Tallandier

  • Du pont d'Arcole aux glaces de la Bérézina, des sables d'Égypte à la « morne plaine » de Waterloo, les grognards de Napoléon, Aigles en tête, ont livré bataille aux ennemis de la République et de l'Empire durant près de vingt ans.
    Austerlitz, Wagram, Iéna, Friedland, Leipzig sont des noms connus de tous. On les trouve aisément dans les dictionnaires. Mais qu'en est-il des engagements de moindre importance ? des sièges oubliés par l'histoire ?
    Des divisions entières disparues dans les neiges d'Ukraine lors des combats d'arrière-garde ? La plupart de ces évènements, de ces épisodes tragiques, ne sont jamais mentionnés dans les ouvrages napoléoniens.
    Le Dictionnaire des batailles de Napoléon comble enfin cette lacune. D'une richesse documentaire peu commune, accessible à tous, cet ouvrage va s'imposer comme la référence sur l'épopée militaire du premier Empire.
    Quelles furent les pertes françaises lors de la sanglante journée de Leipzig ? Dans quel pays se trouve Eylau ?
    Quelles étaient les conditions météorologiques le jour funeste de Waterloo ? À quoi ressemblait le champ de bataille d'Aboukir ? À quelle heure la bataille de Polotsk s'est-elle terminée ? Quelles étaient les forces en présence à Marengo?
    Le Dictionnaire des batailles de Napoléon répond à toutes ces questions et à bien d'autres encore ! Plus de 2000 affrontements livrés entre 1796 et 1815 par l'armée française y sont recensés et analysés. Plusieurs centaines d'entre eux font même l'objet d'un développement livrant des renseignements précieux, parfois oubliées par les historiens : météo, topographie, pertes, témoignages, horaires, bibliographie, unitées engagées.
    Dans cet ouvrage pratique par excellence, outre le classement principal alphabétique, le lecteur trouvera également un classement chronologique et de nombreuses annexes.

  • Si l'on a publié de nombreux ouvrages traitant de l'armée de napoléon, il n'en existe aucun qui référence, explique et analyse systématiquement tout ce qui se rapporte à la grande armée, cette formidable concentration de troupes réunie par napoléon à partir de 1804 pour tenter de conquérir l'europe.
    Alain pigeard propose aujourd'hui cet imposant ouvrage, fruit de milliers d'heures de recherches en archives et dans les mémoires d'époque. et le résultat est à la hauteur ! le dictionnaire de la grande armée propose en effet la définition précise de plus de 1 800 termes se rapportant à l'institution militaire sous le premier empire. notions stratégiques et tactiques, objets de la vie quotidienne, acteurs de l'épopée impériale, armements, pièces d'équipement, unités mythiques engagées sur tous les théâtres d'opérations européens, etc.
    , les curieux comme les passionnés du premier empire y découvriront une somme de connaissances jamais réunies à ce jour. enfin, comment aborder la grande armée sans parler de ces batailles qui ont contribué à établir la légende impériale ? le lecteur trouvera ainsi en fin d'ouvrage un catalogue des 100 batailles les plus importantes de l'empire, présentées sous forme de fiches techniques. il y découvrira des renseignements précieux et souvent ignorés : topographies des lieux, forces en présence, pertes, conditions météorologiques, récits des témoins, etc.

  • La garde imperiale

    Alain Pigeard

    La garde impériale. Un corps mythique qui, deux siècles après son épopée, fascine toujours autant. Rarement unité militaire aura été aussi attachée à la personne d'un souverain ; il faut remonter àl'Antiquité pour trouver les Immortels du roi perse Darius ou, à un degré moindre, les grenadiers
    du roi de Prusse Frédéric II. Tous les passionnés du Premier Empire rêvent à l'évocation de cette « armée dans l'armée ». Insatiables, ces femmes et ces hommes sont toujours en quête d'informations sur la Garde de Napoléon. Or, depuis 1956, aucun ouvrage sérieux n'a été publié sur le sujet. Antérieurement, les doigts d'une main suffisent à compter les ouvrages dignes d'intérêt. Pourquoi un nouvel ouvrage sur la Garde ? La réponse est simple. Toues les études publiées souffrent d'un double défaut : la quasi absence de références documentaires et de témoignages d'époque. Comment vérifier la crédibilité de certaines assertions si les pièces d'archives ne sont pas
    produites ? Comment revivre le quotidien de la Garde si on occulte les récits de ses membresoe Il convenait d'offrir au public un ouvrage d'érudition, complet et abordable par tous. Le présent ouvrage est le premier à fournir au lecteur une information aussi complète et aussi précise. Ce travail s'appuie sur le dépouillement de dossiers d'archives, de sources imprimées d'époque, de
    témoignages de contemporains, mais également de travaux plus récents.
    À travers onze parties - la garde des consuls, l'administration et l'état-major, l'artillerie, la cavalerie, la gendarmerie, le génie, l'infanterie, les marins, le train, le bataillon Napoléon, les unités rattachées provisoirement à la Garde -, chaque unité, chaque régiment ayant servi dans la garde impériale fera l'objet d'un chapitre spécifique. On y découvrira les textes réglementaires ayant régi l'existence de ces unités, des témoignages et des informations touchant à la vie quotidienne. Un dernier thème permettra de revivre les hauts-faits d'armes des plus fidèles grognards de l'Empereur, de Marengo à la « morne plaine » de Waterloo. De nombreuses annexes, riches en informations pratiques, ainsi que deux cahiers d'illustrations complèteront harmonieusement cette « fresque
    historique ». Si le 20 avril 1814, Napoléon annonçait aux soldats de sa Garde rassemblés à Fontainebleau : « Je saurai occuper encore noblement mes instants ; j'écrirai mon histoire et la vôtre », il ajouta à Sainte-Hélène : « [...] il nous faut écrire l'histoire de ma Garde. Ce livre sera comme un monument indestructible que j'élèverai à la mémoire de ces braves, et dont la France se
    glorifiera plus tard. » Napoléon n'eut pas le temps de mettre son projet à exécution.

  • Napoléon amoureux

    Alain Pigeard

    Napoléon a-t-il été un grand amoureux ? Sans équivoque, la réponse est oui. Napoléon a-t-il été un grand sensuel ? Sans équivoque, la réponse est non.
    Nombreux furent les ouvrages publiés sur Napoléon et les femmes ; aucun, cependant, ne s'était donné pour ambition d'atteindre une telle exhaustivité dans l'étude du " harem " impérial.
    Si les visages de Joséphine, Marie-Louise, Marie Walewska viennent à l'esprit lorsqu'on aborde ce sujet, qui pourrait citer plus de dix noms oe
    Alain Pigeard dresse le portrait de plus de quarante de ces dames et demoiselles qui ont traversé la vie amoureuse de Napoléon, avec des intérêts et des fortunes divers.
    On découvrira comment le jeune officier connaît sa première expérience sexuelle dans les bras d'une prostituée du Palais-Royal en novembre 1787. Avant que les conquêtes ne se succèdent : l'épouse du général Cadeaux, l'aimante Félicité Turreau, la jeune Désirée Clary à qui il ravit la virginité, Pauline Fourès en Égypte, etc.
    Souvent pressé, il rendra des hommages rapides aussi bien à Marie Walewska qu'à Marie-Louise, mais saura également se montrer tendre et patient comme avec Mlle George. Mais la grande passion de sa vie restera l'experte et sensuelle Joséphine, qui lui fera connaître l'amour avec une touche d'exotisme et qui le trompera largement... et réciproquement.
    Alain Pigeard, expert en histoire militaire napoléonienne, aborde cette fois les conquêtes " sentimentales" de l'Empereur. Il a publié chez Tailandier de nombreux ouvrages dont L'Année de Napoléon ou La Garde impériale.

    Sur commande
empty