Fayard

  • Napoléon III

    Alain Frerejean

    • Fayard
    • 29 Mars 2017

    Louis-Napoléon Bonaparte n'est pas seulement notre premier président de la République. Il est aussi l'inventeur des voyages présidentiels, de la propagande, des grands défilés. Du contact avec la France profonde.
    Avec ses yeux mi-clos, son visage impénétrable, il agit en homme masqué. Déguisé en valet de sa mère pour échapper à la police autrichienne. En maçon pour s'évader de prison. En héritier des Bonaparte pour se faire élire président. En président de la République pour la renverser. En soutien du pape et grand bâtisseur d'églises pour gagner l'appui des curés et de leurs fidèles, alors qu'il ne croit ni à Dieu ni à diable. Or voilà que tout se retourne contre lui. Est-ce l'effet de ses troubles de santé ? De l'influence néfaste d'une épouse ambitieuse ?
    Cette vie, véritable comédie du pouvoir caricaturée à l'envi, ne doit pas faire oublier les embellissements de Paris, le Paris de l'eau courante, des squares et des Expositions universelles. Ni l'acquisition de Nice et de la Savoie. La création d'une France moderne, avec ses chemins de fer, l'éclairage au gaz, une industrie en progrès foudroyants et une agriculture florissante. Elle ne doit pas non plus occulter l'image d'Épinal, la fête impériale où la France entière applaudit les pantalons rouges et les cuirasses étincelantes.
      Alain Frerejean est l'auteur de nombreuses biographies, parmi lesquelles notamment Napoléon IV, un destin brisé (Albin Michel, 1997), Napoléon en mer : un feu roulant de questions (Éditions de la Bisquine, 2015) et C'était Georges Pompidou (Fayard, 2011).

  • Georges Pompidou a eu « deux vies ».    Jusqu'à l'âge de la maturité, cet enfant du Cantal, né le 5 juillet 1911, a incarné la méritocratie républicaine : la rue d'Ulm, le conseil d'Etat, la grande banque d'affaires. Il a fallu une rencontre tardive avec le général de Gaulle pour qu'en 1958, Georges Pompidou soit un des hommes de l'ombre de la nouvelle Ve République et prenne goût au pouvoir.    Sa « seconde vie » a duré à peine plus d'une décennie ; mais ces années-là restent dans la mémoire des Français comme une « Belle époque », la seule qu'ait connue la France depuis soixante ans. Alain Frerejan avait déjà exploré les arcanes de cet homme et de sa politique ; mais à l'occasion du centenaire Pompidou, de nouveaux témoignages et documents - notamment sur Mai-68, l'affaire Touvier, les cas Buffet-Bontemps et la stratégie nucléaire civile - lui ont permis de livrer une version enrichie d'un ouvrage de référence, traduit jusqu'en Chine.    Alain Frerejean est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages, parmi lesquels Les Maîtres de Forges ; La Grande Aventure des Chemins de fer ; Les Peugeot, deux siècles d'aventure et Renault, le Culte du Défi.

    Sur commande
empty