• Lui de sang, de feu, de plaisir, de désirs, de terreur et de douleur. Mais un homme aussi plein de naïveté et d'intensité autres qu'animales, un homme immergé dans le sensible du corps et de l'âme. De La Vie de Jésus à Hors Satan, en passant par L'humanité, Flandres, Twentynine Palms et Hadewijch, Bruno Dumont ne cesse de revenir à cette inquiétude fondatrice, à cette tension vécue comme mystère : l'homme tiraillé entre l'animalité et la grâce.
    L'animalité, bruyante, sauvage, impose le corps comme surface primitive d'où sourdent les pulsions. La grâce, bruissante, ouvre au spirituel par les sensations, rend la vie à sa plénitude. Bruno Dumont cherche à dire comment nous sommes parvenus à être, comment nous sommes pris dans le tissu du réel. Ses images, sensorielles, à l'écoute des rumeurs du monde et de l'être, nous ramènent à notre condition précaire et fragile, pourtant si précieuse, dans laquelle nous espérons nous tenir debout, éblouis au rebord même du noir le plus profond.

  • Faire voir parce qu'on jubile, s'étonne, s'émerveille et parce qu'on s'amuse à s'interroger, tel est un cinéma qui à la fois nous charme et nous grandit. En huit longs métrages, de Laissons Lucie faire ! à Caprice, Emmanuel Mouret en tient la promesse à travers des récits nourris de fantaisie. La simplicité apparente et le classicisme formel de ses films sont le contrepoint d'une esthétique de l'étonnement : le cinéaste invente, suggère, interroge de nouveaux usages. Ses films miroitent d'une infinité de désirs et leur clarté jette le trouble sur ce qu'est aimer. Ce livre d'entretiens révèle un artiste cinéphile, fasciné par la peinture et la musique, passionné de philosophie, qui place la rencontre esthétique au-dessus de tout. Emmanuel Mouret de son cinéma, du cinéma en général.

    Sur commande
  • OEdipe roi de Sophocle (425 av. J.-C.) impose un mythe et une fi gure majeurs. En 1967 sort Edipo re. Cette sublime adaptation et illustration du « cinéma de poésie » de Pier Paolo Pasolini puise aussi bien dans les créations de Sophocle que dans Freud ou sa vie personnelle pour déployer ses idées sur l'art, l'action, le sacré, le corps, la langue écrite de la réalité. L'ouvrage, écrit par deux enseignants de littérature et de cinéma, explore les spécifi cités de chacune des oeuvres suivant des approches - le tragique et l'impur, l'archaïque et le moderne, l'espace-temps feuilleté, le symbolique et le réel, la célébration de l'homme, la violence et la sauvagerie, la politique et le savoir, voir et (s')aveugler - envisageant l'histoire d'OEdipe comme une structure fondamentale de l'existence.

    À paraître
empty