos métiers ?

  • De brèves histoires de femmes écrites à la première personne dans un style narratif proche de l'oral, qui donnent à entendre les effets féconds d'une parole librement adressée à des psys, dans cet univers médical en pleine expansion technologique et thérapeutique que sont les services de gynécologie-obstétrique.

    Dans les pages de ce recueil, à travers de courts récits relatant l'intimité partagée de ces rencontres, il y a des femmes et encore des femmes, uniques, universelles, leur corps, leurs mots, leur vie. Il y a des bébés aussi et des pères. Et il y les psychologues qui les écoutent dans la complexité de leurs désirs. Leur parole alors se déplie et se déploie, des voiles se lèvent et, au-delà de l'issue médicale, leur vie, parfois, redevient féconde.

  • Pour des repas tranquilles...

    L'alimentation des enfants est parfois problématique au sein des familles, et ce dès le plus jeune âge. Les parents se trouvent alors désemparés et le moment du repas peut vite tourner au cauchemar... Comment sevrer son enfant ? Comment lui faire passer le cap de la diversification alimentaire ? Quelle attitude adopter face à son manque d'appétit ou à ses caprices à table ? Comment réussir à lui faire prendre un petit-déjeuner ?

    Laurence Haurat passe en revue les problèmes liés à l'alimentation et les éclaire de façon déculpabilisante. Les parents démunis y trouveront les outils et diagnostics pour relativiser, adopter la zen attitude et réussir à faire des repas des moments de partage privilégiés avec leur enfant.

  • Émile Coué (1857-1926), psychologue et pharmacien français, est le père de la méthode éponyme: la célébrissime Méthode Coué. Le terme, véritable mot-valise, est volontiers utilisé aujourd'hui ironiquement pour railler les adeptes naïfs de la pensée positive tous azimuts. Souvent synonyme de déni du réel, d'aveuglement, au mieux de démagogie lorsqu'il s'agit de nos politiques, au pire de bêtise quand l'insistance s'y fait trop forte. Pour d'autres, Coué est l'inventeur de l'effet placebo et le véritable précurseur de ces nouvelles techniques de développement personnel qui font florès. Ses adeptes sont innombrables, célèbres ou anonymes, qu'ils le sachent ou non. Mais qui a lu véritablement la Méthode Coué? Personne! Le texte d'Émile Coué est un des piliers méconnus de notre modernité toute faite d'omnipotence magique de l'individu, de «positive attitude» comme le laissait entendre un récent premier ministre, adepte s'il en est de la célèbre méthode, ou une non moins célèbre chaîne d'hypermarchés qui somme obsessionnellement de «positiver». On sera touché également en parcourant enfin La Méthode Coué par le parfum désuet et naïf, voire même par le comique absurde qui se dégage du texte du célèbre pharmacien psychologue.

  • Quelles sont les ressources pour l'action en milieu de travail ? Autour de cette question centrale en clinique du travail, diverses approches alimentent des perspectives communes.

    Cet ouvrage contribue au développement de la clinique du travail entendue comme métaphore de l'engagement de l'homme dans le monde, comme confrontations aux réalités matérielles et symboliques, comme espace où le lien social, l'intersubjectivité ont pour centre et mobile l'action, les objets et les fins poursuivies. Référés à la clinique de l'activité, à la psychodynamique du travail, à la psychologie sociale clinique, à la sociopsychanalyse, à la sociologie clinique..., les auteurs rendent compte de recherches réalisées dans des secteurs professionnels variés - hôpitaux, industrie, restauration, banque, aide à domicile, élevage industriel, animation et éducation, services publics...

  • Franchir le cap des caprices !

    Votre enfant pique une crise quand vous insistez pour qu'il mette son manteau avant de sortir. Il hurle parce que vous lui refusez un deuxième dessert. Il se roule par terre dans le magasin de jouets pour obtenir le joli camion de pompier... Ces manifestations de colères, typiques chez les enfants entre 2 et 6 ans, sont souvent déstabilisantes pour les parents. Comment réagir face à un caprice ? Dans quels cas céder, dans quels cas rester ferme ?

    Didier Pleux propose aux parents démunis des outils simples et efficaces pour poser les limites, accompagner l'enfant dans la gestion de ses émotions et l'aider à intérioriser règles sociales et valeurs morales.

    /> Jean-Baptiste Magne, journaliste, a recueilli pour ce livre les propos de Didier Pleux, docteur en psychologie du développement, psychologue clinicien et directeur de l'Institut français de thérapie cognitive.

  • La détresse des hommes en fin de vie est un défi. Elle interpelle, convoque l'entourage et les soignants dans leurs limites à supporter la souffrance d'autrui. Elle devient l'enjeu de débats pour la société avec des réponses telles que l'euthanasie ou la sédation.

    Comment un malade peut-il supporter de vivre alors même que la maladie l'a suffisamment ravagé pour qu'il ne se reconnaisse plus ? Quels mécanismes psychiques sont alors à l'oeuvre ? Quel accompagnement peut permettre au malade d'éprouver progressivement un sentiment d'apaisement au sein même de cette crise profonde d'identité ?

    Les psychologues sont de plus en plus nombreux à faire partie des équipes de soins palliatifs. En s'appuyant sur sa propre expérience et sur celle de psychologues qui ont accepté de témoigner de leur pratique, Axelle Van Lander analyse les échanges réguliers et intimes qu'ils entretiennent avec les malades aux portes de la mort. Elle décrit les temps et les modalités de ce travail, en pointant les limites et les risques, pour le patient et pour le professionnel amené à interroger son positionnement professionnel.

    Mise en vente le 22 octobre 2015.

  • Février 1964. Alors qu'il est missionnaire enseignant au Congo, au collège Saint-Louis-de-Makungika, Jean-Guy Bruneau est victime d'une attaque de rebelles, alors opposés au gouvernement en place. Gravement blessé, il est témoin de l'assassinat de deux confrères, avant d'être sauvé d'une mort certaine par les soldats du Royal 22e Régiment. De retour au Québec dans une vie qu'il croyait normale, - il oeuvre alors dans le milieu de la psychologie auprès de divers types de clientèles - des incidents inattendus lui font revivre les événements dramatiques qu'il a vécus au Congo comme s'il y était encore. Ces scènes envahissantes s'accompagnent d'un sentiment de danger quasi permanent. Or, au fil du temps, sa volonté de surmonter ces réactions post-traumatiques sera telle qu'elle le guidera lentement, mais sûrement, vers le rétablissement. À la lecture de La Vie après une attaque armée, on ne peut qu'être captivé par le souffle qui anime le récit de ce conteur extraordinaire que l'on suit avec grand intérêt à partir de son enfance jusqu'à aujourd'hui, via un drame épouvantable qui aurait détruit à jamais plus d'un d'entre nous. Ce livre unique saura redonner espoir aux personnes non seulement victimes d'agression, mais aussi d'un accident, d'un deuil ou d'une maladie. Nul doute, les réactions post-traumatiques peuvent être vaincues. Bien traitées, elles peuvent même amener un individu à un niveau de réalisation personnelle qu'il n'aurait jamais espéré atteindre.

  • Accueillir, écouter, conseiller, mesurer, prendre soin, accompagner, soutenir, telles sont les missions qu'assume le psychologue à l'école. Il exerce dans une équipe composée d'enseignants spécialisés en pédagogie et en aide relationnelle, dite RASED (Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté), sur un secteur géographique délimité, auprès d'un ensemble d'écoles maternelles et élémentaires.

    Revendication portée de longue date par les organisations professionnelles, notamment l'Association française des psychologues de l'Éducation nationale (AFPEN) et certains syndicats, la création du corps des psychologues (PsyEN) atteste enfin en 2017 de la reconnaissance par le ministère de l'Éducation nationale d'une profession qui oeuvre à la bienveillance et à l'accueil de tous les élèves. Le concours est désormais ouvert à tous les psychologues.

    L'auteur présente la clinique quotidienne du psychologue exerçant en milieu scolaire. À partir d'exemples tirés de son expérience, elle met en évidence la grande diversité de ses missions, de ses fonctions et de ses interventions, à la croisée du social, de la santé, de l'éducatif et de la pédagogie. Elle  développe les spécificités de son travail auprès des enseignants, des enfants et des parents, en relation avec de nombreux acteurs des secteurs médical, social et médico-social.

  • L'objectif de ce vade-mecum est de fournir à chaque psychologue un outil de réflexion et d'information pragmatique et concis sur les questions éthiques déontologiques, administratives ou juridiques qui l'engagent inéluctablement dans sa pratique quotidienne. Qu'ils exercent en secteur privé ou public, qu'ils soient cliniciens, psychologues du travail, psychologues scolaires, psychothérapeutes, chercheurs, experts ou universitaires, qu'ils interviennent au niveau de situations individuelles, familiales, groupales ou institutionnelles, les psychologues se trouvent au quotidien confrontés à des questions éthiques, déontologiques, administratives, juridiques. La complexité des situations rencontrées s'oppose à l'application automatique de règles, mais nécessite une connaissance suffisante des références qui balisent la profession. Cet abécédaire les présente de manière synthétique.

  • Préface de Pierre Delion Alors que les films de la saga Twilight pulvérisent le box-office et que le surnaturel continue d'envahir le petit écran, cet ouvrage tente de comprendre de manière ludique les raisons d'une telle appétence pour l'horreur fantastique chez les adolescents et d'en proposer des pistes thérapeutiques. L'objectif de cet ouvrage est de permettre aux adultes (soignants ou non) de comprendre pourquoi les adolescents sont si attirés par l'horreur fantastique, pourquoi ce n'est pas une si mauvaise chose et enfin comment cela peut-être utilisé dans la pratique clinique. S'appuyant sur l'actualité culturelle de l'horreur fantastique (sortie au cinéma en 2011 et 2012 de blockbuster comme Twilight ou Harry Potter), elle analyse les cinq grandes figures mythiques horrifiques : le vampire, la maison hantée, le loup-garou, la jeune fille et la créature de Frankenstein. Elle propose d'en tirer un outil de travail avec les adolescents, proche de l'utilisation en vogue actuellement des contes chez les enfants. Marion Hendrickx, psychiatre, praticien hospitalier en novembre 2011 au groupe hospitalier de l'Institut catholique de Lille. chef de clinique, ancien interne du CHR de Lille, thèse de médecine dirigée par le Professeur Pierre Delion formée à la thérapie familiale d'inspiration analytique à Temps Forum, organisme affilié à la Société française de thérapie familiale psychanalytique.

  • Des cadavres de femmes sous les ponts de la Tamise, un tueur qui s'amuse à donner des indices par textos, une jeune psychologue rattrapée par son passé : un thriller impossible à lâcher.
    Au milieu de la nuit, la psychologue Juliet Grey reçoit un étrange sms qui l'invite à se rendre au pont de Hammersmith. Sur place, un cadavre de femme est en train d'être repêché, vêtue d'habits que Juliet ne connaît que trop bien : les siens...
    Bientôt un nouveau message, la dirigeant vers un autre pont et... un nouveau cadavre, avec un autre objet lui appartenant.
    À quel jeu joue le tueur ? Quel lien existe-t-il entre elle et lui ? Est-il l'un de ses patients ? Est-elle en danger ?
    Forcée de mener l'enquête aux côtés du jeune inspecteur Brad Madison, Juliet se retrouve prise dans les filets d'une terrible vengeance qui va faire resurgir les fantômes du passé.
    Secrets de famille, drames adolescents, folies assassines, un suspense psychologique impossible à lâcher qui nous entraîne au coeur d'une spirale meurtrière envoûtante.

  • La haine de la psychanalyse et de la psychothérapie institutionnelle, la haine de l'inconscient font rage et engendrent des campagnes de calomnies qui tournent sur Internet et dans de nombreux médias. Le récent plan Autisme en est un symptôme politique accablant. Comment en sommes-nous arrivés là ?

    Des cultures, des civilisations ont pu disparaître sous nos yeux au profit d'une homogénéisation. Rien ne nous dit qu'il n'en sera pas de même pour nos pratiques, marquées par la psychothérapie institutionnelle et la psychanalyse, si nous n'avons pas le souci de les transmettre.

    Transmettre suppose un processus dialectique de dessaisissement chez les uns et de réappropriation/réinvention chez les autres. Encore faut-il aussi qu'il n'y ait pas empêchement, voire interdiction d'une telle transmission, en contradiction flagrante avec l'entreprise de formatage actuelle qui prône une non-pensée.

    L'association La Criée reprend à bras le corps un de ses motifs fondateurs - les enjeux cliniques et politiques du transmettre en psychiatrie - dans un mouvement de mise au travail du Collectif. Les auteurs s'attachent à préciser « l'inestimable objet de la transmission » (Legendre) et à le distinguer de l'enseignement d'un savoir. Cette transmission ne saurait s'opérer sans reste, sans butée sur l'intransmissible et l'impartageable, faute de quoi elle produirait « une bande de clones » (J. Hassoun).

    Ce livre est dédié à la mémoire de Jean Oury

  • Philippe Cado est schizophrène. A 22 ans, alors qu'il termine sa maîtrise de philosophie et se prépare à affronter la réalité de l'enseignement, il fait un premier épisode de bouffée délirante. Il en traversera de nombreux autres par la suite et, au fil des hospitalisations, le diagnostic se précise : dépression, troubles maniaco-depressifs, schizophrénie affective, schizophrénie.

    Il raconte dans ce livre le déroulement de sa deuxième bouffée délirante, survenue alors qu'il est professeur stagiaire de français dans un lycée de province. Il décrit précisément ses prémices, une simple exaltation d'esprit, qui le fait se comporter en professeur "fou" devant sa classe, puis la perte progressive de contact avec la réalité, jusqu'à la certitude d'être un génie, un élu destiné à sauver l'humanité.

  • Shaktis

    Marc Fleury

    Pierre Longpré mène une existence heureuse avec sa femme Mylène, sur les bords du Richelieu. Mais à l´institut Jalbert où il travaille en tant que psychologue, l´influent psychiatre Eagle, en faveur d´un traitement exclusivement pharmacologique des maladies mentales, l´attaque et cherche à l´isoler, lui reprochant des tendances spiritualistes.
    Dans ce contexte tendu, le Dr Mathieu, directeur de l´institut, propose à Longpré de prendre en charge le traitement de Charles Martineau, un cas singulier. Durant sa jeunesse à Chicago, celui-ci a fait la rencontre cruciale d´une prêtresse indienne, la Shakti Ariel, et celle de sa fille Kalyani, dont il est tombé amoureux. Grand maître ès arts martiaux, Ariel enseigne l´aïkido au talentueux jeune homme. Fasciné par la science et en conflit intérieur avec un Dieu chrétien jugé insensible à la misère humaine, Charles Martineau se montre alors peu perméable au message spirituel de la Shakti. Présumant de ses forces dans un moment de crise, il engage le combat avec des voyous. Ariel et Kalyani, venues à sa rescousse, parviennent à le sauver au péril de leur vie. Une rupture s´ensuit avec les Shaktis et commence la longue errance de Martineau.
    Longpré est fasciné par son patient, se reconnaissant dans sa quête de sens et d´absolu. Leurs destins se croisent au moment propice pour s´accorder à celui des Shaktis par la puissance de l´intuition et la magie du tango..

empty