Rouge Profond

  • Ce volume forme un diptyque avec Hollywood classique. Le Temps des Géants (novembre 2009), sur l'histoire des formes, des figures et des genres du cinéma hollywoodien. Il met l'accent sur la période allant des environs des années 1960 à nos jours. L'ambition est de proposer un parcours varié, sans prévention hiérarchique, dans un répertoire populaire immense, à grand spectacle, à l'origine de codes précis, d'esthétiques sans cesse renouvelées, d'échanges transartistiques (théâtre, opéra, musique, cinéma, télévision, etc.), mais aussi de créations originales et d'oeuvres d'auteurs à part entière. L'ouvrage articule l'approche diachronique et privilégie les effets de filiations, d'échos, d'écarts, les transferts d'un cinéaste à l'autre, d'un genre à l'autre, les persistances ou infléchissements thématiques, idéologiques, techniques, etc. Ce volume met à l'honneur Steven Spielberg, Star Wars, Martin Scorsese, John Huston, Night Shyamalan, Sydney Pollack, Stanley Kubrick, Francis Ford Coppola, Joe Dante, Robert Mulligan, Clint Eastwood, Ridley Scott, Brian De Palma, le film catastrophe, la romance, Terrence Malick. L'ultime chapitre porte sur Avatar et la 3D - rendant compte de la nouvelle révolution à l'oeuvre du côté d'Hollywood.

  • Dans cet ultime volume de la trilogie hollywoodienne sont abordées les mutations à l'oeuvre dans le cinéma américain plus récent (blockbusters, passage au numérique, à la 3D, innovations sonores, films de super-héros), sans oublier les cinéastes qui traversent les époques (Spielberg, Scorsese, Eastwood, De Palma, Malick, Coppola, Cameron.) et les artistes ayant marqué ces dernières années (Tim Burton, Michael Mann, Fincher, Nolan, Zemeckis, Gray, Singer, Anderson, Shyamalan.).

    Sur commande
  • Le cinéma d'Hollywood est un art de la plénitude : ses histoires embrassent le monde, ses images sidèrent et transportent, ses créateurs ne s'imposent aucune limite, tous les genres sont représentés et la démangeaison d'infini y est permanente.
    Ignorant la hiérarchie culturelle, Pierre Berthomieu propose dans ce premier volume, allant des origines aux années 1960, une histoire inédite de l'art hollywoodien : histoire des formes, des styles, histoire des artistes (acteurs, réalisateurs, scénaristes, décorateurs, musiciens). Hollvwood est à l'origine de codes et de genres précis (le film biblique, le film historique et romantique comme Autant en emporte le vent, les musicals...), d'esthétiques sans cesse enrichies, d'échanges artistiques (théâtre, opéra, musique, cinéma, animation, télévision), mais aussi d'icônes (King Kong, Marilyn Monroe...), d'inventions (le Technicolor, le Scope), d'oeuvres d'auteurs à part entière (Cecil B.
    DeMille, Michacl Curtiz, Clarence Brown, John Ford, Alfred Hitchcock, Orson Welles, George Stevens, King Vidor, Robert Wise...). Feuilletoniste à sa façon, l'auteur reconstitue la saga hollywoodienne, avec ses familles et ses rituels, ses héritages et ses révolutions, alternant parcours chronologiques et approches transversales, privilégiant les filiations (échos, écarts), les transferts d'un cinéaste à l'autre, d'une forme à l'autre, les persistances ou infléchissements thématiques.
    Il saisit les liens de l'intérieur de la création, en remontant aux sources : il recourt à d'abondants documents visuels - près de trois mille illustrations -, à des propos d'artistes publiés pour la première fois en France.

empty